Le Blog de Langrensha et Langrensha

J+136



Mon quotidien
Batería Acer Aspire 5612WLMi
Battery for Asus G74

Les Présentations
Accu BOSCH CRS180K
Akku Samsung NP-N310-KA04ES
TOSHIBA Satellite C645 Battery
Akku Samsung NC10-14GBK
Accu BOSCH RHS181 01
Batterie Lenovo ideapad b550a
Battery for Samsung AA-PL2NC9W
Batterie Lenovo thinkpad x301
Accu BOSCH BH1214MH
Accu HITACHI DS 12DVB2KS
Batería para ordenador ASUS L7000H
Accu BOSCH GSB 12 VSE 2
Accu Acer Aspire AS5740
Akku Lenovo 42T4814
Accu HITACHI G 14DSL
Sony VGP-BPS2C/S/E Battery
Batterie pour Lenovo ThinkPad T420i
Battery for Toshiba PA5027U-1BRS
Batterie pour HP Probook 4431s
Battery for Acer AL10BW
Batterie pour ASUS N75SV
Batterie pour Samsung AA-PB9NC6W/E
Battery for Apple PowerBook G4 15 inch
Batterie pour LENOVO ThinkPad X220T
Battery for ASUS A32-K53
Battery for Dell 7FJ92
Battery for Acer TravelMate 6592G
Akku für Acer Aspire 4S820TG

Mes rendez-vous
Acer Aspire 1825ptz Battery
Batería para ordenador Asus K43JM
Akku SAMSUNG NP-P430
Accu PANASONIC EY7201GQKW
SONY VGP-BPS21/B Battery
Batería para ordenador Asus A43BY
Akku SAMSUNG NP-RV420I
Fujitsu Siemen Esprimo Mobile v5535 Battery
Accu BOSCH GSB 18V LIN
Batería para ordenador ASUS UX31 Ultrabook
Acer Aspire Timeline 4810T Battery
Batería para ordenador ASUS P53F
Akku Samsung np-r70
Accu BOSCH BAT011
Batterie pour Dell Inspiron Mini 9
Batterie pour Lenovo ThinkPad W530
Akku LENOVO 0A36279
Batería Acer Aspire 7741G-374G64Mn
Batterie pour Samsung AA-PL2VC6W/E
Batería para ordenador ASUS F3E-AP073C
Battery for Dell Latitude E5420 ATG
Batterie Lenovo thinkpad sl410-2874
Batería para ordenador ASUS Z9400RP
Batterie pour Acer AS10B73
Akku Dell Inspiron N5010R
Battery for Acer Aspire one 532
Battery for Dell Inspiron Mini 1012
Battery for Apple MacBook Pro 15 inch
Battery for Lenovo ThinkPad Edge E120
Battery for Acer Aspire 4736
Akku für ASUS Eee PC 1225B
Battery for Acer Aspire 4736
Battery for Fujitsu FPCBP282
Batterie pour Toshiba PA3356U-3BAS
Batterie pour ASUS N51A
Battery for SONY VGP-BPL26
Battery for DELL Alienware M17x R3
Batterie pour Acer AS09A90
Akku für HP COMPAQ 2740p Tablet PC
Battery for SONY VGP-BPL26
Battery for Lenovo FRU 42T4783
Battery for HP HSTNN-CB0X
Battery for Lenovo Thinkpad R61
Batterie pour Dell Latitude E6510
Akku für Apple A1079
Battery for Compaq 233343-001
Battery for ASUS G75
Battery for Acer Aspire 5820T
Battery for SONY VGP-BPS21
Battery for Apple A1495
Battery for Samsung NP-R460
Battery for Acer Aspire 5820T
Batterie pour Compaq Presario CQ40
Battery for DELL Alienware M17x

Les échographies
Batería para ordenador Asus F80Cr
Akku Samsung N143 Plus
HP COMPAQ 381374-001 Battery
Accu ASUS B50A-AQ013D
Batterie Samsung R428
Accu BOSCH GDR 14.4 V LI MF
Accu ASUS Eee PC 1001PX-BLK014X
Batterie ASUS N76 Series
Akku für Toshiba PA3816U-1BAS
Apple M8416G/A Battery
Batería DELL 86HGX HCJWT
Batterie pour Samsung AA-PB2NC6B/E
Akku Toshiba Satellite Pro P100
Akku für Acer Aspire 5951G-9816
Accu Toshiba PA3356U-3BRS
Akku LENOVO 42T4844
Accu BOSCH 2 607 335 709
Accu MAKITA 6010DL
Battery for HP ProBook 4413s
Akku für Dell J70W7 JWPHF
Accu MAKITA 6916D
Battery for Toshiba Satellite L670D
Akku für ACER AP13D7F
Battery for Amilo Pi 1505
Battery for DELL XPS L321X
Akku für ASUS UX42A Ultrabook
Battery for Acer TravelMate 8572G
Battery for ASUS G73S
Akku für Samsung AA-PB4NC6W
Battery for ASUS G73S
Battery for Apple 13 inch MacBook Air
Battery for Acer Aspire One 531
Battery for Samsung AA-PB9NS6W
Akku für Dell XPS M1330
Battery for HP COMPAQ 6830s
Batterie pour Samsung AA-PB2VC6W
Akku für Samsung AA-PL9NC6B
Battery for Samsung NP-R520
Battery for HP Compaq 6515b
Akku Dell Latitude D430 kaufen-akku.com

Les achats
Akku TOSHIBA Dynabook CX
HP Compaq HSTNN-FB05 Battery
Akku DELL Alienware M14x
Akku für Dell Inspiron 9200
Akku für Lenovo ThinkPad X201
Battery for Toshiba Satellite L650
Akku für Dell Alienware M14x R2
Battery for Acer Aspire 5820T
Batterie pour Compaq Presario CQ72
Akku Dell Latitude D830

Divers
Battery for Dell Inspiron 1525
Batterie pour FPCBP281
Batterie pour Sony VGP-BPS13
Akku für ASUS A32-K55
Battery for lenovo IdeaPad Z575
Akku für IBM ThinkPad T60
Batterie pour Toshiba PA3817U-1BRS
Batterie HP COMPAQ NX9040
Akku für Dell Inspiron N7010


Acer Aspire 1825ptz Battery

Le secteur de la sécurité est également marqué par l’arrêt du groupe Trustworthy Computing de Microsoft, qui a été créé à l’initiative de Bill Gates pour rassurer les utilisateurs sur la sécurité des produits de l’éditeur et dont les membres sont devenus au fil du temps des experts en sécurité. L’heure est à la recherche de bug pour la firme de Redmond qui propose un minimum de 500 dollars pour des failles dans Office 365. Blackphone, le smartphone ultrasécurisé, s’y met aussi avec il est vrai une récompense plus faible.L’iPhone 6 et 6 plus continuent de monopoliser l’actualité cette semaine avec 10 millions d’exemplaires vendus en 3 jours. Au regard du prix des composants des smartphones, l’iPhone reste une belle machine à cash pour la société californienne. Par contre tout n’est pas rose dans le monde d’Apple comme le montre les désagréments rencontrés par des utilisateurs sur iOS 8. Connexion WiFi aléatoire et autonomie de la batterie en chute libre, il n’en fallait pas plus pour que la firme de Cupertino réagisse avec un premier correctif publié. Mais un peu dans la précipitation, cette mise à jour a entraîné lui-même des bugs comme la désactivation du TouchID et la perte de signal cellulaire. Apple a retiré immédiatement ce correctif et a finalement publié le jour d’après la version 8.0.2 de l’OS. On peut ajouter à ces péripéties l’avertissement du directeur du FBI à Apple et à Google sur la décision de chiffrer par défaut les terminaux.


La concurrence tende de répondre à cette déferlante avec ses armes. Samsung a anticipé la commercialisation de ses Galaxy Note 4. BlackBerry a lancé son smartphone carré Passport avec comme ambition de reconquérir sa cible professionnelle. Google jongle avec les apps Android qui débarquent sur les bureaux de Windows, Linux et OS X. Microsoft a joué de la taille de l’installation d’iOS 8 (plus de 5 Go) pour proposer aux utilisateurs d’iPhone et d’iPad une offre de stockage Cloud pour installer l’OS.Toujours dans la mobilité, en France, l’Arcep a reconquis son pouvoir de sanction et a annoncé le lancement de 11 procédures de sanction contre des opérateurs mobiles qui n’ont pas respecté leurs obligations de couverture. L’Autorité de la concurrence a débouté Orange qui demandait des mesures conservatoires sur l’accord de mutualisation entre Bouygues et SFR. Des frictions commencent à se faire ressentir entre SFR et Numericable sur la stratégie audiovisuelle et à l’approche des premières auditions par l’Autorité de la concurrence.


En France, le secteur de l’IT souffre en matière d’emploi avec une augmentation sensible du nombre de chômeurs dans ce secteur au mois d’août. Une période traditionnellement creuse où les personnes peaufinent leur CV et leur présence sur les réseaux sociaux. Dans une étude, on apprend d’ailleurs qu’en France, Viadeo dépasse Linkedin. Une autre étude plus surprenante se base sur le Big Data pour démontrer que les salariés ont besoin d’une pause pour gagner en productivité.Le Cloud a été à l’honneur chez Micrsosoft France pour sa conférence de rentrée, avec l’annonce de plusieurs contrats dont un avec la Société Générale et Cegid. Ce thème sera abordé à OpenWorld d’Oracle qui s’ouvre cette semaine à San Francisco. Les couloirs de la conférence bruisseront de discussions autour de l’annonce surprise du départ de la direction d’Oracle de Larry Ellison. Un retrait en trompe l’œil, car le charismatique leader demeure président et directeur technique. Le Cloud redistribue les cartes et poussent les sociétés à se transformer. Parfois dans la douleur, comme EMC qui se cherche un avenir y compris en discutant fusion avec des concurrents comme HP, Dell, Cisco ou Oracle.



Blackberry a profité de sa conférence londonienne, mercredi 24 septembre, pour présenter l’intriguant Passport, un terminal qui tranche avec les modèles classiques en arborant écran au format carré et destiné aux usages professionnels. « Lorsque nous avons conçu le BlackBerry Passport, nous n’avions qu’une idée en tête : repousser les limites du design traditionnel pourBlackberry a profité de sa conférence londonienne, mercredi 24 septembre, pour présenter l’intriguant Passport, un terminal qui tranche avec les modèles classiques en arborant écran au format carré et destiné aux usages professionnels. « Lorsque nous avons conçu le BlackBerry Passport, nous n’avions qu’une idée en tête : repousser les limites du design traditionnel pour concevoir un appareil modifiant radicalement la manière dont les professionnels s’acquittent de leurs tà¢ches professionnelles à l’aide de leur smartphone », a justifié John Chen, le PDG de Blackberry.


Selon le constructeur canadien, le format iconoclaste du terminal taillé pour tenir aisément dans la poche comme en main (pour en avoir une idée, il suffit d’attraper un passeport dont le boitier reprend le même format), facilite la lecture et rédaction d’e-mails, la consultation et la modification de documents, la navigation Internet et sur carte, notamment. L’écran carré (format 1:1) de 4,5 pouces offre une résolution HD de 1440 x 1440 pixels (453 dpi de densité) protégé par un verre Corning Gorilla Glass 3. La grande surface d’affichage ravira probablement les fans d’Excel mais se montrera moins confortable pour la lecture des vidéos.L’autre innovation majeure tient dans le clavier physique (comme la gamme Q) qui sert aussi de pavé tactile quand on effleure les touches. Une solution censée améliorer la saisie tout en facilitant la navigation et les interactions sur les applications. Un clavier physique qui, au dire de la société, réduirait de 74% les risques d’erreurs de saisie comparé aux claviers purement tactiles de ses terminaux sous Blackberry 10.Le Passport est d’ailleurs, avec le récent Porsche Design P’9983, le premier smartphone du constructeur à bénéficier de l’OS Blackberry 10.3. Celui-ci se distingue par deux magasins d’application : le Blackberry World, propre aux applications Blackberry plutôt orientées sur les usages professionnels; et le store d’Amazon composé d’environ 200 000 applications Android soigneusement sélectionnées.


La nouvelle version de l’OS se dote de Blackberry Assistant qui offre un système de commandes vocales interactif (notamment en mode Bluetooth o๠le système considère que l’utilisateur n’a pas forcément d’accès visuel à l’écran, pour les usages automobiles par exemple). La commande vocale semble assez poussée, notamment soutenue par la présence de 4 micros dans le boîtier. Elle permet ainsi d’envoyer des e-mail uniquement par la parole (y compris en français) mais aussi de gérer de manière sécurisée l’accès aux contacts professionnels, aux calendrier et autres applications natives.Autre innovation, Passport embarque Blackberry Blend, une application multi-plateforme pour accéder aux contenus du terminal localement (connexion USB) ou à distance (WiFi, cellulaire) via un PC (Windows 7 et plus, Mac OS X 10.7 et plus) ou une tablette, uniquement Android (4.4) pour l’heure (Blackberry promet que l’application sera disponible sur « d’autres tablettes » prochainement). Pratique lorsqu’on oublie son Passport à la maison pour y lire ses e-mails ou autres document.


Rappelons que BB10 intègre par défaut la technologie Balance qui permet aux entreprises de configurer les deux usages, professionnel et privé, que font désormais les utilisateurs de smartphones. Deux univers gérables depuis le serveur maison (BES 10) qui supporte également les terminaux Android, iOS et, prochainement, Windows (avec BES12).Côté configuration, le nouveau terminal (de 128 x 90,3 x 9,3 mm pour 196 g) est motorisé par le puissant Snapdragon 800 quadri cœur à 2,2 GHz de Qualcomm (MSM8974-AA) et son processeur graphique Adreno 330 à 450 MHz, épaulé de 3 Go de RAM et de 32 Go de stockage flash extensible jusqu’à 128 Go par microSD. De la place pour stocker photo et vidéo générées par des capteurs de 13 et 2 millions de pixels. En matière d’autonomie, Blackberry annonce jusqu’30 heures d’utilisations mixtes grà¢ce à une grosse batterie de 3450 mAh (non amovible). Même si les promesses sont difficiles à tenir en regard des nombreuses situations d’usage de la batterie (selon le type d’accès réseaux notamment), l’utilisateur pourra néanmoins espérer profiter de son appareil une longue journée de travail.


Bien sûr, le Passport supporte la 4G LTE, à travers une dizaine de bandes de fréquences (dont celles exploitées en France), ainsi que le Wifi Direct et le Miracast (pour envoyer des documents sans fil vers les appareils diffuseurs, TV par exemple, sans passer par un routeur). Un smartphone proposé à 649 euros résolument tourné vers les usages professionnels, cible quasi exclusive désormais dans la stratégie de Blackberry. L’entreprise le vend en direct et prévoit des distributions via les opérateurs. Mais aucun n’a été annoncé pour la France à cette heure.Résolument tourné vers les usages professionnels avec son écran carré, le Passport de Blackberry se distingue par un clavier physique tactile et un assistant vocal poussé.Blackberry a profité de sa conférence londonienne, mercredi 24 septembre, pour présenter l’intriguant Passport, un terminal qui tranche avec les modèles classiques en arborant écran au format carré et destiné aux usages professionnels. « Lorsque nous avons conçu le BlackBerry Passport, nous n’avions qu’une idée en tête : repousser les limites du design traditionnel pour concevoir un appareil modifiant radicalement la manière dont les professionnels s’acquittent de leurs tâches professionnelles à l’aide de leur smartphone », a justifié John Chen, le PDG de Blackberry.



Selon le constructeur canadien, le format iconoclaste du terminal taillé pour tenir aisément dans la poche comme en main (pour en avoir une idée, il suffit d’attraper un passeport dont le boitier reprend le même format), facilite la lecture et rédaction d’e-mails, la consultation et la modification de documents, la navigation Internet et sur carte, notamment. L’écran carré (format 1:1) de 4,5 pouces offre une résolution HD de 1440 x 1440 pixels (453 dpi de densité) protégé par un verre Corning Gorilla Glass 3. La grande surface d’affichage ravira probablement les fans d’Excel mais se montrera moins confortable pour la lecture des vidéos.L’autre innovation majeure tient dans le clavier physique (comme la gamme Q) qui sert aussi de pavé tactile quand on effleure les touches. Une solution censée améliorer la saisie tout en facilitant la navigation et les interactions sur les applications. Un clavier physique qui, au dire de la société, réduirait de 74% les risques d’erreurs de saisie comparé aux claviers purement tactiles de ses terminaux sous Blackberry 10.Le Passport est d’ailleurs, avec le récent Porsche Design P’9983, le premier smartphone du constructeur à bénéficier de l’OS Blackberry 10.3. Celui-ci se distingue par deux magasins d’application : le Blackberry World, propre aux applications Blackberry plutôt orientées sur les usages professionnels; et le store d’Amazon composé d’environ 200 000 applications Android soigneusement sélectionnées.


La nouvelle version de l’OS se dote de Blackberry Assistant qui offre un système de commandes vocales interactif (notamment en mode Bluetooth où le système considère que l’utilisateur n’a pas forcément d’accès visuel à l’écran, pour les usages automobiles par exemple). La commande vocale semble assez poussée, notamment soutenue par la présence de 4 micros dans le boîtier. Elle permet ainsi d’envoyer des e-mail uniquement par la parole (y compris en français) mais aussi de gérer de manière sécurisée l’accès aux contacts professionnels, aux calendrier et autres applications natives.Autre innovation, Passport embarque Blackberry Blend, une application multi-plateforme pour accéder aux contenus du terminal localement (connexion USB) ou à distance (WiFi, cellulaire) via un PC (Windows 7 et plus, Mac OS X 10.7 et plus) ou une tablette, uniquement Android (4.4) pour l’heure (Blackberry promet que l’application sera disponible sur « d’autres tablettes » prochainement). Pratique lorsqu’on oublie son Passport à la maison pour y lire ses e-mails ou autres document.

Message déposé le 19.10.2017 à 11:54 - Commentaires (0)


Batería para ordenador Asus K43JM

Les options de connectivité comprennent une connexion Wi-Fi 802,11 a/b/g/n/ac bi-bande, du Bluetooth 4.2 Low Energy, une puce GPS avec A-GPS, une puce NFC, un capteur infrarouge et un port USB Type-C. Une batterie d’une capacité de 3 000 mAh est logée sous le capot, et offre un support à la charge rapide.Le Honor 8 mesure 145,5 x 71 x 7.45 mm, et pèse 153 grammes. Il arrive avec Android 6,0 Marshmallow, et la surcouche utilisateur EMUI 4.1 de l’entreprise.Le Huawei Honor 8 peut maintenant être commandé en Chine, avec une plus grande disponibilité prévue pour le 19 juillet. La variante de base avec 3 Go de RAM et 32 Go de stockage est vendue 1 999 yuans (269 euros). Si vous souhaitez obtenir la variante avec 4 Go de RAM et 32 Go de stockage, vous devrez payer 2 299 yuans (310 euros). La variante avec 4 Go de RAM et 64 Go de stockage à bord coûte 2 499 yuans (337 euros). Vous retrouverez des modèles de coloris blanc, or, noir, rose et bleu saphir.Pokémon Go est devenu un phénomène mondial en l’espace de quelques jours. Mais, les chercheurs ont déjà repéré une version malveillante du jeu Pokémon Go dans la nature.En effet, Pokémon Go, le jeu qui apporte les Pokémon dans le monde réel, fait beaucoup parler de lui durant ces derniers jours, et ce pour diverses raisons. Et puisque Pokémon Go n’est pas disponible dans tous les pays pour l’instant — notamment en France, les joueurs sont à la recherche de moyens d’obtenir coute que coute le jeu, y compris en le téléchargeant à partir des sources inconnues.


Des chercheurs de Proofpoint, une entreprise dédiée à la sécurité, ont annoncé la découverte d’une version de Pokémon Go infectée. Celle-ci fournit aux hackers un accès complet à toutes vos informations personnelles stockées sur votre téléphone. Si vous ne voulez pas être infecté par le malware Pokémon Go, suivez les étapes ci-dessous.Le meilleur moyen d’éviter le malware Pokémon Go est d’attendre que le jeu soit disponible dans votre pays. Mais, puisque vous n’allez probablement pas suivre cette recommandation, voici comment réaliser l’opération de sideloading de l’application sur votre périphérique Android.Il est seulement nécessaire de télécharger le fichier APK (paquet de l’application Android) à partir de sites de confiance. J’ai écrit un guide détaillé sur la façon de télécharger et jouer à Pokémon Go dès maintenant, avec un lien sûr pour télécharger l’APK.Une fois que vous avez téléchargé le fichier APK, vérifier les autorisations que l’application demande. Par défaut, Pokémon Go ne demande pas un grand nombre d’autorisations — accès à votre emplacement, à vos contacts et à la caméra. Cependant, les logiciels malveillants de Pokémon Go demanderont davantage d’autorisations pour des choses comme passer des appels, lire vos SMS, enregistrer des fichiers audio, ou encore regarder les applications lancées au démarrage. Ces autorisations doivent immédiatement vous alerter.Une fois qu’une application Pokémon Go corrompue est installée, il est extrêmement difficile de la distinguer de l’application officielle. En effet, le jeu « infecté » ressemble et agit à l’identique que celui que l’on retrouve sur le Google Play Store. Néanmoins, les utilisateurs peuvent toujours vérifier les autorisations de l’application pour voir de quoi elle a réellement besoin.


Pour cela, allez dans les paramètres Android, et faites défiler jusqu’à « Application ». Recherchez Pokémon Go, et cliquez dessus. En cliquant ensuite sur le bouton de menu (trois points), vous pourrez voir l’option « Autorisations », puis « Toutes les autorisations ». De là, vous verrez exactement ce que l’application peut faire sur votre périphérique. Vous pouvez comparer les autorisations avec les captures ci-dessous.La version malware de Pokémon Go demandera de multiples autorisationsLa version malware de Pokémon Go demandera de multiples autorisations
Bien que Proofpoint ne dise pas aux utilisateurs comment se débarrasser du malware après qu’il a été installé, on peut supposer que la manière la plus sûre consiste à effectuer une réinitialisation d’usine. Bien que ce soit très problématique, c’est le seul moyen 100 % efficace de se débarrasser des logiciels malveillants sous Android.


Comme les utilisateurs iOS doivent s’enregistrer sur le store aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande ou en Australie pour récupérer un identifiant Apple afin de télécharger l’application sur l’App Store, ces derniers sont à l’abri de ce malware pour l’instant.Le travail d’identification d’Apple permet aux utilisateurs de télécharger l’application officielle de l’App Store, qui est sans danger. Le seul inconvénient est que vous devrez utiliser un autre identifiant Apple jusqu’à ce l’application arrive chez vous…Allez, on va se réconforter après cette finale perdue, avec un nouveau cadeau pour les 6 ans du BlogNT. Après le NAS ASUSTOR, trois produits Withings, une box TaHoma de Somfy, le Babolat et PIQ, et l’enceinte connectée Triby d’inoxia, aujourd’hui c’est Plantronics qui vous gâte avec un casque sans fil au poids plume, le BackBeat SENSE.



Pour ceux qui ne connaissent pas la firme, Plantronics offre une vaste gamme de produits audio filaire et sans fil. La firme est mondialement reconnue pour sa qualité sonore, la fiabilité et l’ergonomie de ses solutions audio.Les casques intra-auriculaires sont faciles à trouver, et de nombreuses solutions existent sur le marché. Trouver le périphérique idéal n’est pas une chose aisée, car avoir un bon son et une bonne conception signifie différentes choses pour différentes personnes. Plantronics n’a peut-être pas la même notoriété des populaires marques de casque du marché, mais son incursion sur le marché des consommateurs — au-delà de ses casques de bureau et des casques Bluetooth — a offert quelques produits intéressants.Plantronics vous gâte avec un casque sans fil BackBeat SENSEPlantronics vous gâte avec un casque sans fil BackBeat SENSE
Le BackBeat SENSE est un casque Bluetooth sans fil qui est extrêmement léger, agile et facile à utiliser. Ajoutez à cela quelques fonctionnalités fortes intéressantes, et vous avez quelque chose qui semble parfait.Avec un élégant design et un petit encombrement, il est parmi les écouteurs les plus confortables, et les plus légers du marché — 140 grammes.Le BackBeat SENSE peut être couplé avec un maximum de deux appareils par une connectivité Bluetooth, et il offre 18 heures d’autonomie. De plus, il fournit des alertes vocales pour informer l’utilisateur sur l’autonomie et l’état de connexion, ainsi que des capteurs qui savent quand vous portez le casque et quand ce n’est pas le cas pour mettre ce dernier en play/pause automatiquement.


D’autres aspects techniques du BackBeat SENSE comprennent l’annulation de bruit, des microphones encastrables pour permettre la communication vocale, et la technologie OpenMic de Plantonic, qui permet aux utilisateurs d’entendre des choses de l’environnement réel pendant que vous écoutez de la musique.Les smartphones sous l’OS de Microsoft, Windows, ne sont pas les plus représentés sur le marché, avec un déploiement horriblement lent, un support limité des applications, et des smartphones haut de gamme de la firme elle-même qui restent décevants sur certains points, notamment si vous n’êtes pas habitué à l’écosystème de Microsoft. HP veut inverser la tendance avec son nouveau Elite x3, une phablette axée sur les professionnels sous Windows 10 Mobile.Néanmoins, lors de l’annonce de Windows 10, et sa version mobile Windows 10 Mobile, nous promettait des annonces d’un périphérique tout-en-un pour vos besoins en informatique. Et, c’est sur ce secteur que HP veut se démarquer, en proposant un smartphone Elite x3 qui a pour vocation de devenir le smartphone phare pour les professionnels qui veulent un périphérique pour tout faire.


Bien que HP ait présenté cet appareil lors du Mobile World Congress 2016, ce dernier va arriver le marché, et il risque d’attirer certains consommateurs. Grâce à un événement organisé par Microsoft, j’ai pu mettre la main sur le smartphone. Voici mes premières impressions sur l’appareil.Ce HP Elite x3 est une phablette dotée d’un écran de 5,96 pouces qui arrive avec un processeur Qualcomm Snapdragon 820 cadencé à 2,15 GHz, et 4 Go de mémoire vive (RAM) DDR4. C’est plus de puissance que les smartphones du marché. Cette surabondance de puissance s’explique par le fait que HP a conçu le Elite x3 pour fonctionner dans trois modes différents.Comme le Microsoft Lumia 950 et 950 XL, vous pouvez brancher cet appareil à un écran externe pour une expérience de bureau. De plus, le Elite x3 peut alimenter un véritable PC par une connexion Wi-Fi, nommé Mobile Extender, lorsque vous avez besoin d’un poste de travail mobile.Comme un smartphone autonome, le HP Elite x3 est très bon, mais il est presque trop grand pour le considérer comme un smartphone du fait de son écran de 5,96 pouces – bien plus grand que celui de 5,7 pouces du Nexus 6 ou du Samsung Galaxy Note 5. 0,2 pouce peut ne pas sembler beaucoup, mais le Elite x3 semble aussi grand qu’un Kindle. Autrement dit, si vous vous l’utilisez d’une main, cela pourrait être compliqué.



Bien que le smartphone soit massif une fois en main, les bords d’écran sont quasi minimes et c’est une excellente chose. En effet, les bords sur les côtés sont extrêmement minces, tandis qu’en haut et en bas, vous allez retrouver une bande d’environ un centimètre, qui fait place aux haut-parleurs stéréo Bang & Olufsen. La grille d’enceinte inférieure comporte également un motif d’égaliseur, dont je ne m’attendais pas pour un dispositif axé aux professionnels.HP Elite x3 : un chouette grille pour le haut-parleurHP Elite x3 : un chouette grille pour le haut-parleur
Bien que la face avant et les bords du HP Elite x3 soient faits de métal, il a aussi une coque arrière en polycarbonate. Combiné avec la façade en verre, c’est un appareil auquel il faudra certainement mettre une coque par peur de le faire tomber.L’écran de 5,96 pouces du Elite x3 est plus grand que la plupart des phablettes concurrentes, mais il dispose de la même résolution de 2 560 x 1 440 pixels. Toujours en parlant de chiffres, son écran devrait avoir une densité de pixels plus faible que la concurrence, bien qu’elle ne soit pas vraiment perceptible.


En effet, vous devriez principalement être occupé à apprécier les couleurs vives et le fort contraste sur l’écran AMOLED que HP a choisi pour le x3. L’écran est également protégé par un verre Gorilla Glass 4 de Corning, qui devrait supporter les rayures et les chutes accidentelles.Comme les autres appareils de l’entreprise, le Elite x3 a été conçu pour être durable et répondre aux spécifications militaires 810G. Le smartphone est également étanche comme en atteste son indice de protection IP67, ce qui devrait le protéger des jours de pluie et des éclaboussures. Bien qu’intéressante, l’imperméabilisation n’est pas quelque chose de nouveau. Cependant, HP a trouvé la peine d’installer des joints d’étanchéité à l’intérieur, en veillant à ce que le châssis reste attrayant.Les autres caractéristiques du smartphone comprennent une puce graphique Qualcomm Adreno 530 intégrée dans la puce Snapdragon, couplée avec une énorme batterie d’une capacité de 4 150 mAh que vous pouvez charger par le port USB-C. Vous aurez également 64 Go de stockage avec les 4 Go de RAM DDR4. Du côté de l’imagerie, le HP Elite x3 est équipé d’un capteur de 16 mégapixels à l’arrière, et d’une caméra frontale de 8 mégapixels.


HP Elite x3 : le capteur d'empreintes digitales incrustés à l'arrièreHP Elite x3 : le capteur d’empreintes digitales incrustés à l’arrière
Enfin, sachez que le Elite X3 intègre un scanner de l’iris, et un capteur d’empreinte digitale, ce qui devrait ravir les amoureux de Windows Hello. Vous aurez différentes solutions pour déverrouiller le smartphone en fonction de vos envies.Étant déjà un smartphone haut de gamme, le HP Elite x3 peut se « transformer » en un ordinateur portable grâce à un accessoire nommé Mobile Extender. Ce dernier est essentiellement une coquille d’un ordinateur portable qui dispose d’un écran de 12,5 pouces avec une résolution 1080p, d’un trackpad et d’un clavier.Au lieu d’un processeur (CPU), d’une puce graphique (GPU) et de la mémoire vive (RAM) que l’on retrouve dans un ordinateur portable « standard », le Elite x3 alimente l’expérience Windows 10 grâce aux technologies Miracast et WiGig.Le Mobile Extender est semblable à un Chromebook, dans le sens où il est léger, et quasiment entièrement en plastique. L’écran pivote également sur une charnière en forme de L, afin d’offrir une bonne sensation de frappe. Malheureusement, l’ordinateur portable n’est pas un appareil 2-en-1 — vous ne pourrez pas vous en servir en tablette. Bien que la capacité de se transformer en une tablette Windows 10 apparaisse comme une évidence, on peut penser que Continuum aurait rencontré quelques problèmes.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 19.10.2017 à 10:41 - Commentaires (0)


Akku SAMSUNG NP-P430

In ihrer Punktebewertung kommen die Kollegen jedenfalls auf 8 von 10 Punkten, was wohl am gelungenen Design und dem sehr passenden Preis-Leistungsverhältnis liegt. Darüber hinaus gibt es aber auch ein paar technisch ganz interessante Punkte: so kommt das HANNSnote mit WLan b/g und N sowie mit Bluetooth EDR und -endlich mal wieder- einem matten Display. Mit nur 1,2 kg inklusive dem optional erhältlichen 6 Zellen Akku ist das Hannspree Netbook auch schön leicht.Ein ausgiebiges und mit einem Video unterstütztes Review zum HP/Compaq Mini 110c, also dem Nachfolger des HP Mini 1000 oder eben des mit einem anderen Aufkleber ausgestatteten Compaq Mini 700, findet man seit einigen Tagen auf trustedreviews.com.
In ihrem Fazit stellen die Tester das Netbook gegen einige andere und empfehlen es aufgrund der guten Tastatur und Designs, weisen aber auch darauf hin, dass es mindestens gleich gute Modelle mit besserer Akkuleistung auf dem Markt gibt.
Dass das Brimborium, mit dem Sony ihr erstes, wirklich als Netbook zu bezeichnendes System in den Markt einführt, tatsächlich keine sonderliche Berechtigung durch die verbaute Hardware hat, ist ja eigentlich schon seit den ersten Veröffentlichungen klar.


Lassen wir mal den “ Testbericht“ von der Bildzeitung aussen vor, so erntet das Vaio W also aufgrund seiner wenigen Innovationen hauptsächlich Kritik, auch wenn es die ein oder andere Kleinigkeit mehr zu bieten hat.Etwa zur Mitte nächsten Monats soll es das Sony Netbook auch bei uns geben, aber Denny Atkin von Computershopper hat schonmal ein Vorab-Sample erhalten, welches er in seinem Testbericht auseinander nimmt.Um es gleich klar zu sagen: DER Pluspunkt ist das mit 1366×768 Punkten hoch auflösende und wohl recht scharfe Display, welches aber spiegelnd/glossy ist. DER Minuspunkt ist der 3 Zellen Akku, der nur durch ein zu teures, 6 zelliges Modell ersetzt werden kann.Für das Design streicht Sony wieder einiges an Lob ein, aber das kleine Keyboard und die 2 USB Anschlüsse sind eher negativ aufgefallen. Das Touchpad mache wiederum einen sehr guten Eindruck, findet Denny. Insgesamt sei das Sony Vaio W aber eher nicht so gut für den mobilen User geeignet, da es aufgrund des kleinen Akkus sowie des Stromhungers des Displays eben eine viel zu kurze Laufzeit bietet.Ja, da werden die Kenner der Szene sicher hellhörig, denn das Pegatron Smartbook ist ja selbst mit einem ARM Cortex-A8 Prozessor mit 800MHz Taktung ausgestattet und deswegen findet der „mobile computing director“ von ARM, Bob Morris, das Ding auch…Tata: natürlich TOLL!



Aber kommen wir mal zu den Fakten, denn dreiste Lügen wird sich dieser wohl nicht geleistet haben in seinem Blogpost zu seinen Erfahrungen mit dem Smartbook, das wohl so langsam zur Produktionsreife gelangt. Eine Woche soll er das System auf einer Art Promotour den verschiedenen Presseorganen vorführen, weswegen er natürlich schon sein Erfahrungen machen musste. Morris beschreibt das kleine Laptop mit 10.1 Zoll Bildschirm und einer zweizelligen Batterie trotz fehlendem Powermanagement im vorinstallierten Ubuntu 9.04 Linux und eingeschaltetem WiFi sowie hochgedrehter Bildschirmhelligkeit als „sehr ausdauernd“, was „etwa 4-5 Stunden“ entspricht. Mit entsprechender Sorgfalt und eben einem angepassten Powermanagement könne man wohl, so vermutet Morris, locker das doppelte an Laufzeit herausholen; wohlgemerkt mit einem 2 Zellen Akku (leider ohne nähere Angaben).Ganz normale Officetätigkeiten wie Powerpoint oder Excel mit open-Office erledigt das Pegatron Smartbook wohl ganz locker, wobei es bei der für viele Kunden alles entscheidenden Frage nach der Videowiedergabe, insbesondere hochauflösenden Materials, eher bescheidene Antworten gibt. Zwar ist das System mit den richtigen Codecs in der Lage, die meisten Videos bis 720p wieder zu geben, aber bei den nervigen Internet-Flashvideos geht die Leistung dann doch wieder deutlich in die Knie. Auch für diese Aufgaben freut sich Mr Morris auf weitere Updates für seinen Rechner; hoffentlich kriegen sie es hin.


