Le Blog de Fio, nathou, crapaud et De l'engrais pour la graine à venir!

J+814

Fio et Nathou : 11 ans d'amour et 6 ans de mariage.
LE cadeau de Noël exceptionnel : Un crapaud arrivé en 2008.
Une poussière d'étoile partie filer dans la voute céleste en juin 2011.
et toi...
Nous t'attendons!



Votre réglette en signature pour les forums et vos emails


Mon quotidien
4 ans.
J-5
J-7
J-1 ou J- 12.
J-2 ou J- 13.
J-3 ou J- 14.
J-4 ou J- 15.
J-6 ou J- 17.
J-7 ou J- 18.
36 SA ou J-36!
1er RDV à l'hospi de jour.
1ère semaine de radiothérapie et le grand bain de Ruben.
Lorsque le sort s’acharne.
Raphaël : futur grand frère et toujours le fils à sa mère.
Le monde merveilleux de chez Mickey 5.
Le monde merveilleux de chez Mickey 4.
Le monde merveilleux de chez Mickey 3.
Le monde merveilleux de chez Mickey 2.
Le monde merveilleux de chez Mickey.
Une semaine bien chargée…
Crapaud l’éclair et ma vie de gros bidon…
Le jour de la 2ème naissance de Raphaël.
2ème et 3ème semaine sous le flux
Germain Le Grain ou Germaine la graine ?
Une semaine dans le flux.
Maman, racontes nous quand nous étions dans la bulle. Partie 2.
Maman, Racontes nous quand nous étions dans la bulle.
RDV du 4ème mois et nouvelle du front.
Une belle journée de printemps.
Bilan de ces 14 semaines de grossesse.
Petite annonce : Donne belle-mère !
2ème cure de chimio finie !
« Kenavo ! Boujou ! »
Mon fils sera neurochirurgien !
Plus que j'y pense et moins j'oublie...
Evolution de Crapaud et de la petite graine.
Mon crapaud s’appelle Raphaël.
Bon anniversaire crapaud

Les Présentations
Et si on faisait un peu d'histoire....Partie 2
Et si on faisait un peu d'histoire....Partie 1
En t'attendant, nous 3.
Et Moi! Le grand frère : Crapaud
La maman - Nathou
Le Papa - Fio
Des doutes...

Mes rendez-vous
1ère auscultation de dépassement de terme.
Freddy. Les griffes de la nuit.
Le 1er premier jour du reste de ta vie.

Les échographies
3ème écho.
Autorité naturelle…

Les achats
Le premierS PyjamaS

La chambre de bébé
Raphaël VS Ruben.
Evolution du bidon
Photo de la chambre de la graine à J-172
Photo de nous 3
Début du petit bidon.
Au boulot papa!

Le jour J
Lorsque le phénix pose son aile sur un dragon.
Le 1er cri.
Le soir d'avant.
La graine est sortie de son pot.

Divers
Merci à vous toutes et au revoir.
Le miroir : Raphaël et Ruben.
Mes fils.
L’envol du phénix.
Rentrés - Rentrée!
Lubies et petits travers.
Le monde fût créé en 7 jours… toi, en un peu plus de 9 mois !
J-5 ou J- 16.
La boite à Papa 3.
La boite à Papa 2.
La boite à Papa.
Bientôt la rencontre du phénix et du dragon.
Hôpital de Jour. 3ème tour.
Vos paris.
Le jeu des pronos!!!!
Challenge réussi.
Echo de la piscine.
Ton Parrain et ta Marraine.
Demande à ton Parrain
Demande à ta marraine.
Make a wish 2
Maman,
Et le lendemain...
Et demain...
J- 100.
I'll be back -The terminator crapaud-
Make a wish
Le don de sang de cordon.
Merci.
Ma vie cachée avec Mickey Rourke
Tiens! un TAG!
Face à face pour une mise au point.
Cookies de Noël, en mars.
Petite graine, Maman veut que tu saches…
Une semaine bien chargée!
VDM
Mon 1er cadeau de Noël
La petite graine égrainée et pressentiments.
Message à ma poussière d'étoiles...


Merci à vous toutes et au revoir.
Tout d’abord, Merci à vous. Merci de votre présence durant ces derniers mois. De vos comm’ qui m’ont fait rire, voir pleurer, réconforter, réfléchir. Merci pour ces belles rencontres.
Merci à vous toutes pour votre compagnie au fil de mes posts.
Merci de vos prières pour notre famille. Elles n’ont pas de prix, tellement, elles sont précieuses.

Merci pour Ruben. Merci des présents qu’il a reçu de Moumine, Gaëlle et Agnès.
Merci pour crapaud qui a été pourri par les personnes précédemment citées et également par Erika, Vanessa, Charlène, Céline et Emma. Ainsi qu’à celles qui se sont proposées de lui écrire. D’ailleurs merci Audrey pour ta jolie carte d’anniversaire.

Ce post sera le dernier.

Peut être que je continuerai un autre blog si l’envie d’écrire se faire ressentir. Si l’envie de nous raconter me soulage de ces moments trop difficiles.
Certainement, un retour sur blog grossesse l’année prochaine pour combler le vide, de notre dernière chambre libre. ;)

J’ai entrepris, il y a plus d’un an de faire un blog grossesse, pour l’arrivée d’un futur bébé.
Je n’avais aucun souvenir, à part des photos, à donner à Raphaël, de ma grossesse de lui. Je me souvenais de mes interrogations d’enfant sur ma création. Pleins de questionnements et du côté étrange d’avoir été enfanté par ma mère. Je voulais donner au petit deuxième ce souvenir.
Le fait d’avoir perdu un bébé renforçait cette envie. Les conditions de cette perte me faisaient comprendre que le travail n’était pas un tout. Se donner aux autres au détriment de sa propre famille n’était pas une fin en soit. Cela m’encourageait à me poser, à écrire mes ressentis, de dire à ma famille à travers ces lignes que je les aime.
Puis, Raphaël est tombé malade.
Je me suis alors dit que je continuerai d’écrire, pour eux deux. Pour l’enfant qui avait résisté à mon choc émotionnel. Pour Raphaël. Je n’ai quasiment pas parlé pendant un mois. Par contre, j’ai écrit. Mes seuls mots oraux étaient pour crapaud. Je ne me nourrissais que pour le bébé niché dans mon ventre, pour toi mon Ruben. Je ne savais pas si nous gagnerions cette bataille. Mais je voulais en garder une trace. Je le voulais pour mes enfants, pour qu’ils sachent la bataille qu’ils avaient attaquée en même temps. Celle de la vie. Je ne savais pas si Raphaël lirait un jour ses lignes. Au jour d’aujourd’hui, je ne le sais toujours pas. Je prie Dieu pour que oui.

Par contre, Ruben, lorsque tu seras en âge de comprendre je t’offrirai ce blog. Je veux que tu comprennes qui nous sommes devenus. Je veux te dire combien tu as été attendu, aimé. Que dans ces tristes jours, tu es notre rayon de soleil, notre devenir à tous les 3. Pour que tu saches qui est ton frère, combien il t’aime.
Lorsque tu pleures, Raphaël me dit que tu as faim, que tu veux ta maman. Il te met ta tétine dans la bouche, te met ton doudou à ton visage pour dormir. Il te met ton arche en positon pour que tu joues. Il vient te voir dans ta chambre pour voir si tu dors bien. Il te câline du bout du doigt, ton visage, tes cheveux. Il te serre fort et tendrement ta petite main. Il te dit fréquemment qu’il t’aime. Car oui, il t’aime, nous t’aimons.
Enceinte de toi, j’ai entendu dire que tu étais un « bébé de remplacement ». Saches que je t’attendais avant de savoir la maladie Raphaël. De plus, on ne remplace pas un enfant quoi qu’en pense ces gens bien pensants. Puis, si d’autres frères et sœurs viennent par la suite, ce seront des enfants faits dans l’amour. Des enfants de la vie et non de substitution. Car si Raphaël nous appris quelque chose, c’est que la vie est belle. Jamais son sourire ne l’a quitté.

Je ne changerai en rien ma vie. Si je devais recommencer, je le ferais dans les mêmes conditions, avec vous et ceci malgré la maladie. Je reprendrai la même vie pour avoir le bonheur de vous rencontrer et de vous aimer. J’ai cette chance d’être entourée de personnes exceptionnelles. Vous 3, mes 3 hommes. Je suis si fière de vous et d’être à vos côtés.


Je vous aime.


Maman.





Message déposé le 30.10.2012 à 22:27 - Commentaires (24)


4 ans.
« Les mères n'ont pas de rang, pas de place. Elles naissent en même temps que leurs enfants. »
de Christian Bobin
Extrait du Le Très-bas

Bon anniversaire mon crapaud.
Voilà 4 ans que tu illumines mes journées.
4 ans que nous sommes nés.
Mon autre. Mon bébé. Mon fils.

Merci pour ces 4 ans remplis de tes sourires, de ta joie de vivre, de ta détermination. Chaque jour, tu me donnes une leçon de vie, par ton courage et ta grandeur.

Je suis si fière de toi.
Je t'aimerai "toujours, toujours".

Maman.