Solange wir in Deutschland noch keine Hand an das als Business-Netbook konzipierte HP Mini 5101 legen können, müssen wir uns wohl oder übel mit den Reviews von laptopmag und pcmag begnügen, die allerdings wie gewohnt recht detailliert sind.Das 5101 hat wie sein recht beliebter Vorgänger HP Mini 2140 einige special features wie das Magnesiumgehäuse und die schnelle Abschaltfunktion der HDD bei einem Sturz. Daneben soll es auch für das neue Modell ein hochauflösendes Display mit 1366×768 Punkten geben.Einige Ausstattungsmerkmale haben sich aber dennoch deutlich geändert. So befinden sich die Touchpad-Buttons nun unterhalb des Pads selbst, was doch etwas angenehmer ist, als die Anordnung neben dem Touchpad. Da es sich im Innern mal wieder um ein Intel Atom N270/280 Standard Netbook handelt ist es wenig verwunderlich, dass im Test von laptopmag recht durchschnittliche Ergebnisse erzielt wurden. Mit einer Akkulaufzeit von nahezu acht Stunden konnten sich die Tester aber anfreunden.Beim PCMag hat man dagegen herausgefunden, dass die mit 7200rpm deutlich schneller drehende Festplatte leider auch deutlich wärmer wird, was vermehrten Lüftereinsatz bedeuten könnte. Im Test mit MobileMark2007 hielt der HP Mini 5101 jedoch nur 5 Stunden ohne Akkuladung aus, wohingegen die 8 Stunden des laptopmag mit deren eigenem Standardtest erzielt wurden.


In diesem Zusammenhang ist es wichtig zu bemerken, dass die Testsysteme allesamt mit einem 55Wh Akku ausgestattet waren, die im HP Store gar nicht erhältlich sind. Die dort für $399 angebotenen HP Mini 5101 mit Akkus mit 29Wh sollten dann wohl eher 3-4 Stunden aushalten; im Vergleich zu den Testergebnissen also eine derbe Enttäuschung. Aber Hauptsache, die guten Testergebnisse werden im Netz rumgereicht, gell HP?Das nicht mehr ganz neue Samsung Netbook N310 mit dem Mega-Logo vorne drauf konnte von der bekannten Netbook-Queen Joanna Stern vom laptopmag nun in einem Review begutachtet werden. Wie gewohnt zieht sie den Standardtest mit abwechselnden Aufgaben durch, um die Akkulaufzeit zu ermitteln und fertigt auch sonst weitere Benchmarks an. In diesem mehrseitigen Review befindet sich auch ein Video-Review, das man aber wohl nicht einbetten darf.Ausser dem komischen Logo und dem etwas zu hohen Preis gibt es an dem Modell eigentlich nichts auszusetzen, aber etwas wirklich Besonderes ist der N310 nun auch wieder nicht, wie die technischen Daten belegen.Positiv ins Fazit eingeflossen sind das Design (trotz des Logos), die lange Akkulaufzeit von mehr als 8 Stunden, die recht grosse und komfortable Tastatur sowie der flotte Bootvorgang.Im Vergleich zu anderen Systemen, wie zB dem Toshiba NB200 oder dem 12 Zoll Netbook Lenovo Ideapad S12 sei der Samsung aber etwas zu teuer.



Die Informationen rund um das Übernetbook verdichten sich. Wie ComputerBase berichtet, soll der Acer Aspire 1810T „Timeline“ ab Mitte August für 499 Euro verfügbar sein. Wie die größeren Modelle der Timeline – Serie setzt es auf Intels CULV Plattform, hier mit einem Core 2 Solo SU 3500 mit 1,4 GHz und dem GS45 Chipsatz inclusive GMA4500MHD Grafik, welche HD Videos beschleunigen kann. Beim Gehäuse handelt es sich um ein abgewandeltes Acer Aspire One 751 Gehäuse, in das der 6 – Zellenakku flach und komplett hineinpasst.
Im Gegensatz zu den größeren Modellen spart Acer etwas bei Arbeitsspeicher und Festplatte, beides liegt jedoch mit 2 GB DDR3 Speicher und 250 GB Festplatte immer noch über dem Netbookstandard (Danke noch mal an Microsoft und Intel).
Deshalb installiert Acer auch Vista Home Premium, ob der 1810T für Acers Windows 7 Updateprogramm „qualifiziert“ ist, weiß ich nicht. Ein Grund der dagegen sprechen sollte fällt mir jedoch nicht ein.Die Akkulaufzeit gibt Acer mit 8 Stunden an, was ich in diesem Fall sogar ausnahmsweise glaube, da selbst das 13,3″ Modell mit Core 2 Duo SU 9400 mit 2 x 1,4 GHz im LaptopMag – Batterytest erst nach etwas über acht Stunden der Saft ausgegangen ist. Auch für dieses Modell gibt Acer eine Laufzeit von 8 Stunden an.


Kleine Notiz am Rande : Das 13.3″ Modell gibt es unter der Travelmate – Serie mit Lipus Linux auch jetzt schon für 499 €, dies unterschiedet sich vom Schwestermodell durch ein mattes Display, eine andere Tastatur, und verfügt anstatt des HDMI Ausgangs über einen Dockingstation-Anschluss. (danke schalker91)Die Jungs und Maedels von Whatlaptop.co.uk koennen sich gluecklich schaetzen, denn sie haben den neuen Sony Vaio W als erste unter ihre Fittiche genommen und ihre Ersten Eindruecke veroeffentlicht. Das Display muss der absolute Knaller sein, liefert es doch bei 10.1inch eine Aufloesung von 1366×768 und eine Bildqualitaet die zu den besten gehoert, welche die Tester jemals gesehen haben. Das Keyboard ist nach ihren Eindruecken gut, reicht aber nicht an den Komfort des N110 (und somit auch NC10) heran. Akku Benchmarks? Fehlanzeige! Ich bin mir aber sicher, dass wir auch hierzu in den naechsten Tagen Neuigkeiten haben. Zum kompletten Hands on geht es >>Hier<< und nach dem Break gibt es noch ein kleines Uebersichtsvideo zum Sony Vaio W.


Kollege Lars lässt uns wissen, dass PCWatch einige erste Benchmarks mit dem DosPara Prime Note Cresion NA durchgeführt und die entsprechenden Ergebnisse veröffentlicht hat. Das Besondere an dem Gerät ist die Kombination des eigentlich für Nettops konzipierten Dual Core Intel Atom 330 mit Nvidias ION Plattform und deren GeForce 9400M Grafiklösung. PCWatch vergleicht das Gerät unter anderem mit HPs Pavilion dv2, in dem ja bekanntermaßen ein AMD Neo MV-40 seinen Dienst tut.Bei FutureMarks PCMark05, das eine Reihe synthetischer Benchmarks durchführt, erzielte der Intel Atom 330 im Cresion NA 1904 Punkte im CPU-Test. Der Intel Atom N280 kommt im Vergleich mit 1521 Punkten zwar schlechter weg, die zwei Kerne des 330 bringen aber offenbar keinen besonderen Leistungsschub – zumindest in PCMark05. Die Leistung des doppelkernigen Intel Atom 330 liegt aber offenbar leicht über der des im dv2 verwendeten AMD Neo MV-40, der auf 1845 Punkte kam. Dieser hat allerdings nur einen Kern, taktet mit 1,6 GHz aber ebenso schnell.


Was die Grafiktests angeht, so müssen wir auf einen Vergleich mit der GMA950 Grafiklösung des bei Atom-Netbooks sonst so typischen Intel Atom 945GSE Chipsatzes wohl verzichten, denn in diesem Fall war es nicht möglich, das Benchmark erfolgreich durchzuführen. DIe GeForce-Grafik des Nvidia ION legt mit 1896 Punkten hier ordentlich vor und kann damit den Grafikteil von AMDs 690G-Chipsatz mit mageren 820 Punkten locker hinter sich lassen. Der Test gibt so nebenbei auch einen ersten Eindruck, was von der Radeon X1250/X1270 Grafikabteilung der ersten AMD-Netbooks als Gateway LT3103u zu erwarten ist.Im Vergleich mit dem bei den teureren Varianten von HPs Pavilion dv2 verbauten separaten Grafikprozessor ATI Radeon HD 3410 braucht sich das ION-Netbook nicht verstecken, auch wenn der Zusatzgrafikchip mit 2018 Punkten ein etwas besseres Ergebnis lieferte.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 19.10.2017 à 10:06 - Commentaires (0)


Accu PANASONIC EY7201GQKW

Selecteer in Universal USB Installer bij Step 1 de optie DBAN. Plaats een vinkje bij Downloadlink en haal het DBAN iso-bestand binnen. Klik bij Step 2 op Browse en wijs het iso-bestand aan. Kies bij Step 3 de schijfletter van je usb-stick en activeer de optie Format. Klik op Create om de stick aan te maken. Plaats de DBAN sub-stick in de computer die je wilt vernietigen en start het systeem op.Als de computer niet opstart vanaf de stick, dien je de stick als eerste opstartmedium (boot device) te selecteren. DBAN heeft weinig opties. Geef aan dat je je schijf wilt vernietigen en met welke methode (je kunt kiezen uit meerdere 'sterktes'). Pas nadat je nadrukkelijk bevestigt dat je weet waar je mee bezig bent, veegt DBAN je harde schijf schoon.In september 2013 kondigde YouTube aan dat offline weergave op de mobiele apps zou worden toegevoegd. Maar dat is helaas nog steeds geen realiteit. Het goede nieuws: het is eenvoudig om YouTube video's te downloaden om ze later te bekijken op je pc, smartphone, of tablet.


Er zijn veel manieren waarop je YouTube-video's kunt downloaden, met een browser plug-in, of door de URL van de video in een andere website te plakken. Hier maken we gebruik van KeepVid, maar Freemake Video Converter en Freemake Video Downloader zijn ook goede alternatieven als je software wilt die de gedownloade video's ook naar andere formaten kan converteren.1. Ga naar www.youtube.com en zoek een video die je wilt downloaden. Kopieer de URL in de adresbalk van je browser: Je kunt de URL meestal markeren door op de adresbalk te klikken, maar drie keer klikken zou ook moeten werken. Druk vervolgens op Ctrl+C om het gemarkeerde adres te kopiëren.2. Ga naar keepvid.com en klik in het vak aan de linkerkant van de Download knop. Druk op Ctrl+V om de gekopieerde URL te plakken, en klik op Download. De beschikbare versies van de video verschijnen onderaan.3. Kies het formaat dat je wilt uit deze lijst. We raden MP4 aan voor de beste compatibiliteit, en ga voor de hoogste kwaliteit - in dit geval is het 720p. Klik simpelweg op de link om de download te starten - negeer de opvallende advertenties op de pagina die helemaal geen download links zijn.


4. Kijk in je Downloads map, of klik op de gedownloade video in de statusbalk van je browser (wij gebruiken hier Chrome) om de video te bekijken. Je kunt het bestand ook naar een andere computer kopiëren of op een ander apparaat zetten.Voor meer informatie over het downloaden van YouTube-video's en in hoeverre dit legaal is: Lees dit artikel van onze Britse collega's van PC Advisor.
Mp3 muziek downloaden van YouTube
Soms wil je misschien alleen de audio van een video op YouTube downloaden. Het proces is vrijwel identiek aan het hierboven beschreven proces, alleen gebruik je nu (cliquez ici pour suivre le lien) om de URL naartoe te plakken in plaats van KeepVid.com.Als de conversie niet automatisch plaatsvindt, klik op de blauwe Go knop, en je zult het proces te zien krijgen. Klik tenslotte op de downloadlink wanneer deze verschijnt. Vervolgens kun je het bestand zoals enig ander MP3-bestand behandelen, zoals naar een MP3-speler overzetten en synchroniseren met een smartphone of tablet.KeepVid is een handige website als je zo nu en dan eens een YouTube video wilt downloaden, maar als je een heleboel video's wilt downloaden, of een afspeellijst, probeer dan eens ChrisPC Free VideoTube Downloader.



Let op: Zorg dat je tijdens de installatie geen andere programma's mee installeert, dus lees de instructies en informatie goed door en klik op Decline wanneer er iets wordt aangeboden dat niet ChrisPC Free VideoTube Downloader is. Door op Decline te klikken annuleer je de installatie niet, en de software zal uiteindelijk gedownload en geïnstalleerd worden.Het mooie aan het programma is dat het automatisch video's toevoegt wanneer je de URL in je browser kopieert. Dit kun je doen door de URL in de adresbalk van je browser te markeren wanneer je op de pagina van de video die je wilt bent en op Ctrl+C te drukken.Om een afspeellijst te downloaden, klik allereerst op de afspeellijst in YouTube, en kopieer de URL van de adresbalk van je browser net als bij een enkele video. Alle video's in je afspeellijst zullen aan de VideoTube Downloader worden toegevoegd. Je kunt op de Process all files knop drukken om ze allemaal te downloaden.Wanneer je een YouTube URL kopieert, zie je de video thumbnail en gegevens verschijnen in de FreeVideoTube Downloader. Klik op de oranje Download knop om het naar je harde schijf op te slaan. Links onderaan staan opties voor het downloaden van verschillende versies (kies altijd de hoogst mogelijke resolutie) en converteer het gedownloade bestand naar een formaat dat compatibel is met je mobiele apparaat. Dit is zelden nodig omdat vrijwel alle YouTube video's gedownload kunnen worden als MP4 bestand, wat iPhones, iPads, en Android-smartphones en -tablets standaard kunnen afspelen.


Voor Android-apparaten, kopieer gewoon het MP4 bestand naar de juiste map, doorgaans Movies, via Windows Verkenner. Je kunt het vervolgens afspelen met de Gallery app of een andere videospeler.Als je een iPhone of iPad hebt, importeer het bestand in iTunes en synchroniseer het vervolgens met je iOS-apparaat. Je kunt ook het bestand via het Apps tabblad verslepen naar je iPhone of iPad wanneer je in iTunes op je apparaat klikt. Het enige wat je nodig hebt is een app, zoals Good Reader of een andere video app die bestanden via deze methode kan overzetten.Uiteraard kun je YouTube video's direct naar je smartphone of tablet downloaden zonder dat je je pc of Mac hoeft te gebruiken.Er zijn veel gratis apps beschikbaar op Google Play en in Apple's App Store, maar we zijn erachter gekomen dat TubeMate een geweldige keuze is voor Android, terwijl Tube Downloader - Free Video Download (van RoyalDevs) goed werkt op een iPad of iPhone.


Alle apps werken op dezelfde manier. Ze hebben een webbowser, die gewoonlijk YouTube of de mobiele versie van YouTube als homepage heeft - of een bladwijzer. Je gebruikt de browser om een video te vinden die je wilt hebben, net als op je pc. Wanneer de video begint te spelen komt er een bericht tevoorschijn met de vraag of je de video wilt downloaden (of opslaan). Druk erop en de video wordt gedownload.Er kunnen opties zijn om het bestand een naam te geven of om te kiezen in welke kwaliteit je wilt downloaden, maar eenmaal gedownload zouden je video's toegankelijk moeten zijn via een apart tabblad binnen de app, gelabeld Files of Videos. Je kunt deze wanneer je maar wilt bekijken, zonder internetverbinding.Heb je je mini-pc klaar en heb je er een praktische toepassing voor gevonden? Dan is het belangrijk om na te denken over het besturingssysteem dat je erop installeert. De voor de hand liggende keuze is Windows 8 of 7, maar er zijn genoeg andere opties. We vergelijken de belangrijkste mogelijkheden.
De keuze voor een besturingssysteem hangt allereerst af van wat je ermee wilt doen. Wil je je mini-pc als een volwaardige desktopvervanger gebruiken, dan heb je een algemeen besturingssysteem nodig. Windows 8 of 7 zijn dan goede keuzes. Maar als het de zoveelste pc in huis is, wil je misschien wel wat besparen op de licentiekosten voor het besturingssysteem, want die wegen dan zwaar door in de totaalprijs. Waarom installeer je er dan geen Linux op? Lees ook: Intel Nuc - Een compacte mini-computer.


Ubuntu is de bekendste Linux-versie, maar met de afgeleide Linux Mint haal je een traditionelere interface in huis die eenvoudiger in gebruik is. Ook openSUSE is een optie, vooral als je wat meer mogelijkheden wilt.Wij verwachten dat de meeste mensen een mini-pc in de huiskamer zullen gebruiken, en hem aansluiten op het televisiescherm. Dan gebruik je de computer vooral om films of gemist-diensten van de televisiezenders te bekijken, of misschien zelfs om spelletjes te spelen. Dat kan allemaal met Windows of een van de Linux-distributies, eventueel met een extra programma zoals het XBMC-mediacenter.Als je de mini-pc enkel voor die toepassingen gaat gebruiken, kun je beter kiezen voor een gespecialiseerd mediacenterbesturingssysteem, zoals OpenELEC. Ben je wat avontuurlijker aangelegd, dan kun je zelfs overwegen om Android op je mini-pc te installeren. In deze test bekijken we hoe al die besturingssystemen scoren in verschillende scenario's met een mini-pc.Het meest voor de hand liggende besturingssysteem om op je mini-pc te zetten is Windows 8. Zeker als je de mini-pc in de woonkamer zet en hem op je televisiescherm aansluit, is de tegelinterface van Windows 8 op het eerste gezicht heel geschikt, omdat je toepassingen op het volledige scherm getoond worden. Dat is prettig als je wat verder weg van het scherm zit. Aan de aanraakfunctionaliteit heb je dan echter niets. Het is dus een wat dubbele ervaring.



De tegelinterface van Windows 8 leent zich uitstekend voor een scherm in je woonkamer.Een andere leuke functie die Windows 8 in petto heeft, is Windows To Go, waarmee je Windows 8 vanaf een usb-stick draait en er iedere computer van kunt opstarten. Zo heb je altijd je documenten én je besturingssysteem op zak. Gebruik je je mini-pc in de woonkamer bijvoorbeeld alleen 's avonds terwijl je de rest van de dag op je desktop werkt, dan plaats je Windows 8 en al je documenten op een (grote) usb-stick die je van je desktop naar je mini-pc meeneemt. Nog een voordeel: je mini-pc heeft dan in principe geen harde schijf nodig.Om films te bekijken is Windows 8 uiteraard prima. Meer en meer software kan nu ook met de Modern UI van Windows 8 overweg. Zo is er sinds kort een app van VLC opgenomen in de Windows 8 Store.


VLC staat erom bekend dat je er allerlei soorten videobestanden mee opent. Aan de andere kant heeft Mozilla de ontwikkeling van een Modern UI-versie van Firefox stopgezet, dus het is duidelijk dat de softwarewereld Windows 8 nog altijd niet voluit omarmd heeft.Het tijdperk van Microsofts 'apparaten en services'-strategie is officieel voorbij, zo laat Microsoft-CEO Satya Nadella weten aan al zijn werknemers.
Nadella presenteerde al in maart Microsofts nieuwe mobile-first, cloud-first-strategie. In zijn visie is een gebruiker niet gebonden aan één apparaat, één plek of één programma. Op de rand van een nieuw fiscaal jaar voor het bedrijf, benadrukt Nadella nogmaals de nieuwe koers in een uitgebreide e-mail naar alle fulltime werknemers.Daarin duikt ook nadrukkelijk het woord productiviteit op. We zullen productiviteit opnieuw uitvinden om iedereen en elke organisatie op deze planeet meer te laten doen en bereiken, schrijft Nadella, die afrekent met de 'apparaten en services' mantra van zijn illustere voorganger Steve Ballmer. Deze omschrijving was nuttig bij de start van onze transitie, maar we moeten nu aanzetten op onze unieke strategie.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 19.10.2017 à 06:18 - Commentaires (0)


SONY VGP-BPS21/B Battery

Terracotta, un service de VPN commercial chinois qui est distribué sous plusieurs marques en Chine utiliserait des serveurs piratés (principalement sous Windows server basé aux Etats-Unis, en Corée et en Chine) pour alimenter son réseau. Un réseau devenu populaire auprès de groupes de cybercriminels spécialisés dans les APT (comme Deep Panda par exemple), explique un rapport de RSA Security. « Nous n’avons pas l’habitude que les VPN commerciaux piratent des serveurs », souligne les chercheurs. Ils ont constaté notamment que le service rajoute des adresses IP, mais sans fournir de données supplémentaires, une méthode appréciée des cybercriminels.
zScaler, la plateforme de sécurité en mode Cloud, a annoncé avoir levé 100 millions de dollars lors de son dernier tour de table. Le fonds TPG était à la tête des sociétés qui ont investi dans zScaler. Parmi elles, on compte EMC et Lightspeed Venture Partners, qui avait déjà participé au tour précédent. Au total, la start-up a récolté 138 millions de dollars pour une valorisation estimée à 1 milliard de dollars.
HP a réagi suite à l’article relatif à l’obligation de s’habiller de manière plus élégante pour les équipes de R&D. C’est le vice-président des Ressources Humaines de HP qui a tenu à répondre en personne et en vidéo à ses informations.


Le moins que l’on puisse dire est qu’il a le sens de l’humour très développé. On le voit dans un bureau en Open Space expliquait qu’ « il n’y a pas chez HP de règles pour s’habiller », « un dress code, quel dress code », affirme t’il en changeant de tenue tout au long de son discours (t-shirt, combinaison scaphandre de laboratoire, chemise à carreaux, casquette, etc).
Windows 10 a été téléchargé sur 14 millions de terminaux dès la première journée a annoncé Microsoft. Un démarrage qui augure une bonne adoption pour les prochaines vagues de migration. Même le réseau n’a pas faiblit. Selon les statistiques de Akamai, le trafic Internet a connu un pic de 35% supplémentaire qui correspond probablement au téléchargement de Windows 10. L’objectif est de mettre le système d’exploitation sur environ 1 milliard de terminaux.
Samsung Pay, la solution de paiement sur mobile créé par le constructeur coréen, va être déployée en Europe sans préciser de date. Pour se faire, elle s’appuiera sur Mastercard. Samsung Pay avait été dévoilé lors du Mobile World Congress en février dernier en même temps que les Galaxy S6 et S6 Edge. Il s’agit d’une réponse à la solution Apple Pay de son concurrent de Cupertino. Mais les technologies utilisées ne sont pas les mêmes. Apple parie sur le NFC, pendant que Samsung mise sur une technologie baptisée Magnetic Secure Transmission qui lit la bande magnétique présente sur les cartes de crédit.
Nvidia a rappelé plusieurs tablettes Shield vendues entre juillet 2014 et juillet 2015. En cause : le possible risque d’incendie de la batterie de l’appareil. Pour l’occasion, Nvidia a mis en place un site Web dédié, TabletRecall, afin que les utilisateurs puissent rapidement vérifier si leur tablette est concernée ou non par ce rappel, et connaître les conditions de son remplacement. A noter que les appareils dotés de batterie de type B01 ne courent aucun risque.
Facebook vient de dévoiler une partie de ses travaux sur son drone, Aquila, un des éléments de sa stratégie Internet.org. Il représente un enjeu technologique, mais également réseau avec l’usage du laser.


Une prouesse technique et technologique. Ainsi peut-on résumer les premières images du drone Aquila créé par Facebook. Dans une vidéo, on découvre un appareil en forme d’aile delta avec une envergure de plus de 40 mètres (équivalente à un boeing 737). Cette aile delta a été réalisée en fibre de carbone pour un poids total de 400 kilos. Elle sera lancée par un ballon à une altitude comprise entre 18 et 27 km, en fonction du jour et de la nuit. Une autonomie de 3 mois est attendue avec une batterie de capteurs solaires.Pour mémoire, Facebook avait loupé le rachat de Titan Aeropsace, fabricant de drones finalement acquis par Google. Il avait donc décidé de créer à la fin du mois de mars un laboratoire à part entière, « Connectivity Lab ». Des chercheurs de Facebook, des experts de la NASA et des salariés de l’entreprise britannique Ascenta spécialisée dans les avions solaires se sont attelés à la tâche.L’autre défi à relever par Aquila, c’est la connectivité. Car l’objectif de cette initiative est d’apporter un accès à Internet à tous quel que soit l’endroit même le plus inaccessible. C’est la volonté du programme Internet.org promu par Mark Zuckerberg, auprès des opérateurs. Sur la connexion Internet et la transmission de données, Facebook s’est tourné vers son équipe de chercheurs spécialisés dans les communications laser à Woodland Hills en Californie.



Les experts de Facebook ont réussi à développer une technologie laser capable de transmettre des données à des dizaines de gigabits par seconde. Pour Yael Maguire, ingénieur en chef sur la connectivité, « avoir ce taux dans l’air et dans l’espace, cela n’a jamais été fait auparavant ».Cette technologie laser va en effet être utilisée entre les drones et le sol, mais également pour la communication entre les drones. Un appareil parcourt 3 kilomètres par jour et couvre à lui seul une étendu de 50 kilomètres. Facebook peut créer un maillage de plusieurs drones pour se créer un véritable « réseau Internet stratosphérique ».Aquila connexion Internet 2Pour montrer l’avancée de Facebook sur la connectivité optique, l’agence spatiale européenne (ESA) a fait récemment la démonstration d’un système de communication à très haut débit entre satellites reliés entre eux par des liens optiques laser. Pour la démonstration, le lien a été configuré à la vitesse de 0,6 Gbit/s, mais peut fonctionner à 1,8 Gbit/s sur les 45 000 km qui séparent les deux terminaux LCT (Laser Communication Terminal) mis au point par Tesat-Spacecom (une filiale de Airbus Defence and Space) et le centre aérospatial allemand DLR.


La prochaine génération de Google Glass vient d’être tester in situ auprès de plusieurs entreprises et de développeurs. Google attend les retours pour apporter des améliorations.Début juillet, on découvrait qu’un nouvel appareil émanant de Google était passé entre les mains de Federal Communications Commission (FCC). Tout portait à croire qu’il s’agissait du prochain modèle de Google Glass.Car le projet de lunettes connectées n’est pas abandonné. Bien au contraire. Il est regénéré. Désormais, Google serait déjà passé à la deuxième phase en distribuant des exemplaires à différentes sociétés et organismes, selon The Wall Street Journal.La distribution se ferait dans le cadre du programme Glass at Work de Google, selon Re/Code. Divers acteurs dans des domaines comme la santé, l’industrie manufacturière ou la production d’énergie seraient concernés. Google attendrait un retour d’expérience afin d’améliorer les aspects logiciel et matériel.


Le corps des Google Glass 2.0 serait similaire à celui des Google Glass Explorer Edition, mais serait dénué de cadre en forme de fil. En revanche, elles disposeraient d’un bouton et d’une charnière afin de les fixer sur différents types de lunettes. On conçoit qu’elles pourraient ainsi être fixées sur des lunettes de laborantin ou de chantier. Google a également toujours un partenariat avec le fabricant de lunettes Luxottica.Google distribuerait également les lunettes à des développeurs de sorte qu’ils alimentent le milieu professionnel avec des applications adaptées.On se souvient que les Google Glass avaient à l’origine été présentées de manière spectaculaire lors de la conférence Google I/O en 2012. Ensuite, le programme Google Glass en édition Explorer avait été lancé aux Etats-Unis en 2013 puis décliné au Royaume-Uni à partir de l’été 2014.Il permettait aux développeurs d’entrer dans un écosystème en faisant l’acquisition des lunettes connectées au tarif de 1500 dollars. Mais, Google a mis fin au programme Google Glass Explorer en janvier dernier, sans pour autant abandonner l’idée de lunettes connectées pour de la réalité augmentée.


Tony Fadell, P-DG de Nest (entrée dans le giron de Google), chapeaute désormais le projet en étroite collaboration avec Ivy Ross, déjà en charge du développement des premières Google Glass dans le cadre du Google X Lab.Si plusieurs raisons peuvent expliquer le retrait du programme Google Glass Explorer, la question du non-respect de la vie auquel elles ont rapidement été associées n’y est pas étranger.En ciblant exclusivement les milieux professionnels, Google contournerait les questions de confidentialité avec le nouveau modèle. Car il serait ainsi principalement utilisé dans des lieux de travail privés.Ce fut déjà le cas avec le premier modèle lorsqu’il était utilisé par des professionnels. Des chirurgiens l’ont ainsi utilisé ou encore des techniciens pour réparer des machines avec l’aide à distance de collègues restés au siège de la société.Des améliorations techniques apportées à cette nouvelle mouture sont également escomptées. Ainsi, le passage à un processeur Atom signé Intel apporterait un regain de performances. L’aspect autonomie aurait également été retravaillé et un pack de batterie pourrait aussi être fixé de manière magnétique sur ce nouveau modèle.


La connectivité sans fil serait également au registre des améliorations (avec adoption du Bluetooth 4.1 et du Wi-Fi ac). Des choix à même d’améliorer la consommation électrique et donc l’autonomie, selon ITespresso.Le confort d’utilisation aurait également eu droit à une amélioration avec possibilité de régler aussi bien horizontalement que verticalement le prisme (alors qu’il ne pouvait l’être qu’horizontalement sur le premier modèle).Il fut un temps où la France comptait 3 opérateurs et attendait la communication de l’Arcep (ART à l’époque) sur la qualité des réseaux mobiles. Un exercice où tous les opérateurs se targuaient d’être arrivés en tête. Aujourd’hui, cette pantalonnade est terminée et le classement 2015 du régulateur des télécoms montre de réelles différences entre les réseaux des 4 opérateurs.L’Arcep a donc mené une batterie de tests (160 000 mesures), pour analyser 210 indicateurs qui représentent une large diversité de situations (usage à l’extérieur, à l’intérieur, en voiture, en train, dans les agglomérations de plus de 10 000 habitants, dans les communes rurales…) et de services (téléphonie, SMS, transfert de données, web et vidéo). Les mesures ont porté sur les réseaux 2G, 3G et 4G.



Les résultats de ces analyses montrent que le classement de 2014 reste figé en 2015. En tête, Orange rafle les meilleures notes avec 153 indicateurs au-dessus de la moyenne. L’opérateur s’est empressé de communiquer sur sa position de leader, en rappelant qu’en 2014 le groupe avait consacré 14,5% de ses revenus aux investissements dont 58% dans les réseaux.En seconde position, Bouygues Telecom et SFR sont au coude à coude avec un léger avantage pour le premier (52 indicateurs contre 42 indicateurs). On notera par exemple la première place de SFR sur la navigation web sur les autoroutes. Cette proximité de résultats peut s’expliquer dans certains cas par l’accord de mutualisation des infrastructures 3G.Enfin en dernière position, Free mobile continue le déploiement de son réseau 3G/4G et ne revendique donc que 9 indicateurs au-dessus de la moyenne. Par ailleurs, il continue de bénéficier de l’accord d’itinérance avec Orange.Le régulateur montre dans son enquête les différences de qualité de réseaux en fonction des territoires. Le taux pour un appel parfait passe de 84% de réussite en campagne à 94% en zone dense. Sur les débits descendants, l’écart est plus flagrant : 6,1 Mbit/s en zone rurale contre 21,6 Mbit/s dans les grandes villes.

Message déposé le 18.10.2017 à 09:10 - Commentaires (0)


Batería para ordenador Asus A43BY

Que retrouve-t-on dans Android Wear 2.0 Developer Preview 2 ? Pour les développeurs intéressés, cette dernière version preview apporte Android Platform API 2. Autrement dit, cela signifie que l’OS est maintenant en phase avec Android Nougat, la nouvelle itération du système d’exploitation mobile de Google. En bref, cette Developer Preview est vraiment pour les développeurs.Peut-être que le plus grand changement est que les développeurs ont désormais accès à des gestes du poignet. Auparavant, vous pouviez uniquement faire défiler le flux de notifications en utilisant des gestes du poignet. Cependant, désormais le système est ouvert aux développeurs, qui peuvent intégrer le même concept dans leurs applications. Ces gestes vont améliorer l’utilisation d’une smartwatch Android Wear à une seule main, et éliminer la nécessité d’utiliser l’appareil en utilisant un petit écran tactile.


Bien sûr, ce n’est pas le seul changement. Google va également faciliter pour les développeurs d’accéder au tiroir de navigation d’une application lorsque vous êtes en train de faire défiler l’application elle-même.Android Wear 2.0 est très attendu, et beaucoup espèrent que cette nouvelle itération va corriger beaucoup d’erreurs d’Android Wear. Alors que ce dernier est devenu très populaire grâce à des dispositifs comme la Moto 360, beaucoup s’accordent à dire que le système d’exploitation a mis du temps avant qu’il ne devienne vraiment utile dans la vie de tous les jours.Pourtant, Android Wear 2.0 semble être une jolie mise à jour. Outre les fonctionnalités de la nouvelle Developer Preview, le nouvel OS va offrir un support aux applications autonomes, ainsi que de nouvelles façons d’interagir avec des messages, qui sera très utile étant donné que taper sur le minuscule écran d’une smartwatch peut être frustrant. Le nouveau système d’exploitation devrait être libéré à l’automne, peut-être aux côtés de smartwatches Nexus.Si vous avez une application, et que vous voulez vous assurer que celle-ci est prête pour quand Android Wear 2.0 sera officiellement communiqué, dirigez-vous sur cette page.


Si vous avez déjà essayé de poster un GIF sur Twitter, vous avez très certainement vu un message affirmant que le fichier est trop grand. Néanmoins, selon le centre d’aide de Twitter, la société a augmenté la taille maximale d’un GIF sur le Web.Twitter poursuit donc sa tendance à l’augmentation de la limite de taille pour les téléversements de médias sur sa plate-forme, avec sa dernière mise à jour concernant les GIF.Un certain nombre d’utilisateurs sur Twitter ont repéré le changement. Ces derniers ont désormais la possibilité de télécharger des fichiers GIF animés jusqu’à 15 Mo sur Twitter. Autrement dit, vous serez en mesure de téléverser des fichiers GIF en haute qualité. Précédemment, la taille limite pour les GIF sur Twitter était de 5 Mo. À ce jour, les photos ont la même limite, qui n’a pas été levée.À l’heure actuelle, il y a néanmoins quelques restrictions à savoir concernant cette nouvelle limite. L’augmentation de la taille d’un GIF s’applique uniquement à Twitter pour le Web, ce qui signifie que vous êtes toujours limité sur mobile pour le moment. En outre, le changement ne concerne pas les clients Twitter, comme TweetDeck ou Hootsuite. Autrement dit, cette nouvelle limite est uniquement applicable sur Twitter.com.



Parmi les utilisateurs influents sur Twitter qui ont tweeté la nouvelle (en utilisant soigneusement un GIF approprié), on retrouve le vice-président et éditeur exécutif de Marvel Digital Media, Ryan Penagosn, et l’ex-directeur de l’ingénierie de Twitter, Ian Chan, qui a partagé un glorieux GIF de Matrix dans son intégralité.Bien que les limites inhérentes de Twitter aient été une grande partie de sa popularité, la société a récemment desserré les boulons sur certaines des restrictions qu’elle imposait. Elle a cessé de compter les images, les sondages et les noms d’utilisateur dans le cadre de la limite de 140 caractères imposée par le service, et elle a également assoupli les règles de sa plate-forme vidéo Vine, en augmentant la limite de longueur de la vidéo de 6 à 140 secondes.Allons-nous voir davantage de GIF que de texte sur la plate-forme ? C’est en tout cas ce qui semble se produire de plus en plus, et le retrait de la limite de la taille est un autre pas en ce sens.Le lancement du Samsung Galaxy Note 7 aura lieu le 2 août à New York, après que la firme sud-coréenne ait envoyé des invitations pour l’événement à la presse. Ce n’est pas une réelle surprise, puisqu’il avait eu des rumeurs selon lesquelles Samsung lancerait sa phablette à cette date.


Au cours des années précédentes, nous avons vu le lancement de la gamme Note de Samsung programmé à la fin du mois, juste avant le salon IFA de Berlin. Mais aujourd’hui, la firme coréenne souhaite avoir tous les projecteurs braqués sur son futur flagship.Si vous vous demandez pourquoi il s’agit du Note 7 et non du Note 6, Samsung a déjà mentionné qu’elle avait l’intention de sauter la version 6, simplement pour que la gamme Note puisse rattraper la gamme « S » en tant qu’image de marque (le Note 5 semblait être une version inférieure au S6, par exemple).Quant à ce que nous savons jusqu’à présent sur la phablette, eh bien, à peu près tout la concernant. Si les images d’un prototype qui se sont retrouvées sur la toile sont authentiques, elles confirment que la gamme Note aura des bords incurvés, et que le capteur d’empreintes digitales est désormais incrusté dans le châssis. Les bords incurvés suggèrent également qu’il n’y aura plus de modèle Edge distinct, cette fois.Du côté des spécifications, le dispositif devrait avoir un écran de 5,7 pouces d’une résolution Quad HD, de 6 Go de mémoire vive (RAM), de 64 Go de stockage interne extensibles par un port micro SD. Le smartphone devrait être résistant à l’eau et à la poussière (IP68), et il arrivera peut-être avec Android 7.0 Nougat lors de son lancement.


Le carton d’invitation tease l’arrivée de la phablette avec l’utilisation d’une icône de stylet, et un slogan où l’on peut lire : « 7 Unpacked 2016 ». Malheureusement je ne serais pas sur place pour vous relayer la conférence, mais je ne manquerais pas de vous relayer les informations la concernant.Si ZTE commence à s’exporter hors de son pays natal, la société est davantage connue dans les marchés asiatiques pour sa gamme de smartphones Nubia. Aujourd’hui, la firme chinoise ZTE vient de lancer le Nubia N1.En matière de design, la Nubia N1 peut ne pas apparaître tout à fait originale, mais il reste captivant avec son cercle rouge autour de la lentille de la caméra arrière, le bouton capacitif Home en façade. En continuant l’état des lieux du smartphone, le Nubia N1 dispose d’un écran de 5,5 pouces d’une résolution full HD, soit 1 920 x 1 080 pixels. On retrouve une caméra de 13 mégapixels à l’arrière, et également une caméra frontale de 13 mégapixels qui va ravir tous les amateurs de selfie. Devenant une caractéristique commune pour les smartphones sous Android, un capteur d’empreintes digitales incrusté à l’arrière se trouve en dessous de la caméra principale.Sous le capot, on retrouve un processeur de 64 bits, la puce octa-core MediaTek Helio P10 cadencée à 1,8 GHz, et 3 Go de mémoire vive (RAM) cadencent le Nubia N1. Ces composants sont couplés avec 64 Go de stockage natif extensible avec 128 Go grâce au port micro SD. En outre, le Nubia N1 fonctionne avec la propre surcouche de ZTE (Nubia 4.0), en sus d’Android 6.0 Marshmallow.D’autres bricoles incluent le support double SIM, une connectivité 4G LTE avec VoLTE, et le support USB Type-C.



Cependant, le Nubia N1 se démarque avec son énorme batterie de 5 000 mAh. Selon ZTE, vous aurez une autonomie de trois jours avant d’avoir à le brancher, bien que la compagnie n’ait pas mentionné comment elle est arrivée à une telle statistique.Le Nubia N1 sera disponible depuis la boutique en ligne de ZTE pour 1 699 yuans, soit environ 230 euros. Reste à savoir si le smartphone arrivera sur le marché français.Snapchat est connu comme la messagerie éphémère sur la toile. Mais, Snapchat permet maintenant aux utilisateurs de regarder en arrière, grâce à une nouvelle fonctionnalité nommée Memories.Memories est essentiellement un moyen pour sauvegarder et partager de vieux clichés dans un dossier, qui agit un peu comme la galerie photo de base pour des dizaines de personnes qui utilisent Snapchat comme leur principale application pour prendre des photos. Dans le dossier, vous pouvez organiser, modifier et repartager des photos après qu’elles aient été prises — un changement assez important pour Snapchat.


Les photos regroupées dans la section Memories peuvent être accessibles simplement en glissant votre doigt du bas vers le haut depuis l’écran principal de l’application. Bien sûr, il est important de noter que jusqu’ici vous avez été en mesure de sauvegarder des snaps dans votre dossier principal. Mais, la nouvelle fonctionnalité permet de sauvegarder ces photos vers les serveurs de Snapchat. Ces dernières vont se retrouver dans la section Memories.Lorsque vous ouvrez cette section, vous verrez vos clichés enregistrés dans l’ordre chronologique inverse. Vous pouvez également effectuer une recherche à travers les photos en fonction de leur emplacement et l’heure, et la fonction de recherche vous montrera des « cartes » contextualisées. Snapchat a même construit la reconnaissance d’objets dans la fonctionnalité de recherche, mais il convient de noter que cette reconnaissance est réalisée sur votre smartphone plutôt que sur les serveurs de Snapchat, ajoutant une couche supplémentaire à la sauvegarde de la vie privée.Ce choix est très intéressant pour Snapchat. Depuis ses débuts, l’application a opté pour des messages éphémères, encourageant ainsi les utilisateurs à partager de rapides aperçus de leur vie. Ce processus a conduit à un sentiment de sécurité lors du partage du fait que les messages ne sont pas permanents. Heureusement, vous ne pouvez pas enregistrer les clichés de quelqu’un d’autre à votre album Memories, mais seulement vos propres clichés. Autrement dit, la sécurité ne semble donc pas impactée.


Avec le lancement de la gamme Xperia X, il semblait que Sony pourrait stopper son appétit de lancer des smartphones phares chaque année. Mais, si l’on en croit un nouveau benchmark, un nouveau modèle, probablement le Xperia X2, est sur le point de voir le jour.Repéré par Xperia Blog sur GFXBench, le benchmark révèle un smartphone de Sony référencé par le numéro de modèle F8331. Et alors qu’il n’est pas nommé, c’est clairement un appareil haut de gamme, avec un processeur Snapdragon 820, 3 Go de mémoire vive (RAM), une caméra arrière de 21 mégapixels, une caméra frontale de 12 mégapixels, et un écran de 5,1 pouces d’une résolution full HD (1080 p).Ces spécifications sont un peu en dessous de celles du Galaxy S7, mais en phase avec le Sony Xperia X Performance, qui est l’actuel smartphone phare de la firme japonaise. Néanmoins, du fait de l’apparition de ce benchmark, il est probable que le smartphone soit proche d’être dévoilé, peut-être à l’IFA 2016.Le Sony Xperia X Performance pourrait bientôt avoir un successeurLe Sony Xperia X Performance pourrait bientôt avoir un successeur



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 18.10.2017 à 06:51 - Commentaires (0)


Akku SAMSUNG NP-RV420I

Zu den neuen Toshiba-HDDs gehören neben dem High-End-Modell MK5056GSY mit 500 GB die Laufwerke MK1656GSY mit 160 GB, MK2556GSY mit 250 GB und MK3256GSY mit 320 GB.Martin Larsson, Vice President und General Manager der Toshiba Europe Storage Device Division, betont: „Mobilität bestimmt die Zukunft des Computers. Laut IDC wurden 2008 zum ersten Mal mehr Notebooks als Desktop-PCs verkauft (3). Dabei besteht eine große Nachfrage nach mobilen Systemen, die eine Performance auf Desktop-PC-Niveau bieten. Heutige Anwender wollen keine Kompromisse hinsichtlich Speicherkapazität, Akkulaufzeit oder Performance eingehen. Mit den neuesten HDD-Entwicklungen wird dies auch möglich. Unsere neuen HDDs ermöglichen es OEMs, Geräte zu konfigurieren, die die mobilen und ’speicherhungrigen‘ Consumer heute suchen.“(1) Bei den Werten handelt es sich um Beispiele. Die tatsächliche Datenmenge, die gespeichert werden kann, ist abhängig von File-Größe und -Format, Einstellungen, Betriebssystem, Software und weiteren Faktoren.


pctv systems stellt mit dem picoStick eine ideale Ergaenzung zu aktuellen Netbooks vor. Dieser DVB-T USB Stick ist nicht mehr und nicht weniger als der kleinste seiner Art, sprich er ragt nur zur Haelfte aus dem USB-Slot heraus. Da der gesamte Stick kuerzer als ein Streichholz und schmaler als eine 1 Cent Muenze ist, faellt dies kaum ins Gewicht. Die 2teilige Mini-Teleskopantenne soll fuer einen klaren Empfang sorgen und die mitgelieferte Software bietet ein vollwertiges EPG-System. Ein Atom mit 1.6Ghz soll fuer den Betrieb voellig ausreichend sein und es werden sowohl Win XP, Vista, als auch Windows 7 unterstuetzt. Der Stick ist u.a. bei Amazon und im PCTV Webshop fuer ca. 60 Euro erhaeltlich. Saemtliche technische Details gibt es nach dem Break.PCTV picoStick (74e) ist ein revolutionär kleiner DVB-T USB Tuner für Windows-PCs. Dank seiner völlig neuen, integrierten Chip-Technologie bringt er DVB-T Empfang „in völlig neue Dimensionen“. Mit einer Länge von geringen 35mm und einer Breite von nur 12mm ist das Metallgehäuse deutlich kleiner als alle anderen derzeit im Markt erhältlichen USB TVSticks.
Trotz des hohen Grades der Miniaturisierung bietet das Gerät eine sehr hohe Signalempfindlichkeit und ermöglicht perfekten TV-Empfang – auch in Gegenden mit einem schwachen DVB-T Signal. Sein einzigartiges Metallgehäuse mit dessen integrierter Schutzklappe macht den PCTV picoStick zu einem eleganten Accessoire für moderne, kleine
Laptops, Netbooks und Nettop-PCs.


Acer hat mit dem Acer Ferrari One ein neues (Nicht-)Netbook vorgestellt. das auf der ebenfalls neuen AMD Congo Plattform basiert. Das Gerät geht angeblich auf die gemeinsamen Sponsorenaktivitäten von Acer und AMD beim Formel-1-Team Ferrari zurück. Statt der ausgelutschten Intel-Plattform um den Atom N270 kommt hier ein AMD Athlon X2 L310 mit 1,2 Gigahertz zum Einsatz, der wie der Name schon sagt über zwei Rechenkerne verfügt. Es handelt sich um ein 11,6-Zoll-Gerät.Der Athlon X2 L310 dürfte durchaus mehr Leistung bieten als ein Intel Atom-Prozessor. Der Chip läuft zwar etwas langsamer, hat aber dafür ein ganzes Megabyte Level2-Cache an Bord. Die Radeon 3200 IGP und der M780G-Chipsatz dürften ebenfalls für reichlich mehr Dampf als bei Geräten mit Atom und Intel 945GSE-Chipsatz sorgen. Unter anderem ist das Gerät dadurch auch in der Lage Full-HD-Videos problemlos abzuspielen. AMD & Acer statten das Ferrari One zusätzlich Unterstützung für ATIs XGP-Technologie aus, mit der sich die Grafikleistung unter Verwendung einer externen Grafikkarte stark steigern lässt. Hier wird allerdings der Prozessor schnell zum Flaschenhals, weshalb es sich hierbei wohl eher um ein Gimmick handeln dürfte.



Abgesehen von der Plattform ist die Verwandtschaft mit den großen Intel-Netbooks von Acer unverkennbar. Das 11,6-Zoll-Display arbeitet mit 1366×768 Pixeln. Am Gehäuse hat eine Reihe von kosmetischen Veränderungen vorgenommen, darunter natürlich auch der feuerrote Display-Deckel mit dem Ferrari-Logo, einige Details an den Seiten und das trapezartig geformte Touchpad mit seiner einzelnen großen Taste mit Ferrari-Schriftzug. Unter der Haube stecken zusätzlich Draft-N-WLAN, Bluetooth und auf Wunsch auch ein HSDPA-Modul. Der Akku hat eine Kapazität von 5600mAh und ist ein 6-Zellen-Modell.Das Dospara Prime Note Cresion NA ist nicht neu, die aufgebohrte Ausstattung aber schon. Die Japaner schrauben in ihr Fast-Netbook im 12-Zoll-Format nun nicht mehr nur ein einfaches DVD-Laufwerk, sondern bieten jetzt auch eine Variante mit Blu-ray-Drive an. Unter der Haube tut sich bis auf das neue Laufwerk nichts, es bleibt also beim Dual-Core Atom-Prozessor und der Nvidia ION-Plattform. Was man allerdings mit einem Blu-ray-Laufwerk in einem solchen Gerät will, erschließt sich mir nicht so recht.


Das Prime Note Cresion NA ist eigentlich ein Rebranding eines Netbooks von ASRock. Das Gerät soll mit dem Blu-ray-Laufwerk in Japan ab dem 5. September zum Preis von knapp 70.000 Yen erhältlich sein. Dies entspricht umgerechnet gerade einmal 530 Euro. Für das Geld dürfte man nur wenige Laptops mit einem solchen Laufwerk bekommen können. Die Akkulaufzeit von 3,2 Stunden wird andererseits vielleicht nicht einmal ausreichen, um einen etwas längeren Film (am Besten dann inklusive der Extras) zu gucken.Hier nochmal fix die Spezifikationen: Intel Atom 330 Dual-Core Prozessor mit 2x 1,6 Gigahertz, Nvidia ION Chipsatz mit intergierter GeForce 9400M Grafiklösung, 2 GB RAM, 320 GB Festplatte, 12,1 Zoll Display mit 1366×768 Pixeln, 3x USB 2.0, 10-in-1-Kartenleser, Bluetooth 2.1 mit EDR, WLAN nach IEEE 802.11b/g/n, Gigabit Ethernet, 1,3-Megapixel-Webcam und als Betriebssystem Windows XP Home Edition (woher haben die Japaner bei diesen Specs die ULCPC-Lizenz?!?). Leicht ist der ganze Haufen auch mit Blu-ray nicht – das Dospara Prime Note Cresion NA wiegt stolze 1,92 Kilogramm.


Nachdem der Showstoppers Event zur IFA 2009 mich mehr als enttäuscht hat, ist nun statt Bier trinken und Vollfressen wieder News-Versorgung angesagt. Nicole ist offenbar schon seit einiger Zeit auf dem Gelände unterwegs und hat sich wie es sich gehört auch die Sony Pressekonferenz angetan. Sony hat mit der neuen Sony VAIO X Serie anlässlich der Messe für eine erste Überraschung gesorgt. Die Japaner hatten einige erste Vorserienmodelle am Start, die Nicole natürlich gleich von Nahem betrachtet hat, um ein erstes Hands-on Video zu machen. Das Video gibt’s nach dem Break, hier noch schnell die Eckdaten: 11,1 Zoll, 700 Gramm Gewicht, 14 Millimeter dick und derzeit noch Intel Atom CPU.Eigentlich ist die X-Serie nicht ganz neu, denn schon 2003 gab es einen Super-Flachmann mit der gleichen Bezeichnung. Die neue Reihe soll dessen Erbe antreten und mit einigen Besonderheiten überzeugen. Das Gehäuse ist gerade einmal 14 Millimeter dick und das Gewicht liegt bei rund 700 Gramm. Sony erreicht dies durch die Verwendung von Kohlefasermaterialien und eine Aluminium-Tastatur – was sicherlich auch für eine größere Stabilität sorgen dürfte. Was die Akkulaufzeit angeht, so spricht Sony von der Möglichkeit das Gerät „den ganzen Tag bis in die Nacht“ nutzen zu können. Wie auch beim Nokia Booklet 3G hat der Sony VAIO X ein UMTS-Modul an Bord.



Die Plattform der auf der IFA gezeigten Geräte ist ein Intel Atom Prozessor unbekannten Typs. Es wird zwar spekuliert, dass es sich um einen der neuen Pineview-Chip handeln könnte, doch andererseits ist auch davon die Rede, dass Sony erstmal nur einen Atom verbaut hat, um den VAIO X zur Messe zeigen zu können, letztlich aber vielleicht einen anderen Prozessor verwenden will. Die Messemodelle sind darüber hinaus mit 2GB RAM und einem 31Wh-Akku ausgerüstet. Weiterhin sind 2 USB-Ports, ein SD- und Memory-Stick-Reader vorhanden. Sony bringt am Gehäuse außerdem Klappfüße an, die das Gerät „aufbocken“ – aber nicht nur, um eine komfortablere Schreibposition zu erreichen, sondern auch um den ausklappbaren Ethernet-Port zugänglich zu machen. Einen HDMI-Port scheint es nicht zu geben, stattdessen aber immerhin einen VGA-Ausgang.Sony bezeichnet die VAIO X-Serie ausdrücklich nicht als Netbooks. Dies liegt wohl auch am Preis, der sich irgendwo „unter 2000 Dollar“ bewegen soll. Die offiziellen Spezifikationen will Sony erst im Oktober verraten. Die Markteinführung erfolgt dann rund eine Woche nach der Veröffentlichung von Windows 7. Der Vista-Nachfolger ist offenbar auch Sonys Wahl als Betriebssystem.


Das da links auf dem Bild ist Spiegel Redakteur Frank Patalong, einer der sogenannten Qualitaets-Journalisten, ein absoluter Profi also, zumindest behauptet er dies von sich selbst. Warum ich euch nun einen unglaublich subjektiven Kommentar praesentieren werde? Der Knabe beweist einmal mehr, warum dieser Berufsstand aus dem letzten Loch roechelt, warum diese Schreiberlinge hoffentlich eher heute als morgen die finanzielle Graetsche machen sollten und wieso groesse Teile dieser Medien einfach nur Sklaven der Konzerne und der Content-Mafia (u.a. dpa) sind.Was in den letzten Wochen bei den Internet-Ausdruckern der alten Medien so abging, passt auf keine Kuhhaut mehr. Mehr geht wirklich nicht. Da posaunte ein Onkel Burda doch im Juni was von einer 4. Gewalt im Staate Namens „Qualitaetsjournalismus“ raus und verlangt von Google doch bitteschoen Tantiemen, damit diese auf seine Inhalte verlinken duerfen, zu denen u.a. solche Qualitaetsmedien wie die Superillu gehoeren.
Gedanklich aehnlich verstaubt kommt der alte Knacker und Monopolist Rupert Murdoch daher, der nun all seine Auftritte im Netz in „Premium“ umwandeln will, sprich ihr muesst fuer den Rotz auch noch zahlen.
„Rupert befiehl, wir folgen dir“, dachte sich da auch Bodo Hombach von der WAZ-Gruppe und forderte ein Ende der „Kostenlos-Kultur“ im Internet. Herr, lass diesen Kelch bitte an mir voruebergehen!



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 18.10.2017 à 06:22 - Commentaires (0)


Fujitsu Siemen Esprimo Mobile v5535 Battery

Le processeur de calcul contextuel prend en charge les capteurs, l’affichage et l’interaction tactile mais il joue également le rôle de processeur « primaire » lorsque le smartphone est en veille (indication des notifications et des statuts).Le processeur dit de « traitement de langage naturel » gère la partie audio, l’estimation du bruit et son annulation. C’est ce dernier qui permet au smartphone d’être toujours à l’écoute et c’est lui qui assure l’annulation active du bruit puisque, pour celui-ci, Motorola n’a pas fait appel à la technologie d’une autre société telle que Audience.Motorola a également personnalisé le firmware du processeur Snapdragon sans modifier la ROM stock d’Android (on notera que les Droid n’embarquent pas tout à fait la ROM stock).La finalité de cet assemblage est d’améliorer la durée de vie de la batterie ainsi que les performances. La démarche est plutôt à contre-courant puisque tous les constructeurs de SoC cherchent à intégrer un maximum de fonctionnalités dans une seule puce pour minimiser la consommation électrique (« piloter » les entrées / sorties entre puces « tire » beaucoup de courant sur la batterie) et les coûts.


Motorola_X8_MCS_Moto_X_DroidIqbal Arshad indique toutefois que Motorola X8 a bien pour but d’améliorer l’autonomie : «Si nous n’avions pas le processeur de calcul contextuel et notre processeur de langage naturel, nous aurions besoin de deux batteries supplémentaires.» Motorola X8 permet d’accroître la durée de vie de la batterie de 50% lors des jeux.En substance, ce savant agencement de puces permet d’adopter un SoC avec CPU double coeur là où la concurrence montre les muscles avec des modèles octocoeurs.Le système peut par ailleurs fonctionner avec tout autre SoC qu’un Snapdragon. Mais si Motorola se « contente » de CPU double coeur pour sa gamme de Droid et le Moto X, la société n’en oublie pas pour autant le marketing puisque Moto X8 est annoncé comme un « système à 8 coeurs ». En fait, il s’agit des deux coeurs du CPU, des 4 coeurs du GPU Adreno 320 et des deux autres CPU monocoeurs.Apple vient de faire l’acquisition de Passif Semiconductor, une société basée dans la Silicon Valley spécialisée dans les puces Bluetooth Low Energy.Après P.A. Semi (société fabless spécialisée dans la conception de processeurs) rachetée en avril 2008 pour 278 millions de dollars, Intrinsity achetée en avril 2010 (pour 121 millions de dollars) et Anobit (société israélienne spécialisée dans la mémoire flash) acquise pour 390 millions de dollars en décembre 2011, c’est au tour de Passif Semiconductor d’entrer dans le giron de la firme de Cupertino.Apple a confirmé cette acquisition tout en restant laconique. Un porte-parole de la société s’est ainsi contenté de préciser : « Apple achète des petites sociétés technologiques de temps en temps. » Le termes exacts de la transaction n’ont donc pas été spécifiés même si le montant d’une première tentative de rachat de la société californienne était de l’ordre de 5 millions de dollars.


Tout juste sait on que Passif Semiconductor a été fondé il y a quelques années par Ben Cook et Axel Berny, qui étaient alors étudiants doctorants à l’Université de Californie basée à Berkeley.Composante essentielle des appareils nomades s’il en est, la partie dite radio ou RF (pour Radio Frequency) gère les transmissions sans fil aux fréquences des différents standards. Passif est spécialisé dans la conception de puces radio pour le Bluetooth et plus précisément pour le profil Bluetooth Low Energy (BLE) du Bluetooth 4.0.Maîtriser ce domaine est essentiel pour des appareils fonctionnant sur batterie. On pense dès lors à la potentielle smartwatch d’Apple (iWatch) qui pourrait être reliée aux terminaux iOS via le Bluetooth à l’instar des actuelles smartwatches du marché telles que la Pebble. Plus largement, le savoir-faire de Passif pourrait être mis en oeuvre dans différents accessoires de la firme à la pomme mais aussi dans tous ses autres appareils (iPhone, iPad, MacBook Pro et Air).Le domaine des semiconducteurs était jusqu’alors chapoté par le vice-président sénior Bob Mansfield qui n’est désormais plus à ce poste puisque responsable de « projets spéciaux. »



Apple ne se contente pas d’investir dans les sociétés spécialisées dans les semiconducteurs. La société a ainsi étoffé sa timonerie avec HopStop.com et Locationary, toutes deux acquises le 19 juillet 2013. Les deux sociétés spécialisées dans la cartographie (tout comme WiFiSlam spécialisée dans la géolocalisation indoor acquises en mars 2013) viennent consolider le service Maps de géolocalisation initié avec iOS 6.Plus que des capacités technologiques hors du commun, Motorola joue, avec son Moto X, la carte de la personnalisation et d’une intégration poussée d’Android.On se demandait, précédemment, comment Motorola comptait-il distinguer le Moto X du reste du marché alors que ses caractéristiques techniques ne semblaient pas dépasser l’offre moyen de gamme. On le sait aujourd’hui, après la présentation officielle, hier soir heure française, du premier smartphone de Motorola conçu avec les équipes de Google, son propriétaire : nouvelle stratégie de vente et intégration poussée avec Android.A la manière d’une automobile, les consommateurs américains pourront ainsi personnaliser, en ligne, le design de leur Moto X parmi 2000 combinaisons, jusqu’aux fonds d’écran et avec signature sur la coque (on ne pourra plus confondre son smartphone avec un autre). Une liste de combinaisons qui s’applique aux écouteurs et qui s’enrichira au fil du temps, notamment avec l’offre d’une coque en bois. L’envoi s’effectue sous 4 jours. Un délai relativement court rendu possible par l’assemblage de l’appareil au Texas. Motorola insiste d’ailleurs sur ce point soulignant que son téléphone est le seul du marché assemblé localement. Un argument qui pourrait bien participer au succès du produit.


Côté intégration poussée, le constructeur met en avant le contrôle à la voix (Touchless Control) du terminal lorsque les mains sont déjà occupées (au volant par exemple ?). De fait, il s’agit du contrôle vocal de Google Now que l’on réveille à la voix («Ok Google Now») et à qui l’on peut donner des ordres («Enregistre une note», «Acheter du café», «Réveille moi dans 20 minutes»…). Un contrôle vocal dont il restera à vérifier l’étendue des capacités.Autre innovation ergonomique, l’Active Display (Affichage actif) qui permet de remonter automatiquement à l’écran les informations importantes aux yeux de son propriétaire, promettant ainsi la fin des notifications continues et oppressantes à la longue.Notons également un accès rapide aux fonctions photo (Quick Capture). Doté d’une grande ouverture (f/2.4), l’appareil photo dispose d’un capteur ultra sensible «Clear Pixel technology» qui promet la prise de vue en faible condition de luminosité et la correction du bougé. Enfin, l’autonomie serait poussée à 24 heures malgré une batterie «normale» de 2200 mAh, probablement grâce à l’architecture X8 de Motorola qui intègre un composant de contrôle dynamique des coeurs processeurs.


Côté design et caractéristiques, le Moto X offre un dos légèrement bombé qui promet une bonne prise en main. Ainsi que des bords étroits qui permet d’insérer un écran de 4,7 pouces dans un format à peine plus grand que celui de l’iPhone 5 (129.3 x 65.3 x 10.4 mm). L’appareil embarque Android 4.2.2 (gageons que la mise à jour vers la 4.3 ne tardera pas) et la MotoBlur, la surcouche propre à Motorola, semble avoir disparu. L’omniprésence de Google se fait sentir. Il restera à vérifier comment Moutain View distinguera désormais ses Nexus du Moto X.Le reste de la configuration est à l’avenant : résolution de 720 x1280 (étonnant à l’heure où la Full HD en 1080p s’installe en standard), processeur Qualcomm Snapdragon double cœur S4 Pro à 1,7 GHz (architecture Krait) épaulé d’un GPU Adreno 320 avec 2 Go de mémoire vive et 16 ou 32 Go de stockage interne extensible de 32 Go via microSD. Capteur 10 millions de pixels en façade et 2 Mpx en frontal. Wifi n et Direct, Bluetooth 4, NFC et GPS-A sont au rendez-vous. Le terminal supporterait la 4G LTE (pour les Etats-Unis du moins).


Le Moto X sera disponible en Amérique du Nord et Latine fin août ou début septembre chez AT&T, Sprint, US Cellular, Verizon Wireless pour 199 dollars assorti d’un engagement de 2 ans. Le prix nu n’est pas précisé. Pas plus que sa disponibilité dans le reste du monde y compris en Europe. Dommage.Il est évidemment trop tôt pour préjuger du succès futur du Moto X. Mais le smartphone taillé autour des services Google assorti des possibilités de personnalisation marque clairement une rupture des modèles Android chez le constructeur. Un bon point pour relancer ses ventes… et mettre la pression sur la concurrence.Véritable nouveau marché dans le marché de la mobilité, le secteur des phablettes, ces smartphones à écran géant, ne cesse de gagner des parts de marché.Précurseur en la matière, Samsung l’a bien compris et met à jour son modèle phare avec le Galaxy Note II.Après avoir sorti le Galaxy Mega doté d’un écran de 6,3 pouces mais aux spécifications peu convaincantes (SoC Snapdragon 400), Samsung prolonge l’annus mirabilis de la Galaxy Note II en attendant la Galaxy Note III.Jusqu’alors doté du SoC Samsung Exynos 4412 apparu initialement sur le Galaxy S III (puis les Galaxy Note 10.1 et 8.0), la phablette dotée d’une écran 720p de 5,5 pouces devient en effet l’hôte du Snapadragon 600. Le SoC de Qualcomm se situe à mi-chemin entre un Snapdragon S4 Pro tel que l’APQ8064 (des Nexus 4, nouvelle Nexus 7, Sony Xperia Z…) et le Snapdragon 800.


Abordons maintenant en surface les deux accessoires Apple qui sont censés apporter à l'iPad Pro de quoi faire de l'ombre à des PC portables hybrides, voire des MacBook. Nous nous attarderons un peu plus sur le clavier ultra-fin Smart Keyboard dans un test complet à venir, mais en substance, s'il arrive à nous étonner par sa finesse et ses bonnes finitions — il est d'ailleurs résistant aux éclaboussures de liquide et à la poussière —, on ne peut s'empêcher de lui reprocher la frustration générée par le clavier fin TouchPad de la première Surface de Microsoft. Ici, nous sommes sur un vrai clavier physique, mais la course est trop courte, la sensation trop molle et la nécessité de frapper le clavier trop présente.
De plus, il ne dispose d'aucun raccourci direct iOS et que seule la version QWERTY est disponible à la vente pour l'instant. À noter qu'il se branche via un connecteur 3 points sur la tranche gauche de l'iPad. Connecteur faisant transiter énergie (pas de batterie dans le clavier) et données. Apple se réserve donc quelques accessoires de son choix à greffer dessus, autres qu'un clavier.



Finalement, la plus grande interrogation concerne le stylet Pencil, non compatible avec les autres iPad. Annoncé en grande pompe lors de la présentation de l'iPad, cet accessoire qui va, pour l'histoire, à l'encontre de ce que feu Steve Jobs imaginait pour les écrans tactiles, est bardé de capteurs et technologies. Il fonctionne en Bluetooth et se dote d'un connecteur Lightning pour recharger sa batterie interne. Son autonomie approche la dizaine d'heures en usage ponctuel. En continu, il tiendra la journée tout au plus.
Pour l'appairer, il suffit de brancher le stylet dans le port Lightning de l'iPad. Il est reconnu et lié instantanément et le volet des notifications de la tablette indique le niveau de batterie restant de l'accessoire. D'ailleurs, en cas de fatigue, un coup de charge d'une minute apporte 1h d'utilisation effective. Pratique. Ce qui l'est moins en revanche, c'est la tenue du Pencil. Son revêtement trop lisse et sa longueur un peu prononcée (175 mm, sans doute pour amasser capteurs et batterie) n'en font pas un compagnon parfait en tout point en matière d'ergonomie. Autre ennui, l'iPad Pro ne dispose d'aucun fourreau pour le ranger et encore moins d'une accroche magnétique.


Côté précision, c'est mi-figue mi-raisin. Nous avons ainsi eu quelques problèmes de continuité du trait, toujours lorsque l'iPad était en mode paysage sur le support du clavier. Est-ce le hasard ou la cause ? Nous continuons à creuser la question. 90 % du temps, quand le Pencil n'a pas de problème d'accroche, c'est un vrai bonheur. Prendre des notes avec un semblant de crayon à papier et avoir la sensation d'écrire sur une vraie feuille, voilà ce que permet ce stylet.La précision est exemplaire et, surtout, les effets comme le trait prononcé, le dégradé, le trait fin presque imperceptible, ne répondent pas à des options sélectionnées dans une appli créative mais à des sollicitations naturelles du stylet. Il suffit par exemple de remplir un dessin au faux-fusain en penchant le Pencil, avec des effets visuels très réalistes.

Nous reviendrons très vite sur le Pencil dans un test dédié, mais il reste, en l'état, un excellent accessoire de créa. On notera néanmoins qu'à l'heure où nous écrivons ce test, le Pencil n'est livrable que dans 4 à 5 semaines. Pas très organisé tout cela...

Message déposé le 17.10.2017 à 11:16 - Commentaires (0)


Accu BOSCH GSB 18V LIN

De Mac mini heeft een FireWire 800 poort om externe harde schijven en andere apparatuur aan te sluiten. Hij heeft ook een gigabit ethernet poort, voor als je verbinding wilt maken met een bedraad netwerk.Om een beeldscherm aan te sluiten kun je de HDMI-poort of Thunderbolt poort gebruiken. Het kan zijn dat je een adapter aan moet schaffen als je beeldscherm geen HDMI of Mini DisplayPort heeft (die aansluit op de Thunderbolt poort van de Mac mini). Als je een scherm hebt met VGA en/of DVI output zul je de Mini DisplayPort-to-VGA Adapter of de Mini DisplayPort-to-DVI Adapter nodig hebben. Deze kosten 29 euro per stuk.Hoe snel is het? De Mac mini zal geen snelheidsrecords vestigen - het is één van de traagste Macs in Apple's arsenaal. Maar beoordeel zijn prestaties niet al te streng. Voor algemeen gebruik (schrijven, e-mail, web, sociale media) en voor het bewerken van korte video's is de Mac mini prima geschikt.Aankoopadvies: Deze versie van de Mac mini is twee jaar geleden door Apple op de markt gebracht, en het lijkt er niet op dat er snel een update zal komen, aangezien Intel aangekondigd heeft dat haar Broadway chipset (de set die waarschijnlijk voor een nieuwe Mac mini zal worden gebruikt) pas tegen het einde van het jaar zal verschijnen.


Verder, voor nieuwe Mac gebruikers die overstappen van een PC, is de Mac mini een geweldig apparaat, als je het niet erg vindt om niet de allernieuwste processoren te hebben. Het is een geweldige keuze voor mensen met een kleiner budget, of voor iemand die een tweede computer in huis wil hebben. Het apparaat kan prima omgaan met alledaagse taken. Maar als je een Mac als productiemachine voor videobewerking wilt gebruiken of een andere taak waarvoor flink wat rekenkracht nodig is, overweeg dan een iMac aan te schaffen.
Wat is het? De iMac is Apple's iconische alles-in-één computer. Hij is gemaakt van aluminium met een ingebouwd scherm, en ziet er statig uit op je bureau. Hij levert bovendien topprestaties.Voor wie is het bedoeld? De iMac is geweldig voor zowel beginners als veeleisende gebruikers. Hij kan zowel alledaagse als zware taken prima aan. Het apparaat is ideaal voor iemand die een complete computersetup (toetsenbord, muis of trackpad, en scherm) moet aanschaffen en zijn werkruimte zo goed mogelijk wil benutten.Wat zijn de specificaties? Er zijn momenteel vijf iMac modellen verkrijgbaar. Drie daarvan hebben een 21.5 inch scherm, de overige twee hebben een scherm van 27 inch. Alle iMacs worden standaard geleverd met 8GB geheugen en een 1TB harde schijf.