Montage créé avec bloggif
Message déposé le 28.10.2012 à 23:03 - Commentaires (12)


Le miroir : Raphaël et Ruben.
Montage créé avec bloggif
Message déposé le 22.10.2012 à 18:10 - Commentaires (14)


Mes fils.
Montage créé avec bloggif
Message déposé le 22.10.2012 à 18:08 - Commentaires (10)


L’envol du phénix.
Début septembre, Crapaud se plaint de maux de crane, au niveau bas de sa cicatrice.
Des doutes s’installent en moi… Un mauvais pressentiment qui n’augure rien de bon.
Puis le 17 septembre, Raphaël a commencé à se plaindre du genou gauche, à la sortie de l’école. La douleur était si intense qu’il me demandait de le prendre dans les bras, pour revenir à la voiture. Les plaintes s’arrêtent là en journée, mais les pleurs commencent la nuit.
2 jours plus tard, Crapaud étant enrhumé, j’ai préféré l’emmener chez le docteur car IRM, une semaine plus tard. Un rhume veut dire : pas d’anesthésie générale, ce qui compromet l’examen. Fio en profite pour lui demander pour le genou. Car Raphaël se plaint toujours.
Il pense comme nous : une mauvaise chute ou une poussée de croissance.
Il le met sous doliprane, pour ce qui est de son genou gauche car rien de cassé à l’auscultation. En effet, la chimio pouvant suspendre la croissance. Il est tout à fait logique que crapaud, n’étant plus sous ce poison, depuis le mois d’avril, est une poussée de croissance vertigineuse. En plus, les symptômes correspondent parfaitement.
Le vendredi après midi, inquiets et épuisés par ses plaintes (essentiellement nocturnes), nous prenons la décision de l’emmener aux urgences pédiatriques. Eux-mêmes diagnostiquent une poussée de croissance, car rien aux échos et radios faites au genou. Ils mettent Raphaël sous Advil et Doliprane. Nous avons comme ligne de revenir lundi, si crapaud se plaint toujours.
Nous attendrons le mardi pour le ramener. Durant le week-end, les douleurs semblent s’estomper. Pour reprendre de plus belles les nuits mais à l’autre genou, le droit maintenant! Suite à des hurlements inqualifiables dans la nuit du lundi au mardi, nous décidons de retourner aux urgences. Là, ils poseront un plâtre à crapaud, sur la jambe gauche. Ils pensent à une fracture ou fêlure du cartilage de croissance. Chose qui ne se voit pas, par écho ou radio. Pour eux, s’il a mal à droite, c’est qu’il a compensé sur cette jambe. Normalement, il ne doit plus avoir mal. Mais voilà, les spasmes de douleurs continuent durant la nuit. Raphaël hurle. Je me pose la question si je ne dois pas l’emmener en oncologie. J’imagine un cancer des os. Nous avions connu un enfant qui…Pour le calmer, Flo lui administre des doses d’Advil et de Doliprane ensemble… Raphaël s’endort d’épuisement. L’IRM est le jeudi 27/09. Nous savons que nous ne pouvons pas avoir de RDV avant.
Ce 27/09, nous sommes reçus, en attendant l’IRM, au service de jour de pédiatrie et non en oncologie. Normal, il s’agit d’un simple examen de contrôle. Aucun intérêt de bloquer une place, dans le dit service. Lors de son passage, nous insistons pour qu’il ait une IRM des genoux. Expliquant les douleurs irrationnelles et inexplicables de Raphaël. Le médecin radiologue accepte.
L’IRM dure plus longtemps que prévu initialement. Raphaël revient avec une sonde urinaire. Ils nous expliquent qu’il avait la vessie ultra remplie.
Normal… Crapaud n’a pas voulu se rendre aux toilettes depuis la veille à 19h. Parfois, il nous fait ce genre de blague pour montrer sa réprobation. Il est possible qu’il veuille nous montrer son mécontentement d’aller encore à l’hôpital cette semaine. Ils auraient pu demander tout de même. Si nous avions su…
Nous prenons un café chacun notre tour avec Flo, au salon des familles d’onco. Nous sommes le fameux jeudi, des cafés/croissants, où les parents peuvent parler, avec l’association du service.
Lorsque je prends mon café, cela fait environ ½ heure, voir maxi ¾ d’heure, que nous sommes revenus de l’IRM. Je me souviendrai toujours l’oncologue de crapaud toquer à la fenêtre du salon, pour moi… Un grand « merde » intérieur m’a parcouru. Lorsque je suis sortie et que je les ai vu tous les 2, avec le chef de service...j’ai su.
Nous sommes partis rejoindre Flo. La chef de service, nous a demandé de nous parler hors de la chambre, c'est-à-dire sans Raphaël. A peine rentrés dans le bureau, nous leur demandons « Elle est revenue ??? ». Là, la réponse fût pire : Non, elle a métastasée. Elle n’est plus dans la T4. Elles sont maintenant dans le tronc cérébral et sur toute la colonne vertébrale. La plus importante est dans le tronc cérébral, mais elles sont très nombreuses et appuient sur la moelle épinière dans le dos de crapaud. S’il s’en sort…on a bien dit si… de lourd déficit moteur pourrait avoir lieu. Mais il faut déjà qu’un traitement soit donné. Car pour l’instant vu l’importance du nombre et le positionnement des métastases aucune chirurgie n’est possible. Même pas sûre que la chimio fasse effet vu qu’elle a résisté à une intensification. Elle nous parle vaguement d’un protocole de soin innovateur à faire sur une autre ville tel Paris, mais ce n’est pas sûr que ça marche. C’est expérimental. Ce sont des essais thérapeutiques. Mais l’hôpital de Raphaël ne le fait pas. Elle semble dire que c’est notre seule chance. Elle nous demande d’y réfléchir. Raphaël passe en commission grand ouest des tumeurs, le lundi. Ils verront ce qu’ils peuvent nous proposer. Ma seule demande : PAS d’acharnement thérapeutique.
Je sais avant même d’en parler à Fio, que nous ne partirons pas. Je ne veux pas éclater la famille. Crapaud a attendu son petit frère. S’il doit partir, il partira chez lui, entouré des siens.
Après cet entretien, nous qui étions dans une chambre double, nous avons été mis seul, dans une autre chambre de ce service. Le personnel d’onco est venu nous chercher une heure plus tard pour nous rapatrier dans le service adéquate… Fio et moi en larmes, tentant au mieux de cacher notre désespoir. Crapaud, lui était rentré dans un mutisme suite à la nouvelle.
Lorsque nous sommes revenus en onco, nous avons demandé à ce que la sonde soit enlevée. Crapaud n’a pas de problèmes à ce niveau ci. On nous explique que cela peut être des conséquences neurologiques dues à la pression des tumeurs sur la moelle. Cela sera à surveiller.
Nous sommes rentrés à la maison avec un traitement pour calmer les douleurs spasmodiques de crapaud. Ce putain de cancer tue mon bébé et je le savais au fond de mes tripes. Juste une cellule avait survécu à tous ses traitements, à toutes ses douleurs, à ce long combat presque gagné. Une fausse victoire, car seule, elle s’était si bien propagée et même multipliée…
Elle était toujours présente cette vicieuse pernicieuse. Faisant toujours son coup en douce. Jamais franche… Toujours hypocrite. Elle ne veut vraiment pas attaquer mon phoenix de front.
Le lendemain, nous sommes revenus retirer le plâtre de notre crapaud. Ce dernier empêchait totalement notre crapaud de se mouvoir, car il se terminer en haut de cuisse. Au téléphone, vu notre cas, la secrétaire nous a dit de nous rendre à un lieu. Puis arrivés là-bas, ils nous ont fait tourner dans tout le chu… Pour qu’à la fin, Fio pète un plomb… les menaçant de l’enlever nous même. Ceci au kiné de crapaud, croisé dans un couloir vide, où on avait terminé de nous faire tourner en rond et en carré. Fio perdait totalement la tête, criant que son fils allait mourir et qu’il voulait aller à la piscine. Vu la carrure de Fio, je vous laisse imaginer le coup de stress. C’est l’oncologue de Raphaël qui a été appelé en toute urgence pour nous calmer (surtout l’Homme) et nous trouver un interne en … chirurgie (rien que ça !), pour lui enlever le plâtre. Le lendemain, mon crapaud a pu aller à la piscine, comme désiré.
Le 1er octobre au soir, crapaud est passé en commission. Au téléphone, nous avons su qu’un traitement lui serait proposé. Nous avions RDV, dès le lendemain après midi pour en discuter.
Mais la nuit fût terrible. Crapaud hurlait à tout rompre. Il dira à son père qu’il allait mourir et qu’il voulait l’hôpital. Nous étions désespérés. Totalement impuissant, ne sachant pas quoi faire. Nous lui donnions les médicaments, mais rien n’y faisait. Nous avons compris, durant la nuit, que c’était sa vessie qui ne se vidait plus seule. Nous aidions donc Crapaud a uriné…comme nous pouvions. On peut se dire : Mais pourquoi ne sont ils pas partis à l’hôpital ? Nous ne savons pas. La panique, la peur…Voilà près de 2 semaines que nous ne dormions plus. Ces derniers jours, encore moins, par le chagrin. Nous n’étions plus en possession de tous nos moyens de réflexion. Aller où ? Aux urgences ? Fio n’avait plus confiance…Crapaud s’endormira à 4h, d’épuisement, dans notre lit. Le lendemain matin, au réveil, il urinera normalement. 30 minutes plus tard de nouveau des plaintes. Nous nous rendrons à l’hôpital. Juste le temps de jeter (le terme est fort mais réel) mon pauvre Ruben à sa mamy et nous y sommes partis.
Là-bas, ils lui mettront une sonde urinaire. Voilà… cette saloperie empêche Raphaël d’uriner. Les informations ne passent plus. Que va-t-elle encore lui faire ?
Vu notre présence, nous sommes alors convoqués dans le salon dit des « horreurs ». Ils nous proposent tout d’abord les essais thérapeutiques. Je les coupe, tout de suite dans leur élan. Je refuse catégoriquement. Ils savaient que nous allions refuser. Ils nous proposent alors le plan B, pour éviter l’éclatement familial. Donner la molécule de chimio de ces essais, mais sans le côté essai et surtout dans notre hôpital. Raphaël resterait à la maison et sa chimio serait faite en hôpital de jour. Les réactions de crapaud n’entreraient pas dans un cadre de récolte d’information, pour l’évolution de la science. Elle nous explique que cette chimio peut retarder l’évolution de la tumeur, voir la faire régresser, donnant à Raphaël un meilleur confort de vie. Elle retardera peut être l’issu, en nous faisant gagner du temps. Des fois, miracle, il y a… et elle peut la détruire. Bien sûr, elle peut n’avoir aucun effet. Il ne faut pas oublier que Raphaël a eu une intensification et que cette saloperie a survécu à la pire de toutes les attaques…
Je m’arrête alors sur le mot : confort.
Je ne veux pas que Raphaël souffre. Je peux choquer certains. Mais je préfère le voir s’envoler vite que de le voir avoir mal comme cette nuit… L’impuissance, le sentiment d’être démunie face à une telle douleur est pire que tout. C’est inhumain.
Sans ce plan B, rien à proposer. On nous annonce que 10 ans plus tôt, l’envol vers les étoiles auraient été un vol direct….
Nous apprenons également que les médecins d’onco sont d’astreinte également la nuit… Informations que nous nous servirons plus tard quand la sonde de crapaud se bouchera une nuit… où nous serons alors, beaucoup moins démunis.
Nous avons alors accepté la chimio. Elle fût alors faite de suite, juste à la sortie de notre entretien. En effet, cette saloperie est si violente qu’en quelques jours, elle peut engendrer des séquelles physiques irrémédiables à notre crapaud. Voir la mort.
2 chimios sont alors positionnées. Plus tard, d’autres, si…
Crapaud lui a totalement baissé les bras. Il me dit ne plus vouloir faire la bagarre. Il sait qu’il va mourir et c’est ce qu’il veut. Je lui ai demandé s'il avait peur. Il m'a répondu : « non, j'ai pas peur... » Il est si digne. Moi, je ne lui ai pas caché avoir peur...
Car mon Dieu vivre sans lui... Comme cela me semble invraisemblable...
Il fait une sorte de « testament » à son père et moi.