Het 21.5 inch instapmodel dat €1129 kost heeft een dual-core 1.4GHz Core i5 processor en Intel HD Graphics 5000 graphics. De 21.5 inch iMac van €1329 heeft een 2.7GHz quad-core Core i5 processor en Intel Iris Pro geïntegreerde graphics. De 21.5 inch iMac van €1529 bevat een 2.9GHz quad-core Core i5 processor en een afzonderlijke Nvidia GeForce GT 750M grafische processor met 1GB aan videogeheugen. De harde schijven in de 21.5 inch modellen zijn 5400-rpm drives.Je kunt de 21.5 inch iMac na aankoop niet upgraden, dus overweeg om €200 extra te betalen voor een geheugenupgrade naar 16GB. De 21.5 inch iMac kan ook een 1TB Fusion Drive upgrade krijgen of een flashopslag upgrade. De iMac van €1529 kun je voor €200 upgraden naar een 3.1GHz quad-core Core i7 processor. De modellen van €1129 en €1329 kun je geen processorupgrade geven.De 27 inch iMac van €1849 heeft een 3.2GHz quad-core Core i5 processor en een afzonderlijke Nvidia GeForce GT 755M grafische processor met 1GB aan videogeheugen. De iMac van €2029 heeft een 3.4GHz quad-core Core i5 processor en een afzonderlijke Nvidia GeForce GTX 775MX grafische processor met 2GB aan videogeheugen. De harde schijven in de 27 inch modellen zijn 7200-rpm drives. Beide 27 inch iMac modellen kunnen Fusion Drive of flashopslag upgrades krijgen. Een andere optie voor het model van €2029 is een upgrade naar een 3.5GHz quad-core Core i7 CPU voor €200.



Je kunt het RAM op de 27 inch iMac eenvoudig upgraden. Het apparaat heeft vier RAM-sleuven, die je via de achterzijde kunt benaderen. Apple installeert de standaard 8GB als een set van twee 4GB modules, dus je kunt na aankoop van het systeem meer RAM toevoegen. Of als je dat liever wilt, kun je het RAM bij aankoop upgraden naar 16GB (€200) of 32GB (€600).De iMac wordt geleverd met Apple's Wireless Keyboard en Magic Mouse. Als je online via de Apple Store bestelt, kun je het toetsenbord echter vervangen door bedrade versie met een numeriek toetsenbord, en kun je de muis vervangen door een Apple Mouse of een Magic Trackpad zonder dat je hoeft bij te betalen. Je kunt ook kiezen om voor €69 extra zowel een Magic Mouse als een Magic Trackpad te ontvangen.De iMac heeft geen optische drive. Als je CDs of DVD's wilt kunnen lezen of branden, moet je een externe USB optische drive kopen.Hoe kan ik er dingen op aansluiten? Wi-Fi en Bluetooth zijn ingebouwd. Alle iMacs hebben vier USB 3.0 poorten, twee Thunderbolt poorten (niet Thunderbolt 2), een gigabit ethernetpoort, en een sleuf voor een SDXC-kaart.


Als je een FireWire apparaat wilt koppelen, zul je een Thunderbolt-naar-FireWire Adapter moeten gebruiken. USB 2.0 apparaten kunnen gebruik maken van de iMac's USB 3.0 poorten.Hoe snel is het? De iMacs behoren tot de snelste computers van Apple, maar de harde schijven zijn een knelpunt met betrekking tot de prestaties. Als je kunt upgraden naar een Fusion Drive of flashopslag, zul je veel hogere prestaties krijgen. De videoprestaties van de iMac van €1329 voldoen voor games, maar de afzonderlijke grafische kaart die in de andere iMacs zit is veel sneller.De iMac van €1129 heeft een aantrekkelijke prijs, maar je offert veel op wat betreft de prestaties. Onze benchmarks laten een enorm verschil zien tussen de modellen van €1129 en €1329. Zelfs de MacBook Air van 11 inch met 256GB aan flashopslag is sneller dan de iMac van €1129.Aankoopadvies: Voor nieuwe Mac gebruikers is de iMac van €1329 een goed alternatief voor de Mac mini, met betere prestaties. Als prestaties je hoogste prioriteit zijn, overweeg dan een Fusion Drive upgrade, of zelfs een snellere processor. Op een 21.5 inch iMac zou 8GB aan RAM voldoende moeten zijn; maar als je de RAM upgrade kiest bij aankoop van de iMac kan het je later wat gedoe schelen. De iMacs van 27 inch zijn ideaal voor veeleisende gebruikers die zoveel mogelijk snelheid nodig hebben.


Als je al een iMac hebt die minder dan drie jaar oud is, is het lastiger om je een nieuwe iMac aan te raden. Je zult betere prestaties zien, maar je verliest een aantal functies, waaronder de SuperDrive.Wat is het? De Mac Pro is Apple's werkstation. Het is ontworpen voor professionals die een krachtige en flexibele machine nodig hebben.Voor wie is het bedoeld? De Mac Pro is ideaal voor professionals die met applicaties werken die zoveel mogelijk verwerkingskernen gebruiken - applicaties voor videobewerking, beeldbewerking, 3D programma's, enzovoorts.Wat is het addertje onder het gras? De Mac Pro is schaars. Als je er nu meteen eentje bestelt kan het tot wel zes weken duren voordat je nieuwe Mac Pro geleverd wordt. Hopelijk kan Apple de productie binnenkort opvoeren en de levertijd verkorten.Wat zijn de specificaties? Er zijn twee standaardmodellen. De Mac pro van €3049 heeft een 3.7GHz quad-core Xeon E5 processor, 12GB geheugen, en twee AMD FirePro D300 grafische processoren met 2GB aan videogeheugen. De Mac Pro van €4049 heeft een 2.5GHz six-core Xeon E5 processor, 16GB geheugen, en twee AMD FirePro D500 grafische processoren met 3GB aan videogeheugen. Beide modellen hebben 256GB aan flashopslag.



De Mac Pro biedt kopers een aantal aantrekkelijke maatwerk opties. Je kunt tot 64GB geheugen toevoegen, upgraden naar 512GB of 1TB flashopslag, de grafische kaarten upgraden, of de processor upgraden (naar een 12-core CPU).Hoe kan ik er dingen op aansluiten? In tegenstelling tot de vorige Mac Pro heeft de nieuwe Mac Pro geen opties voor het aansluiten van PCI-uitbreidingskaarten of interne opslagapparaten. De nieuwe Mac Pro vertrouwt op zijn zes externe Thunderbolt 2 poorten voor add-ons. Als je een oudere Mac Pro hebt en PCI-kaarten en/of andere drives die je wilt gebruiken, zul je een Thunderbolt expansiechassis voor de externe kaarten moeten kopen en externe behuizingen voor de drives.Wi-Fi en Bluetooth zijn ingebouwd in de nieuwe Mac Pro. Het apparaat heeft 4 USB 3.0 poorten, twee gigabit ethernetpoorten, en HDMI. Audio professionals zouden moeten weten dat de Mac Pro een gecombineerde optische digitale audio input en analoge output aansluitingen heeft. De computer heeft geen FireWire aansluitingen.Hoe snel is het? Apple zegt dat de nieuwe Mac Pro een krachtpatser voor videobewerking is die 4K videobewerking aankan, supersnelle rendering van 3D applicaties biedt, enzovoorts. En dat blijkt ook uit onze eerste tests. Als je Final Cut Pro X gebruikt zul je enorme verbeteringen in de prestaties zien. Als je applicaties gebruikt die gebruik kunnen maken van zoveel mogelijk processorkernen, blinkt de Mac pro pas echt uit.


Als je echter meer een prosument bent in plaats van een professional - iemand die een gevorderde Mac gebruiker is maar geen high-end apps gebruikt - zul je niet veel hogere prestaties tegenkomen. Je bent dan waarschijnlijk beter af met een iMac, vooral als je de iLife apps veel gebruikt. iLife presteert zelfs beter met de processoren in de iMac dan met die in de Mac Pro.Aankoopadvies: Als je professioneel werk verricht en extreme verwerkingskracht nodig hebt, zal je veel aan de Mac Pro hebben. Als je een veeleisende gebruiker bent die geen uitbreidingsmogelijkheden nodig heeft en veel gebruik maakt van iLife in plaats van professionele apps, overweeg dan te kiezen voor een iMac of a MacBook Pro.
Zelfs met deze oplossing moet je nogal wat handelingen met de usb-stick uitvoeren. Zou het niet handiger zijn als je Pi automatisch foto's toont op je lokale netwerk, bijvoorbeeld op je NAS of pc? Maak daarvoor eerst een subdirectory onder /home/pi/pictures aan voor elke Windows-share waarvan je foto's wilt gebruiken. Dat kan bijvoorbeeld met de opdracht mkdir /home/pictures/pc. Deel dan op je NAS of Windows-pc de directory en noteer het IP-adres en pad, bijvoorbeeld //192.168.0.109/Users/Koen/Pictures. Noteer indien er geen gasttoegang is ook de gebruikersnaam en het wachtwoord.


Om te zorgen dat de netwerkshare automatisch aangekoppeld wordt, voegen we het pad toe aan de lijst. Voer daarvoor de opdracht sudo nano /etc/fstab uit en voeg onderaan deze regel toe: //192.168.0.109/Users/Koen/Pictures /home/pi/pictures/pc cifs guest 0 0. Indien je niet met gasttoegang werkt, gebruik dan /pc cifs username=gebruiker,password=wachtwoord 0 0 aan het einde van de regel, waarbij je uiteraard de juiste waardes invult. Druk op Ctrl+O en Ctrl+W, voer de opdracht sudo apt-get install cifs-utils uit en een herstart. Daarna verschijnen ook de foto's van de netwerkshare.Het schermpje is met een fragiele platte kabel met een besturingsbordje verbonden. Wees voorzichtig. Je kunt het besturingsbordje aan het scherm vastlijmen als je ongelukken wilt vermijden. Sluit de ene kant van de videokabel op het besturingsbordje aan. Aan de andere kant heb je twee connectoren. Je hebt er maar één nodig: sluit die op het koppelstuk aan, dat je op de RCA-connector van de Pi aansluit.De videokabel heeft een rood en een zwart draadje, waarmee het besturingsbordje stroom krijgt. Ontdoe beide draadjes op hun uiteinde van de isolatie en steek ze in de schroefklemmen van het DC-koppelstuk: de rode in de plus en de zwarte in de min. Schroef de klemmen dicht en steek de andere kant van de connector in de DC-voedingsadapter. Sluit nu de andere kabels van je Raspberry Pi aan en start het computertje op.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 17.10.2017 à 04:49 - Commentaires (0)


Batería para ordenador ASUS UX31 Ultrabook

TaHoma Serenity : base sécuritéTaHoma Serenity : base sécurité
Très clairement, l’atout de cette box réside dans sa base, qui possède une batterie qui prendra le relais en cas de coupure de courant. De plus, une alarme qui peut se déclencher en cas d’intrusion, et de trois ports USB pour brancher des dongles, tels que d’un dongle Zwave.TaHoma Serenity : la base sécurité ajoute une sirène et des portsTaHoma Serenity : la base sécurité ajoute une sirène et des ports
Détecteur de mouvementAutre accessoire que l’on retrouve dans le pack, un discret détecteur. Ce dernier fonctionnant à l’aide de piles (fournies), et il peut repérer un mouvement sur une distance de 10 m, avec un angle de vue de 120 °. Autrement dit, il va être en mesure de détecter toute intrusion non désirée. La portée radio entre la box et le capteur est de 200 m en champ libre.Comme tout autre détecteur d’ouverture, son fonctionnement est très simple. Ce dernier permet de détecter les intrusions ou les tentatives d’intrusion dans la maison, et offre davantage de possibilités pour la maison connectée grâce notamment aux automatismes Smart de Somfy. Il détecte l’état d’ouverture des points d’accès et ouvertures de la maison, ainsi que les chocs sur ceux-ci.


TaHoma Serenity : détecteur d'ouverture et de chocTaHoma Serenity : détecteur d’ouverture et de choc
Il est composé de deux éléments (boîtier/aimant), l’un étant fixé sur la partie mobile et l’autre sur la partie fixe de la porte ou de la fenêtre. Dès lors, en cas d’ouverture/fermeture, le capteur envoie directement l’information à la box TaHoma. La portée théorique est de 200 m en champ libre.Comme son nom l’indique, il s’agit d’une prise intérieure connectée qui permet, au travers de l’interface TaHoma, de simuler une présence en cas d’intrusion en y branchant une lumière par exemple, de piloter à distance des appareils électriques. La prise intègre un bouton pour un contrôle en direct, et fonctionne également avec une télécommande. Cette prise permet de piloter un appareil électrique d’une puissance maximum de 3 600 W. La portée radio entre la box et le capteur est de 30 m en champ libre.


En tout cas, ce plan du Galaxy J2 (2016) nous donne une bonne indication de la façon dont Smart Glow pourrait ressembler dans les futurs smartphones. Évidemment, il est possible que Samsung amincisse l’anneau, car il pourrait se révéler être un point sensible dans la conception autrement élégante de ses fleurons.Bien que la technologie Smart Glow n’ait pas encore été officiellement annoncée, celle-ci ne devrait plus tarder. Le Galaxy J2 (2016) est attendu pour être dévoilé en Inde cette semaine. Soyez patient !Pendant ce temps, selon SamMobile, le Galaxy Note 7 sera vendu à partir de 849 euros à son lancement, ce qui est 50 euros de plus que le prix du Galaxy S7 edge à son lancement. Bien que plus cher, le prix est logique puisque Samsung a toujours vendu plus cher sa gamme de Galaxy Note.Le Galaxy Note 7 est prévu d’avoir un écran courbé Super AMOLED de 5,7 pouces avec une résolution Quad HD, soit 2 560 x 1 440 pixels, un processeur Snapdragon 821 de Qualcomm ou une puce Exynos 8893 (selon le marché), 6 Go de RAM LPDDR4, 64 Go de stockage interne, une caméra arrière de 12 mégapixels avec la technologie Dual Pixel, et une caméra frontale de 5 mégapixels. On retrouverait un scanner d’iris, un port USB Type-C, une résistance à la poussière et à l’eau comme en atteste son indice de protection IP68, et une batterie d’une capacité de 3 600 ou 4 000 mAh.



Nest Cam (anciennement connu sous le nom Dropcams) sont de petites caméras de sécurité à portée de main. Après l’avoir branchée et connectée au Wi-Fi, vous vous retrouvez avec une caméra de sécurité intérieure à faible tracas.Vous voulez en mettre une à l’extérieur ? C’est un peu plus compliqué. La Nest Cam d’origine n’est pas très robuste, de sorte que vous pourriez rapidement rendre inutilisable une caméra que vous acquise à 199 euros. Cependant, après une longue attente, Nest vient de dévoiler une version extérieure de sa Nest Cam. Et, elle est nommée… Nest Cam Outdoor. Original !Alors, pourquoi acheter un modèle Nest dédié à l’extérieur ? Avec un prix de 199 euros, la Nest Cam Outdoor va coûter le même prix que le modèle intérieur, mais elle va être imperméable à l’eau sans que vous installiez un système pour l’abriter.Un accessoire magnétique qui vous permet de positionner la caméra aux gouttières et autres joyeusetés sans avoir à percer des trous
Cela rend le processus de prise de décision assez simple : vous voulez la mettre l’intérieur ? Acheter une Nest Cam Indoor. Vous voulez la mettre à l’extérieur ? Acheter le modèle Outdoor. Mais pourquoi ne devrais-je pas simplement acheter une Nest Cam Outdoor, et l’utiliser également à l’intérieur, si elle est au même prix, mais imperméable à l’eau ?, pourrait-on se demander.


C’est là où les choses se compliquent. Si la Nest Cam Indoor est conçue pour être positionnée sur une table ou une étagère, vous n’êtes pas obligé de faire des trous dans votre mur, sauf si vous voyez un réel intérêt. À contrario, le modèle extérieur, la Nest Cam Outdoor, ne fonctionne pas très bien sur une table ou une surface plane. Il est conçu pour être facilement monté sur un mur avec des angles réglables.
Le modèle extérieur ressemble beaucoup plus à une caméra de sécurité que la Nest Cam d’origine. Ce choix serait intentionnel puisque les caméras de sécurité en plein air sont un bon moyen de dissuasion de vol.Nest Cam Outdoor : sa base magnétique va accélérer l'installationNest Cam Outdoor : sa base magnétique va accélérer l’installation
Et pour couronner le tout, Nest Cam Outdoor se connecte automatiquement aux autres appareils de domotique de votre maison. Par exemple, si Nest Cam Outdoor détecte une activité, vos ampoules Philips Hue ou LIFX peuvent s’allumer d’elles-mêmes pour simuler une présence dans la maison.En plus de la caméra extérieure, Nest a également mis à niveau son logiciel pour lui permettre de vous alerter si une figure humaine entre dans une zone prédéfinie. Par exemple, si votre caméra de sécurité donne sur la route, vous pouvez préalablement régler l’appareil pour ignorer les mouvements sur cette zone, mais envoyer une alerte sur votre smartphone si un mouvement se produit plus près de votre maison.


La caméra est capable de faire la différence entre un chat, et un homme qui se rapproche de votre domicile, ce qui devrait, espérons-le, conduire à beaucoup moins de fausses notifications sur l’application, comme c’est le cas aujourd’hui.Néanmoins, si vous voulez toutes les fonctionnalités phares, vous devrez prendre un abonnement au service Nest Aware qui vous permet d’avoir accès aux enregistrements des 10 ou 30 derniers jours (en fonction de votre niveau d’abonnement).Pokémon Go va poursuivre le chemin de sa domination du monde. En effet, l’application va être disponible dans davantage de pays. Pokémon Go est désormais disponible en Allemagne, après avoir fait ses débuts en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis le 6 juillet dernier.Comme beaucoup de titres sur mobile, Pokémon Go est poussé à l’international petit à petit, après avoir subi de nombreux tests avant sa sortie initiale. Cependant, l’immense popularité de l’application a causé des problèmes de disponibilité du serveur, de sorte que la sortie sur d’autres territoires a été retardée.Le lancement du jeu en Allemagne est sans aucun doute un signe encourageant pour les joueurs encore en attente de commencer à jouer. Bien qu’il n’y ait aucune indication que d’autres pays vont recevoir le jeu dans les jours qui viennent, les fans sont invités à garder un œil sur la disponibilité de leur jeu préféré.


Pokémon Go pourrait rapidement arriver en FrancePokémon Go pourrait rapidement arriver en France
Le fait que l’Allemagne ait désormais accès au jeu pourrait suggérer que d’autres pays européens pourraient être ciblés par l’éditeur. Évidemment, je pense à la France. Cependant, on sait que le jeu arrive en Asie — le lieu de naissance de la franchise Pokémon — cette semaine.Pokémon Go a été lancé il y a une semaine, et des millions de joueurs ont déjà téléchargé l’application, provoquant une montée en flèche de l’action Nintendo en bourse, et accélérant les négociations pour un film Pokémon. Le jeu est un succès, et l’équipe de développement Niantic est évidemment désireuse de le rendre accessible à un plus grand nombre de joueurs.Comme c’est de tradition sur la page d’accueil du géant de la recherche, Google, celle-ci affiche un doodle mettant à l’honneur le 14 juillet. Bien entendu, il s’agit de fêter la traditionnelle fête nationale française, instituée par la loi en 1880, en référence à la prise de la Bastille et au jour d’union nationale lors de la Fête de la Fédération, le 14 juillet 1790.



Un an après que les révolutionnaires ont pris d’assaut la Bastille en 1790, cet événement historique et tout ce qu’elle représentait, a été rappelé et célébré en France comme la Fête de la Fédération.C’est pour cette raison que l’hymne national français est La Marseillaise, et que le drapeau est de couleur bleu, blanc et rouge.La Rue Montorgueil, fête nationale du 30 juin 1878, par Claude MonetLa Rue Montorgueil, fête nationale du 30 juin 1878, par Claude Monet
Après le style graphique simple souvent vu dans les illustrations des journaux français et faisant écho au style de Jean-Jacques Sempé, l’artiste et illustratrice Hélène Leroux a créé le doodle du jour pour rassembler les thèmes de la devise de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, un texte fondamental de la Révolution française : Liberté, Égalité, Fraternité.Le doodle représente l’importance des gens qui se réunissent pour célébrer cet événement avec convivialité, et la liberté sur ce plus important jour férié français.De nombreux bals sont organisés dans la quasi-totalité des villes du pays. Les plus populaires sont les bals des pompiers. Sur ces beaux symboles, je vous souhaite à tous, un excellent 14 juillet !


Allez, continuons un peu à vous faire plaisir ! Après le NAS ASUSTOR, les trois produits Withings, la box TaHoma de Somfy, le Babolat et PIQ, l’enceinte connectée Triby d’inoxia, le BackBeat SENSE de Plantronics, les casques de réalité virtuelle de Homido, aujourd’hui un autre partenaire a décidé de vous gâter ! En effet, Microsoft a décidé de s’associer à l’anniversaire du BlogNT en vous offrant un superbe cadeau. Enfin, deux.Aujourd’hui, Microsoft veut vous faire gagner l’un de ses deux smartphones phares, le Lumia 950.Pour ceux qui le découvrent, ce smartphone est l’un des deux smartphones phares que le géant de Redmond a présenté à la fin de l’année dernière.Comme vous avez pu le découvrir lors de ma prise en main au Windows Cube, ce Lumia 950 vient contester certains des smartphones les plus puissants avec des caractéristiques haut de gamme, et des fonctionnalités très intéressantes. Évidemment, il est difficile de tenir la comparaison en matière de design face à la concurrence, notamment pour les amoureux du métal, mais c’est bien sous la capot et pour sa promesse d’être le smartphone « pour tous » qui le démarque de la concurrence.


Avec ce smartphone, Microsoft a réussi à embarquer des caractéristiques qui pourraient vous faire oublier que ce smartphone n’a pas une coque en aluminium anodisé. Parmi les fonctionnalités intéressantes, le balayage de l’iris utilisée pour déverrouiller le téléphone à l’aide de Windows Hello est un must-have que divers fabricants adoptent aujourd’hui. En outre, il tire profit de Windows 10 Mobile, avec l’intégration de Cortana, le support d’Office, etc.Et, que dire de Continuum qui permet d’offrir une expérience de PC grâce au port USB Type-C ? Très brièvement, cette technologie vous permet de brancher le smartphone à un écran externe et lui associer quelques périphériques (souris, clavier, etc.), afin d’obtenir une expérience proche d’un environnement de bureau sous Windows. Il y a deux façons d’utiliser Continuum : le Display Dock qui est vendu 99 euros, et la technologie Miracast.Pas de téléviseur ou écran compatible Miracast ? Pas de panique, en plus du Lumia 950, Microsoft vous offre le Display Dock. C’est donc un combo très complet que vous offre Microsoft !Microsoft Lumia 950 et Display DockMicrosoft Lumia 950 et Display Dock
Pour ceux qui le souhaitent, le Lumia 950 est disponible sur le Microsoft Store au prix de 399 euros.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 16.10.2017 à 10:38 - Commentaires (0)


Acer Aspire Timeline 4810T Battery

Les smartphones 4G Nexus 5X et 6P font leur entrée dans la gamme Google. La firme présente également une tablette équipée d’un Tegra X1, la Pixel C.Google a levé le voile sur plusieurs terminaux mobiles Android 6.0 lors de sa conférence de rentrée. La firme lance tout d’abord deux nouveaux smartphones dans la gamme Nexus : le 5X, conçu par LG et vendu à partir de 379 dollars ; le 6P, assemblé par Huawei et distribué à partir de 499 dollars.Google Nexus 5XLe Nexus 5X propose un écran 5,2 pouces Full HD (1080 x 1920 points), piloté par un processeur ARM 64 bits Qualcomm Snapdragon 808 (2 cœurs Cortex-A57 à 2 GHz, 4 cœurs Cortex-A53, un GPU Adreno 418 et un modem LTE compatible 4G à 450 Mb/s). Le tout est épaulé par 2 Go de RAM et 16 Go ou 32 Go de flash suivant les modèles.


La partie photo comprend un capteur 12,3 mégapixels offrant une ouverture de f/2.0. Le capteur frontal est un modèle 5 mégapixels (f/2.0, là encore). A noter, la présence d’un port USB Type-C, qui officie à la fois en tant que connectique USB et chargeur. Enfin, la batterie est un modèle de 2700 mAh. Le tout pèse 136 g, pour des dimensions de 14,7 x 7,3 x 0,8 cm.Google Nexus 6PLe Nexus 6P offre un écran de plus grande taille : 5,7 pouces pour une résolution WQHD (1440 x 2560 points). Son processeur ne comprend plus 6 cœurs, mais 8. C’est un ARM 64 bits Qualcomm Snapdragon 810 (4 cœurs Cortex-A57 à 2 GHz, 4 cœurs Cortex-A53, un GPU Adreno 430 et un modem LTE compatible 4G à 450 Mb/s). 3 Go de RAM et un connecteur USB Type-C sont de la partie, tout comme un capteur 12,3 mégapixels f/2.0 à l’arrière de l’appareil. La capacité de mémoire flash sera de 32 Go, 64 Go ou 128 Go, suivant les modèles.Bref, le Nexus 6P peut être vu comme une version rehaussée du 5X. Plus grand (5,7 pouces), plus puissant (8 cœurs ARM 64 bits), mais aussi plus imposant (15,9 x 7,8 x 0,7 cm) et plus lourd (178 g). Bon point, il propose un capteur avant de 8 mégapixels (f/2,4) et une très solide batterie de 3450 mAh. Sa robe en aluminium se veut également plus qualitative que celle du 5X.


Dernière annonce de la journée, la tablette Pixel C, annoncée au prix de base de 499 dollars (version 32 Go), avec un clavier optionnel à 149 dollars. Cette tablette 10,2 pouces surpuissante cible sans conteste la Surface de Microsoft ou l’iPad Pro d’Apple. Petite surprise, elle adopte Android 6.0, alors que la gamme Pixel était jusqu’alors composée de machines Chrome OS.Au menu de cette super tablette, un processeur Tegra X1 de Nvidia (4 cœurs Cortex-A57 + 4 cœurs Cortex-A53), 3 Go de RAM et une connectique USB Type-C. La résolution de son écran est de 2560 x 1800 points. Le point fort de cette tablette devrait être son GPU Maxwell 256 cœurs compatible CUDA, dont la puissance sera exploitable dans le cadre de calculs massivement parallèles. La Pixel C sera accessible plus tard dans l’année.Silent Circle vient d’annoncer la disponibilité effective du Blackphone 2. Lancé en janvier 2014, le Blackphone entend se distinguer sur le marché en se concentrant sur la sécurité. Il s’appuie sur Silent OS, une adaptation d’Android qui intègre la sécurité de manière native afin de garantir, sur le papier du moins, la confidentialité des données et des communications de ses utilisateurs. Le Blackphone 2 élargit aujourd’hui ces fonctionnalités dans une nouvelle configuration matérielle du téléphone. Rappelons que Silent Circle est la co-entreprise fondée par Phil Zimmermann, le père du chiffrement PGP, son associé Jon Callas à PGP Corporation, Mike Janke, un ancien de la Navy Seal expert en sécurité, et s’est associé l’expertise du jeune entrepreneur Javier Agüera, fondateur du fabricant de smartphones Geekphone.



Côté matériel, le nouveau terminal se distingue du premier modèle par un écran plus large (5,5 pouces) équipé d’un verre Gorilla Glass 3, un processeur octa-cœur Qualcomm Snapdragon 615 (1,7 GHz), 3 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage extensible à 128 Go sur carte Micro SD ou encore un capteur d’images de 13 mégapixels (5 Mpx en frontal) avec une batterie de 3060 mAh en technologie Quick Charge de Qualcomm. Une configuration qui n’a rien à envier aux derniers modèles de smartphones haut de gamme si ce n’est que ces derniers tendent à adopter les Snapdragon de la gamme 800 (ou avec des composants internes à l’instar de Samsung avec Exynos ou Huawei avec Kirin de sa filiale HiSilicon). Sur ce point, le nouveau Blackphone se rapproche donc plus d’un Xiaomi Mi 4i que d’un Samsung S6 Edge+.Côté OS, sa raison d’être, le Blackphone 2 intègre désormais en natif Silent Phone, l’application qui permet de chiffrer les communications vocales, vidéo, textes et de transfert de fichiers. D’autre part, le terminal offre désormais l’accès aux services de Google, à commencer par le magasin d’applications Play. Le Blackphone 2 est notamment référencé dans Android for Work, l’environnement de gestion des contenus et applications réservées aux entreprises. Le smartphone est également certifié avec les solutions MDM (mobile device management) de MobileIron, Citrix, Good Technology (récemment racheté par Blackberry) et SOTI. Enfin, un service intégré de contrôle a distance permet ainsi d’effacer les données à distance en cas de vol ou perte de l’appareil.


Bref, le Blackphone 2 est prêt à intégrer les murs de l’entreprise. D’autant que les solutions de MDM ouvrent la voie au paramétrage fin des droits utilisateurs et la possibilité pour ce dernier de profiter des espaces professionnels et personnels totalement séparés et sécurisés afin de protéger les données de l’entreprise et conserver les informations privées, y compris dans l’usage d’applications de réseaux sociaux.De quoi rassurer les entreprises face aux besoins toujours plus grands de mobilité. « Les gens et les entreprises veulent reprendre le contrôle de leur vie privée, mais trop souvent, ils ne savent pas comment, ou ils sentent qu’ils doivent faire trop de compromis, indique Bill Conner, PDG de Silent Circle et ancien dirigeant de Nortel et Entrust ». Selon lui, « le moment est idéal pour le Blackphone 2. »


Mais l’ambition de Silent Circle va plus loin qu’un simple smartphone sécurisé. De fait, le Blackphone 2 constitue le premier composant de Enterprise Privacy Platform (EPP), la plate-forme qui entend offrir une combinaison de services et d’applications sécurisés dans le Cloud directement géré par son éditeur. Rappelons que Silent Circle est installé en Suisse, un territoire géopolitiquement neutre à partir duquel l’entreprise entend potentiellement protéger les données de ses clients des demandes d’accès en provenance des organisations gouvernementales. « Le lancement du Blackphone 2 va changer le jeu pour le secteur mobile et dans la façon d’assurer la confidentialité des données individuelles et de l’entreprise », assure Bill Corner.Une confidentialité qui a un prix : 799 dollars hors taxes. Les tarifs en euro n’ont pas été précisés mais la parité avec le dollar devrait être de mise. De fait, le Blackphone s’adresse aux entreprises très soucieuses de leur sécurité en mobilité pour qui les solutions de MDM du marché pour les terminaux Android ne répondent pas complètement à leurs besoins et qui ne souhaitent pas investir plusieurs milliers d’euros dans des terminaux ultra sécurisés tels le Hoox m2 de Bull. Une telle demande existe-t-elle aujourd’hui sur le marché ?



Les pilotes réalisés à Grenoble par Orange valide la pertinence du protocole Lora pour déployer un réseau dédié à l’Internet des objets. L’opérateur rejoint ainsi Bouygues Telecom sur ce terrain.Et de deux ! Après avoir laissé planer le suspens un certain temps, Orange a finalement décidé d’adopter le protocole Lora pour opérer son réseau dédié à l’Internet des objets (IoT). Il rejoint ainsi Bouygues Telecom qui, en mars dernier, prévoyait de couvrir 500 communes d’ici la fin de l’année sous ce protocole soutenu par la Lora Alliance. Le consortium regroupe une quinzaine d’acteurs, dont quelques poids lourds comme IBM ou Cisco, des industriels des composants et des opérateurs (dont Bouygues).L’alliance se donne notamment pour objectif de faire de Lora un standard de communication pour l’IoT. Le protocole permet d’opérer des échanges bidirectionnels à faible débit entre objets alimentés par des batteries afin de garantir leur autonomie énergétique plusieurs années (jusqu’à 10 ou 15 ans). Une technologie qui a convaincu Orange qui, après un pilote à grande échelle dans la ville de Grenoble avec plus d’une trentaine de partenaires, a retenu Lora pour l’opérer sur son réseau afin de transporter les communications des objets pour ses besoins comme ceux de ses clients, grand public et entreprises.


Les objets connectés sont notamment utilisés dans le secteur des « villes intelligentes » pour la gestion des déchets, les mesures de pollution, l’optimisation des parkings, la télérelève de compteurs, etc., comme par les industries pour gérer leurs machines et autres chaines logistiques ou encore dans la santé. Un marché très prometteur. « Le développement de l’internet des objets s’annonce comme une lame de fond dans les années à venir, déclare Stéphane Richard, le PDG d’Orange. On estime ainsi qu’il y aura plus de 25 milliards d’objets connectés dans le monde en 2020. »Le réseau Internet des objets d’Orange sous Lora sera opérationnel dès le 1er trimestre 2016 et sera déployé au niveau national. Mais l’opérateur ne fournit pas de précision quand au nombre de villes, ou de régions, qu’il souhaite couvrir, ni sur son calendrier.Le réseau Lora viendra compléter les services M2M (Machine to Machine) qu’Orange opère depuis plus de dix ans maintenant dans le monde. Par ailleurs, le protocole constituera une solution parmi d’autres pour connecter les objets. L’opérateur entend étudier les différentes solutions technologiques pour assurer la communication inter-objets et poursuit en parallèle ses travaux de normalisation des futurs réseaux cellulaires pour opérer l’internet des objets. Notamment sur la norme 2G EC-GSM (extended Coverage GSM) et en 4G LTE Cat 0 et PSM (Power Saving Mode) qui devraient être activée en 2017, ainsi qu’autour de la 5G qui, à l’horizon 2022, définira les standards de l’IoT.

Message déposé le 14.10.2017 à 10:02 - Commentaires (0)


Batería para ordenador ASUS P53F

Aujourd’hui, pour les 6 ans du BlogNT, Somfy vous propose de gagner une box TaHoma accompagnée d’un lot de 3 prises télécommandées et sa télécommande 5 canaux, d’une douille télécommandée à brancher sur un appareil électrique (lumière ou autre) et d’un capteur. Autrement dit, si la domotique est quelque chose que vous avez toujours voulu tester, c’est le cadeau idéal pour bien démarrer.Le Samsung Gear VR est un excellent moyen d’entrer dans le monde de la réalité virtuelle, et s’avère être une alternative à l’abordable Google Cardboard, et à l’Oculus Rift, un modèle haut de gamme. Alors que la première itération du Gear VR est d’ores et déjà sur le marché, il pourrait y avoir une nouvelle version dans un proche avenir.Le Gear VR existe depuis plus longtemps que vous le pensez peut-être, en raison des éditions de développement en cours de production bien avant le lancement officiel du produit aux consommateurs, à la fin de l’année dernière. Mais alors, est-ce vraiment le Gear VR 2 ?


Bien que le Gear VR 2 puisse ne pas être disponible avant quelques mois, nous pouvons voir une version améliorée de l’actuelle Gear VR dans un proche avenir, prête à être utilisée avec un smartphone Samsung. Selon une fiche produit enregistrée sur le site d’import-export indien Zauba, un Gear VR ayant le numéro de modèle SM-R323 a été expédié de Corée du Sud pour des tests.Le Samsung Gear VR pourrait s'adapter au Galaxy Note 7 et son port USB Type-CLe Samsung Gear VR pourrait s’adapter au Galaxy Note 7 et son port USB Type-C
Un Gear VR pour le Galaxy Note 7 et le port USB Type-C ?À titre d’information, l’actuel casque Gear VR est connu sous le numéro de modèle SM-R322, et les éditions précédentes (développeur et innovateur) étaient respectivement connues comme SM-R320 et SM-R321. Tout changement dans le numéro de modèle suggère de nouvelles fonctionnalités et de design, mais pour le moment nous ne savons rien sur les secrets que détient le SM-R323. Cependant, nous pouvons spéculer sur au moins un.


Samsung a conçu le Gear VR pour qu’il fonctionne avec plusieurs de ses smartphones haut de gamme, et qui se connecte à l’aide d’un connecteur micro USB. Mais, comment faire si le Galaxy Note 7 utilise un port USB Type-C ? Cela pourrait finir par être la différence entre l’actuel Gear VR et le SM-R323, afin de s’assurer que Samsung puisse encore proposer son casque de réalité virtuelle avec sa future phablette. La firme sud-coréenne a même été jusqu’à fournir gratuitement un Gear VR à toutes les personnes qui ont précommandé le Galaxy S7 et le S7 edge, et pourrait faire de même avec son futur flagship.Si les rumeurs sont exactes, le Galaxy Note 7 devrait être annoncé au début du mois d’août, au moment où la nouvelle itération du Gear VR pourrait faire son apparition. Rien n’est officiel pour le moment, mais je vous tiendrais informé.Le successeur du populaire Mi Note de Xiaomi, le Mi Note 2, est prévu d’être libéré un peu plus tard dans l’année. Malheureusement, les spécifications et les images concernant l’appareil ne se sont pas révélées dans de multiples spéculations et rumeurs.



Mais durant le weekend passé, GizChina a publié des informations sur le dispositif. Celles-ci suggèrent que le Xiaomi Mi Note 2 pourrait être intéressant. Attendu cet été, le futur flagship de la société mettra en exergue trois variantes : une version standard avec un écran d’une résolution 1080p, soit 1 920 x 1 080 pixels, et une version haut de gamme avec un écran incurvé 2 K. Ce dernier arriverait dans des options de stockage de 64 ou 128 Go.Les modèles haut de gamme disposeront d’un écran incurvé de 5,7 pouces, et une double caméra à l’arrière de 12 mégapixels chacune. La version la plus abordable aura 4 Go de mémoire vive (RAM), et une caméra de 16 mégapixels à l’arrière — ce qui ne signifie pas de double caméra, mais une résolution plus élevée.Pour résumer, on aurait donc un modèle avec 4 Go de RAM et 32 Go de stockage interne, ainsi qu’un écran 1080p, un autre avec 6 Go de RAM, 64 Go de stockage, un écran 2K incurvé, et enfin un modèle avec 6 Go de RAM avec 128 Go de stockage et un écran 2K incurvé.Le Mi Note 2 haut de gamme devrait également être doté d’une technologie « Force Touch », que l’on devrait également retrouver dans le futur smartphone Nexus de Google, ainsi que la technologie 3D Touch, qui est apparue avec l’iPhone 6 et l’iPhone 6S Plus. Pour ceux qui ignorent à quoi sert la technologie, sachez que Force Touch permet aux utilisateurs d’interagir d’une autre façon avec les applications, comme prévisualiser un site ou un mail en appuyant plus fortement sur l’écran. Cela signifie que vous ne devez pas complètement ouvrir une application pour obtenir certaines informations assez rapidement.


En ce qui concerne les similitudes entre les appareils, ils devraient tous disposer du processeur Qualcomm Snapdragon 820 ou 821, d’un capteur d’empreintes digitales à ultrasons sous l’écran, une puce NFC, et une batterie d’une capacité de 4 000 mAh compatible avec la technologie de recharge rapide Quick Charge 3.0.Bien sûr, la tarification va varier. Le Mi Note 2 le moins cher devrait coûter 2 499 Yuan (337 euros) pour 4 Go, et 2 999 Yuan (405 euros) pour 6 Go de RAM et 64 Go. Enfin, la version du Mi Note 2 avec 6 Go de RAM et 128 Go de stockage coûtera 3499 Yuan (472 euros).Le premier smartphone Android de BlackBerry n’est peut-être pas un best-seller, mais les dirigeants de la firme ont suggéré que le Priv est juste le premier de plusieurs smartphones sous Android que l’entreprise va lancer.Maintenant, VentureBeat rapporte qu’il pourrait y avoir au moins trois smartphones BlackBerry sous Android prévus cette année. Mais, un seul aura la caractéristique qui rend le Priv si spécial : un clavier physique.


La publication provenant de VentureBeat a été relayée par Evan Blass, également connu comme @evleaks sur Twitter. Ce dernier est plutôt populaire du côté des rumeurs et spéculations, et sa source serait une « personne informée sur les plans de l’entreprise ». Évidemment, et comme pour chaque rumeur, il est nécessaire de prendre celle-ci avec des pincettes.Pour l’instant, voici ce que Blass a à dire sur les trois smartphones. Il convient de noter que ceux-ci sont connus par des noms de code, « Neon », « Argon » et « Mercury », et auront probablement des noms différents à leurs sorties respectives.Le premier, connu sous le nom de code « Neon », a un écran de 5,2 pouces d’une résolution full HD, soit 1 920 x 1 080 pixels, d’un processeur Snapdragon 617 de Qualcomm, de 3 Go de mémoire vive (RAM), de 16 Go de stockage interne, et d’une batterie de 2 610 mAh, compatible avec la recharge rapide Qualcomm Quick Charge 2.0. À l’arrière, on retrouverait une caméra de 13 mégapixels, et en façade on aurait un capteur de 8 mégapixels. Le châssis serait en aluminium et en plastique souple, et arriverait entre juillet ou août de cette année.Le « Argon » aurait un écran de 5,5 pouces avec une résolution de 2 560 x 1 440 pixels, un processeur Qualcomm Snapdragon 820, 4 Go de RAM, 32 Go de stockage interne, une batterie d’une capacité de 3 000 mAh compatible avec la technologie Qualcomm Quick Charge 3.0. À l’arrière, on retrouverait une caméra de 2 mégapixels, et en façade on aurait une caméra de 8 mégapixels. Sous la tranche inférieure, un connecteur USB Type-C serait incrusté. Le smartphone disposerait d’un capteur d’empreintes digitales, et arriverait en octobre.



Enfin, le dernier smartphone est connu sous le nom de code « Mercury ». Il disposerait d’un écran de 4,5 pouces avec un rapport d’aspect 3:2, sous lequel on trouverait un clavier QWERTY. Un processeur Qualcomm Snapdragon 625, 3 Go de RAM, 32 Go de stockage interne et une batterie d’une capacité de 3 400 mAh seraient logés sous la coque du smartphone. Deux caméras seraient disponibles, un capteur de 18 mégapixels à l’arrière et un autre de 8 mégapixels en façade. Il arriverait au 1er trimestre 2017.Si les rumeurs exactes, il semble que BlackBerry envisage d’étoffer sa gamme de smartphones. Cela commencerait par le lancement d’une alternative plus abordable que le haut de gamme BlackBerry Priv, puis un modèle avec des spécifications plus puissantes.Lorsque Google a introduit Now on Tap il y a un an, la fonctionnalité semblait être un must-have pour tous les appareils Android. L’idée d’appuyer sur un bouton, et obtenir davantage d’informations sur à peu près tout ce qu’il y a sur votre écran s’avérait fort excitante !


Mais une fois que la fonctionnalité a été déployée, de nombreuses personnes ont trouvé que l’outil n’avait pas une grande utilité. Je ne suis pas la seule personne qui n’a pas réussi à être rassasié par les réponses renvoyées par l’outil. Mais, Google a ajouté de nouvelles fonctionnalités à Now on Tap qui pourraient le rendre beaucoup plus utile. Par exemple, la dernière mise à jour apporte le support de la traduction de texte sur une page, entre autres choses.Si vous utilisez le navigateur Web de Google, Chrome, pour surfer sur le Web à partir d’un appareil Android, ce dernier peut déjà traduire automatiquement le texte qui s’affiche. Mais si vous utilisez un autre navigateur ou une tout autre application qui peut parfois afficher le texte dans une langue que vous ne pouvez pas lire, vous pouvez maintenant appuyer longuement sur le bouton d’accueil de votre appareil, et choisir la carte « Traduire cet écran ». La traduction est initialement disponible en anglais, français, italien, allemand, espagnol, portugais et russe.


Une autre caractéristique est la possibilité d’utiliser l’appareil photo de votre smartphone depuis une application pour identifier les sites (monuments, etc.) célèbres ou d’autres éléments. Enfin, vous pouvez utiliser l’appareil photo pour scanner des codes barres ou des QR codes (ces graphiques carrés que vous avez probablement repérés sur les côtés des bâtiments, des panneaux d’affichage, et des arrêts de bus) en utilisant Now on Tap. Il suffit de scanner le code pour faire une recherche Google pour ce produit, puisque l’outil peut maintenant extraire tout le contenu numérique (lien vers le site, ou la photo) qui se cache derrière ces boîtes noires et blanches opaques, monolithiques.Enfin, Now on Tap se dote d’une nouvelle section « Découvrir », qui est destinée à « aider à en apprendre davantage sur les choses qui vous intéressent ». Par exemple, si vous lisez un article sur NASA, vous verrez des vidéos pertinentes sur YouTube, des photos et des articles de presse.Vous attendiez avec envie de tester macOS Sierra, la prochaine version du système d’exploitation de bureau d’Apple ? Eh bien, à partir d’aujourd’hui vous pouvez le faire puisque la version macOS Sierra bêta publique est libérée.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 13.10.2017 à 09:14 - Commentaires (0)


Akku Samsung np-r70

Die Nikon Coolpix S620 soll voraussichtlich ab Ende Februar 2009 für rund 270 Euro in Silber, Schwarz, Magenta und Rosa erhältlich sein.Die Modelle Coolpix S230, S220 und S225 unterscheiden sich durch ihre Displaygröße, die Ausstattung und natürlich im Preis. Alle Modelle verfügen über eine Auflösung von 10 Megapixeln sowie über einen Touchscreen.Nikon Coolpix S230 Die Coolpix S230 besitzt mit 3 Zoll Diagonale das größte und mit 230.000 Bildpunkten das Display mit der höchsten Auflösung des Trios. Die Bildschirme werden mit dem Finger oder dem beigelegten Stift bedient und ersetzen einen Großteil der Knöpfe, die Kameras sonst mit sich führen. Die Touchscreens der Coolpix S220 und die bis auf die Gehäusefarbe baugleiche S225 sind 2,5 Zoll groß und erreichen eine Auflösung von 115.000 Bildpunkten. In allen Modellen kommt ein 3fach-Zoom zum Einsatz, das allerdings nur mit einem elektronischen Bildstabilisator kombiniert ist. Die Empfindlichkeit reicht bis ISO 2.000.


Die Coolpix S230 wird in den Farben Schwarz, Rot, Blau und Violett angeboten, die S220 in Schwarz, Rot, Blau, Grün und Magenta. Die mit der S220 baugleiche S225 gibt es nur in Silber. Die Nikon Coolpix S230, S220 und S225 sollen Ende Februar 2009 zu Preisen von 210 Euro (S230) und 160 Euro (S220/S225) in den Handel kommen.Mit einem modellgepflegten Eee-PC will Asus neue Laufzeitrekorde bei Netbooks setzen. Der "Eee PC 1000HE" kann derzeit nur von Nordamerikanern per Facebook bestellt werden. Wann er auf den europäischen Markt kommt, steht noch nicht fest.
Neben spärlichen Einträgen auf der eigenen Webseite hat Asus sein neues Netbook bisher nur in der vor allem bei Studenten beliebten Community Facebook vorgestellt. Dort wirbt der Hersteller mit einem Akku von 8.700 Milliamperestunden, der bis zu 9,5 Stunden durchhalten soll.


Eee PC 1000HE Der Akku des bisherigen Eee PC 1000H mit 6.600 Milliamperestunden bringt es bei 7,4 Volt auf eine Leistung von 48,8 Wattstunden. Sofern das Modell 1000H mit gleicher Spannung arbeitet, wären es mit dem neuen Akku 64,4 Wattstunden, oder knapp ein Drittel mehr. Da das Modell 1000H, auf dem der 1000HE basiert, in unseren Tests beim Surfen per WLAN rund fünf Stunden durchhielt, kann man beim 1000HE rechnerisch wohl eher von knapp sieben Stunden Laufzeit ausgehen.Auch in Blau verfügbar Die versprochenen 9,5 Stunden führt Asus auch auf seine "Super Hybrid Engine" zurück, bei der das Netbook mit verschiedenen Takten betrieben werden kann. Beim Modell 1000H wird der FSB damit von nominal 133 MHz auf 104,5 MHz gedrosselt, das Modell S101 kommt sogar auf 100 MHz und einen CPU-Takt von 600 MHz. Ob Asus dieses Verfahren beim 1000HE noch verfeinert hat, ist noch nicht bekannt.Anschlüsse rechts Den bisherigen Bildern zufolge basiert der Eee-PC 1000HE auf dem Chassis des 1000H, nicht der aktuelleren Variante 1002HA, die mit Edelstahlelementen versehen ist. Folglich gibt Asus auch - trotz größeren Akkus - ein Gewicht von umgerechnet 1.430 Gramm an, was im Rahmen des 1000H liegt.



Anschlüsse links Das neue Netbook soll auch mit Intels neuem Netbook-Chipsatz GN40 und dem Atom N280 versehen sein, zu denen Intel noch keine Angaben gemacht hat. Bekannt ist schon, dass der Atom N280 wie das bisher in fast allen Netbooks verbaute Modell N270 mit 1,6 GHz laufen soll, der FSB wurde jedoch von effektiv 533 auf 667 MHz beschleunigt.Display mit LED-Beleuchtung Der GN40 soll unbestätigten Angaben zufolge nur aus einem Chip bestehen und deutlich sparsamer sein als die Kombination aus North- und Southbridge des aktuellen Netbook-Chipsatzes 945GSE. Vor allem zum Grafikkern des GN40 fehlen aber bisher noch verlässliche Daten. Es ist wahrscheinlich, dass Asus die lange Laufzeit für den Eee-PC 1000HE vor allem aus den neuen Bausteinen zieht. Die übrigen Daten wie 10,2-Zoll-Display mit 1.024 x 600 Pixeln, 802.n-WLAN und 160-GByte-Festplatte sowie 1 GByte DDR2-Speicher entsprechen dem Eee-PC 1000H.Per Facebook kann man das neue Netbook in den Farben Schwarz oder Blau bereits vorbestellen, der Bruttopreis beträgt 399 US-Dollar. Das Angebot ist nur für Bürger der USA und Kanada gültig. Wie Asus Deutschland Golem.de mitteilte, soll der Rechner auch dort erst im zweiten Quartal des Jahres 2009 ausgeliefert werden. Wann es in Deutschland so weit ist, steht noch nicht fest.


Für 299 Euro wird im März 2009 Sonys Lesegerät für elektronische Bücher in Deutschland zu haben sein. In Großbritannien ist das Gerät derzeit billiger.

Sony E-Book-Reader PRS-505 In Deutschland wird es Sonys E-Book-Reader PRS-505 ab 11. März 2009 im Buchhandel zu kaufen geben. Er soll 299 Euro kosten. Dem Reader liegt ein USB-Kabel bei, das zum Übertragen von Inhalten dient und mit dem er über den Computer aufgeladen werden kann. Ein Netzteil zum Laden des Akkus muss als Zubehör dazu gekauft werden.
Der PRS-505 ist eines von drei E-Book-Lesegeräten, die für 2009 auf dem deutschen Markt erwartet werden. Hauptkonkurrent ist Amazons Kindle, das es in Deutschland noch nicht gibt, obwohl es für Ende 2008 angekündigt war und in den USA voraussichtlich bald durch das Kindle 2 abgelöst wird. Das Berliner Unternehmen txtr hat für Sommer 2009 ebenfalls ein elektronisches Lesegerät angekündigt.Sonys Reader unterstützt das nichtproprietäre Format EPUB, gibt aber auch Text-, Audio- und Fotodateien wieder. Dazu zählen PDFs, Word-, TXT- und RTF-Dateien, MP3- und DRM-freie AAC-Dateien sowie die Bildformate JPG, GIF, PNG und BMP.


Vorinstalliert sind auf dem PRS-505 die Romane "Gut gegen Nordwind" von Daniel Glattauer und "Querschläger" von Silvia Roth sowie Auszüge aus aktuellen Sachbüchern. Laut Sony können Nutzer zum Marktstart "einige Tausend" elektronische Bücher im EPUB-Format kaufen - Belletristik und Sachbücher. Der Schwerpunkt liegt auf Bestsellern, wie der Buchgroßhändler Libri, mit dem Sony kooperiert, mitteilt.Der Reader verfügt über einen internen Speicher von 192 MByte, auf den etwa 160 Titel im EPUB-Format passen sollen. Erweiterbar ist er mit einem Speicherstick oder mit SD-Karten auf maximal 16 GByte, was für 13.000 Bücher reichen soll. Sony verspricht, dass der Akku für die Lektüre von zwölf Romanen nur einmal aufgeladen werden muss.Der Sony Reader kann ab jetzt bei Sony oder der Buchhandelskette Thalia vorbestellt werden. In Großbritannien, wo der PRS-505 bereits auf dem Markt ist, kostet er übrigens nur 219,95 Pfund, was beim derzeitigen Umrechnungskurs etwa 249 Euro entspricht.



Ein kanadischer Hardwareversender hat das erste Notebook mit Intels High-End-Prozessor Core i7 angekündigt. Verbaut werden offenbar Desktop-CPUs, zusammen mit einem bisher noch nicht bekannten Grafikprozessor von Nvidia. Lieferbar soll das Gerät erst ab Mai 2009 sein.
Das Angebot findet sich als "künftiges Produkt" bei Eurocom. Anders als der Name suggeriert, sitzt das Unternehmen in der südlichen kanadischen Provinz Ontario. Einen Preis für das 17-Zoll-Notebook gibt es noch nicht, auch das Lieferdatum gibt Eurocom bisher nur mit dem 1. Mai 2009 an. Bis dahin kann sich noch einiges ändern.
Aufhorchen lassen aber die technischen Daten, die der kanadische Versender bereits vollständig auf seine Webseite gestellt hat. In einem knapp 40 x 30 Zentimeter großen Gehäuse, das bis zu 6 Zentimeter dick ist, sollen sich neben drei 2,5-Zoll-Festplatten auch zwei interessante Prozessoren befinden. Intels Desktop-CPU Core i7 soll in allen drei bisherigen Varianten von 2,66 GHZ (Modell 920) bis 3,2 GHz (Modell 965 XE) in das Notebook passen, dazu kommt noch ein bisher unbekannter "G280" von Nvidia. Aus seiner Serie der GTX-Karten mit G200-Architektur hat Nvidia noch keine mobilen Produkte vorgestellt.


Die genannten Intel-Prozessoren sind für den Desktopbetrieb gedacht und weisen eine Leistungsaufnahme von 130 Watt (TDP) auf. Zusammen mit den drei Festplatten und der GPU entsteht auch in einem üppig dimensionierten Notebookgehäuse viel Wärme, die durch mehrere Lüfter abgeführt werden muss. In Kombination mit den Kühlkörpern und Heatpipes ergibt sich so ein Gewicht von 5,4 Kilogramm für das "Eurocom D900F Phantom i7" genannte Gerät. Auch die Leistungsaufnahme des Netzteils mit 220 Watt spricht eine deutliche Sprache, ebenso der 12-Zellen-Akku.Unbestätigten Angaben zufolge handelt es sich bei dem Eurocom-Boliden um ein Gerät auf Basis eines Barebones des taiwanischen Herstellers Clevo. Das Unternehmen hat äußerlich ähnliche Geräte im Programm, etwa das Modell D900C, das ebenfalls für Prozessoren um 100 Watt geeignet ist. Für diesen Rechner listet Clevo aber nur ältere Modelle wie den QX6700 und X6800.


Die wirklich mobilen Versionen des Core i7 mit dem Codenamen "Clarksfield" will Intel im dritten Quartal 2009 vorstellen.Das G1 ist das erste Google-Telefon auf dem deutschen Markt, T-Mobile beginnt am 2. Februar 2009 mit dem Verkauf. Im Test musste das Android-Smartphone die Vorzüge der neuen Plattform unter Beweis stellen.
Google-BindungT-Mobile G1 Bei der Einrichtung des G1 muss sich der Käufer mit einem Google-Konto anmelden. Ohne ein solches Konto ist das Mobiltelefon nicht einsetzbar. Dadurch sind alle Google-Suchanfragen, alle Google-Maps-Aufrufe, alle Google-Mail-Nachrichten, alle Google-Kalender-Termine und alle Google-Talk-Botschaften für den Internetgigangten einem Konto zugewiesen. Der Nutzer kann sich also nicht dagegen wehren, dass sein Nutzerverhalten von Google protokolliert wird.
Sowohl der Kalender als auch das Adressbuch werden ständig mit dem entsprechenden Google-Konto abgeglichen. Eine Synchronisationssoftware für den PC liegt dem Gerät nicht bei, um die Daten per USB-Verbindung zwischen Handy und PC abzugleichen. Auch Firmwareupgrades werden drahtlos eingespielt, allerdings nur, wenn eine WLAN-Verbindung besteht.


Der Touchscreen in T-Mobiles G1 wird zwar mit dem Finger bedient, die markanten iPhone-Gesten mit zwei Fingern kennt der Neuling aber nicht. Dafür funktioniert das Blättern in Applikationen und das Scrollen in langen Listen so butterweich wie auf dem Apple-Konkurrenten. Wenn eine Software Zoomfunktionen bietet, werden sie mit eingeblendeten Plus- und Minussymbolen angezeigt, um einen Bereich zu vergrößern oder zu verkleinern.Wird eines der Symbole ein bisschen länger gedrückt, arbeitet die Zoomfunktion schneller, so dass etwa in Google Maps sehr zügig herein- oder herausgezoomt werden kann. Ganz so komfortabel wie auf dem iPhone arbeiten die Zoomfunktionen nicht, aber mit einer modifizierten G1-Firmware steht Abhilfe für experimentierfreudige Nutzer bereit.Obwohl Android keinen Gebrauch davon macht, steckt im G1 ein Display mit Multitouch-Technik. Der 3,2 Zoll große Touchscreen reagiert gut und zügig auf alle Eingaben und zeigt bei einer Auflösung von 320 x 480 Pixeln bis zu 65.536 Farben an. Einen Helligkeitssensor gibt es im G1 nicht, so dass die Bildschirmhelligkeit nicht automatisch abhängig von dem Umgebungslicht geregelt wird. Zum Verändern der Helligkeit muss sich der Nutzer in die Tiefen der zentralen Einstellungsoptionen begeben, einen Schnellzugriff gibt es in der Standardkonfiguration nicht. Es gibt aber bereits kostenlose Software, mit der dieses Manko umgangen werden kann.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 13.10.2017 à 07:21 - Commentaires (0)


Accu BOSCH BAT011

In een wereld waarin je library enorm dreigt aan te zwellen vanwege Summer Sales en Humble Bundles, vragen gamers al jaren om een manier om spellen in hun library te verbergen. En eindelijk - eindelijk! - heeft Valve geluisterd, hoewel Steam de handige functie op geen enkele manier adverteert.Om een spel in je library te verbergen, klik er met de rechtermuisknop op en kies Set Categories. Zet daarna een vinkje in het vakje bij Hide this game in my library en klik op OK. Klaar is Kees! Het spel verdwijnt dan uit je library, verbannen naar een Hidden filter die alleen toegankelijk is door op de kleine Games knop naast het zoekveld van de library te klikken en vervolgens op - je raadt het al - Hidden te klikken. Daar kun je teruggaan naar de categorie-opties van het spel en het vinkje weghalen bij Hide this game als je het weer in je library wilt kunnen zien staan.Het vastpinnen van programma's aan de taakbalk en het gebruik van Jump Lists is één van de snelste manieren om Windows te navigeren. (Door met de rechtermuisknop op een programma te klikken dat aan de taakbalk is vastgepind kun je de Jump List ervan bekijken.) Standaard laat Steam's Jump List je meest recentelijk gespeelde game zien, evenals links naar verschillende onderdelen van de client - News, Big Picture, Library, Friends, etc. Maar de meeste mensen hebben echt geen Jump List optie nodig om meteen bij je screenshots of activiteiten van vrienden terecht te komen. Gelukkig kun je de instellingen van Steam's Jump List aanpassen zodat er minder niet al te nuttige zaken weergegeven worden en meer belangrijke dingen - spellen!


Ga naar Steam > Settings > Interface, en klik op de knop Set Taskbar Preferences. In het dialoogvenster dat tevoorschijn komt haal je de vinkjes weg bij alle Steam locaties die je niet in de Jump List wilt hebben staan, en klik op OK als je klaar bent.Klik vervolgens met de rechtermuisknop op het Steam-icoon in je taakbalk; voor elk standaard Jump List item dat je weggehaald hebt wordt er een ander recentelijk gespeeld spel weergegeven. Als je erop klikt kom je meteen in het spel terecht, waardoor het gemakkelijker is om de titels waar je momenteel mee bezig bent te starten.Natuurlijk, de Steam Cloud slaat je voortgang veilig op de servers van Valve op, maar dan ook alleen de zogenaamde "save games" - van titels die deze functie ondersteunen. Het back-uppen van de spellen zelf beschermt je tegen die momenten in het leven waarop het weleens misgaat, zodat je geen corruptie riskeert of je niet de woede van je internetaanbieder op de hals haalt door je hele library opnieuw te downloaden als je harde schijf het begeeft.


Raad eens? Steam kan ook back-ups van je spellen beheren. Ga naar je library, klik met de rechtermuisknop op een geïnstalleerd spel en selecteer Backup Game Files. Er verschijnt een dialoogvenster met een lijst van al je geïnstalleerde spellen, waarin je kunt kiezen welke titels je wilt back-uppen. Vanaf dat punt is het een eenvoudig proces.Het herstellen van die back-ups is net zo eenvoudig. Log gewoon in op je Steam account, open de back-up map en draai het steambackup.exe bestand (je kunt dat hier vinden als je het kwijt bent). Volg daarna de instructies op het scherm. Let op dat het uitvoerbare programma automatisch zou moeten draaien als je je spellen naar een CD of DVD geback-upt hebt. Mocht je in de problemen raken, kijk dan eens naar Steam's back-up FAQ.Steam's back-up is echter niet feilloos. Het maakt bijvoorbeeld geen back-ups van mods, aangepaste configuratiebestanden, of spellen die gebruikmaken van installatiebestanden van derden, zoals MMO's en veel andere free-to-play games. Ook worden spellen die Steam niet "home" noemen niet geback-upt. Die zal je dus handmatig moeten back-uppen. Maar het belangrijkste is dat de back-up functie van Steam geen back-up maakt van je "save games".


Dit doolhof gaat nog verder als je dat wilt. Als je niet bang bent voor de allernieuwste snufjes, die vol met bugs kunnen zitten, kun je een blik op de toekomst van pc-gaming krijgen door je te registreren voor de Steam Beta Client of SteamOS uit te proberen, Valve's beta Linux besturingssysteem gebaseerd op Steam. Als je gewoon op de hoogte wilt blijven dan de laatste nieuwtjes over Steam, zorg dan dat je het onofficiële Steam Database blog en Twitter account volgt.Het kan iedereen overkomen: op een dag zet je je laptop of pc aan en Windows geeft een vreemde melding en doet verder niets. Je hebt geen idee wat er aan de hand is, maar wel een vermoeden dat je gisteren 'iets' hebt uitgehaald wat weleens de boosdoener kan zijn. In dit geval kan het terugzetten van een systeemherstelpunt je redding zijn, maar dan moet je dit wel hebben. Als het goed is maakt Windows regelmatig herstelpunten, maar je weet maar nooit.Bij grote aanpassingen is het een goede gewoonte om eerst even een herstelpunt te maken. Maak een snelkoppeling op je bureaublad naar %SystemRoot%\System32\SystemPropertiesProtection.exe en noem deze Herstelopties. Open de snelkoppeling, klik op Maken en geef het herstelpunt een naam. Met dezelfde snelkoppeling kun je Systeemherstel openen en een herstelpunt terugzetten. Herstelpunten zijn ook via de veilige modus terug te zetten.



Maak een snelkoppeling op je bureaublad om eenvoudiger een systeemherstelpunt te maken of terugzetten.Als het goed is ruimt je computer oude herstelpunten automatisch op en voorkom je onnodig verbruik van je schijfruimte. Met de bekende schoonmaakhulp CCleaner ruim je herstelpunten op die per ongeluk toch bewaard zijn. Start CCleaner en klik op Opties / Gereedschap / Systeemherstel. Selecteer het herstelpunt dat je wilt wissen (je kunt er meerdere selecteren) en klik op Verwijderen.Waarom Windows 10? En geen Windows 9? Omdat oude programma's zo zijn ontwikkeld dat ze Windows 95 en 98 aanroepen op alleen het cijfer 9. En dat zou dus een probleem zijn als het nieuwe besturingssysteem ook 9 had geheten. Althans, zo gaat nu een nieuwe theorie.
Volgens een Redditor die claimt een ontwikkelaar bij Microsoft te zijn, heeft de nieuwe Windows het opvolgingsnummer 10 gekregen in plaats van 9, omdat veel softwareprogramma's juist '9' aanroepen als ze zoeken naar Windows 95 en 98. Dat probleem zou gevonden zijn in de eerste testen van Windows '9' met software van andere partijen.


Het lijkt een even plausibele reden als elke andere theorie die nu de wereld rondgaat, vooral omdat Microsoft zelf nog steeds niets wil zeggen over de nummering. Maar een verdere uitdieping van Engadget, dat zegt verschillende software-ontwikkelaars te hebben gesproken hierover, lijkt toch wel te bevestigen dat een eventuele Windows 9 inderdaad voor problemen had kunnen zorgen.Daarnaast hebben andere ontwikkelaars naar aanleiding van de discussie op Reddit zelf eens de zaak onderzocht, en dat lijkt eveneens een bevestiging van het probleem op te leveren, zie deze uitkomst van een zoekopdracht naar broncode's die Windows 9 (of 9.) aanroepen.Microsoft heeft een dag na de introductie van Windows 10 een ontwikkelaarsversie van het besturingssysteem vrijgegeven. Hiermee kunnen ontwikkelaars aan de slag om alvast een eerste indruk te krijgen, en dit geeft jou ook de mogelijkheid om Windows 10 zelf eens uit te proberen!
De ontwikkelaarsversie is nog niet stabiel genoeg om standalone te gebruiken. Maar als je nog een oud pc'tje hebt staan, of je wilt het naast je gewone Windows-versie draaien, dan kun je gerust eens spelen met Windows 10.


Voordat je aan de slag kunt met de testversie van Windows 10, dien je jezelf als ontwikkelaar te registreren. Dit doe je door naar de website van het Windows Insider Program te gaan en op Begin hier te drukken. Op de Engelstalige site die verschijnt druk je vervolgens op Join now en op de volgende pagina log je in met je Microsoft-account (of je maakt een nieuwe aan). Nadat je bent aangemeld krijg je een felicitatiepagina: 'Congrats, you're now an insider'. Nu kun je echt aan de slag!Het installeren van Windows 10 doen we met een iso-schijfbestand. Dit bestand download je hier. Je kunt kiezen tussen twee versies: 32 bit of 64 bit. 64 bit is aan te raden op nieuwere pc's met meer dan 2 GB aan werkgeheugen. Bij een oudere pc kies je voor de 32bit-versie. Wil je eerst nagaan of je huidige Windows-versie 32- of 64 bit is, klik dan met de rechtermuisknop op Deze Computer en kies je Eigenschappen. In het venster dat verschijnt zie je onder het kopje Systeem welke bitvariant je draait.Nu gebruiken we het iso-bestand voor een opstartbare usb-stick. Download het programmaatje Windows 7 USB/DVD Download Tool en installeer dit. Open het programma en kies bij Source file voor Browse. Zoek vervolgens het zojuist-gedownloade iso-bestand en druk op Openen en Next. Plaats vervolgens een usb-stick (minimaal 4 GB) in de pc, waar geen bestanden meer op staan die je nog nodig hebt. Klik op USB device en Begin copying. Bevestig ten slotte dat je alle gegevens op de stick wilt verwijderen en de opstartbare usb-stick wordt gemaakt.



Er zijn drie manieren waarop je Windows 10 kunt installeren. Je kunt je huidige installatie upgraden, je kunt Windows 10 naast je huidige Windows-versie installeren op een andere schijfpartitie (dualboot) of je kunt Windows 10 standalone op een systeem installeren. De stappen op deze pagina leggen uit hoe je Windows standalone of dualboot installeert. Wil je upgraden, ga dan verder met stap 7.Er is ook een vierde optie voor de installatie van Windows 10: door het te installeren in een virtuele machine. Bij een virtuele machine draai je in feite een computersysteem in een Windows-venstertje. Heel handig om in je eigen omgeving toch even Windows 10 uit te proberen. Een virtuele machine maak je gratis met het programma VirtualBox. Bij het opzetten van je virtuele machine heb je het 32bit-iso-bestand van Windows 10 ook nodig!Voordat je kunt opstarten van je usb-stick moet je eerst zorgen dat usb een hogere opstartprioriteit heeft dan je harde schijf, waar normaal gesproken je besturingssysteem van geladen wordt. Dit doe je door naar je BIOS (of UEFI op moderne pc's te gaan), vaak door tijdens het eerste opstartscherm op Del, F2, F12 of een andere toets te drukken. Geef vervolgens usb een hoge prioriteit, sla de wijzigingen op en vervolgens kun je de BIOS-omgeving afsluiten.


Plaats de usb-stick en start je pc op. Als je pc vanaf de usb-stick opstart, krijg je na een laadperiode een Windows Setup-venster te zien. Laat de taal op Engels staan (een Nederlandse versie is helaas nog niet beschikbaar). Wel kun je achter Time and currency format voor Dutch (Netherlands) kiezen. Laat de toetsenbordinstellingen ook staan op United States-International en druk op Next. In het volgende venster kies je Install now, ga akkoord met de licentievoorwaarden en druk weer op Next.In het venster dat verschijnt krijg je de keuze te upgraden of te installeren. Kies Custom: Install Windows only (advanced), waarna je in het volgende scherm de schijven van de pc ziet. Je kunt hier optioneel een partitie maken of formatteren voordat je een schijf of partitie kiest. Kies je een partitie naast je bestaande Windows-partitie, dan wordt een dualboot-systeem gemaakt. Je kunt er ook voor kiezen Windows 10 over je huidige Windows-installatie heen te installeren, of je installeert het op een geformatteerde schijf. Druk op Next en de installatie begint echt. Ga verder met stap 9.