Il nous a fait promettre d'être toujours ensemble. De continuer à se faire des bisous... de s'aimer pour toujours.
Il a disputé son père parce que nous nous étions chamaillés (à cause de broutilles)... Il lui a dit d'être gentil avec maman et nous a obligés à nous embrasser, en prenant nos têtes. Il a ordonné à son père, de ne jamais me taper sinon : plus jamais, jamais de bisou! (Non, je ne suis pas une femme battue, no stress ! ;) )

Un autre jour, il était dans ma chambre avec moi. J’ai des photos de Raphaël ainsi qu’une toile peinte par lui, accrochées aux murs. Il m’a demandé, si, lorsqu’il ne sera plus là, s’il y aura toujours ses photos, me montrant les différents éléments… Quel déchirement d’entendre cela de son bébé… Conscient de sa très probable prochaine disparition…
Autre fait, je porte depuis des années, avant même la naissance de Raphaël, une perle de Tahiti. Lorsque Flo m'a offert, pour la naissance de Ruben, le pendentif, Raphaël m'a demandé de remettre ma perle. Ce que j'ai fait, car mon crapaud la touche souvent quand nous nous câlinons. Un matin, lors du câlin, il me la tripotait encore. Je lui affirme : « Tu l'aimes la perle de maman ». Lui : « oh oui! » Je lui ai alors demandé s'il voulait rester pour toujours avec elle, lorsqu'il partirait. Il m'a alors dit que oui en effet, il aimerait. Je me suis mise à éclater en sanglot, le serrant dans mes bras. Lui du haut de ses 3 pommes, m'a dit : « C'est pas grave maman, calme toi... Allez calme toi... c'est pas grave... ». Quelques jours plus tard, pris de maux dus à sa sonde bouchée. Il m’a supplié, arrivés à l’entrée de l’hôpital, de lui donner ma perle. Mon crapaud aura tout juste 4 ans, le 27/10… et déjà si grand…
Actuellement, mon crapaud redevient de feu. Nous avons trouvé les mots pour se remonter, tous les 4. Sa douleur est mieux contrôlée. Raphaël a été hospitalisé durant quelques jours, en début de semaine. Ces quelques jours d’hospitalisation ont permis à chacun de se reposer, de se ressourcer, de reprendre ses marques.

Raphaël est une énigme pour les médecins. Il devrait avoir plus de lésions, dues à ses métastases. Normalement, davantage de choses, en prime de la vessie, devraient être touchées. Comme son traitement, en vue de ses tumeurs, ce qui lui est administré est très léger. Il devrait avoir des médications beaucoup plus lourdes.
Le moral revenu, comme j’espère qu’il renaisse de nouveau de ses cendres. Qu’il les bouffe toutes crues. L’espoir revient dans mon cœur. Je ne pensais même pas en septembre qu’il irait jusqu’à son anniversaire. Maintenant, j’espère Noël… et même plus grand…

De son côté, Ruben se fait tout petit. Il attend son heure, son moment. Un bébé calme. Un amour de bébé qui se fait oublier. S’accommodant de nos départs précipités diurnes et nocturnes, de nos abandons précipités chez mamy…
Tétanisé par les cris de douleurs de son frère, il ne dit rien mais se tend parfois comme un arc.
Un matin, il a poussé ce même hurlement. Nous avons eu un moment de réflexion pour savoir qui grondait.
Ses sourires illuminent nos journées. Le petit frère sans dents.
Notre patate douce. Notre bouchon.



Message déposé le 12.10.2012 à 17:25 - Commentaires (47)


Rentrés - Rentrée!
Lors de mon 1er RDV de dépassement de terme, j’avais dit à la sage femme une envie. Celle d’emmener Raphaël, à l’école, le jour de sa rentrée scolaire. Elle m’avait alors dit la possibilité d’avoir une dérogation, pour partir ne serait ce que la matinée.
Le seul hic, il fallait laisser Ruben à la maternité, durant mon absence.
J’étais prête à faire ce sacrifice, pour pouvoir emmener mon crapaud, à l’école.
Le voir retourner à la vie normale. Un pas vers la normalité autant pour lui que pour moi.

Le jour de la césarienne, cette même sage femme a évoqué mon désir à ma gynéco. A peine recousue, cette dernière m’annonça que nous nous arrangerions. Sûremen,t car malgré la rachi, j’aidais le personnel à me transférer de la table d’intervention au brancard (comme je pouvais, restons humble et avouons, tout de même, mes faiblesses. lol). :)

Voilà pourquoi Maman a mis toutes ses chances de son côté, pour pouvoir faire ce beau pied de nez à la vie. Etre tous les 4, ensemble, pour cette rentrée.
A J:0 – Maman se mettait debout avec l’aide d’une aide soignante. J’ai dû vite me rassoir du fait d’une méchante blague…ensanglantée! L’aide soignante qui avait quasiment terminé son service, a eu le bonheur de devoir nettoyer le sol… ;)
A J +1. Les aides soignantes ont aidé maman à se lever pour faire une toilette de chat. Retour de maman en autonomie de la salle de bain.
L’après midi, une aide soignante a fait la morale sur l’allaitement à maman… Une aide remplaçante qui s’était occupée de crapaud en onco…Car maman pensait arrêter l’allaitement ! Il faut avouer que tu perdais du poids, en t’endormant sur le sein de maman… Maman voulait juste te donner du colostrum. Ce qu’elle continua à faire tant bien que mal encore, durant la nuit… Mais tu étais tellement fatigué que tu n’arrivais plus à téter.
A J+2. Maman, s’inquiétant pour toi, a décidé d’arrêter, dès le matin, de te donner le sein. Je fus confortée dans ma décision, par ta perte de poids. Tu ne faisais plus que 3.360kg. Ne m’épanouissant pas dans ce geste, je n’ai eu aucun remords à le stopper. De plus, quel plaisir de te voir téter ton biberon. Tu étais si goulu et tes yeux si émerveillés! Ce matin là, je faisais ma douche seule, sans accompagnement médical. Rappelant mon envie de partir accompagner Raphaël à l’école à J+4.
La gynécologue est passée dans ma chambre et j’ai eu le plaisir de la remercier pour ce bel accouchement et de te présenter.
A J+3 : Nous avons eu la surprise d’avoir l’annonce de mon départ dans la journée !
La sage femme trouvait stupide de me faire subir 3/4h de route aller puis de même au retour, le lendemain matin si tôt. Ayant l’accord du gynéco, elle m’a rendue sortante, avec toi mon Ruben.
Sa réflexion fût de me faire toute petite, car même les voies basses ne sortaient pas à J+3 !

A J+4 : Nous étions tous les 4, pour la rentrée en moyenne section de mon crapaud. Quel moment génial. Crapaud nous éjectant dès les 1ères secondes de sa rentrée dans la classe.
Raphaël sur son petit nuage et si fier d’être enfin arrivé à ce challenge.

Quelques jours plus tard, un mauvais pressentiment venait me chagriner.
Il se renforçait au fil des jours. Comme un goût amer dans la bouche. Le 27/09, j’en aurai enfin la réponse.

Le 16 septembre, nous te baptisions mon Ruben.
1 an ½ auparavant, je baptisais crapaud en aillant perdu un bébé, 2 jours avant.
2 jours après celui de Ruben, crapaud rentrait dans des douleurs inexpliquées et inexplicables…aux genoux.




Message déposé le 04.10.2012 à 18:50 - Commentaires (14)


Lorsque le phénix pose son aile sur un dragon.
Papa est venu chercher Raphaël qui était chez papy et mamy.
Normalement, il y a 20 minutes de route pour s’y rendre. C’était sans compter sur le fait que nous étions vendredi soir. De surplus, nous étions le dernier week-end d’août.
Le parisien envahisseur est partout! Forcément, il emmène avec lui ses bouchons. Car conduire sans bouchon n’est pas réalisable pour lui. Sinon il panique. Dès lors, papa a mis double de temps aller (soyons francs, ceux là, c’étaient des bouchons normands sortie de bureau! ;) ) et même punition au retour, avec un crapaud l’accompagnant.
En attendant mes deux hommes, j’avais disposé l’appareil photo près de mon lit, pour immortaliser le moment de la rencontre. Comme je suis heureuse de l’avoir fait. :)

C’est alors que l’on frappe à la porte.
Ruben était dans son berceau de maternité, ne se doutant en rien de la rencontre à venir.
Raphaël est rentré avec Fio. Tout intimidé. Il s’est approché tout délicatement, vers le petit lit transparent. Les larmes sont montées dans ses yeux d’enfant. Totalement silencieux, mon crapaud se retenait de ne pas les faire couler sur ses petites joues. Fio et moi, ne possédant pas la dignité de notre ainé, avons éclaté en sanglot, devant cet évènement si poignant. Nous 4 réunis. Raphaël a réussi à rencontrer son frère, il s’était battu pour arriver jusque là. Dans 3 jours, il reprenait l’école.
Mon Dieu ! Quel moment fort avec tellement de sens.
Indescriptible.
Il a posé sa main sur la petite main de son frère. Il lui a caressé tout doucement son petit front descendant son effleurement jusqu’à sa petite joue.
Le monde s’était arrêté pour nous 4. Nous savourions cette rencontre. Il était juste à nous. Cette rencontre était le résultat de notre victoire.
Nos 2 fils réunis.
Une rencontre qui pour nous sera la plus forte de toute notre vie.
Crapaud a alors donné son cadeau à Bouchon. Il lui a offert son doudou et son porte suce. Ruben lui aussi avait des cadeaux pour son grand frère. Des livres que crapaud ne quitte plus et qu’il lit à son frère, ainsi qu’un jeu de pate à modeler qu’il voulait tant. Arrivés tard, ils ont dû partir assez rapidement. Raphaël déçu de n’être pas resté plus longtemps viendra quasiment toute l’après midi le lendemain. Sage comme une image.