Wil je je huidige Windows-installatie upgraden, start dan de pc zonder de usb-stick op. Zorg, voordat je echt begint, dat al je belangrijke bestanden zijn geback-upt, mocht er iets misgaan. Zodra Windows gestart is, plaats je de usb-stick en open je het bestand Setup.exe van de verwisselbare schijf. Nadat een tellertje naar 100 is gelopen, dien je akkoord te gaan met de licentievoorwaarden en krijg je na een paar laadvenstertjes de mogelijkheid om je bestanden mee te nemen met de installatie. Kies of je dit wilt en druk op Next. Er verschijnt nog een laadvenster dat vrij lang duurt ...Mochten er moeilijkheden of conflicten zijn tussen jouw huidige Windows-versie en het te installeren Windows 10, dan krijg je dit in het venster dat volgt te zien. In ons geval was het enige conflict de andere taal (Windows 10 werkt alleen in het Engels, terwijl onze Windows 8.1-installatie Nederlandstalig was). Druk op Ok en Install om de installatie echt te starten. Je ziet een tellertje oplopen en de pc start meerdere malen opnieuw op. Let er echter wel op dat de computer bij een herstart niet van de usb-stick start.Nadat de installatie gedaan is, doorloop je enige voorkeuren als je Windows 10 schoon installeert, zoals je draadloze internetverbinding. Heb je een upgrade uitgevoerd, dan worden een paar dingen meegenomen, zoals je naam en je wifi-gegevens. Kies bij de volgende stap (desgewenst) Use express settings en log in het volgende scherm in met je Microsoft-account. Heb je geen zin om in te loggen met je Microsoft-account, kies dan Create New Account en druk vervolgens op Continue using my existing account. Windows start nu daadwerkelijk op.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 12.10.2017 à 04:04 - Commentaires (0)


Batterie pour Dell Inspiron Mini 9

Nous ne ferons que peu de reproches au rendu sonore. Pour une barre de son, la YSP-2700 offre un ensemble bien équilibré et assez riche, qui reste tout de même moins taillé pour l'écoute musicale. Sans surprise, les voix sont claires et bien définies tout en bénéficiant d'une mise en avant. L'option Clear Voice permet de les détacher plus radicalement si vous voulez parfaitement entendre votre émission ou le journal télévisé, par exemple. Le subwoofer nous gratifie de basses profondes, diffuses et plus chaleureuses que celles du YSP-2500. Même si le grave peut manquer de percutant de temps à autre, il reste naturel et ne vient jamais masquer le reste du spectre. Les hauts-médiums/aigus se dévoilent de façon douce et détaillée, sans entrer dans la surenchère. Ils peuvent toutefois devenir plus agressifs et acérés si vous être trop décalé du point d'écoute (trop près ou trop sur les côtés), surtout en mode surround. Les différents modes DSP proposés, sans être indispensables, restent toutefois intéressants pour leur travail sur la réverbération.

1_testlesnumeriquesyamahaysp2700barredesondisto1.jpgMesure du Taux de Distorsion Harmonique exprimé en pourcentage


Le système est très puissant et n'aura aucun mal à sonoriser un salon pour regarder vos films préférés. La distorsion, discrète, mais pas inaudible dans le bas/bas-médium, peut devenir trop présente si vous poussez la barre de son à outrance. Mieux vaut rester à un niveau d'écoute raisonnable pour bénéficier d'un signal parfaitement propre.
Xiaomi continue à faire parler d'elle, mais pas forcément en bien cette fois-ci. Malgré tout le buzz que la marque crée avec son approche du marché hyper agressive, les dernières nouvelles ne sont pas bonnes, puisque Xiaomi accuse une baisse des ventes de ses smartphones par rapport à l'année dernière. Mais selon Hugo Barra, ce déclin n'est pas inquiétant.

L'ex-responsable du développement d'Android chez Google, aujourd'hui vice-président chez Xiaomi Global, défend sa marque malgré les chiffres peu encourageants. En effet selon Fortune, la marque chinoise aurait accusé le coup du déclin de la vente de smartphones un peu plus durement que les autres marques avec une baisse de presque 38 % des ventes au second trimestre 2016. Mais pour Hugo Barra, cela n'a que peu d'importance, puisque Xiaomi compte moins sur les profits immédiats dus à la vente de smartphone que "sur les sources de revenues sur le long terme."



Ce que Barra tente d'expliquer, c'est que le constructeur compte sur son écosystème plus que sur ses smartphones pour garder la tête hors de l'eau. Il faut dire que Xiaomi tire effectivement un peu dans tous les sens question matériel, vendant des appareils allant de l'ordinateur portable au cuiseur à riz en passant par les chaussures connectées. "On pourrait vendre 10 milliards de smartphones sans faire un centime de profit", explique l'exécutant.
Un lancement "international" au CES
Le refrain n'est pas vraiment inédit, le marché des smartphones étant saturé et Apple étant plus ou moins la seule marque à dégager des profits substantiels, de plus en plus de marques se diversifient sans des secteurs ou la marge est un peu plus confortable. Mais pour Xiaomi comme pour beaucoup d'autres, le mobile reste le produit d'appel qui fait connaitre la marque. Difficile de croire donc que vendre moins de smartphones n'est pas une situation préoccupante pour le constructeur.


En attendant, la marque a indiqué qu'elle sera présente au CES à Las Vegas pour annoncer un produit "international". Un smartphone parait peu probable, la marque préférant encore limiter la commercialisation de ses mobiles autour du globe afin de limiter les coûts, mais le lancement d'un nouvel accessoire pour étoffer le catalogue déjà disponible en Europe est probable.
Alors que Sony vient de sortir la déclinaison Pro de sa PS4, que Microsoft y va de sa Xbox One S avec lecteur de Blu-ray Ultra HD intégré et que Nintendo ressort sa Nes en version Mini, il nous a semblé utile de faire un point sur ces différentes consoles de jeu vidéo de salon pour mieux vous aider à choisir celle qui répondra le mieux à vos attentes.


On ne le dira jamais assez, le choix d'une console de jeu vidéo doit avant tout se faire en fonction de son catalogue de jeux (disponibles et à venir). Mais les questions de l'équipement nécessaire pour en profiter et du budget à lui consacrer entrent bien sûr dans l'équation. Puisque les consoles de jeu font aussi désormais office de lecteur multimédia, mieux vaut ne pas négliger les fonctions qu'elles proposent en sus du jeu vidéo, notamment lorsqu'il s'agit de les utiliser pour visionner des films. Alors, parmi les consoles disponibles actuellement, laquelle est faite pour vous ou fera le plus plaisir pour offrir à Noël ?


La PS4 reste la console la plus vendue du moment et sa nouvelle déclinaison Slim, plus compacte, silencieuse et économe, voit son prix de vente baisser de 100 € (299 €). Riche d'un vaste catalogue de jeu, la Slim est très légèrement plus puissante que sa concurrente Xbox One S, mais doit se contenter d'un lecteur Blu-ray classique, compatible Full HD uniquement. Il s'agit d'une valeur sûre pour qui possède un téléviseur Full HD et ne souhaite pas dépenser plus. Dans le cas contraire, avec un budget supérieur de 100 €, la PlayStation 4 Pro est mieux armée pour l'avenir et offre une compatibilité Ultra HD qui intéressera les possesseurs de TV affichant cette définition — de plus en plus répandus.



En effet, la PS4 Pro, déclinaison plus musclée de la PS4, s'appuie sur une puissance graphique brute doublée pour viser la définition Ultra HD dans les jeux. Dans la pratique, ce n'est toutefois pas si simple, puisque l'Ultra HD correspond à 4 fois la définition Full HD. La console propose alors une mise à l'échelle soignée et une amélioration des graphismes plutôt qu'un rendu directement en Ultra HD, ou bien reste en définition Full HD plus classique afin d'utiliser la puissance supplémentaire pour augmenter la fréquence d'affichage — certains jeux proposent ainsi de choisir entre fluidité améliorée et très haute définition. Nous ne vous conseillons pas spécialement de passer à la PS4 Pro si vous possédez déjà une PS4 classique, mais nous la recommandons plus volontiers à ceux qui n'ont pas encore de PS4 et peuvent se permettre de dépenser un peu plus, puisque le choix de la PS4 Pro paraît plus serein pour l'avenir. Plusieurs jeux en développement exploiteront en effet ses capacités — même si Sony garantit que tous les jeux continueront à fonctionner sur les PS4 classiques — et il sera sans doute plus confortable de jouer sur PS4 Pro avec des titres exigeants sur le plan graphique. Attention cependant, malgré une compatibilité Ultra HD, la PS4 Pro n'est pas équipée d'un lecteur Blu-ray compatible avec ce format et les amateurs de films et séries devront se contenter du streaming (Netflix...) pour profiter de l'Ultra HD. Parmi les consoles de salon, seule la Xbox One S possède un tel lecteur BD UHD.

Message déposé le 10.10.2017 à 09:13 - Commentaires (0)


Batterie pour Lenovo ThinkPad W530

Bref, investir dans un PC portable équipé d'une 1060, 1070, 1080 reste clairement justifié si l'on veut miser sur du long terme.
Si Nvidia proposait déjà Watch Dogs 2 avec ses GeForce GTX 1080 et GTX 1070, les modèles inférieurs ne bénéficiaient d'aucun bundle. Une lacune désormais comblée, puisque l'achat d'une GeForce GTX 1060 (6 ou 3 Go), GeForce GTX 1050 Ti ou GeForce GTX 1050 donne droit à un jeu offert, à choisir parmi trois titres indés.

Le bundle concerne les GeForce de bureau citées plus haut, mais aussi les ordinateurs de bureau qui en sont équipés ou encore les ordinateurs portables (pour la GeForce GTX 1060). Après achat auprès d'un revendeur en ligne qui fait mention de l'offre — condition sine qua non — l'acquéreur doit patienter jusqu'à ce que le délai de rétractation soit passé. Après ce délai, un code est envoyé par email. Celui-ci est à renseigner sur le site Nvidia mis en ligne pour l'occasion, et ce, avant le 30 janvier 2017.

Il faut alors se laisser guider de manière à ce que le compte Steam de l'utilisateur soit relié à celui de Nvidia. À la suite de cela, il est possible de choisir un – et un seul – jeu parmi les trois titres indés suivants : Maize par Finish Line Games (aventure), Redout par 34BigThings (course futuriste) ou Raw Data par Survios (combat orienté VR).
À en croire les sources de Windows Central, Microsoft planche actuellement sur un outil susceptible de venir concurrencer les Amazon Echo et Google Home. Baptisé Home Hub, ce dernier se distinguerait toutefois par un modèle fondamentalement différent : au lieu d'habiter un appareil dédié, il s'implanterait au sein de Windows 10, et donc de n'importe quel PC.


D'après Windows Central, qui assure avoir consulté des sources diverses, Home Hub est un outil purement logiciel qui devrait débarquer avec le troisième volet de la mise à jour à tiroirs dite Redstone, probablement fin 2017. Ses fonctions de base devraient être comparables à ce que propose la concurrence, mais avec une différence de taille à l'usage, à savoir la présence d'un écran. En pratique, Cortana doit pouvoir, bien entendu, piloter les lumières (par exemple) par le biais de commandes vocales. Mais le dispositif ne se contente pas de connecter les appareils intelligents de la maison. Il a vocation, à l'évidence, à devenir le centre de ladite maison.En effet, le projet Home Hub est en grande partie orienté vers une utilisation familiale. Cela se traduit, concrètement, par une machine partagée, sur laquelle Windows 10 n'affiche pas, par défaut, les données d'un individu en particulier, mais les fichiers communs, par exemple le calendrier familial. Bien évidemment, il est possible de s'authentifier rapidement pour accéder à son compte, notamment grâce à Windows Hello. Toutefois, l'idée n'est pas de transformer son laptop de travail en hub partagé à mi-temps. Microsoft imagine plus une machine dédiée, tactile, constamment placée au centre d'une pièce à vivre. Le géant se serait d'ailleurs déjà rapproché de Lenovo et HP pour s'assurer que des tout-en-un adaptés débarquent sur le marché au moment propice.



D'après le long article de Windows Central, l'arrivée de Cortana sur l'écran de verrouillage de Windows 10 n'était autre que la première étape du déploiement progressif de Home Hub, qui devrait s'étaler au moins sur trois mises à jour majeures. Sans tenir compte d'éventuels — voire probables — retards, Microsoft ne devrait donc pas dévoiler toutes ses cartes à ce sujet avant 2018.
La version 2014 diffère notamment par la présence d'une puce NFC et d'une application mobile Jabra Sound, avec des fonctionnalités intéressantes. Pour tout le reste, on retrouve une enceinte nomade portable à la conception solide et aux finitions de qualité. Elle ne promet pas une résistance particulière, mais elle peut être protégée de projections d'eau et de sable grâce à sa pochette de transport fournie. Ses commandes simplissimes et ses indications vocales la rendent facile d'utilisation et intuitive. La Solemate peut communiquer en sans-fil via Bluetooth ou en filaire via l'entrée mini-jack 3,5 mm et son câble fourni. Elle embarque également un micro pour la fonction kit mains libres et elle offre 10 heures d'autonomie.
La toute dernière version du fleuron d'Apple arrive avec des dimensions revues à la baisse et une configuration très musclée. Cette année, la nouveauté la plus visible est cependant la Touch Bar qui remplace les touches de fonctions. Indéniablement séduisante au premier regard, il nous restait à déterminer si elle s'avère bien utile dans la pratique. Avec ses nouveautés, ce nouveau MacBook Pro 15 pouces reste-t-il l'engin désirable qu'il est devenu au fil des années ?
C'est (presque) une nouvelle ère pour les MacBook Pro, qui connaissent en 2016 une refonte partielle de leur design. Ce modèle 15 pouces n'échappe pas à la règle et l'on se retrouve face à un ordinateur plus compact et léger que les précédentes générations, mais qui ne sacrifie en rien la qualité de fabrication. Le châssis est ainsi toujours de type unibody, intégralement en aluminium et la construction ainsi que le niveau de finitions sont à nouveau irréprochables. Le tout respire la solidité et les matériaux nobles.


Les plus gros changements interviennent lorsque l'on ouvre le notebook. On découvre alors un clavier aux touches très plates, hérité du MacBook, avec un toucher amélioré (mécanisme papillon de deuxième génération), un touchpad XXL à la diagonale de 18,5 cm (!), ainsi que cette fameuse Touch Bar qui a fait couler beaucoup d'encre. C'est clairement d'ailleurs ce dernier point qui différencie le plus ce MacBook Pro des versions précédentes.

Avant d'y revenir plus en détail, inspectons le clavier qui, comme dit plus haut, nous vient tout droit du MacBook... pour le pire et le meilleur. Il propose ainsi des touches convexes, très légèrement enfoncées au milieu, ainsi qu'une course très courte. Apple a légèrement retravaillé le mécanisme afin qu'il soit légèrement plus souple que sur le MacBook. Les premiers instants en sa compagnie restent déroutants, tant la frappe manque de retour. Cependant, après un petit temps d'adaptation, on finit par s'y faire et même trouver son utilisation agréable. Malgré tout, on ne peut s'empêcher de regretter l'ancien clavier du MacBook Pro, certes plus volumineux, mais un bon cran au-dessus en termes de confort.



Le touchpad est en revanche un petit bijou de praticité et de précision, même si l'on se demande une fois de plus l'intérêt d'une telle surface. Il glisse impeccablement bien, réagit parfaitement, et l'ensemble des mouvements propres à Mac OS (défilement haut et bas, changement de bureau, etc.) répond merveilleusement bien.

Un mot rapide sur le bouton d'allumage, juste à droite de la Touch Bar, qui se dote désormais d'une fonction Touch ID. Le système déjà éprouvé sur les iPhone et iPad permet de déverrouiller le Mac instantanément en posant son doigt sur le capteur d'empreinte digitale. Ce système permet également de gérer plus facilement les sessions, puisque la reconnaissance de l'empreinte permet de déverrouiller la session de l'utilisateur correspondant. Touch ID peut également être utilisé pour sécuriser des fichiers sur le Mac comme les notes. Touch ID pourra également servir aux paiements sur Internet.


Passons maintenant à la Touch Bar, soit un écran Oled tactile qui prend toute la largeur du clavier et qui affiche une définition de 2 170 x 60 pixels. Son intégration est impeccable et l'effet waouh est indéniable lorsqu'on la découvre pour la première fois. Apple a tenté de pousser au maximum les possibilités d'usages avec Mac OS et il faut avouer qu'elle s'adapte bien à différents types d'utilisations. Depuis le bureau, il est possible de très simplement régler la luminosité, le volume, le rétroéclairage du clavier, ou encore lancer le launchpad et accéder aux différentes fenêtres ouvertes. L'affichage s'adapte par ailleurs en fonction de l'application utilisée : lancez Photos et vous verrez apparaître des raccourcis pour recadrer ou faire pivoter vos images, lancez Safari et vous profiterez d'une barre de favoris, etc. Encore une fois, l'idée est excellente et la séduction fonctionne immédiatement.

En pratique, cependant, est-ce vraiment utile et est-ce que cela change radicalement notre façon d'utiliser Mac OS au quotidien ? Sans être catégorique, on peut affirmer que la Touch Bar, aussi technologiquement séduisante soit-elle, n'est qu'une barre de raccourcis dynamiques et qu'un utilisateur avancé, qui travaille sur Mac OS toute la journée, aura toujours plus vite fait d'utiliser les raccourcis clavier. Reste une bonne idée de design et un effet très réussi, qui rend le notebook encore un peu plus premium.

Message déposé le 09.10.2017 à 07:12 - Commentaires (0)


Akku LENOVO 0A36279

Die Hardwareausstattung des Vaio ermöglicht es, die meisten aktuellen 3D-Spiele in mittlerer Qualitätsstufe in Standardauflösung (1.366 x 768 Bildpunkte) flüssig wiederzugeben. Viele Spiele laufen auch mit hohen Qualitätseinstellungen noch flüssig. In Full HD-Auflösung (1.920 x 1.080) und maximaler Qualität laufen nur noch einige genügsame Spiele wie die Ableger der Fifa-Serie flüssig.Insgesamt bleibt das Notebook unter seinen Möglichkeiten. Die Kombination aus Core i7 und GeForce könnte höherer Frameraten liefern. Aus Kühlungsgründen können beide Komponenten nicht gleichzeitig mit maximaler Geschwindigkeit arbeiten. Wir haben die CPU- und GPU-Geschwindigkeit während des Sleeping Dogs-Benchmarks (Full HD, maximale Qualität) aufgezeichnet. Der Test mit den gewählten Einstellungen läuft etwa 10 Minuten. Die CPU arbeitet währen der ersten 7 Minuten mit 800 MHz, anschließend mit 2 Ghz. Die GPU läuft von Beginn an mit 941 MHz.


Nutzer, deren Fokus auf Computerspielen liegt, bekommen zu einem Kaufpreis von 1.000 Euro deutlich geeignetere Notebooks. So ist das One K56-3F (15,6 Zoll) mit GeForce GT 750M GPU in der Einsteigervariante ab 800 Euro zu haben. Im 17-Zoll-Bereich böte sich beispielsweise das Acer Aspire V3-771G (Core i7-3630QM, GeForce GT 650M, Full-HD-Display) an. Dieses ist für ziemlich genau 1.000 Euro zu haben.Es macht sich bezahlt, dass Sony einen ULV-Prozessor einsetzt. So arbeitet das Vaio im Idle-Modus recht leise. Wir messen einen Schalldruckpegel von 31,5 dB. Diesen Wert kann das Vivobook (30,3 bis 30,9 dB) noch unterbieten. Beim Aspire (31,7 bis 34,8 dB) stellen wir höhere Werte fest. Unter mittlerer Last (3D Mark 06 läuft) bzw. voller Last (Stresstest, Prime95 und Furmark arbeiten) überschreiten die Werte aller drei Rechner die 40 dB-Marke. Dies ist nicht verwunderlich. Alle Geräte verfügen über dünne Gehäuse und sind mit spielefähigen Grafikchips bestückt. Auf engem Raum muss intensiv gekühlt werden. Somit wird es laut. Das Vaio liefert Werte von 43,5 bzw. 45 dB und liegt damit vor dem Aspire (41,2 bzw. 41,4 dB) und dem Vivobook (40,6 bzw. 42,4 dB).



Während des Idle-Betriebs messen wir Gehäusetemperaturen zwischen 28,3 und 35,3 Grad Celsius. Damit liegen die Temperaturen im grünen Bereich. Beim Vivobook (25,6 bis 34,1 Grad Celsius) und beim Aspire (25,2 bis 33,9 Grad Celsius) liegen die Temperaturen noch etwas niedriger. Unter Volllast steigen die Werte des Vaio moderat auf 27,2 bis 43,6 Grad Celsius. Die Vierzig-Grad-Celsius-Marke wird im Bereich des Lüfters überschritten. Deutlich stärker erwärmen sich die Gehäuse des Vivobook und des Aspire. An einigen Messpunkten wird die Fünfzig-Grad-Celsius-Marke überschritten.Den Stresstest (Prime95 und Furmark laufen für mindestens eine Stunde) durchläuft die CPU im Netzbetrieb in den ersten fünf Minuten mit 2,7 bis 2,8 GHz. Immer wieder wird ein Kern auf 2,2 GHz abgebremst. Anschließend arbeitet die CPU dauerhaft mit 2 GHz. Letzteres geschieht im Akkubetrieb von Beginn an. Die GPU werkelt im Netz- und im Akkubetrieb mit 575 MHz. Beide Komponenten bleiben weit unter ihren Möglichkeiten. Das Kühlsystem des Rechners scheint nicht auszureichen, damit beide Rechenkerne gleichzeitig mit Volldampf arbeiten können. Ihre Maximalgeschwindigkeiten erreichen die beiden Komponenten nur separat.


Direkt nach dem Stresstest haben wir den 3D Mark 2006 Benchmark erneut ausgeführt. Das Ergebnis fällt mit 7348 Punkten (CPU: 2541 Punkte) deutlich niedriger aus, als im kühlen Notebookzustand (8924 Punkte; CPU: 3645 Punkte). Die CPU-Temperatur hat sich im Netzbetrieb bei etwa 70 Grad Celsius eingependelt.Die Stereolautsprecher des Vaio befinden sich am hinteren Rand der Baseunit. Sie erzeugen einen akzeptablen Klang, dem der Bass fehlt. Wird die Lautstärke voll aufgedreht, tendiert der Klang sehr ins Blecherne. Bei einer geringeren Lautstärke fällt dies deutlich moderater aus. Für ein besseres Hörerlebnis empfiehlt sich der Anschluss von Kopfhörern oder externen Lautsprechern.


Die Energieaufnahme im Idle-Modus fällt mit 9,8 bis 15,7 Watt recht hoch aus. Insbesondere im direkten Vergleich mit dem Aspire (6 bis 7,7 Watt) und dem Vivobook (7,9 bis 10,2 Watt) wird dies mehr als deutlich. Die Leistungsaufnahmen der Prozessoren und Grafikkerne der drei Rechner sind recht ähnlich, sodass hier nicht der Grund zu finden ist. Der auffälligste Unterschied zwischen den Rechnern findet sich im Bildschirm. Das Vaio-Display verfügt über eine höhere Auflösung und leuchtet deutlich heller als die Bildschirme der Konkurrenten. Unter mittlerer (3D Mark 06 läuft) bzw. voller Last (Stresstest, Prime95 und Furmark arbeiten) steigt die Energieaufnahme des Vaio auf 49,7 bzw. 47.4 Watt. Der Wert unter Volllast fällt niedriger aus, da CPU und GPU nicht mit voller Kraft arbeiten. Das Aspire (56,5 bzw. 67,4 Watt) und das Vivobook (57 bzw. 64 Watt) benötigen in beiden Fällen mehr Energie als das Vaio.


Den Betrieb im Idle-Modus stellt das Vaio nach 5:19 h ein. Das Vivobook (4:20 h) macht schon eine Stunde früher schlapp. An die Ausdauer des Aspire (7:35 h) reichen beide Konkurrenten nicht heran. Der Idle-Modus wird durch den Battery Eater Readers Test überprüft. Der Bildschirm läuft auf der geringsten Helligkeitsstufe, das Energiesparprofil ist aktiviert und die Funkmodule sind abgeschaltet. Unter Last erreicht der Sony-Rechner eine Laufzeit von 1:20 h. Das Vivobook (1:29 h) liegt nur knapp davor. Erneut kann sich das Aspire (2:16 h) deutlich absetzen. Die Laufzeit unter Last wird mit Hilfe des Battery Eater Classic Tests ermittelt. Dabei arbeitet der Bildschirm mit voller Helligkeit, das Hochleistungsprofil und die Funkmodule sind aktiviert.



Den WLAN-Test beendet das Vaio nach 3:01 h. Das Vivobook (3:39 h) hält fast vierzig Minuten länger durch. Auch diesmal enteilt das Aspire (6:17 h) der Konkurrenz. Beim WLAN-Test werden Webseiten automatisch im 40-Sekunden-Intervall aufgerufen. Das Energiesparprofil ist aktiv und die Displayhelligkeit wird auf etwa 150 cd/m² geregelt. Mit einer Akkuladung bringt es das Vaio auf eine DVD-Wiedergabedauer von 2:13 h. Das Vivobook (1:44 h) überschreitet nicht einmal die Zwei-Stunden-Marke. Das Aspire hält ganze 3:55 h durch. Der DVD-Test wird mit aktiviertem Energiesparprofil (oder ein höheres Profil, falls die DVD nicht flüssig abgespielt wird), voller Bildschirmhelligkeit und deaktivierten Funkmodulen durchgeführt.


Das Aspire erreicht die längsten Akkulaufzeiten, da es zum einen den Akku mit der größten Kapazität (54 Wh) besitzt und zum anderen während des Idle-Modus mit der geringsten Energieaufnahme glänzt. Die Akkus des Vaio (41 Wh) und des Vivobook (44 Wh) bieten eine deutlich geringere Kapazität. Sony verlangt mit etwa 1.000 Euro einen stolzen Preis für das Notebook. Hier hätten wir bessere Akkulaufzeiten und einen größeren Akku erwartet.Das Sony Vaio SV-F15A1S2ES kann mit einer guten Anwendungsleistung und einer akzeptablen Spieleleistung aufwarten. Darüber hinaus bringt es ein brauchbares, hochauflösendes Display und eine annehmbare Tastatur mit sich. Zudem steht viel Speicherplatz zur Verfügung. Die Akkulaufzeiten fallen dank der verhältnismäßig geringen Akkukapazität nicht besonders gut aus. Hier hätten wir bei einem 1.000-Euro-Notebook deutlich mehr erwartet. Auch die Festplatte gehört nicht zu den schnellsten ihrer Art. Bei deutlich preiswerteren Notebooks haben wir schon schnellere SSD-HDD-Kombinationen gesehen.Das Asus VivoBook S550CM-CJ038H (etwa 800 Euro) und das Acer Aspire TimelineU M3-581PTG (etwa 900 Euro) bieten grundsätzlich den gleichen Funktionsumfang wie das Vaio. Sie sind aber preisgünstiger zu haben. Dafür muss man Abstriche bei CPU und GPU hinnehmen und sich mit einem geringer auflösenden Bildschirm zufrieden geben. Das Aspire ist dem Vaio trotz des günstigeren Preises in einigen Bereichen überlegen. So ist es mit einer Solid-State-Disk bestückt und erreicht deutlich bessere Akkulaufzeiten.



Normalerweise brauchen Schaltkreise eine Ausgangsspannung von 0,7 Volt. Diese Bedingung schränke die Möglichkeiten, mobile Geräte mit Solarzellen oder anderen Arten des Energy-Harvesting auszurüsten, ein. Eine Solarzelle liefert meist knapp 0,5 Volt. Um die nötige Spannung zu liefern, müssen mehrere Zellen gebündelt werden.
Die von Freescale entwickelte SMARTMOS-Technik soll es jedoch ermöglichen, mit der von einer einzigen Solarzelle gelieferten elektrischen Energie einen handelsüblichen Lithium-Ionen-Akku zu laden. Die Effizienz der Technik soll bei über 80 Prozent liegen.Als Anwendungsgebiete sieht Freescale mobile Endgeräte we Notebook und Mobiltelefone, aber auch solarbetriebene Akkuladegeräte oder Verkehrsampeln.HTC hat sein Smartphone Touch Diamond weiterentwickelt und stellte auf dem Mobile World Congress einen Nachfolger vor. Das Touch Diamond2 läuft wie sein Vorgänger unter Windows Mobile, verfügt aber über ein größeres Display.

HTC Touch Diamond2 Das Windows-Mobile-Smartphone HTC Touch Diamond2 wartet mit einem 3,2 Zoll großen Display auf, das eine Auflösung von 480 x 800 Pixeln erreicht. Es ist kompakt gehalten und nur 13,7 mm dick. Die neue Zoom Bar soll für schnelleres Zoomen in Webseiten, E-Mails und Fotos sorgen.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 09.10.2017 à 05:34 - Commentaires (0)


Batería Acer Aspire 7741G-374G64Mn

Vodafone ha dado a conocer los resultados del tercer trimestre del Año Fiscal, donde ha registrado su mayor crecimiento desde el lanzamiento del servicio fijo hace más de 5 años. Además, hemos conocido que la operadora cerró 2013 con cerca de 1 millón de clientes de ADSL y 14 millones de telefonía móvil.El tercer trimestre fiscal comprende las fechas entre el 1 de octubre a 31 de diciembre de 2013. En ese periodo, los ingresos por servicio de Vodafone han alcanzado los 938 millones de euros, registrando un descenso el ritmo de caída de los ingresos. Desde la operadora nos explican que este trimestre se ha caracterizado por la mejora de la actividad comercial y sobre todo, por el crecimiento del negocio fijo.Vodafone ha cerrado el trimestre (y por extensión el año) con 13.652.000 de clientes de telefonía móvil y 953.000 clientes de ADSL. En el último trimestre su cartera de clientes de móvil se ha resentido al perder 38.000 clientes. El rediseño de la oferta comercial de Vodafone ha sido clave para que en diciembre se hayan conseguido 7.987 clientes.Con la vista puesta en la posible compra de ONO, desde Vodafone se felicitan por los buenos números cosechados en el segmento fijo. Los clientes de ADSL se incrementaron en 181.000 durante todo el año (57.000 en el último trimestre). Estos números hacen que Vodafone cierre el 2013 con 953.000 clientes de ADSL, de los que casi el 80% están suscritos a una oferta convergente con fijo y móvil.


El futuro de Vodafone pasa por la apuesta por dos tecnologías de nueva generación como son el 4G y la fibra óptica. En relación a esta última, hemos conocido que Vodafone ha puesto en marcha el despliegue en 12 ciudades españolas: Madrid, Barcelona, Sevilla, Málaga, Valencia, Alicante, Zaragoza, Córdoba, Valladolid, Alcorcón, Badalona y Hospitalet de Llobregat.VODAFONE-USB-4GEn todas estas ciudades ya se ha comenzado a asignar los proyectos a diferentes empresas y han comenzado los despliegues de las redes horizontales mientras se tramitan los permisos para los verticales. En los edificios donde Movistar ya ha desplegado la fibra, se ha comenzado a acceder gracias al acuerdo firmado el pasado verano.El objetivo de Vodafone (junto a Orange) es el de alcanzar los 6 millones de unidades inmobiliarias, sumando hogares, locales y oficinas, en septiembre de 2017. El lanzamiento comercial de las primeras ofertas de fibra óptica sigue previsto para el mes de abril.En relación al 4G, Vodafone ya cuenta ya con cobertura en 86 municipios destacando las 19 grandes ciudades de Alicante, Barcelona, Bilbao, Córdoba, Coruña, Gijón, Madrid, Málaga, Murcia, Oviedo, Palma de Mallorca, Las Palmas de Gran Canaria, San Sebastián, Santander, Sevilla, Valencia, Valladolid, Vigo y Zaragoza. En las próximas semanas se incorporarán Tenerife y Albacete.


Los planes para lanzar LTE-A, que permite velocidades de hasta 280 Mbps, siguen su curso. Las pruebas piloto siguen activas en algunas zonas de Madrid y en el próximo trimestre llegarán a nuevas zonas y también a la ciudad de Barcelona.Cuando parecía que los problemas de fragmentación en la plataforma Android comenzaban a mitigarse, conocemos los pobres datos de adopción de Android 4.4 KitKat después de 3 meses en el mercado. La última versión del sistema operativo de Google está presente sólo en el 1,8% de los dispositivos.En los últimos meses, hemos alabado el trabajo de Google para minimizar los efectos de la fragmentación. La realidad es que Jelly Bean cuenta cada vez con más usuarios pero la que preocupa es la versión más reciente, KitKat, cuya cuota de uso en 3 meses que lleva en el mercado es inferior al 2%. Los fabricantes se están tomando con mucha calma la actualización de sus dispositivos.Comenzaremos repasando el uso de Jelly Bean, la versión más utilizada que ya se encuentra presente en el 60,7% de los dispositivos que acceden a Google Play. Los resultados publicados por los de Mountain View se tomaron hasta el día 4 de febrero. Hace un mes, el uso de Jelly Bean era del 59,1%, por lo que podemos apreciar una mejora en este sentido.


La segunda versión de Android más utilizada es la obsoleta Gingerbread, aunque parece que lo será por poco tiempo. Esta versión sigue su lenta pero imparable caída y en el último mes ha pasado del 21,2% de los dispositivos al 20% y está cerca de ser superada por Ice Cream Sandwich.Precisamente, Ice Cream Sandwich también pierde cuota de uso en beneficio de Jelly Bean. La primera versión de Android que unificó a los smartphones y las tabletas ha pasado del 16,9% de enero al 16,1% del mes de febrero. Suponemos que la llegada de nuevos dispositivos y la actualización de los actuales a KitKat, hará bajar la cuota de uso de esta versión.Los números de KitKat son bastante preocupantes. La última versión del sistema operativo de Google cuenta con numerosas mejoras y optimizaciones para dispositivos más modestos, pero ni con esas ha convencido a los fabricantes para una actualización masiva. Los plazos de fabricantes y operadoras para liberar actualizaciones siguen el lento ritmo del pasado y esto hace que KitKat solo haya alcanzado un 1,8% de cuota de uso en 3 meses que lleva en el mercado.