Pour la petite anecdote, lors du 1er face à face, pour alléger l’atmosphère, Fio a annoncé à crapaud que son frère n’avait pas de dents. La tête à notre crapaud !
Il lui a alors répondu à la Homer Simpson : Ohh !?!
Un bon fou rire nous a alors pris.
N’empêche que ce midi, crapaud voulait lui donner une frite ! ;)

Le lendemain, Raphaël a voulu prendre « le bébé dans le ventre » dans ses bras. Maman pouvait alors lui faire une place, à côté d’elle, dans son lit. Mon crapaud si fier et si délicat avec son Wuben, tout contre lui. Instant de douceur, de grâce tout simplement d’amour. Nous avions gagné, Raphaël avait gagné et Ruben nous y a aidés.
Maintenant, il ne nous reste plus qu’à savourer cette nouvelle vie. De prendre chaque instant présent comme un cadeau. De ne jamais oublier ces mots : Carpe Diem.


Message déposé le 21.09.2012 à 20:32 - Commentaires (12)


Le 1er cri.
« Vivre la naissance d'un enfant est notre chance la plus accessible de saisir le sens du mot miracle. »
de Paul Carvel

Nous sommes le 31 août 2012. Jour de ta naissance mon petit homme, mon Ruben.
La césarienne est prévue pour 9h. Je me suis réveillée par moi-même à 6h45. Tellement stressée, je me lève pour prendre ma super douche bétadinée. Je mets mon habit de lumière : ma blouse opératoire. Ayant oublié mon portable, la sage femme vient me réveiller 1/2heure plus tard et me trouve toute pimpante sentant bon le produit iodé. Elle écoute ton petit cœur et me laisse à mes occupations matinales : William Leymergie et son télématin.
Papa me téléphone, pour sa part, 1/4h d’heure après. Maman, totalement stressée, avait ameutée la moitié de la planète, pour la sortir des bras de Morphée.
Arrive, ensuite, le petit déjeuner léger. La dernière chose que je te donnerai de moi : une briquette de jus de raisin avec un gramme d’atarax et un anti-vomitif. Nous avons eu des petits déj’ plus glorieux… ;)
Papa nous rejoint à 8h. Lui non plus ne fait pas son malin. Il arbore fièrement son tee-shirt offert la veille et me fait subir une diarrhée verbale, pour calmer sa peur.
L’anxiolytique fait son effet. Je somnole, en attendant notre heure, notre rencontre. Je reste septique, sur l’heure d’intervention annoncée… C’est le CHU…Je devine un long moment d’attente, avant ma césarienne. Je suis dans un état second. Je suis désillusionnée, blasée voir indifférente à ce qui va arriver. Embrumée, je ne pense qu’à dormir.
Etonnés, on toque à ma porte à 9h tapante. Je sors difficilement de ma torpeur. Le brancardier vient me chercher. La sage femme me fait sortir tes 1ers vêtements. Puis, c’est le départ vers nous. La montée d’adrénaline monte au fil des couloirs. Un dernier bisou à papa qui va se changer avant de nous rejoindre au bloc. Il prend mes lunettes…La taupe modèle que je suis ne voit plus rien. Heureusement que je ne suis plus embrumée car maintenant je vois flou!
J’arrive dans une 1ère salle où je change de mon lit pour un brancard. Je rencontre le personnel médical qui m’accompagnera durant la césarienne. Je suppose qu’ils sont une sage femme et un aide anesthésiste. Des gens super humains et avenant. Puis, je suis amenée vers le bloc. Le dernier couloir est tellement lumineux que je suis éblouie par la lumière. Le bloc est juste en face de ce couloir. C’est une pièce sans fenêtre. La sage femme de mon 1er rendez vous d’après terme y est également présente. C’est elle qui s’occupera de toi, lors de ta naissance. Je suis réellement écoutée, rassurée. Une équipe vraiment empathique. Je suis considérée comme un être humain et non un numéro. A la différence de ce que j’ai pu être à la naissance de mon crapaud. L’anesthésiste vient me faire ma rachi. Je suis étonnée de pouvoir encore bougée mes doigts de pieds. L’appréhension monte. La sage femme me rassure et me dit que mon mari arrive. La réflexion qui me restera : « Mais qu’est ce qu’il est grand! » « Euh… non… Il est surtout carré… il ne fait qu’1m80… Mais c’est sûr qu’il fait impression et qu’il en joue ! » ;)
Ce n’est pas gynéco qui venait d’arriver qui allait me contredire ! :)
Fio arrive et me fait un bisou. Moi, les bras en croix. Il est vêtu d’une blouse bleue. Souvenir triste de mon crapaud sous sa bulle. Suite à la réflexion de la sage femme, en chassant ce mauvais ressenti, il est vrai que mon amoureux est plutôt pas mal dans sa tenue médicale. ;)
Puis, l’anesthésiste me demande comment je me sens. Suite à l’injection de produit, je fais une petite chute de tension. Comme quoi une grossesse ne fait pas l’autre, à la différence de crapaud où j’avais eu une montée de tension, limite vertigineuse. A part la sensation désagréable d’avoir du coton dans les oreilles quelques instants, je suis fraîche comme une rose. Prête à rencontrer ce bébé. Toi mon fils.
Puis, le moment où ma gynéco ouvre mon zip arrive. Papa, lui se tient un peu à l’écart de ma tête. Toujours en logorrhée, envers cette fois ci l’aide anesthésiste. Il a abandonné l’idée de discourir avec moi. Car moi, j’ose lui dire de se taire. ;)
Tout le long de l’opération et même plus tard lors de l’attente dans la salle de réveil, papa sera obsédé par ma charlotte. M’interpellant: « Attend, ta chéchia s’est barrée… je te la remets ! »
Donc, ton père en plus d’être fils de pied noir, doit être le cousin germain caché de Dexter. Il tente, durant toute la césar, de voir ce qui se passe derrière le champ opératoire. Il dit même à l’aide anesthésiste sa curiosité de voir ce qui se passe derrière le rideau… Bien la peine que je lui fasse jurer de rien regarder… car monsieur ne s’est pas gêné par la suite…pfff !
Je sens qu’ils sont à plusieurs à forcer sur mon ventre pour te faire sortir. Ils poussent limite au niveau de mes côtes. Tu es positionné tellement haut. Puis, nous entendons ton 1er cri. Il est 9h48. Un second puis un 3ème suivent. C’est alors que j’éclate en sanglot. Juste le son de ta voix me renverse. Je suis totalement chamboulée. Un déferlement d’amour chavire mon cœur. Je suis totalement noyée par cet amour inconditionnel. Je suis ta mère. Ta maman. Tu comptes autant que ton frère. C’est une certitude. Juste le son de ta voix me le fait comprendre. Je sais que je pourrai tout te donner. Ma vie y compris. L’émotion m’assaille. C’est le second plus beau jour de ma vie. En plus, Fio est à mes côtés pour le partager.
L’aide anesthésiste descend le champ pour te montrer. La blague est que je me retrouve avec le drap sur la tête et je ne vois rien, ceci par 2 fois... Puis, on me dégage la vue en le descendant un peu plus. Papa, lui, peut apprécier toute la superbe vision de mes entrailles. Pour ma part, c’est là que je te vois pour la 1ère fois. Petit être si petit, si chétif. La sage femme nous dit « Comme il est grand et costaud! Tout comme son papa! Qu’il est beau, Regardez! » .
Moi, je vois juste un être si minuscule avec une ventouse sur la tête. Preuve que maman est une vraie mère abusive et possessive. Même avec une césarienne, tu as eu besoin d’une ventouse ! Au final, je ne voulais pas du tout te laisser sortir!
Cette fichue ventouse te laissera deux choses : un vilain petit bleu et un joli surnom. Celui de bouchon ! Car tu es venu tel un joli bouchon de champagne dans nos vies. ♥
Je peux ensuite t’embrasser. Ton papa trouve que tu ressembles à ton frère. C’est hallucinant. Pour ma part, je ne sais pas. Je ne sais plus. Les seuls mots qui me viennent sont : « La boucle est bouclée ». Je suis bouleversée, retournée. Tu es si petit et tu tiens déjà une place si énorme dans mon cœur. Je suis juste transportée. Je te vois de près (donc je te vois beaucoup moins flou). Une réflexion intérieure me vient : « C’est donc lui, Ruben ». Comme si on me présentait enfin quelqu’un dont on me parlait, depuis des mois. Les 1ers mots que je te dirai sont : « Bonjour Ruben, alors c’est donc toi qui me tapais tout le temps dans le ventre ? »
Puis ils t’emmènent pour te prendre tes mensurations et t’ausculter. Papa te suit. Je suis seule les bras en croix. Je suis sur mon nuage et la gynécologue me dit avoir fait une bonne récolte de don de sang de cordon. Une poche de 200 ml. Elle me rétorque alors : « Maintenant, il faut qu’ils soient compatibles. ». Je lui répondrai seulement que compatibles ou non, tes cellules feront le bonheur de quelqu’un. Ceci qu’elles soient pour Raphaël ou un autre.
Tu es un don de vie, mon Ruben.
Quelle fierté ce don. Que ces cellules souches soient pour notre famille ou un inconnu, tu auras offert à quelqu’un un trésor. Trésor que nous connaissons malheureusement trop bien la valeur.
Le temps que je me fasse fermer, tu me rejoindras avec papa. Nous continuerons nos câlins.
Puis, nous irons en salle de réveil tous les 3. Je te donnerai là-bas la tétée de bienvenue.
Vers 13h30, nous retournons dans ma chambre.
La boucle est bouclée.
Ruben, Raphaël, Florent est né et notre famille est réellement toujours au complet.
D’ailleurs, papa part chercher ton frère.



Message déposé le 17.09.2012 à 18:45 - Commentaires (12)


Le soir d'avant.
« L'amour crée dans la femme une femme nouvelle : celle de la veille n'existe plus le lendemain. » Honoré de Balzac.

Le 30/08, départ pour notre nouvelle vie. Demain sera le grand jour.
Vers 15h30, nous avons déposé crapaud chez son papy et sa mamy.
Beaucoup d’émotions de le laisser là-bas. Dans quelques heures, mon crapaud allait devenir grand frère. Notre famille allait s’agrandir. Mon bébé ne serait plus fils unique. Je ne pouvais retenir mes larmes dans la voiture devant mon crapaud qui me lançait des bisous à travers les barreaux de la barrière. Lui tout souriant…
Sur la route, nous avons réussi à nous béquer Fio et moi. Tradition pré-accouchement oblige ! ;)

J’ai été accueilli à 17h, au service des suites de couches pathologique.
Mon petit préma de 41 SA ne voulait toujours pas sortir. Plus de réelles contractions depuis la résorption de mon hydramnios. Donc me voilà hospitalisée, pour une seconde césarienne.
Ruben haut placé, ayant pris ses appartements en haut de mon bidon et ne touchant absolument pas mon col.

Super accueil de l’équipe soignante qui s’est montrée très sympathique. Explication d’usage de la césarienne du lendemain. Je me suis installée tranquillement dans ma chambre. Vidant ma GRANDE valise comprenant autant de préma, de naissance et que de 1 mois pour bébé Ruben à venir. Bien oui ! Maman avait apporté toute la maison, avec sa valise prête depuis déjà plus d’un mois. J’avais complètement oubliée que j’en avais apporté autant avec tellement de taille différente ! Nathou la prévoyance même ! ;)
Sauf, lorsque j’oublie mon téléphone portable à la maison… Ce qui aura valu un grand moment de stress à la moitié de mon entourage qui n’a pas réussi à me joindre. Notamment la marraine de Ruben, qui n’arrivait même pas à m’appeler sur le fixe de l’hôpital. Le numéro donné pour l’étranger ne passait pas. Elle a donc ameuté la moitié du chu pour me joindre. De ce fait, elle doit une boite de chocolat belge au service pour leur disponibilité et gentillesse ;).

Puis, le moment d’offrir la boite à papa est arrivée…
Moment de franche rigolade, avec des cadeaux qui ont fait tic !
Notamment le stylo et le tee-shirt personnalisé. Tee-shirt qui fera des émules le lendemain envers l’équipe soignante.
Le déballage fût entrecoupé par l’arrivée de mon merveilleux festin : Le repas hospitalier (pensée émue pour toi Moumine !).
A…18h30 ! Fio légèrement moqueur sur ce coup là… :)
Crapaud, quelques jours plus tard, devant la vue de mon repas fît sa moue de dégoût et m’a dit de me le garder…
Bizarre… Serait-il blasé voir écœuré des repas hospitaliers?

Fio ne m’avait pas oublié. Pour ma part, j’ai eu le droit à un pendentif symbolisant mes 2 petits gars. Merci mon amoureux.♥
Après avoir déballé mon cadeau, Fio lui a commis l’erreur suprême : Ouvrir son dernier cadeau de sa boite à papa et lire ma lettre d’amour.
Complètement pris par l’émotion, il est rentré dans un mutisme total. Répondant juste, que la prochaine fois que je lui demande le divorce, il me la mettrait sous le nez. Vu nos caractères de feu, ce ne serait tarder ! lol.
Complètement touché, il est quasi parti aussitôt me laissant seule devant Master-chef !
Il me dira, le lendemain, qu’il n’a quasiment pas dormi de la nuit. Durant son insomnie il a lu de nouveau cette fichue lettre, les larmes aux yeux. Le but était de lui dire je t’aime et non pas de me retrouver seule ! lol.
Du coup, esseulée comme une malheureuse, j’ai pris les dernières photos de mon bidon.
Il faut avouer avec un peu, voir beaucoup de vague à lame. Comme j’ai dit au personnel de nuit, pour moi, il me volait mon bébé. Il l’extirpait de mon corps, de mes entrailles. Un déchirement total de devoir le faire sortir de moi.
Après cette grossesse volée, on mettait une fin de bail à ce moment béni. A travers ce gros ventre, je réalisais enfin que je devenais maman une seconde fois. Je voulais te garder encore un peu en moi. Ne serait ce encore qu’un mois… Mais ce mois se rétrécissait en une nuit. Je disais au revoir à mon gros ventre.
Je prenais mon gramme d’Atarax. Maman shootée, sans portable ni réveil.
Je trouve l’hôpital bien silencieux et me fais la réflexion que je n’entends aucuns pleurs de bébés.
Demain soir, certainement que si…




Message déposé le 09.09.2012 à 15:47 - Commentaires (10)


La graine est sortie de son pot.
De retour à la maison depuis lundi soir.
J'ai ramené dans mes bagages 3.660kg de bonheur pour 51cm de douceur.
Ruben a dit bonjour à la vie le 31/08 à 9h48.
Papa, Crapaud et moi sommes comblés de bonheur.♥

Message déposé le 05.09.2012 à 18:35 - Commentaires (34)


Lubies et petits travers.
Comme toutes mamans aimantes, protectrices et soucieuses de la sécurité de ses chères petites têtes blondes, j’ai quelques petites lubies.

Mais qui n’en a pas ?
« Je ne vous jette pas la pierre, Pierre » me répondront certaines… ;)
Emma, si tu m’entends…Pierre lui me reçoit sûrement… :)

En effet, il y a des choses incontrôlables en moi, que je ne peux m’empêcher de faire et/ou de prodiguer.
Du coup, cela me vaut les moqueries de mon entourage (notamment Fio) et l’air blasé de crapaud qui pour l’instant se plie à mes petites demandes parfois farfelues.

Ruben, voilà les choses que je ne pourrai m’empêcher de te contraindre :

-Les sucettes, à la maison sont autorisées. Mais on ne peut pas les manger de n’importe quelle manière. Il y a une obligation d’être assis pour déguster le bonbon au bâtonnet.
Pourquoi ?
Bah ! Si l’angelot de maman tombe… Il pourrait s’étouffer ou pire avoir le bâton coincé dans le voile du palais… Et il pourrait souffrir le martyre, voir mourir et par la même occasion moi aussi…de peur ! Donc sucette = assis !

-Dans le même genre que la sucette, appelons la brosse à dent!
Les risques de la brosse à dent, dans mon esprit complètement névrosé, sont les mêmes.
Alors, interdiction de bouger avec la brosse dans la bouche.
Imaginez, si l’enfant prodigue glisse sur le sol mouillé de la salle de bain et que l’objet contendant le blesse… De ce fait, il a sa petite place pré- établie pour se brosser le quenottier avec l’INTERDICTION de bouger.

-Toujours dans la pièce d’eau, quelques craintes qui en ressortent.
Lorsque l’amour de sa maman se baigne, défense de tenter de se fracasser le crane! Une balafre d’une 10aine de cm suffit! (D’ailleurs, Ruben, tu seras le seul homme de la famille qu’on ne pourra pas prénommer Scarface ! Je tiens à ce que ça reste ainsi !)
Revenons à nos moutons :
A cause de ma peur de l’accident domestique, il lui est interdit de se mettre debout. Sauf lorsque maman lui tient fermement le bras.
S’il se met à genou, c’est seulement sous l’œil crispé de maman!
Il est banni à tout adulte (pour ne citer que papa), de quitter de son œil averti, plus de 30 secondes, la merveille à sa mère (et un peu à lui aussi), Sinon, risque de crise voir rupture conjugale annoncée! Bah oui, même à 4 ans, il peut se noyer.
Exemple de risque de noyade : s’il se cogne en voulant justement se mettre debout ou s’il fait une crise d’épilepsie (ok, il est stabilisé…mais c’est là qu’il en fait une justement durant son bain !). Ce n’est pas de la paranoïa (quoi que…) juste de l’ultra/méga vigilance! J’ai beau avoir les nénés de Paméla Anderson (version naturel, ayant connus l’allaitement), je suis loin d’être sauveteuse en mer de baignoire!

- Une autre fantaisie de maman.
Connaissez-vous le microbe sauteur des W-C publics ? Celui qui vient manger les zizis et cramounettes des enfants (et des adultes par ailleurs). Voilà pourquoi chaque être vivant de ma famille a de PROHIBÉ de s’assoir sur toute toilette publique. Au risque de se voir désinfecter le cu-cul à tout produit d’hygiène voir ménager existant! ;)

Dans le même genre, la culotte sale qui est en fait propre. Eh oui, l’histoire de la petite culotte se révèle être un virus attrapé de ma propre mère (les W-C publics venant d’elle également). Mais, l’atteinte est moins importante de mon côté. Sachant qu’avec mes sœurs, nous devions changer notre culotte, lorsque nous partions en promenade. Au cas où nous aurions un accident de voiture! lol.
Pour ma part, le caleçon propre devient sale même au bout d’1 heure de portage. Je ne le remettrais au grand dam pour rien au monde! Il en est de même pour les chaussettes et le pyjama. Je tente de me soigner pour les vêtements du jour, mais ce n’est pas encore gagné. Lol. Direction le linge sale. Alors imaginez lorsque je laisse mon petit ange chez belle-maman et qu’elle me rend mon fils habillé pareillement, que la veille, chaussettes et slip compris ! J’ai des palpitations cardiaque! Je crois mourir !