Para finalizar, remarcamos que sigue registrándose la presencia de dispositivos Froyo y Honeycomb, con un 1,3% y un 0,1% respectivamente. Estos datos siguen exactamente igual que hace un mes y no se esperan cambios a corto plazo, ya que se trata de dispositivos que no se pueden actualizar a versiones más modernas.La autonomía de los smartphones es uno de los principales puntos a mejorar por los fabricantes. El alto consumo de energía de los terminales no se compensa hoy en día con una batería a la altura y los usuarios demandan una evolución en este aspecto. Varios proyectos están desarrollando a raíz de este problema una serie de pantallas capaces de transformar la luz del sol en energía que recargue el smartphone aumentando su autonomía.Los smartphones actuales no disponen de una batería acorde a la tecnología que implementan, no evolucionan a la velocidad que sería necesaria. Procesadores cada vez más potentes, pantallas más grandes y de mayor resolución, aplicaciones y juegos que exigen el máximo al terminal, cámaras de gran calidad, etc. provocan que la autonomía apenas alcance con suerte, un día completo.Este problema viene dado en parte por el tamaño de los dispositivos. Los fabricantes buscan crear cada ver móviles más delgados lo que provoca que la batería no pueda superar un tamaño determinado por meras cuestiones de espacio. De hecho, gran parte de dicho espacio está ocupado por la batería, que suele influir mucho en el peso y dimensiones finales. Desgraciadamente, todavía no se ha creado la batería que dure días y ocupe poco espacio.


En busca de soluciones alternativas se está desarrollando una idea desde diferentes empresas y grupos de investigación para conseguir crear una pantalla capaz de transformar la luz solar en energía que recargue el smartphone. Diferentes conceptos ya hacen realidad este componente pero aún tienen que solucionar algunos problemas asociados.SunPartner es una startup que ha logrado crear un panel que contiene una fina capa de células solares y que se colocaría en la pantalla para recibir la luz del sol, aumentando hasta un 20% la autonomía del teléfono. Ubiquitous Energy también ha expuesto una idea similar, pero consiguiendo que únicamente recoja la luz infrarroja y ultravioleta. Un grupo de científicos de la prestigiosa universidad de Cambridge y la empresa Ignis Innovation han ido un poco más allá, aprovechando incluso la luz emitida por la pantalla para recargar el dispositivo.Incluso en España contamos con un grupo de investigación, ITMA que está desarrollando una pintura que capta las radiaciones solares dirigiéndola hacia los bordes del terminal dónde se transforma en la energía necesaria. Samsung, el gigante coreano, también está metido de lleno en el asunto gracias a Crest Solar, un dispositivo con un objetivo similar, Apple, por su parte, existen rumores de que están investigando esta posibilidad para futuros smartphones.



Todavía queda mucho trabajo por delante para conseguir que no aumenten el peso demasiado ni hagan más grande el terminal, que consigan ser útiles de verdad con poco tiempo de exposición al sol, y sobre todo, que no encarezcan demasiado el coste de los terminales que ya de por sí, en general tienen precios demasiados altos.El navegador es parte fundamental del uso diario que le damos a nuestro portátil. Además, es una de las aplicaciones que más batería puede consumir y elegir el más adecuado puede ayudar a aumentar la autonomía de nuestro equipo. Por esta razón os traemos una comparativa entre Internet Explorer, Chrome, Firefox y Opera, ¿cuál consume menos batería en un portátil con Windows 8.1?El estudio se ha realizado por 7tutorials con diferentes equipos, incluidos tabletas con Windows 8.1 (Toshiba Encore 8 y Surface Pro 2) y ordenadores con un cierto tiempo de antigüedad (HP Pavilion dv 7) utilizando el modo de energía equilibrado. Los resultados pueden ser verdaderamente útiles para decantarnos por una u otra opción. Antes de comenzar informar que las versiones utilizadas con Internet Explorer 11 Desktop, Firefox 26, Chrome 32 y Opera 18.


Los resultados muestran como claramente Internet Explorer es el navegador más ahorrativo en este sentido. Todos los dispositivos utilizados han aguantado más tiempo utilizando el navegador de Microsoft y Windows. En los últimos tiempos, la tendencia entre los usuarios es cada vez más a abandonar esta aplicación, ya que no es la más potente, ni la más personalizable ni la más rápida que existe en el sector, a pesar de perder en cuota de mercado sigue siendo el segundo más utilizado después del de Google gracias en parte, a esta ventaja.Estos resultados muestran como en el aspecto de la autonomía mejora en bastante a sus rivales, principalmente en los dos modelos de tableta utilizados. En la Toshiba Encore 8, por ejemplo, mejora entre un 12% (Firefox) y un 17% (Opera) el tiempo de duración de la batería. De la misma manera en la Surface Pro 2 también mejora en un 8% (Firefox), 17% (Opera) y 27% (Chrome) a sus competidores. En el portátil HP la diferencia es algo menos acusada, por lo que en este equipo la ventaja pierde fuerza: un 2% (Chrome), 4% (Firefox) y 8% (Opera) más duración respecto al tiempo de 1 hora y 25 minutos logrado por Internet Explorer.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 07.10.2017 à 05:41 - Commentaires (0)


Batterie pour Samsung AA-PL2VC6W/E

L'iRoar Go offre une expérience d'utilisation complète : on retrouve une série de contrôles sur la face avant avec la mise en tension/hors tension, le réglage du volume, la prise d'appels, l'appairage Bluetooth et le choix de la source. Il est aussi possible de naviguer entre les pistes avec d'autres boutons.Certains points nous déçoivent toutefois, comme l'absence d'auto-alimentation de l'enceinte en mode carte son via USB ou la piètre qualité du kit mains-libres. C'est aussi le cas de l'autonomie, qui n'est pas à la hauteur de sa promesse de 12h. Au mieux, que cela soit en filaire ou en Bluetooth, nous n'avons pas réussi à dépasser les 10h à volume très modéré. Comptez plutôt 6 à 8h à un bon niveau d'écoute et 4 à 5h avec un appareil en recharge USB.D'autres contrôles sont accessibles via la partie supérieure, accompagnés de la connectique (connecteur USB-A pour la recharge et la lecture, micro-USB pour relier l'enceinte/carte son à un ordinateur, slot microSD, mini-jack 3,5 mm et prise d'alimentation secteur).


Des indications lumineuses permettent de voir plus rapidement quelle source est sélectionnée, l'état de l'appairage en Bluetooth ou si certaines fonctionnalités sonores sont activées (Roar, EQ). Il y a également de nombreuses alertes sonores/vocales. On aurait tout de même préféré que celle jouée lors du démarrage de l'enceinte soit plus discrète et que l'alerte de batterie faible n'arrive pas aussi souvent et aussi fort. Une alerte battery low qui intervient toutes les minutes et qui couvre l'écoute en cours, c'est très fatigant ! Si vous n'en pouvez plus, sachez que l'application permet de désactiver toutes les indications sonores/vocales.La iRoar Go propose un rendu sonore riche et puissant, mais qui aurait gagné à être bien plus diffus et détaillé. L'ensemble a du mal à s'exprimer naturellement et librement, comme si l'enceinte contenait la scène en son sein.


Le Zenbook 3 est équipé d'une dalle brillante de 12,5 pouces au format 16:9, protégée par du Gorilla Glass 3. De technologie IPS, elle affiche une définition Full HD (1 920 x1 080 px). On salue ici le choix — plus si courant — de se limiter au Full HD, ce qui est largement suffisant pour un écran de moins de 13 pouces et permet de gagner en autonomie. Cet écran est en tout cas très bien mis en valeur, grâce à des marges sur les côtés assez fines. Encore une fois, nous n'atteignons pas, ici, la performance impressionnante d'un Dell XPS 13, mais on s'en approche.Une fois notre sonde appliquée sur l'écran du Zenbook 3, nous mesurons des chiffres assez satisfaisants, sans être exceptionnels. La lisibilité est très bonne malgré le revêtement brillant de la dalle, grâce à une luminosité maximale de 370 cd/m² et un taux de contraste de 970:1. La courbe de gamma est en revanche peu stable, avec des blancs légèrement brûlés et des noirs quelque peu bouchés.Le bilan colorimétrique est, là encore, assez bon, sans atteindre des sommets : on relève un delta E (écart entre les couleurs affichées et les couleurs réelles, considéré comme excellent en dessous de 3) à 4, ainsi qu'une température des couleurs à 7 200 K, soit un chiffre pas trop éloigné de la norme à 6 500 K. Les couleurs sont donc assez fidèles, mais le rendu général a tendance à légèrement tirer vers les teintes froides.



La configuration reçue en test comprend un processeur Intel Core i7-7500U, 16 Go de mémoire, un chipset Intel Graphics HD 620 et un SSD de 512 Go.Le Zenbook 3 profite d'un processeur basse consommation Intel Core i7-7500U de toute dernière génération (Kaby Lake). Pour rappel, les processeurs Kaby Lake sont de légères évolutions de la génération Skylake, avec pour principale différence une augmentation de leur fréquence. Le i7-7500U est ainsi doté de deux cœurs et propose des fréquences allant de 2,7 GHz à 3,5 GHz (Turbo), ainsi qu'un TDP 15 W.

En pratique, le gain de performances par rapport à un notebook équipé d'un i7 basse consommation de précédente génération est assez faible, mais tout de même notable, comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous.


Le Zenbook 3 se montre ainsi particulièrement performant sur la conversion audio et vidéo, ainsi que sur la retouche photo. D'une manière générale, il se montre à l'aise dans l'immense majorité des tâches, même poussées et c'est certainement l'un des ultraportables les plus puissants que nous ayons eu l'occasion de tester à ce jour.Pas de miracle côté jeu vidéo en revanche, l'iGPU Intel HD Graphics 620 (qui prend la relève du HD Graphics 520) ne permet toujours pas de jouer dans de bonnes conditions à des jeux récents en 3D. L'indice de performance sous 3D Mark est ainsi très légèrement meilleur que la précédente génération d'iGPU, mais l'écart n'est pas suffisamment important pour que cela se ressente réellement dans la pratique. Vous pourrez cependant jouer sans trop de souci à des jeux en 2D ou à des titres plus anciens.


De par son design, ses mensurations et son poids (910 grammes pour 11,9 mm, rappelons-le), le Zenbook 3 est l'ultraportable par excellence et le transporter est un véritable bonheur. Une fois fermé, la préhension est excellente, il est peu encombrant et très facile à ranger un peu partout.


Côté autonomie, nous sommes là encore dans le haut du panier. Notre test d'autonomie sous Netflix (avec Chrome, luminosité à 200 cd/m², écouteurs branchés) a tourné pendant 7h04, soit un excellent chiffre qui place le Zenbook 3 au niveau du HP Spectre X360. Dans le cadre d'un usage plus global, mêlant web, bureautique, et un peu de vidéo, on peut l'utiliser pendant presque 9 heures.La prise casque du Zenbook 3 est de bonne qualité, avec un taux de distorsion faible (0,01%), mais une puissance de sortie assez élevée (103 mVrms). L'ensemble du spectre sonore est bien restitué.
Malgré le côté indéniablement premium qui transparaît de cet ultraportable, les haut-parleurs sont loin de lui faire honneur (voir graphique ci-dessus). Comme très souvent avec ce type de produit, la puissance est assez limitée, les basses et les aigus sont très en retrait et seuls les médiums et hauts médiums ressortent à peu près correctement. On regrette également un son très métallique, qui a tendance à saturer.



L'Outdoor 04Plus FM s'inspire directement de l'Outdoor 04Plus en terme de conception et de design avec toutefois quelques menus changements. En effet, elle offrirait une résistance accrue aux intempéries, notamment à l'eau, avec une étanchéité à 1 mètre pendant 30 minutes (certification IP67). De plus, suite à de nombreuses demandes de la part des utilisateurs de la précédente version, Hercules WAE a intégré une fonctionnalité que l'on n'avait pas vue depuis très longtemps dans une enceinte portable : un Tuner FM. L'application mobile WAE permet de faire défiler les stations et les mémoriser, d'accéder à une fonction alarme, de connaître le niveau de batterie, d'afficher un lecteur musical ou encore des options de personnalisation sonore.

En dehors de ces quelques points, l'Outdoor 04Plus FM se veut toujours destinée aux riders qui veulent fixer directement l'enceinte grâce au pas de vis standard situé sous l'enceinte (trépied, fixation VTT, ventouse…). Un emplacement pour passer une dragonne (fournie avec l'enceinte) est aussi présent. En terme de connectique, on retrouve un port micro USB pour la recharge ainsi qu'une entrée mini-jack 3,5 mm. Le sans-fil est pris en charge par le Bluetooth 3.0 (A2DP). L'autonomie promise par Hercules WAE est de 18 heures en utilisation FM, contre 10h en Bluetooth. Aucune information concernant les performances sonores ; peut-être faut-il s'attendre à une expérience semblable à la Outdoor 04Plus ? En tous les cas, nous en saurons plus lors de son test. La WAE Outdoor 04Plus FM est d'ores et déjà disponible au prix de 79,99 €.
Pour accomplir ces tâches, nul besoin d'avoir une très grosse configuration. Nous vous conseillons de vous diriger vers des processeurs de type Intel Atom, Celeron et Pentium (par ordre croissant de puissance). Les premiers sont souvent accompagnés de seulement 2 Go de mémoire vive, tandis que les deux suivants seront épaulés de 4 Go. Les processeurs Atom sont à privilégier pour des machines plus orientées vers la consultation que la production. Les deux autres conviendront très bien à toutes les tâches simples que nous avons listées précédemment. C'est aussi dans ce segment du marché que l'on trouve le plus de processeurs AMD (avec la dénomination A8, par exemple) ; ils sont au niveau des séries Pentium et Celeron d'Intel, mais ont l'avantage d'intégrer une partie graphique légèrement plus performante.

Message déposé le 06.10.2017 à 07:47 - Commentaires (0)


Batería para ordenador ASUS F3E-AP073C

El problema de la fragmentación en Android ha sido señalado siempre como uno de los puntos negativos del sistema. Desde la presentación de Android 4.0 Ice Cream, la lucha de Google contra la fragmentación ha ido aumentando en intensidad, pero aun así, y aunque había indicios de mejoría, los últimos datos han revelado que el avance es mínimo.Android 4.4 Kitkat, última versión del sistema operativo y que lleva ya 3 meses en el mercado, únicamente alcanza una cuota de mercado del 1,8%. Apenas 2 dispositivos de cada 100 Android están actualizados. Kitkat se ve superado por Android Jelly Bean, Ice Cream e incluso Gingerbread. Sin embargo, Google parece decido a poner fin a esta situación con medidas drásticas.Y es que las aplicaciones como Gmail, Youtube, Chrome y el resto de Google Apps dejarán de funcionar en terminales que no estén actualizados, Google obligaría así a los fabricantes a disponer de una versión mínima si quieren contar con la certificación para obtener en su nuevo dispositivo herramientas que son fundamentales para cualquier smartphone o tablet Android.


Esta medida estaría tomada en base a la posición de poder que se ha ganado la empresa durante los años anteriores y que ha reforzado con los últimos movimientos llevados a cabo con Samsung o Lenovo. “O actualizas el software o te quedas sin Google Play Service”. Desde luego, parece una medida pensada para cortar por lo sano con el problema de la fragmentación, e incluso existe una tabla en la que se muestran las fechas límite establecidas.CapturaDe esta manera, los dispositivos presentados a partir de finales del mes de febrero (cuando se aprobaría la medida) deberían llevar al menos la versión 4.2 y tendrán de plazo hasta final de julio para actualizar a Android 4.3. Si hacemos el cálculo, el plazo sería de 9 meses desde que lanzan una nueva versión para actualizar a la anterior.Google quiere que sus esfuerzos por crear un sistema capaz de adaptarse a todos los dispositivos, incluso aquellos con menores especificaciones se vea reflejado con la actualización de los fabricantes. Es un punto en el que se han centrado para Android 4.4 como ya anunciamos en su día. Se acabó ver tabletas y smartphones con versiones de hace varios años, aunque sean de gama baja.


Actualizarse o morir, porque, ¿quién querría un Android sin estos servicios? Seguramente nadie, o muy pocos estarían interesados. La medida seguro que estará respaldada por el apoyo de los usuarios del sistema operativo que claman por que las actualizaciones lleguen más rápidamente a sus dispositivos.Comienza a popularizarse en Estados Unidos Secret, una aplicación que ha revolucionado el concepto de aplicación de mensajería utilizando el anonimato como bandera. Permite difundir mensajes entre tus contactos y a la vez, entre los de estos, sin revelar en ningún momento tu identidad.Vivimos en una época en la que Internet y las redes sociales nos brindan la posibilidad de ocultar nuestra verdadera identidad bajo un nombre y una imagen falsa. Muchos de los usuarios de Twitter, por ejemplo, aprovechan esta oportunidad para opinar sin pelos en la lengua sobre temas que por alguna razón, no se atreven a mencionar desde su perfil público.Bueno o malo, lo cierto es que este tipo de perfiles abunda como decíamos en la red social de los 140 caracteres, pero también en Facebook, Tuenti o Instagram, entre otros. Unos desarrolladores han creado a partir de esta tendencia una aplicación de mensajería que se basa precisamente en esto, en el anonimato.



Secret, que es como se llama, tiene un funcionamiento realmente simple. Básicamente nos permite enviar de manera totalmente anónima mensajes 100214125952_0que son difundidos entre parte de los contactos de nuestra agenda. Estos contactos se eligen mediante un algoritmo que selecciona aquellos a los que podría interesarles el tema del mensaje. Si la persona que recibe el mensaje interactúa con el mismo de alguna manera, el proceso se repite y se reenviará a los contactos seleccionados de su agenda, y así sucesivamente, pudendo llegar a lograr verdadera repercusión.No olvidemos, todo sin ligar en ningún momento la autoría del escrito a ningún nombre o ni siquiera pseudónimo. Según los propios creadores, el anonimato no es solo para la vista de los contactos que reciben el mensaje, sino para ellos mismos, alegando que la información que guardan en los servidores no dispone de metadatos que identifiquen al usuario responsable.19ev6sct0dey8jpgLa aplicación permite adjuntar fotos al texto y como interacción podemos indicar que nos gusta o responder iniciando una conversación que como podéis imaginar, en muchos casos acaba en una acalorada discusión.Y es que lo que en principio parece una buena idea para compartir opiniones sin miedo a los prejuicios, a originar conversaciones entre usuarios interesados por los mismos temas, sirve también como plataforma de difusión de chismes, bulos y críticas. Tal y como muchos hacen en las redes sociales, la aplicación plantea el escenario perfecto para opinar sin trapujos sobre cualquier tema.


A pesar de que solo está disponible por el momento en la App Store para iOS en Estados Unidos, la aplicación está causando sensación en uno de los lugares donde se alojan muchas de las mayores compañías relacionadas con la tecnología del mundo, Silicon Valley, y parece una cuestión de tiempo que su uso se expanda.El iPhone 6 sigue dando que hablar en la Red. El próximo terminal de Apple se lanzará dentro de unos meses pero ya conocemos varias filtraciones a su alrededor, algunas de las cuales han servido para que los diseñadores lancen conceptos como el que os mostramos a continuación.Una pantalla más grande y un grosor y peso mínimos. Así imaginan desde OvalPicture al próximo smartphone de los de Cupertino, el denominado por ahora como iPhone 6. Para mostrar su idea al público han realizado un concepto de diseño en vídeo recogido por Movilzona.es sobre cómo podría ser el equipo, cuyo lanzamiento se espera para el próximo otoño.Como sucede en este tipo de recreaciones, la imaginación es uno de los ingredientes más importantes añadidos por los diseñadores. Esto provoca que en muchas ocasiones nos encontremos ante conceptos muy futuristas y alejados de la realidad. En cambio, en esta ocasión, si bien encontramos ciertas exageraciones en el modelo diseñado también cuenta con un toque realista.


En concreto, estamos ante un iPhone que destaca por su delgadez extrema, de apenas 6,1 milímetros de grosor. Esto se vería reforzado con un peso mínimo de solo 100 gramos, aunque el equipo aumentaría a lo largo y ancho para dar cabida a una pantalla más amplia, de 5,1 pulgadas. Su tecnología sería denominada Retina 2 y contaría con una alta resolución.iphone-6Asimismo, OvalPicture ha incluido en su recreación otros detalles que se dan por hechos en el próximo móvil de Apple. Entre ellos está el sensor de huellas dactilares Touch ID y una mejor cámara principal. Ésta incluiría un sensor de 10 megapíxeles capaz de grabar vídeo en Ultra Alta Definición, la denominada 4K. Su procesador, el A8 mejoraría la capacidad de su antecesor también de forma notable.Os dejamos con el vídeo realizado por OvalPicture. ¿Debe dar Apple un paso en esta rompedora dirección? El terminal luce de lo más atractivo, pero lo mejor es que juzguéis por vosotros mismos:Poco a poco y casi sin darnos cuenta, Twitter se han convertido en parte de nuestra vida cotidiana para muchos de nosotros. La red social ha tomado relevancia y es muy común visitarla varias veces al día. Por eso os traemos esta recopilación de los mejores clientes de Twitter gratuitos.



Twitter y sus 140 son la red social más adictiva jamás creada, permite desde consultar las noticias más relevantes, seguir a casi cualquier personalidad o institución, saber qué es lo más comentado en nuestro país o, contar a nuestros seguidores los momentos más relevantes de nuestro día a día. Quién iba a pensar que tan poco espacio diera para tantas cosas. Existen muchas opciones, pero aquí os mostramos algunas de las más interesantes.Como algunas de las opciones que vamos a mostrar, esta aplicación dispone en Google Play de una versión de pago, pero no es necesario gastar ni un euro para disfrutar de las ventajas que nos ofrece. Es sin duda uno de los clientes más conocidos por méritos propios. La aplicación es mucho más ágil que la oficial y dispone de diferentes apartados que permiten acceder a menciones, mensajes, tendencias, etc. de una manera fácil y rápida.Otra de las más populares en la tienda de Google y entre los usuarios, cuenta también con una versión de pago que elimina la publicidad. Su principal característica es una pestaña en el lateral izquierdo que nos permite navegar rápidamente a las diferentes secciones de la aplicación como inicio, buscar, favoritos, tendencias, listas, etc. El apartado visual no es demasiado destacado en comparación con otros clientes pero sí configurar bastantes parámetros a nuestro gusto.


Esta aplicación para Twitter, del mismo modo que la mayoría se maneja mediante diferentes columnas entre las que podemos ir cambiando por deslizamiento lateral. Destaca de esta aplicación su sencillez y capacidad de personalización. Es una de las que más se adapta a ti ya que puedes elegir que columnas y en qué orden se muestran además de editar tu propio tema, eligiendo los colores de los diferentes elementos que se muestran.Al igual que Tweedle, Twidre destaca por su amplia capacidad de personalización. De hecho, podemos casi crear nuestra propia aplicación desde cero agregando temas, fondos, colores, tipografía y todos los elementos visuales que la componen desde el momento en que entramos por primera vez. Además, ofrece otras opciones interesantes que podemos cambiar como la situación del botón de escribir nuevo Tweet.Como muchos de vosotros sabréis, Twitter ofrece a los desarrolladores de estas aplicaciones una cantidad finita de usuarios que se pueden registrar, por lo que alcanzado el límite no es posible utilizar el cliente. Carbon, al igual que otras como Falcon Pro o Tweet Lanes, ha alcanzado ese límite. Una aplicación cuyo diseño es espectacular, una de las más bonitas sin lugar a duda, merece la pena echar un ojo a Google Play por su algún usuario se da de baja.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 06.10.2017 à 05:53 - Commentaires (0)


Battery for Dell Latitude E5420 ATG

Note : Malgré ce qui est affiché dans le tableau de prix ci-dessous, l'ordinateur est bien à 474 € lorsque vous suivez le lien Rue du Commerce et que vous saisissez ensuite le code HOHO5 dans le panier.Nous n'avons hélas pas vu passer ce modèle dans notre labo, mais nous avons testé une configuration équivalente avec le Lenovo Flex 2 15. On retrouve ainsi un processeur Intel Core i7-4510U, 4 Go de mémoire vive et un disque dur mécanique de 750 Go. Cette configuration est, d'après nos tests, très bonne pour une utilisation polyvalente. Même l'exécution de tâches lourdes, comme la conversion vidéo ou le montage photo, se fera sans trop d'attente. La carte graphique, une Nvidia GeForce 840M peut convenir pour jouer à un certain nombre de titres dans la définition native de l'écran (1366 x 768 px), à condition de mettre les détails graphiques sur moyen, voire faible pour les jeux les plus gourmands. Elle décode en revanche sans aucun souci n'importe quel fichier vidéo.La connectique est composée de trois ports USB (deux ports 3.0 et un port 2.0), d'un HDMI, d'un Ethernet et d'une prise combo casque/micro. On retrouve également le Wi-Fi à la norme 802.11n et le Bluetooth 4.0. Le tout est complété par un lecteur-graveur de DVD.


À moins d'avoir passé les 12 derniers mois en retraite dans une forêt de Laponie, vous avez forcément entendu parler du Surface Book, toute première incursion de Microsoft sur le marché du laptop. Sorte d'évolution ultime de la Surface Pro, Surface Book est un ultraportable de 13,5 pouces, dont l'écran peut se détacher et ainsi faire office de tablette. Microsoft n'a pas lésiné sur les moyens, puisque la machine se dote d'un processeur Intel Core i5 ou i7, de 8 ou 16 Go de mémoire vive et, selon les modèles, d'une carte graphique dédiée Nvidia GeForce 940M. Nous avions d'ailleurs eu l'occasion de découvrir le produit il y a quelques semaines : outre une puissance de feu très élevée, la machine semble profiter d'un excellent niveau de finition et d'un confort d'utilisation au top. Il nous tarde en tout cas de pouvoir la tester en profondeur.
Si désormais les yeux sont tournés vers la prochaine série de cartes graphiques Nvidia à venir (cela devrait se faire avant l'été), la société continue de promouvoir sa série actuelle par des offres d'accompagnement vidéoludique.


Certaines GeForce GTX 900 seront ainsi livrées avec un coupon permettant d'obtenir Tom Clancy's The Division.

L'offre est valable pour les GeForce GTX 970, GTX 980, GTX 980 Ti, mais aussi pour les ordinateurs portables équipés de GTX 970M et GTX 980M. Les conditions sont classiques : après achat et une fois le délai de rétractation passé, un code est envoyé par email. Celui-ci est à renseigner sur un site spécialement mis en ligne par Nvidia. Passée cette étape, un second code est fourni et permet de télécharger le jeu sur la plateforme uPlay d'Ubisoft.

Comme toujours, l'offre n'est pas rétroactive et concerne donc uniquement les nouveaux achats. Par ailleurs, il est important de bien vérifier que l'offre est mentionnée avant de passer commande. Toutes les boutiques ne sont en effet pas partenaires et il est possible que certains modèles précis de cartes vendues ne soient pas concernés.
Retrouvez le Top 5 des tests parus sur Les Numériques au cours des 7 derniers jours. On retient cette semaine deux heureux élus au rang des produits ayant récolté la note suprême, après être passés entre les mains de nos testeurs. Le X-Trans III, appareil photo de Fuji d'un côté, et le Spectre x360 de Hewlett Packard, second du nom. Bonne lecture !
Dans la catégorie des PC portables dits « gamers », il existe encore d'autres sous-catégories. Cet Alienware 17 R3 fait ainsi partie, au même titre que le récent Asus ROG G752, des machines de jeu « transportables », qui ont avant tout comme rôle de remplacer un PC fixe dans un bureau ou une chambre. De par la taille de leur écran, leur poids ou encore leur épaisseur, ces PC sont donc à mi-chemin entre le nomade et le mobile, mais délivrent en contrepartie une grosse puissance de feu. Alienware propose ici un nouveau 17 pouces, vendu entre 1 799 € et 2 529 € selon la configuration choisie. Un prix conséquent, qui laisse supposer une construction et des composants totalement irréprochables. Rappelons également que les machines Alienware s'achètent uniquement sur le site du constructeur et qu'il est possible de personnaliser sa configuration à volonté.



L'Alienware R3 est ce que l'on pourrait appeler à première vue une « belle bête », tant il semble lourd et encombrant. La machine affiche en effet des dimensions XXL (430 x 291 x 24 mm) et un poids conséquent de 3,7 kg. Pourtant, en y regardant de plus près, le tout fait preuve d'une certaine forme de finesse. Tout d'abord, impossible de nier son excellent niveau de finition ainsi que la sobriété de sa robe.

Sa coque en aluminium propose en effet un gris discret et agréable au toucher, tandis que l'intérieur profite d'un revêtement soft-touch impeccablement intégré et qui laisse peu passer les traces de doigts. Sur le dessus, un léger liseré s'allume lorsque la machine est en fonctionnement, tout comme le fameux logo de la marque. La couleur peut par ailleurs être modifiée via un outil propriétaire. L'effet est suffisamment discret et renforce à la fois le côté « classieux » et le côté « gamer » de l'ensemble.

Le clavier de type chiclet offre quant à lui une frappe assez particulière, avec des touches qui s'enfoncent un peu mollement et qui n'ont pas beaucoup de rebond.


Une fois passé le temps d'adaptation inévitable, son utilisation se montre cependant précise et agréable. Le touchpad, assez large, revêt un aspect « plastique » assez gênant, surtout sur une machine à ce prix. La sensation de glisse reste bonne et l'on aura de toute façon rapidement intérêt à le remplacer par une souris digne de ce nom.

Côté connectique, le compte y est largement, et le tout reste accessible sur les deux côtés de la machine : 3 port USB 3, un port USB Type-C, un port Ethernet, une sortie HDMI 2, un lecteur de carte mémoire 3 en 1, une entrée mini-Jack pour un casque et une pour un micro. Difficile de faire mieux.

Enfin, terminons ce tour de l'Alienware 17 R3 par l'inévitable test de chauffe et de bruit. Les précédents modèles 17 pouces de la marque étaient connus pour leur manque de discrétion, à cause de ventilateurs qui soufflaient au-delà du raisonnable. Bonne nouvelle, ces défauts semblent être de l'histoire ancienne. La température est en effet beaucoup plus maitrisée, avec un point chaud à 46,4 degrés constaté à l'avant et 53 degrés à l'arrière, pile au niveau du système d'évacuation. Une fois en jeu, nous n'avons pas constaté un bruit supérieur à 42 dB, ce qui reste tout à fait acceptable. On entendra ainsi un léger souffle pendant une partie, mais rien qui ne soit suffisamment gênant, à la fois pour le joueur et pour son entourage.


Le 17 R3 profite d'une dalle IPS mate de 17 pouces, affichant une définition Full HD (1 920 x 1 080 px). Une diagonale et une résolution confortable pour jouer dans de bonnes conditions, d'autant plus que la qualité est globalement au rendez-vous. Nous attendions tout de même plus côté contraste, puisque celui-ci ne dépasse pas les 740:1, pour une luminosité maximale de 378 cd/m2. Des chiffres qui restent un peu justes, mais qui devraient tout de même permettre une lisibilité correcte dans un environnement fermé. Et cela tombe bien, car de par sa taille et son poids, la machine est de toute façon appelée à rester posée sur un bureau ou une table de salon.
En revanche, côté colorimétrie, rien à redire : les efforts réalisés depuis les précédents modèles sont notables. On relève en effet un Delta E à 4,8 et une température des couleurs à 6 247 K. Rappelons que le Delta E représente l'écart entre les couleurs idéales et les couleurs affichées, et doit être en dessous de 3 pour être considéré comme excellent. Quant à la température, elle est très proche de notre référence fixée à 6 500 K et l'on profite ainsi de couleurs équilibrées, ni trop chaudes, ni trop froides. Terminons tout de même sur un bémol, en notant l'absence de compatibilité avec G-Sync ; un choix étonnant pour une machine à plus de 2 000 €.


La configuration reçue en test comprend un processeur Intel Core i7-6820HQ, 16 Go de mémoire vive en DDR4, une carte graphique Nvidia GeForce GTX 980M (8 Go de GDDR5), un SSD de 512 Go et un disque dur de 1 To à 7 200 tr/min.Comme la plupart des machines sorties depuis 6 mois, cet Alienware 17 tourne avec un processeur Intel de génération Skylake, ici un Core i7-6820HQ. Il propose 4 cœurs, pour des fréquences allant de 2,7 GHz à 3,6 GHz en mode Turbo. Il s'agit d'un type de CPU que nous avons maintes fois eu l'occasion d'apprécier sur de précédents produits et qui propose un excellent niveau de performances. Le graphique ci-dessous montre en tout cas que les différences sont très faibles d'une machine à l'autre et que, dans tous les cas, le PC est d'une vélocité irréprochable, que ce soit pour de la bureautique, du montage photo ou vidéo, ou de la lecture multimédia.


Un peu moins présent sur le marché que la 970M, la carte graphique GeForce GTX 980M de Nvidia propose pourtant d'excellentes performances à jeu. C'est d'ailleurs ce que l'on peut trouver de plus puissant sur un portable, si l'on excepte les SLI de cartes graphiques ou la poignée de machines sous GTX 980. Notre indice de puissance est donc, sans grande surprise, très bon.

En pratique, l'immense majorité des jeux tourne très bien dans la résolution native de la dalle, au niveau de détails maximum. Nous avons ainsi relevé 111 images par seconde sur Tomb Raider, ou encore 85 i/s sur Battlefield 4, deux titres particulièrement bien optimisés. Sur des jeux plus exigeants, comme The Witcher 3, Crysis 3 ou Metro Last Light, on oscillera entre 33 et 35 i/s (33 sur Crysis 3, 35 sur Metro LL et The Witcher 3).



Au cas où ça ne vous aurait pas sauté aux yeux dans la partie « construction », précisons à nouveau que l'Alienware 17 R3 est avant tout un PC « transportable » et a donc peu de chances d'avoir une bonne note dans cette section du test. La bête pèse tout de même 3,7 kg pour 24 mm d'épaisseur, ce qui, à bien y regarder, n'est pas si élevé pour un portable gamer en 17 pouces. À titre de comparaison, le ROG G752 pèse par exemple plus de 4 kg pour 43 mm d'épaisseur.

Il n'empêche qu'il faut prévoir un grand et solide sac pour le transporter, lui et son chargeur. Côté autonomie, pas de miracle, même si cela n'a pas grande importance sur une telle machine aux antipodes de l'ultraportable : estimez-vous heureux si vous dépassez l'heure de jeu et les deux heures en lecture vidéo en streaming (notre test de lecture sous Netflix, luminosité à 200 cd/m² et casque branché, a difficilement atteint les 89 minutes).


La sortie casque du 17 R3 offre une bonne qualité : la distorsion est maitrisée, la puissance sonore largement au rendez-vous et chaque son ressort bien. Avec le casque approprié, vous profiterez donc d'une expérience sonore satisfaisante.

Les haut-parleurs délivrent quant à eux un son dans la moyenne de ce genre de PC portable, c'est-à-dire très moyen (graphique ci-dessus). Les basses et les aigus sont peu présents et l'on s'en servira surtout pour faire passer de la voix.
Smartphones, ordinateurs portables, TV, tablettes, périphériques informatiques, casques, gaming, appareils photo, enceintes... Les journalistes des Numériques testent un peu plus de 1 000 appareils chaque année au sein du labo.Vous accédez gratuitement à tous ces tests par le biais de nos comparatifs et de nos guides d'achat, au sein desquels vous trouvez une sélection affinée des meilleurs appareils du moment. Nos sélections traitées selon un thème/usage donné (les 10 meilleurs smartphones photo, les bonnes TV à moins de 400 €...) vous aident en outre à faire le bon choix, en fonction de VOS besoins.