Je crois également mourir quand la perfection à sa mère descend l’escalier. D’où le fait qu’à la maison, il doit le faire sur son divin fessier.

Les portières me rendent folles aussi. Particulièrement celles de voitures. L’image de ses petits doigts coincés me rendent dingues…
Encore dans la voiture, la ceinture de sécurité de son siège auto doit bien le serrer. Sinon, attention au psychotage maternelle !

Autrement, lorsque le crapaud monte sur un toboggan, je peux faire concurrence à Jacques Mayolle. Je retiens mon apnée jusqu’à ce qu’il soit bien assis en haut des marches.

Passons du dauphin au chien… Je me mords les doigts quand mon dresseur canin joue avec ses chiens. Je le regarde jouer d’un œil inquiet, lorsqu’il montre sa domination avec mon gros, qui fait tout de même le double de son poids.
Car, il a beau être crème… Le phénix est souvent brulant avec les autres… Je pense que le dragon brûlera aussi. Du coup, il faudra être vigilant à ce que ma crème de gros chien ne tourne pas rance ! ;)

Du coup, je sens qu’un nouveau petit travers me guette… Celui du chat! Ruben, tu auras ta propre petite difformité maternelle ! ;)
Je vais être aux aguets de la présence du chat dans ta chambre ou non. Notre chat Potté aura intérêt de monter patte blanche en dessous de ses bottes ! ;)

Il y a une peur plus qu’un petit travers que je ne pourrai plus jamais changer. Une mauvaise habitude, que même lorsque mes bouts de moi auront 20 ans que je ne pourrais jamais défaire. Aller les voir la nuit. Vérifier s’ils respirent bien, si leur température corporelle semble normale, si tout simplement ils sont vivants… :(
Ce sont leurs copines qui risquent d’être contentes ! hahahaha (rire sadique).

En plus d’avoir des faiblesses maternelles, j’ai des bizarreries tout court…
Celles qui font marrer Fio !

Depuis que j’ai été enceinte de crapaud, je ne supporte pas qu’on mange/picore dans mon assiette, sans mon autorisation.
Cela me rend dingue, limite agressive
Les fans de friends reconnaîtront le « Joey doesn’t share food » ! Cela me met dans le même état que lui !
Crapaud tout autant! ;)

En fait, j’ai pas mal de tocs alimentaires, en y réfléchissant bien.

Il faut toujours que je serve les petits plats dans les grands. Par exemple, je ne peux pas servir des pates ou du riz, à même une casserole. Il faut que je les mette dans un saladier. Cela me ferait l’effet, de servir la pitance dans la gamelle du chien… Oui, je l’avoue… Je ne suis pas nette !

C’est comme pour manger de la pâtisserie, il me faut une assiette à dessert, avec une petite cuillère. Sinon, je ne sais pas comment m’y prendre…
Je mange également mes pizzas avec un couteau et une fourchette. Je n’arrive pas à me couper une part et la manger à la main, comme le font les Hommes de la maison.
Pour l’anecdote, du genre qui font marrer Fio, on regardait cold case. Un tueur en série explique le pourquoi il s’attaquait à un certain genre de femme… « Oui, c’étaient des intellectuelles du type celle qui mangent leur pizza avec un couteau et une fourchette. » Fio se marre en me disant : Je ne savais pas que j’étais marié à une intello!
Ils me la ressort à chaque fois qu’on mange une pizza. No comment…

Le pire de mes dégoûts est :
Les crottes de nez, doigt dans le nez qui vont avec et glaires qui me sont extérieurs. Rien que de l’écrire beurk! Ceux de mes enfants passent encore, mais celles des autres… GLOUPS !
Donc, je ne vais pas détailler ! ;)

Et vous, quels sont vos petits travers inavouables? Ne me les cache pas toi qui derrière ton ordi…Tu t’es dit que j’étais quand même bizarre comme fille… Tu es peut être pire que moi;)

Pour conclure, je vous cède le pire de mes défauts :
Tenter de garder mes enfants 10 mois in utéro!
Voilà pourquoi, je serais hospitalisée demain à 17h, pour une césarienne programmée à vendredi matin.
Je ne crois plus en un accouchement par voie basse.
Depuis ce Noël, le père Noël et moi sommes un peu fâchés ;)
Donc annonce officielle :
♥ Ruben, plus que 2 dodos et tu dis bonjour à la vie ♥


Message déposé le 29.08.2012 à 18:50 - Commentaires (11)


1ère auscultation de dépassement de terme.
A J-1 de la date fatidique, auscultation de dépassement de terme. Vive la prématurité! ;)
Même si le final ne correspond pas à mon désir premier, je suis très heureuse de ce qui en est ressorti.

Soyons concise : Ruben est ultra haut. Il n’appuie absolument pas sur mon col. Dès lors, le dit col n’évolue pas. Forcément, aucun déclenchement possible.
Donc, je suis repartie avec un nouveau RDV pour mercredi matin. Avec l’espoir qu’il y ait une possibilité d’accouchement par voie basse, qui se fasse naturellement. Mais, je reste très septique. Je suis quasi certaine que la césarienne sera de rigueur, vendredi matin.
Adieu, vieux rêve de l’accouchement par voie basse et du « chéri ! Lève-toi… Je crois que c’est l’heure ! »
Et oui… encore un délogement de force pour l’autre de mes fils.
Moi ? Mère abusive et séquestratrice ? Carrément !

Du coup, j’ai fait mon implacable interrogatoire à la pauvre sage femme présente, sur les pratiques de la césarienne, de l’hôpital où je vais être éventrée… :)
En plus, de vouloir savoir comment mon petit Ruben allait être accueilli, je voulais savoir le parcours de mon pauvre Fio. L’Homme est ultra-stressé de nature. Je voulais pouvoir lui expliquer la matinée avec son fils. Là, j’ai eu la bonne surprise de l’hôpital public. On peut croire que les cliniques sont plus proches des mamans et plus avancées dans leur système d’accompagnement mère/enfant… Que Nenni !
J’ai pu apprécier une réelle différence de conduite entre les deux établissements. Je suis ravie de ce qu’ils m’ont proposé, pour les prochains jours.

Voilà le résumé de la conversation.
A part, problème médical, avec l’accord de l’anesthésiste, Fio pourra assister à ma césarienne. Sauf durant la rachianesthésie, il restera à mes côtés dans la salle d'op.
J'en avais les larmes aux yeux! :)
Depuis que je lui ai annoncé cette superbe nouvelle, Fio est lui aussi sur un petit nuage.
Autre bonne nouvelle, je ne serais pas attachée.
Je pourrai également donner la tétée à Ruben en salle d'op, aidée par la sage-femme.
Sage femme qui m’a ausculté ce matin et que j’ai trouvée très humaine, respectueuse de mon intimité physique et mon intégrité morale. Je fais rarement des compliments sur cette profession. Cette fois-ci, j’ai vraiment pu apprécier quelqu’un avec de belles compétences professionnelles et je suis ravie qu’elle soit présente, durant cette rencontre.
De plus, ils tenteront de nous séparer le moins possible tous les 3. Sauf bien sûr raison médicale, ce qui est évident.
Les soins de Ruben se feront à ma visu. Juste à côté de la salle.

C'est tout le contraire de ce que j'ai eu à la clinique où j’ai accouché de crapaud. J’étais esseulée et je me suis sentie délaissée, privée de ce moment familiale intense.
Je suis vraiment heureuse de ce qu’ils tenteront de nous faire vivre.

Puis la cerise sur le Mc Do, je pourrai peut être grâce à une dérogation partir à la rentrée scolaire de crapaud .
Si mon état le permet, je pourrais éventuellement m’échapper durant 2h30!!!!
Là, je m'envole!!!!
Mais restons vigilants et prudents. Pas de fausse joie qui pourrait nous briser le cœur. Cela reste notre petit secret ! ;)

Malgré toutes ces bonnes nouvelles, j'ai vraiment la sensation qu'il me reste encore 1 mois avec toi, mon Ruben, en moi. Donc, le fait que tu ne veuilles pas sortir ne m'étonne pas plus que ça. Le Sage Femme était d'ailleurs étonnée de ma tonicité pour une femme à terme. Ainsi que de la tienne…
Car, comme à ton habitude, tu n’as pas voulu te laisser prendre correctement au monito… On ne fait pas ce que l’on veut avec les petites graines boostées à l’engrais ! ;)


Message déposé le 27.08.2012 à 23:54 - Commentaires (10)


Le monde fût créé en 7 jours… toi, en un peu plus de 9 mois !
Dans maximum 7 jours, je te tiens dans les bras.
Que d’événements depuis que tu es entré dans nos vies.
Quel parcours.
Je suis fière de la longue bataille que tu as entreprise pour rester en moi.
Tu as grandi silencieusement, sans faire de bruit.
Laissant, la place à ton frère, sachant bien que ton tour allait venir.
Tu t’es agrippé à cette vie. Tu as su dire que t’y avais ton entrée.

Pendant ce temps là, tu nous as laissé s’agiter, se battre voir se débattre.
Jamais, tu n’as mis ton ola…
Tu grandissais doucement et imperceptiblement.
Me laissant faire des kilomètres de route, des nuits blanches, des heures dans des positions inconfortables pour nous deux, me laissant vivre des moments de grandes détresses. Malgré moi, je te mettais en danger.
Pourtant, jamais, tu n’as failli. Présent et silencieux. Montrant seulement ta présence par de grands coups dans mon ventre, que j’ignorai souvent par manque de temps et sûrement par peur…

Je te promets Ruben que même si tu as le ressenti d’avoir été délaissé, jamais nous avons cessé de t’aimer. Tu as fait parti intégrante de cette famille, dès que nous avons su ta présence.
Tu nous as aidés dans cette bataille. Tu m’as aidé à garder la tête haute.

Il y a quelques jours encore, j’avais peur de notre relation. De ne pas être assez aimante envers toi. De la manière dont tu le mérites. Je viens de voir que mes peurs étaient obsolètes.
Du fait d’une mauvaise surprise, capable seulement par le genre humain, j’ai vu, j’ai compris…
Avec toi aussi, je deviens louve. Tu es mon fils. Tu as la même valeur dans mon cœur que ton frère.
Nous sommes au début de notre histoire mais tu es ma chair. Mon bout de tripe. L’amour commence à déborder de mon cœur. Je ne m’en suis pas rendue compte, dans l’immédiat. Sans rien dire, il est venu à pas feutrés se glisser en moi. Maintenant, il déferle.
Je t’attends pour te le susurrer dans l’oreille que moi aussi je t’aime. Comme toi, tu l’as fait dans mes entrailles, mon âme. Aussi délicatement que tu as grandi en moi.

Je ne te promets pas une vie facile. Je serais parfois dure avec toi. Quelquefois, tu penseras que je suis injuste. Pourtant, je tenterai d’être toujours impartiale. De te donner les armes pour affronter cette vie. Droiture, persévérance, respect, amour et loyauté.
Saches que je serais la personne qui t’aimera le plus au monde. Puis, je te laisserai t’envoler le moment voulu. Pour que toi-même tu aimes comme je peux t’aimer.
A ce moment là, tu inculqueras à ta propre famille, les valeurs apprises. Je serais toujours bienveillante envers toi, te regardant devenir un homme. A ton tour, tu construiras ta famille et tu comprendras tout ce que j’ai tenté de t’inculquer et tout ce que nous avons vécu.
Tu comprendras combien je t’aime.

Au plus tard, à dans 7 jours, mon Ruben, mon amour, mon fils.




Message déposé le 24.08.2012 à 22:55 - Commentaires (15)


J-5
Avant qu’on trinque !
Ou J-8 avant la naissance d’un mythe.

Toujours là!
Un faux travail aujourd’hui, mais pas d’illusion …
Je sais que tu es encore 8 jours dans mon bidon !

Hier, pour la St Ruben, tu ne nous as pas fait honneur de ta présence.
Pourtant, Papa a tenté de te soudoyer, pour que tu sois un petit Lion.
Il t’a promis 150€, si tu naissais le 22/08. Puis il a rajouté qu’il te mettrait finalement 300€ sur ton compte, si tu venais avant sa prise de poste à 13h.
Rien n’y a fait… Pas une contraction de la journée.
Au retour de son travail, papa a affirmé que ce n’était pas possible. Tu n’étais pas un vrai pied noir… ;)
Ce matin, lors d’un faux travail, il t’a bien précisé que l’offre ne comptait plus. C’était fini. Il ne pouvait plus rien faire pour toi… Quoi que tu fasses, tu resteras vierge toute ta vie…
Ahhh ! Les blagues nulles de Papa… Ce n’est qu’un début mon pauvre Ruben…

Ton grand frère ne les écoute déjà plus… Preuve qu’on s’habitue à tout ! :)


Message déposé le 23.08.2012 à 23:53 - Commentaires (7)


J-7
Ou J-10 avant qu’on t’éjecte !

Quoi dire…
Je ne réalise pas trop que tu vas arriver si vite dans nos vies.
9 mois qui ce sont passés en un éclair.
Aujourd’hui, je me sens un peu bizarre. De grosses douleurs de règles, un effet de pesanteur, avec une sensation d’étouffement.
Pourtant pas de fausses joies… Je sais que tu viendras, par expulsion de locataire, le 31 ! ;) Comme ton frère !
J’ai un côté maman abusive, voir exclusive… Je garde mes petits ! :)
Suite à mon RDV gynéco, j’ai perdu du sang sur 2 jours et un peu de mon bouchon muqueux.
Maintenant, plus rien.

Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir…
Demain, le 22/08 est la St Ruben.
Toujours dans nos traditions de date clés, vas-tu venir ce jour ?
Autre date, le 30. C’est l’anniversaire de mamy… Mais bon… Je ne pourrais plus faire semblant d’oublier l’anniversaire de belle maman… ;)
Quoi que, le jour de mes dernières règles était bien le jour de l’anniversaire de ton autre mamy. Tu jouerais l’équité… Néanmoins, tu t’es dévoilé à nous, le jour de l’anniversaire de ton papa…
Donc, comme tu es joueur, je m’attends à tout !
Ta mamy est persuadée que vous fêterez vos anniversaires ensemble.

J-1 pour être encore Lion… Sinon, tu risques d’en baver…
Une vierge chez :
-Un papa : Sagittaire ascendant Sagittaire.
-Une maman : Sagittaire ascendant Scorpion.
-Un frère : Scorpion ascendant Sagittaire.
Tu risques de subir par le côté autoritaire de papa et dominant de ton frère… (Moi, j’ai déjà avoué mon côté mère abusive… on ne va pas se répéter, tout de même ! lol)
Un mot : Courage ! ;)

Après 3 semaines de congés, dont une à emmener ton frère, tous les jours à ses rayons, papa a repris le boulot. Il aurait bien aimé rester encore un peu à la maison. Mais, tu n’as pas voulu!
Nous nous sommes organisés pour ton arrivée au 31/08.
Si je suis césarisée, la reprise de l’école de ton frère se fera sans nous 2… Un peu triste de ne pas vivre ce moment de victoire, en famille.

Hier, Papa m’a offert le plus beau des cadeaux.
Il m’a dit que cette grossesse ne sera pas la dernière. Il veut que nous revivions une grossesse plus calmement. Avec le plaisir de voir mon bidon s’arrondir. Ne pas réaliser, le dernier mois qu’il y a bien un petit être en moi qui grandit.
Que la maladie fera, certes, partie pour toujours de notre vie. Mais que oui, nous avons le droit d’espérer et de vivre nos rêves aussi. Celle d’une grande famille.
Lui qui se montrait réticent ces derniers mois envers ce sujet, m’a rempli le cœur de bonheur.

Rien à voir mais :
Après « Sammy 2 » hier (belles images mais scénario niais), demain « L’étrange pouvoir de Norman », peut-être que je vais réussir à t’avoir le cinéma gratuit à vie, à l’UGC ! mdr !



Message déposé le 21.08.2012 à 16:44 - Commentaires (12)


Freddy. Les griffes de la nuit.
« Espoir, Déception : deux ennemis qui s’entendent très bien ensemble. »
de Eugène Vivier


Retour après une consultation gynéco des plus agréables.
Derrière son petit sourire et sa bouille d’ange, j’ai découvert le véritable visage d ma chère gynéco… Celui de Freddy Krueger.
Elle m’a ausculté et là j’ai pu apprécier ses doigts en lames de rasoirs.
Cela était tellement agréable que je me suis accrochée comme une malade aux poignées de sa table d’auscultation, avec autant de force que j’ai pu.
Comme vous le devinez déjà, j’ai toujours le mot poète. Mais là, plus de poésie, juste de la souffrance. Je lui ai affirmé, pendant son geste, que jamais on ne m’avait enfoncé quelque chose si profondément. J’avais même le sentiment qu’elle était arrivée à ma gorge.
Le gosier serré de douleur, j’ai cru que mon repas n’allait pas rester à sa place initiale…
Réponse à cela : promis, je me suis arrêté à votre col!
Entre nous, j’en doute encore ! ;)
La dernière fois que quelqu’un m’a fait si mal, j’étais enceinte de crapaud. La sage femme m’avait décollé les membranes, pour dire…
Résultat des courses : J’ai un col pas encore adapté pour un déclenchement.
Avec comme bénéfice de ce RDV, le besoin de mettre une serviette hygiénique car des pertes ensanglantée. Depuis seulement une heure, je n’ai plus rien qui apparaît sur le papier toilette.
J’ai les parties ultras sensibles, du fait de son examen. Avec des maux de ventre qui m’ont difficilement quitté.
Le 27/08, j’ai un RDV d’après terme (sachant que ma DPA est au 28/08, cherchez l’erreur…) pour voir si mon col est propice ou non. Sinon, césarienne prévue le 31/08.

Lorsqu’on pense que l’on m’a dit que Ruben pouvait être préma… JE ME MARRE! Grrrr


Message déposé le 17.08.2012 à 22:45 - Commentaires (12)


J-1 ou J- 12.
J-1

« Certaines femmes disent que le jour de l'accouchement est le plus beau de leur vie... Je me demande à quoi ressemblent les autres jours de leur vie! »
Florence Foresti

Soyons clair… Je flippe!
Même si je suis déjà maman, je suis une primipare! Peut être que demain, je saurai ce qu’est un accouchement, un vrai!!!!!!!! Avec de vilaines contractions qui font mal. L’envie de tuer l’Homme qui tente de t’aider ou te faire rire pour te… « détendre ». Voilà… Tout ça fait peur.

J’ai peur de hurler à tout rompre. Bizarrement, je me l’interdis. Car Raphaël a toujours gardé sa dignité, dans les pires souffrances. Je dois lui faire honneur… Donc j’ai peur de ça…
J’ai peur de pleins d’autres choses que je garde dans mon cœur de tristes manières… Mais une grande inconnue risque d’arriver demain… L’arrivée d’un 4ème membre, dans notre famille. Serais-je à la hauteur ?

J’ai tellement tout géré ces derniers mois que là… Je perds un peu pied face à mes émotions, qui se montrent plus que contradictoires. Mais, plus le choix… L’arrivée sera pour demain, si tout est propice pour. Le sprint de ces derniers mois se termine par un bouquet final.

Par contre, sachez que de lancer mes paillettes de déesses sur les sages femmes, internes et obstétriciens ne me fait pas du tout peur…
Je vais même en prendre un malin plaisir ! ;)
Mesdames, je vais nous VENGER !!!!! lol
En plus, avec la canicule faisant, l’odeur de rose risque d’être entêtante !!!! :)
Vous me direz merci, plus tard ! ;)

Sinon, en cette dernière journée de liberté, je me suis pas mal reposée.
J’ai bouquiné et fait la sieste (quelque chose de rare, durant cette grossesse par manque de temps et/ou d’envie).
Je me suis préparée pour demain, pour pouvoir puiser au mieux, dans mes forces.
Nous sommes ensuite partis à la ferme, pour voir les poules. Notre dernière sortie à 3.
Puis, avec Fio, prise de bec d’avant accouchement. Les plaisirs du stress commun…
Avec Raphaël, nous nous étions fait la même blague… ça va presque devenir traditionnel…
Enfin, préparation de crapaud à la venue de son petit frère demain.
Hésitation entre jalousie, fierté et appréhension. Une belle complicité à venir. J’en suis certaine. ♥

Voilà les dernières nouvelles du front!

Le programme de demain :
Matinée rames pour Fio. J’ai décidé de faire du boudin. ;)
11h crapaud chez papy et mamy. Au revoir sûrement larmoyant pour maman.
12h Repas dans une cafétéria près de l’hôpital.
14h RDV avec ma gynéco qui décidera ou non de la possibilité de déclencher, selon l’avancement de mon col.

Si pas de nouvelles, bonnes nouvelles et à la semaine prochaine!



Message déposé le 16.08.2012 à 23:35 - Commentaires (13)


J-2 ou J- 13.
J-2
« Deux êtres qui s'aiment se rencontrent toujours. »
Proverbe danois

Ou J-13, il faut que je mette une alèse, pour éviter le malaise du plumard, avec des eaux qui prennent leur aise !

Aujourd’hui, nous avons fêté les 4 ans de mon filleau.
Je taquine tout le monde, en affirmant depuis le début de ma grossesse que je ne pourrais pas m’y rendre, car je serai à la mater… Aujourd’hui, je n’ai pas fait ma maline.
60km de route pour s’y rendre avec de mauvaises douleurs de règles. Une sensation, depuis le réveil, de mettre pris la cuite de ma vie, la veille…
Du coup, j’avais TOUT mis dans le coffre au cas où…
J’y ai cru surtout lors de la remise des cadeaux de mon loulou. Laquelle, j’ai vaguement prêté attention surtout obnubilée à rester zen, face à de vilaines contractions, ressemblant à des envies d’aller à la selle. Oui… toujours des préoccupations très anales, depuis 2 jours ! ;)
Puis, d’un coup…plus rien! Ce soir, je suis fatiguée et les douleurs de règles sont revenues… Nous verrons bien!

Mon crapaud a joué avec son cousin. Ils se sont éclatés. Ils retrouvent leur jeu d’avant, avec leur complicité. Je suis réellement heureuse de les voir de nouveau ensemble. Raphaël connaît maintenant ses limites face au jeu, mais il joue de nouveau! C’est simplement ça le bonheur.

Sinon, l’angoisse prend le dessus chaque jour un peu plus. Tout y passe : notre nouvelle vie à quatre, mes relations avec les garçons, l’accouchement etc… Tout est bon pour me turlupiner ! VIVE LES HORMONES !!!!!
Après la mémoire de poisson rouge, puis les difficultés à trouver ses mots, ensuite de les épeler, je demande maintenant le tripotage intellectuel! Finalement, l’accouchement sera positif sur ce point : Me retrouver physiquement mais surtout cognitivement!



Message déposé le 15.08.2012 à 23:55 - Commentaires (7)


J-3 ou J- 14.
J-3
Fais la somme de toi et moi
Et donne-moi le résultat
Fais de nous 2 la preuve par 3
Qu'on sème et qu'on s'aimera
Encore
De Zazie. « La preuve par 3 »

Ou J-14, avant que je te sorte de force!

Journée où cette fois ci je n’ai pas tenté l’accouchement en public… ;)
Nous sommes restés à la maison, pour inaugurer le barbecue (déjà bien étrenné) offert par papy et mamy. Ils ont pu ainsi voir la maîtrise du feu Néandertalienne de Papa, fier comme un coq de cuire son morceau de bœuf.
De mon côté, j’ai pu peaufiner mon bronzage de routier…
De coup, tout le monde était heureux !:)
Le soir, apéro dînatoire chez nos nouveaux voisins.
Ce qui a fait que nous ne sommes jamais sortis de table de la journée... et que depuis les 2 heures du matin, je tourne en rond, car ça ne tourne pas rond dedans!

Alors la grande question métaphysique est : est-ce que ça travaille ou est-ce une indigestion ?
Comme je suis une déesse, je rappellerai juste que quand je pète, ça fait des paillettes et que demain vous verrez le monde scintiller du fait de mes coups de trompette! :)

J’ai juste eu un petit coup d’électrochoc quand ta marraine a appelé pour me dire : « Tu veux que je fasse ma garce… J-3 ! »
Oui, je ne réalise pas mais dans 3 jours, tu es peut être dans mes bras…
Quoi que, vu l’heure plutôt 2 !


Message déposé le 15.08.2012 à 04:29 - Commentaires (11)


J-4 ou J- 15.
J-4 « Le baby-blues, c’est quand on montre l’enfant à la mère et qu’elle s’aperçoit qu’il a quatre mains. »
de Jean Yanne

Ou J-15, avant d’appeler le 15?
Soyez tolérants… Les rimes en 15 sont impossibles à trouver ! ;)

Aujourd’hui, petite journée tranquille.
Le temps orageux nous a empêchés de nous promener.
Donc après une séance repassage direction ciné.
Nous avons été voir l’âge de Glace.
Mon crapaud a apprécié, riant aux blagues destinées aux grands.
Nous étions un peu septiques, avec Fio, face à l’intérêt de l’histoire d’un numéro 4. Finalement, nous n’avons pas passé un si mauvais moment. Nous avons également bien ri.
Ruben lui aussi a apprécié le moment, gigotant tout au long de la séance.
Fio a cru que c’était le moment… Me suppliant intérieurement de pouvoir attendre la fin du film au cas où…
Pas pour son intérêt perso mais pour éviter le scandale, de sortir crapaud au milieu du dessin animé…
J’imagine bien, le délire perso de Fio m’imaginant la poche des eaux percée, pliée en deux par les contractions et les cris et hurlements de Raphaël se débattant au milieu de la salle pour ne pas sortir… L’Homme dans tous ses états ! :)

Pour finir, mon crapaud a convenu d’un passage éclair au Mc Do… où j’ai pu me commander un Mc Chicken ! Pensée émue pour toi Emma ! ;)


Message déposé le 13.08.2012 à 20:47 - Commentaires (10)


Page suivante >>Dernière page >>
 Livre d'Or

 Contact



Tous les messages
Merci à vous toutes et au revoir.
4 ans.
Le miroir : Raphaël et Ruben.
Mes fils.
L’envol du phénix.
Rentrés - Rentrée!
Lorsque le phénix pose son aile sur un dragon.
Le 1er cri.
Le soir d'avant.
La graine est sortie de son pot.
Lubies et petits travers.
1ère auscultation de dépassement de terme.
Le monde fût créé en 7 jours… toi, en un peu plus de 9 mois !
J-5
J-7
Freddy. Les griffes de la nuit.
J-1 ou J- 12.
J-2 ou J- 13.
J-3 ou J- 14.
J-4 ou J- 15.
J-5 ou J- 16.
J-6 ou J- 17.
J-7 ou J- 18.
Le 1er premier jour du reste de ta vie.
La boite à Papa 3.
La boite à Papa 2.
La boite à Papa.
Bientôt la rencontre du phénix et du dragon.
Hôpital de Jour. 3ème tour.
36 SA ou J-36!
Vos paris.
Le jeu des pronos!!!!
Challenge réussi.
Echo de la piscine.
1er RDV à l'hospi de jour.
1ère semaine de radiothérapie et le grand bain de Ruben.
3ème écho.
Lorsque le sort s’acharne.
Ton Parrain et ta Marraine.
Demande à ton Parrain
Demande à ta marraine.
Raphaël : futur grand frère et toujours le fils à sa mère.
Le monde merveilleux de chez Mickey 5.
Le monde merveilleux de chez Mickey 4.
Le monde merveilleux de chez Mickey 3.
Le monde merveilleux de chez Mickey 2.
Le monde merveilleux de chez Mickey.
Make a wish 2
Une semaine bien chargée…
Maman,
Et le lendemain...
Et demain...
J- 100.
Crapaud l’éclair et ma vie de gros bidon…
Raphaël VS Ruben.
I'll be back -The terminator crapaud-
Evolution du bidon
Make a wish
Le don de sang de cordon.
Le jour de la 2ème naissance de Raphaël.
2ème et 3ème semaine sous le flux
Germain Le Grain ou Germaine la graine ?
Une semaine dans le flux.
Maman, racontes nous quand nous étions dans la bulle. Partie 2.
Maman, Racontes nous quand nous étions dans la bulle.
Merci.
RDV du 4ème mois et nouvelle du front.
Ma vie cachée avec Mickey Rourke
Une belle journée de printemps.
Tiens! un TAG!
Face à face pour une mise au point.
Photo de la chambre de la graine à J-172
Photo de nous 3
Cookies de Noël, en mars.
Bilan de ces 14 semaines de grossesse.
Petite annonce : Donne belle-mère !
2ème cure de chimio finie !
« Kenavo ! Boujou ! »
Le premierS PyjamaS
Autorité naturelle…
Petite graine, Maman veut que tu saches…
Une semaine bien chargée!
Début du petit bidon.
Mon fils sera neurochirurgien !
Au boulot papa!
VDM
Plus que j'y pense et moins j'oublie...
Evolution de Crapaud et de la petite graine.
Mon crapaud s’appelle Raphaël.
Mon 1er cadeau de Noël
La petite graine égrainée et pressentiments.
Et si on faisait un peu d'histoire....Partie 2
Et si on faisait un peu d'histoire....Partie 1
Message à ma poussière d'étoiles...
Bon anniversaire crapaud
En t'attendant, nous 3.
Et Moi! Le grand frère : Crapaud
La maman - Nathou
Le Papa - Fio
Des doutes...


Créez votre blog sur Blog-grossesse.com