Depuis plusieurs semaines maintenant, la rédaction vous propose à chaque début de mois, les meilleurs produits testés le mois précédent. Pour être éligibles, ces appareils doivent être estampillés de 5 ou 4 étoiles (excellent rapport qualité/prix).

Message déposé le 05.10.2017 à 09:35 - Commentaires (0)


Batterie Lenovo thinkpad sl410-2874

À côté de ceux-ci, une nouvelle manette devrait prochainement être annoncée, peut-être à l’E3. Selon Sams, elle ne sera pas très différente du modèle existant.Quant à la Xbox Two, Sams a mentionné qu’elle pourrait paraître au printemps 2017. Kotaku dit aussi qu’il a entendu parler de son existence de différentes sources, affirmant que la console est connue sous le nom de code « Scorpion », et aura notamment une meilleure puce graphique (GPU).Selon Sams, cette console va également offrir le support du 4K pour la lecture vidéo, mais probablement pas pour les jeux. Plus intéressant, Sams a mentionné que la réalité virtuelle serait une composante essentielle de la console, ce qui a certainement du sens puisque Sony va lancer un dispositif compatible avec la PS4, nommé PS VR, cette année.Microsoft a déjà un partenariat avec Oculus, et sortir une Xbox qui fonctionne avec le casque de réalité virtuelle de la firme aurait du sens. Kotaku précise également que le géant de Redmond s’active sur ce partenariat.Enfin, Sams rapporte que Microsoft travaille pour mettre l’interface Xbox sur PC. Cela ferait partie d’un plan plus vaste de pousser la Xbox davantage comme une « plate-forme » qu’une console. Cela a du sens, puisque la société a travaillé dur pour apporter la même expérience de Windows 10 à une vaste gamme d’appareils, tels que la Xbox One, les ordinateurs de bureau et portables, les smartphones et les tablettes.


Si la déclaration de Sams est correcte, cela signifie que non seulement vous serez en mesure d’exécuter des applications dîtes universelles (Windows Platform Universal) sur une Xbox One, mais que vous pourriez être en mesure de jouer à des jeux Xbox One comme sur un PC.Ce qui est aussi intéressant de cette dernière série d’annonces est qu’il fait allusion à une offensive de Microsoft dans le domaine du divertissement. Même si vous n’êtes pas un joueur, cela pourrait être de bonnes nouvelles pour les gens déplorant la perte de Windows Media Center, car l’interface utilisateur de Xbox est conçue non seulement pour vous permettre de jouer à des jeux sur un téléviseur, mais aussi d’interagir avec la musique, les films et d’autres contenus.Donc, si l’interface Xbox arrive vraiment sur PC, elle pourrait devenir la nouvelle génération du Windows Media Center pour les gens qui aiment brancher leur ordinateur sur un téléviseur.Sony devrait annoncer la PS4.5/PlayStation Neo bientôt, peut-être à l’E3. Si Sony lance une PS4 plus puissante à l’E3, Microsoft pourrait être mise à l’écart. Autrement dit, la marge de manoeuvre de Microsoft est très petite, et n’a pas le droit à l’erreur.


Google est en train de revoir l’expérience de publicité sur mobile, alors attendez-vous à voir beaucoup plus de publicités dans Google Maps.Le géant de la recherche a mis à jour ses publicités pour Google Maps afin d’aider les entreprises à générer du trafic dans un monde ou les smartphones dominent. La société a déclaré que les recherches mobiles basées sur la localisation sont en croissance, et sont 50 % plus rapides que toutes les recherches sur mobile. Autrement dit, cela signifie que Google Maps est l’endroit idéal pour mettre davantage de publicités ciblées.Les modifications apportées à l’expérience publicitaire dans Google Maps seront subtiles, avec une publicité visible par une épingle colorée sur la carte. Par exemple, Walgreens, une chaîne de pharmacie américaine, peut voir son logo apparaître pendant que vous explorez une zone, ou depuis la navigation vocale pas à pas.



Google Maps mettra également en exergue des promotions en boutique lorsque vous développez une page d’entreprise. Vous serez en mesure de voir des informations telles que les heures d’ouverture, l’adresse ou encore des coupons sur les articles soldés. Les entreprises qui paient pour afficher leur publicité vont également obtenir un meilleur placement dans les résultats de recherche locale. Une petite boîte violette avec le mot « Ad » mettra en évidence les emplacements dédiés aux publicités.Google a mis à jour son design publicitaire sur le Web mobile afin que la publicité ait plus d’espace. Les annonces textuelles de Google vont maintenant permettre d’afficher deux titres de 30 caractères, une description de plus de 80 caractères et une URL personnalisable.Les premiers tests effectués par Google ont montré que les nouvelles publicités ont augmenté les taux de clics jusqu’à 20 %. Il semble donc que Google et les entreprises tierces vont bénéficier de cette nouvelle approche.Bien que vous verrez plus de publicités, Google Maps devrait rester visuellement attrayant avec les logos d’entreprise. De plus, cela peut vous aider à trouver de bonnes affaires. Et pour Google, percevoir beaucoup plus d’argent !


La guerre des drones a commencé ! Attention, DJI, et autres. Les premiers drones de Xiaomi viennent d’être dévoilés, et ceux-ci s’avèrent être extrêmement abordables, à tel point qu’ils pourraient attirer de nombreux consommateurs souhaitant avoir leur propre drone.Très logiquement surnommé le Mi Drone lorsque l’on connaît la convention de nommage de la société, le drone de Xiaomi est commercialisé en deux modèles : l’un aura une caméra capable de filmer en full HD (1080 p), et un autre sera en mesure de prendre des clichés en 4K ! Le Mi Drone 1080p sera disponible par une plate-forme de crowdfunding depuis l’application Mi Home à partir du 26 mai. Le Mi Drone 4K sera quant à lui disponible pour les bêta-testeurs au mois de juillet.Après avoir été teasé la dernière semaine, le fondateur de Xiaomi, Lei Jun, a officiellement dévoilé le Mi Drone devant plus de 370 000 téléspectateurs sur le flux en live prévu à cet effet.Le drone lui-même semble impressionnant. Il a une stabilisation de cardan à 3 axes et pèse seulement 140 grammes. Lors de son annonce, Lei Jun a déclaré que le Mi Drone est le résultat de plus de 7 années de recherche, et a fait l’objet de 30 révisions. Ce qui est réellement impressionnant, c’est son autonomie annoncée de 27 minutes en temps de vol. Autrement dit, cela représente le double des drones Phantom 3 et Phantom 4 de DJI, qui sont vraiment des best-sellers dans leur secteur. La batterie a une capacité de 5 100 mAh, et Jun précise qu’elle sera facile à remplacer. Autrement dit, il devrait être aisé d’en transporter une supplémentaire avec vous.



Le Mi Drone a un pilote automatique, et un système de retour à son point de départ. Autrement dit, cela signifie qu’il pourra revenir à vos pieds par le simple appui à un bouton. Xiaomi le vante pour « être sûr et stable ». Le drone dispose d’une puce GPS et GLONASS pour un meilleur positionnement. À noter qu’il possible de le contrôler avec une manette, sur laquelle on peut glisser un smartphone.Le Mi Drone 1080p est équipé d’un capteur CMOS de Sony de 16 mégapixels, et un objectif grand-angle de 104 degrés. Pour le modèle 4K, il dispose d’une caméra 4K de 12 mégapixels capable de capturer des images d’une résolution de 3 840 x 2 160 pixels, et peut capturer des images fixes en RAW.Mais ce qui est vraiment impressionnant, hormis l’autonomie, c’est son prix. Le Mi Drone 1080p sera vendu aux alentours de 340 euros (2 499 ¥). Le Mi Drone 4K sera quant à lui vendu aux alentours de 410 euros (2 999 ¥). En point de comparaison, le Phantom 3 4K de DJI est vendu à partir de 899 euros.Il est clair que Xiaomi arrive tard dans le secteur, mais Jun a évoqué de l’importance de l’abordabilité durant son annonce. Nul doute qu’il va attirer du monde. À l’heure actuelle, on ne sait pas si ce drone arrivera en France. Espérons-le.La documentation de Microsoft dédiée aux développeurs pourrait être le modèle que tous les autres devraient suivre. La documentation elle-même était complète, combinant des références sur le matériel, avec des guides d’utilisation et des exemples de code. Son usage, à l’époque, alliant le JavaScript et le XML (techniques connues à l’époque où l’on parlait de HTML dynamique, ou DHTML), faisait qu’il était facile de naviguer à travers la documentation, et de basculer rapidement entre les parties reliées.Mais, les « mises à jour » successives apportées à MSDN Library n’ont pas facilité son utilisation, obscurcissant la structure et l’organisation, et devenant en conséquence beaucoup moins utiles pour les développeurs. Ces mises à jour ont eu d’autres effets secondaires, provoquant quelques liens brisés, de sorte que les deux internes et externes menaient à des pages inaccessibles, ou à de nombreuses redirections.


Après des années de changements internes sur son système de documentation, Microsoft a annoncé un nouveau plan de refonte à la fois pour TechNet, et sa documentation MSDN pour l’adapter à cette fin. La documentation va être visible sur un nouveau site, accessible depuis le site docs.microsoft.com, et offrant un nouveau look cohérent, riche en fonctionnalités.Certaines équipes au sein de Microsoft, comme celles développant en ASP.NET et .NET Core, avaient déjà ouvert le code source de leur documentation. Sur le nouveau site, toute la documentation est traitée de façon similaire. Chaque article a un bouton « Edit » permettant des modifications et des corrections à proposer. Ces changements seront traités comme des pull requests sur GitHub. Il convient de noter que la documentation utilise le même langage de balisage Markdown.Un autre changement bienvenu est que les URL sont en cours de révision, et espérons-le, pour la dernière fois. Les nouvelles URL seront lisibles par l’homme et, par conséquent, liées à son contenu. Microsoft affirme également que la nouvelle documentation est beaucoup plus rapide à charger. Les articles longs seront également divisés en sections plus courtes, ce qui devrait améliorer les temps de chargement.


Pour commencer, la documentation Microsoft Enterprise Mobility a été publiée sur le nouveau site pour nous donner un avant-goût de la façon dont elle va s’articuler. Ce que nous ne disposons pas encore est de toute la documentation pour les développeurs, et je soupçonne que cela risque de prendre un peu de temps avant que tout le contenu soit transféré.Aujourd’hui, il existe une pléthore de trackers d’activité sur le marché, mais il y a une nouvelle solution qui cible les personnes qui ne sont pas forcément celles que l’on s’attend à suivre leur activité. Celle-ci vient de Sensoria. L’idée de Sensoria est d’aider les personnes à mobilité réduite à suivre leur activité quotidienne grâce à des chaussettes connectées, et nouvelle application Walk. Le but est de faciliter le processus de guérison, et l’améliorer.Sensoria fonctionne en allant directement à la source, c’est-à-dire en tirant parti des chaussettes connectées pour suivre le nombre de pas et la cadence de son porteur, puis fournir avec précision la surveillance de l’activité au moyen d’une nouvelle version de l’application de marche, Sensoria Walk.


« Selon une étude menée en 2013 et publiée par la Mayo Clinic, il existe une corrélation directe entre l’activité et un temps de récupération plus rapide », a déclaré Davide Vigano, PDG et co-fondateur de Sensoria. « Cependant, la plupart des appareils portables portés au poignet ne peuvent pas détecter avec précision l’activité des personnes à mobilité réduite, comme les personnes âgées ou les patients qui se remettent d’une intervention chirurgicale ou qui se déplacent à l’aide d’un déambulateur. Sensoria Walk vise à fournir un outil plus précis pour les patients et les soignants pour suivre et évaluer les progrès de récupération », poursuit le PDG.En faisant entièrement disparaître la notion de bracelet au poignet, Sensoria va dépendre de sa technologie de capteur textile, qui est directement intégrée dans ses chaussettes, puis relié à un bracelet électronique placé sur la cheville. Comme la société le mentionne, cela offre une surveillance plus précise de l’activité, même avec de lentes cadences par de courtes enjambées, ou l’utilisation de déambulateurs. Et avec la nouvelle application Sensoria Walk, les patients et leurs soignants peuvent voir leur historique, les objectifs, le temps d’activité totale, et d’autres données importantes.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)">(cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 05.10.2017 à 06:16 - Commentaires (0)


Batería para ordenador ASUS Z9400RP

Como es obvio, el usuario tendría que dejar el equipo en un espacio en el que corriese el aire, aunque también cabrían otras posibilidades que serían aprovechadas por esta tecnología para la recarga. Hablamos de mover el terminal de forma constante en el aire o soplar directamente a la carcasa donde están los micromolinos.Si bien esta posibilidad ha sido una de las más curiosas en su presentación, la tecnología buscaría otras aplicaciones reales. No obstante, dadas sus características y la cantidad de energía que pueden generar tampoco podrían alimentar sistemas que requiriesen una gran cantidad de energía.Smitha Rao y J.C. Chiao, sus desarrolladores, se han mostrado muy optimistas respecto al futuro de la tecnología ya que esperan que pueda encontrar su hueco en el mercado en los próximos años. Por ahora la empresa WinMEMS se encuentra buscando oportunidades de comercialización de un invento que podría venir muy bien para situaciones de emergencia en las que la batería de nuestro móvil se haya agotado.Después de lanzar uno de los terminales revelación de 2013 como fue el Mi3, Xiaomi ya trabaja de cara a lanzar su sucesor en 2014. Hablamos del Xiaomi Mi4, que según apuntan los últimos rumores, llegaría acompañado de una versión Mini con tamaño y prestaciones más reducidas.


Poco a poco empiezan a desvelarse los planes de Xiaomi para el presente 2014. La compañía china fue una de las grandes revelaciones del pasado año, consiguiendo ventas de récord con varios de sus equipos y acercándose a la redonda cifra de 20 millones de terminales vendidos. Lejos de conformarse con estos magníficos números, la firma asiática pretende doblarlos en este año.Para ello volverá a apostar por un catálogo de smartphones cuya relación calidad-precio sea de lo más ajustada. Al margen de las gamas baja y media, que cubriría con equipos que podrían partir de los 50 dólares, la marca china buscaría un nuevo impulso entre los terminales más potentes con su próximo Xiaomi Mi4, cuyas supuestas carcasas se pudieron ver filtradas por Amazon hace unos días.A su vez, conocimos sus posibles prestaciones, las cuales darían un nuevo salto de calidad a la gama más exclusiva de la compañía. Por ejemplo, se especula con que contaría con un procesador Qualcomm Snapdragon 805, la evolución natural del chip que integra el Mi3 (en una de sus versiones, ya que la otra incluye un NVIDIA Tegra 4). A su lado de cara a lograr un rendimiento de primer nivel encontraríamos 3 GB de memoria RAM. Los otros detalles que se han comentado pasan por una pantalla por encima de las 5 pulgadas -con resolución mínima Full HD (1080p)- y un sensor en su cámara principal con al menos 13 megapíxeles.



Como podemos leer en Movilzona.es, el equipo podría estrenarse junto a una versión Mini, en la línea seguida por otras grandes compañías con sus terminales estrella como son los casos de Samsung, Sony o HTC. Lo que podríamos esperar de este equipo sería un tamaño que rondaría las 4 pulgadas en su pantalla (presumiblemente HD) y con hasta 2 GB de memoria RAM. Su cámara trasera incluiría un sensor de 8 megapíxeles. En cuanto a su precio, cabría esperar que estuviese disponible por alrededor de 150 euros, en la línea de precios bajos que suele fijar el fabricante.Como era de esperar, Xiaomi no ha confirmado ni desmentido una información que recuerda que la compañía ya utilizó una estrategia algo similar con el modelo Mi2, ya que tras su lanzamiento estrenó el Mi2a con unas prestaciones de menor nivel a un precio más económico. Esta estrategia da más fuerza a estos últimos rumores, que vienen a saciar en parte la alta expectación que hay en torno a los próximos equipos de la firma asiática.Una decisión de la Justicia alemana sobre el caso RedTube dará mucho que hablar. Pese a que la cuestión queda pendiente de la decisión final del Tribunal de Justicia de la Unión Europea, desde el país germano creen que la mera visualización de contenidos piratas en streaming no es un delito, amparándose en la legislación actual. ¿Sentará precedente a nivel europeo?


El pasado mes de diciembre, hasta 10.000 personas recibieron en Alemania cartas de un despacho de abogados que actuaba en nombre de varios productos de pornografía. Los delitos se cometieron en el portal RedTube, una especie de YouTube que aloja contenido relacionado con la pornografía. La pregunta clave era, si no se ha subido ningún contenido a la red ¿Cómo había obtenido este bufete de abogados las direcciones IP? RedTube insiste en que no colaboró en ningún momento.Lo sorprendente del asunto lo encontramos en la decisión del gobierno alemán, quien ha determinado que la reproducción en streaming de contenidos de vídeos (tanto películas como series) protegidos por derechos de autor, no constituyen un delito y por lo tanto no se trataría de una actividad ilegal. Otras páginas de streaming de vídeo como YouTube tienen un sistema para detectar la subida de contenido pirata, aunque desconocemos si RedTube hace lo mismo.También sorprende la aclaración que hace el Ministerio de Justicia alemán a lo anterior. Si esos mismos contenidos hubiesen sido descargados, sí que supondría una infracción de los derechos de autor y por tanto una actividad ilegal y sancionable. Por ello, concluimos que para Alemania, el streaming de contenidos piratas es legal.


Ahora la decisión final sobre este asunto está en manos del Tribunal de Justicia de la Unión Europea, quien deberá decidir sobre la legalidad o no de la visualización de contenido pirata por streaming. Esta decisión de la justicia europea podría sentar un importante precedente en la materia y aplicarse la resolución al resto del territorio comunitario, entre el que se encuentra España.Alemania ya ha dado el primer paso para diferenciar las descargas de contenido pirata de la visualización en streaming de este mismo contenido. ¿Qué os parece la decisión adoptada en el país germano? ¿Creéis que se debe diferenciar entre descarga y visualización online?La última filtración surgida en la Red ha servido para conocer la fecha en que llegará al mercado el Samsung Galaxy S5. Asimismo, se ha detallado las novedades que integrará el nuevo equipo de la firma surcoreana, entre las que destacará el escáner de ojos como medida de seguridad del dispositivo.



Bloomberg ha publicado los últimos detalles del próximo terminal estrella de Samsung. Después de numerosas especulaciones sobre el smartphone y su fecha de lanzamiento parece que ésta se ha concretado. Aunque algunas voces apuntaban a que llegaría este mismo trimestre, la compañía esperará a abril para poner en el mercado el nuevo Galaxy S5.El equipo llegaría al mercado junto con la nueva versión del Galaxy Gear, el smartwatch de la firma asiática. En la información citan como fuente a Lee Young Hee, vicepresidente ejecutivo de la división móvil de Samsung. "Anunciaremos nuestro buque insignia en la primera mitad del año, entre marzo y abril, y nuestro objetivo es que salga al mercado en ese tiempo. Cuando anunciemos el S5, también podéis esperar al sucesor del Gear con funciones más avanzadas y un rediseño", aclaró.También habrá un nuevo diseño del smartphone. "Cuando pasamos del S4 al S3 es verdad en parte que los consumidores no podían sentir realmente la diferencia entre ambos productos desde la perspectiva física. Por ello la reacción del mercado no fue tan grande", admitió Lee. Por este motivo anunció que la compañía incorporará novedades en lo que se refiere a su pantalla y aspecto exterior, la cual se ha rumoreado podría ser similar a la del Galaxy Note 3.


Por otro lado, vino a confirmar una de las novedades del próximo móvil de gama alta como será el escáner de ojos. "Mucha gente es partidaria de la tecnología de reconocimiento del iris. Estamos estudiando esta posibilidad", indicó en lo que parece una clara bienvenida a un añadido nunca visto hasta el momento en este tipo de dispositivos y que aportaría un punto extra de seguridad en el equipo. El objetivo de Samsung sería responder así a Apple y su lector de huellas dactilares integrado en el iPhone 5s.Por otro lado, la firma también confirmaría durante este año otro dispositivo de los denominados "wearables" más allá de su reloj inteligente. Lee confirmó esta posibilidad pero no dio más pistas sobre cuál sería de forma concreta. Si tenemos en cuenta que en octubre registró un diseño en Corea del Sur similar a unas gafas que mostrasen información al usuario proveniente de su smartphone a la par que se podría usar para recibir llamadas, es posible que en este 2014 estrene su alternativa a las Google Glass.Desde el CES llegan noticias acerca de Oculus Rift. Las gafas de realidad virtual son uno de los dispositivos que, con toda seguridad, más darán que hablar en este 2014, y ahora han vuelto a dar un paso adelante con el prototipo Crystal Cove, una nueva versión que mejora sustancialmente la experiencia de usuario gracias a algunas novedades importantes.


Oculus Rift, las gafas de realidad virtual inmersiva creadas por Oculus VR que pretenden cambiar la concepción actual de videojuego. La creación de una visión 3D estereoscópica junto a la tecnología de seguimiento recrea la manera en la que percibimos las imágenes en el mundo real. Sin embargo, la experiencia de aquellos usuarios que han podido probar este dispositivo no termina de ser idónea, y en ocasiones, podía resultar incluso bastante molesta.La versión repartida entre aquellos que se han apuntado al programa de desarrolladores, previo pago de 300 euros, no deja de ser espectacular y sorprendente para los que se prueban por primera vez las gafas, aunque como hemos dicho, los problemas que acarreaba normalmente producían malestar en los usuarios que se exponían a su uso de manera prolongada, tales como visión borrosa o vértigos.Esta nueva versión, la Crystal Cave ha sido desarrollada con el objetivo principal de mejorar sobremanera esta experiencia de usuario, ya que es básico que su utilización sea agradable para el futuro éxito comercial del producto. Según cuentan los propios responsables, destacan de su producto dos mejoras de peso.


En primer lugar, la nueva pantalla OLED de alta definición mejora en mucho, la resolución de la versión anterior y disminuye notablemente la latencia, uno de los grandes factores en contra. Además, han implementado una técnica de baja persistencia que reduce aún más los problemas derivados de la falta de una mejor definición. ¿Cómo se nota esto? Esta mejora en la pantalla reduciría casi a cero el desenfoque de movimiento tan molesto que existía antes. Aunque la imagen sigue estando lejos de la calidad que podemos encontrar en los monitores actuales, si que refleja la evolución.La segunda gran mejora es la adición de una cámara de seguimiento infrarrojo de la posición. La versión anterior era capaz de conocer la dirección de orientación de la cabeza, sin embargo, no conocía la situación real del usuario. Es decir, no detectaba posibles inclinaciones o cambios de posición relativos. Este es uno de los puntos destacados por los usuarios desarrolladores como posible mejora. Incluso por internet circulan algunos tutoriales de cómo lograr esta función ayudándose de otros aparatos. Nos permitirá, por ejemplo, asomar la cabeza por la ventanilla del coche en un juego de conducción, o asomarnos a una puerta sin necesidad de avanzar.Según dicen, este supone el mayor salto de calidad dado hasta el momento por Oculus Rift y supone un paso más para acercar su llegada definitiva como producto comercial. Seguro que la inyección de 75 millones de dólares de la empresa de inversiones Marc Andreessen, junto con su unión a la junta directiva, tiene mucho que ver en este asunto.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)
Message déposé le 03.10.2017 à 10:12 - Commentaires (0)


Batterie pour Acer AS10B73

Les amateurs d'images ne seront a priori pas en reste, puisque la caméra supportée par une nacelle 3 axes enregistre des vidéos en 4K 30p et Full HD 96p (pour exécuter des ralentis fluides), et délivre des clichés de 12 Mpx en RAW. La nacelle pourra basculer à 90° pour des selfie et des portraits, selon le communiqué — mode, quand tu nous tiens...Nous n'avons pas d'information sur le modèle de batterie utilisé, mais cette débauche de technologie semble être suffisamment alimentée, car la marque chinoise annonce 27 minutes de vol. La raison principale à cela est que si le Mavic vole toujours avec les Lipo 4S des Phantom, DJI s'est fait sien l'adage de Colin Chapman, créateur des Lotus : "Light is right!"Toujours dans un souci de de compacité et de performance, la nouvelle télécommande profite d'un nouveau design ultra compact qui intègre non seulement un écran LCD affichant les données télémétriques essentielles, mais aussi le nouveau système de transmission vidéo OcuSync offrant une portée de 7 km et une résolution de flux vidéo en direct de 1080p. A priori, il sera également possible de contrôler le Mavic Pro directement avec son smartphone grâce à une transmission Wi-Fi secondaire.


Pour finir, le Mavic Pro est compatible avec les nouvelles lunettes immersives FPV, les DJI Goggle. Affichant une vue de la caméra du drone à 85° en 1080p, les lunettes intègrent OcuSync et reçoivent ainsi le flux directement depuis le Mavic Pro, et non par l'intermédiaire de la radiocommande. La latence serait ainsi réduite à son minimum.DJI Care Refresh, disponible avant l'activation d'un appareil et jusqu'à 48 heures après l'activation, couvre les dégâts accidentels sur le corps, la nacelle ou la caméra du Mavic Pro en condition d'utilisation normale, pendant 12 mois maximum. Pour un coût supplémentaire, il est aussi possible d'obtenir deux remplacements complets de l'appareil par un autre neuf ou équivalent à neuf.



Le Mavic Pro est d'ores et déjà disponible en précommande sur le site de DJI et commencera à être distribué à la mi-octobre. Son prix de vente s'établira à 1 199 € nu, ou 1 499 € pour le pack Mavic Pro Fly, qui contiendra un Mavic Pro, deux batteries, des hélices supplémentaires, une station de recharge, un adaptateur, un chargeur pour voiture et un sac à bandoulière. La batterie supplémentaire coûtera 99 €.
Les cartes graphiques Nvidia, abandonnées depuis plusieurs années chez Apple, pourraient bien faire leur retour dans les prochaines révisions des Mac, que ce soit pour les ordinateurs portables MacBook Pro ou bien encore pour les machines de bureau Mac Pro et iMac.

Plusieurs offres d'emploi publiées par Nvidia et repérées par Bloomberg laissent penser que le spécialiste des cartes graphiques est de retour dans les petits papiers d'Apple. L'offre pour un ingénieur logiciel chez Nvidia indique ainsi que l'heureux élu aidera à la conception des futurs produits révolutionnaires d'Apple. Il lui faudra travailler en partenariat avec la firme de Cupertino pour développer un code qui "bâtira le futur". Tout un programme ! Une seconde offre d'emploi, un peu moins pompeuse, parle uniquement du développement de pilotes graphiques Nvidia pour les Mac.


Depuis 2011, les cartes graphiques Nvidia n'ont plus le droit de cité dans les MacBook Pro. Elles ont été remplacées par des cartes graphiques AMD Radeon. Apple a visiblement très mal digéré l'affaire des GeForce 8600M GT défectueuses entre 2007 et 2008 pour laquelle Nvidia avait provisionné 200 millions de dollars. En effet, Apple a rappelé plusieurs milliers de MacBook Pro suite au prolongement de la garantie de 4 ans après l'achat.Avec les dernières générations de cartes graphiques, Nvidia a creusé l'écart sur AMD et l'arrivée des GeForce GTX 10 (génération Pascal) sur les Mac devrait permettre de gagner en puissance. Le Mac Pro, qui n'a pas été mis à jour depuis sa sortie en 2013, pourrait profiter de l'apport de nouvelles cartes graphiques tout comme les nouveaux MacBook Pro dont la présentation est pressentie pour le mois d'octobre.
Après les nouveaux modèles série C, voici la série L du constructeur Toshiba. Une série toujours divisée selon la taille des dalles (15 et 17 pouces), mais qui voit son niveau de finition et ses configurations monter en gamme, pour constituer l'offre du constructeur en matière d'ordinateurs portables multimédias.


Ces deux modèles embarquent un écran de 15,6 pouces (39,6 cm) avec une définition allant de 1366 x 768 px à 1920 x 1080 px. Le L50C intègre un processeur Intel Core Broadwell (jusqu'au modèle i5), et le L50D-C, un processeur AMD (A10-8700P). Ils sont accompagnés par un maximum de 16 Go de mémoire vive et un disque dur mécanique d'une capacité allant jusqu'à 2 To, mais aussi de SSD (256 Go max) et de SSHD (1 To max). La partie graphique est confiée soit à des chipsets intégrés Intel, soit à une carte graphique Nvidia GeForce 930M pour les machines sous processeur Intel (L50C), soit à une carte graphique dédiée R6 M340DX pour celles avec processeur AMD (L50D-C).
L55Sur le châssis, le plastique reste roi. Les mensurations sont de 380 x 259,9 x 23,5 mm pour un poids de 2,2 kg. La connectique ne varie pas d'un modèle à l'autre : trois ports USB (2 USB 3.0 et 1 USB 2.0), un port Ethernet, un port HDMI et un lecteur de carte SD. La connectivité sans fil est présente avec le support du Wi-Fi ac standard et du Bluetooth. La partie audio est confiée à Onkyo pour les haut-parleurs. Le constructeur communique sur une autonomie de 6 heures. Ces modèles seront disponibles en différentes teintes : satin or, rouge, blanc, violet, marron et noir.



Ce modèle 17,3 pouces (43,9 cm) sera disponible avec deux définitions : 1600 x 900 px ou 1920 x 1080 px. Il reprend la quasi-totalité des caractéristiques techniques des modèles 15,6 pouces, à l'exception des processeurs AMD et sans possibilité de trouver des modèles avec des SSHD et des SSD.
L70

La connectique, elle, se différencie des 15,6 pouces : le nombre de ports USB passe à deux USB 2.0 et deux USB 3.0. Un lecteur optique fait son apparition puisque les S70 peuvent intégrer un lecteur Blu-ray ou un lecteur/graveur de DVD. Leurs mensurations sont de 412,7 x 279,4 x 26,5 mm pour un poids de 2,8 kg. Ils n'existeront qu'en une seule teinte : satin or.Les configurations sont somme toute très proches de la version C, mais on apprécie de pouvoir trouver des modèles équipés de dalles Full HD et, pour les L50C et L50D-C, de SSHD.

Message déposé le 30.09.2017 à 09:27 - Commentaires (0)


Akku Dell Inspiron N5010R

Das CTL 2GoPad kam bei den Testern insgesamt recht gut an, doch die enttäuschende Akkulaufzeit und eben die nicht ausreichende Touch-Optimierung von Windows 7 stießen Engadget sauer auf. Beim LaptopMag wurde ebenfalls die schwierige Bedienung mit den Fingern über viel zu kleine Buttons und Widgets bemängelt, bei der nur selten genaue Treffer möglich waren. Auch das Onscreen-Keyboard von Windows 7 kam nicht gut an und wurde als eine der größten Schwächen bezeichnet.Beim Tega V2 Tablet, das von GottaBeMobile ausprobiert wurde, fiel das Urteil für Windows 7 auf dem Tablet ebenfalls vernichtend aus. Das Betriebssystem sei keineswegs für derartige mobile Geräte geeignet. Zudem wurden ebenfalls nur knapp 4 Stunden Laufzeit erreicht. Insgesamt war die Performance jedoch OK, denn egal was die Tester mit dem Gerät anstellten, liefen die meisten Anwendungen problemlos. ´


Beim Netbook Navigator Nav 9 war vor allem das miese Display ein Kritikpunkt, denn es lässt sich praktisch nicht von der Seite betrachten. Auch die Texteingabe über das Onscreen-Keyboard wollte nicht so recht gelingen, so dass sich Brad von Liliputing am Ende regelrecht vor dem Tippen fürchtete. Dieses Windows 7-Slate sei einfach nicht für den täglichen Gebrauch geeignet, so zumindest Brads Fazit. Auch bei Joannas Test versagte das Gerät ebenfalls bei der Touch-Bedienung und die Laufzeit kam im Videotest kaum über 2,5 Stunden.Der französische Anbieter hat mit seinen neuen Tablets eigentlich gerade eine Reihe äußerst brauchbarer neuer Produkte vorgestellt, doch das was da jetzt bei Amazon UK aufgetaucht ist, scheint beinahe ein Unfall zu sein. Archos bringt unter der Bezeichnung Arnova 10 eine Art „Smartbook“ auf den Markt, das zweifelsohne von einem chinesischen Billig-Hersteller stammt.
Statt Google Android kommt hier ein angepasstes Windows CE 6.0 zum Einsatz, das im Vergleich zu den aktuellen Android-Versionen doch altbacken scheint. Auch bei den Spezifikationen wird klar, dass man vor allem auf das Segment der extremen Niedrigpreise setzen will. Es kommt ein 533 MHz schneller, nicht näher spezifizierter ARM-Prozessor von Samsung zum Einsatz. Das Display hat allerdings ganze 10,2 Zoll zu bieten, wie wir sie von Netbooks kennen.


Der 3-Zellen-Akku hat eine Kapazität von 2100 mAh. Trotz der mageren Ausstattung bringt die Kiste immerhin noch 1,1 Kilo auf die Waage. Der Preis liegt bei Amazon UK derzeit bei umgerechnet knapp 150 Euro. Wenn man bedenkt, dass man mittlerweile für nur 50 Euro mehr deutlich besser ausgerüstete „echte“ Netbooks bekommt, dürfte von diesem Gerät eher abzuraten sein.Ein 11-incher aus der Thinkpad Reihe von Lenovo und dann auch noch mit Core i-Prozessoren? Der Spass nennt sich Lenovo Thinkpad Egde und hat hier bei uns auf dem Blog fuer ordentlich Wirbel gesorgt (und auch via Email bei mir!). Letzte Woche ging die offizielle deutsche Pressemitteilung raus, die ich natuerlich im kompletten Wortlaut via Copy and Paste uebernehme, nicht ohne euch darauf hinzuweisen, dass wir hoffentlich schon bald ein passendes Testsample erhalten sollten. Ich freue mich schon drauf, denn ich glaube immer noch, dass 11-inch das neue schwarz ist, wobei ich mich hier ganz klar auf Plattformen festlege, die ’ne Ecke mehr Dampf unter der Haube haben als ein Netbook!Der Anbieter CherryPal sorgte vor einiger Zeit mit einem 99-Dollar-Laptop – eines der extrem günstigen ARM-basierten Mini-Notebooks aus chinesischer Produktion – für einige Aufmerksamkeit. Jetzt will die Firma auch bei Tablets mitmischen und hat mit dem CherryPad ein 7-Zoll-Tablet mit einer ARM11-CPU und Android 2.1 vorgestellt. Der Prozessor taktet mit 800 MHz und soll ausreichend Leistung für die Nutzung von 3D Spielen mitbringen.



Der Hersteller verspricht außerdem Zugriff auf den Android App Marktplatz, wobei dies bestimmt nicht von Google genehmigt wurde. Vor allem der Preis soll auch bei diesem Gerät wieder das Interesse der Kunden wecken – in den USA ist das CherryPad ab sofort für gerade einmal 188 Dollar erhältlich, was umgerechnet etwa 135 Euro entspricht. Zu diesem Preis erhält man ein Tablet, das über 256 MB RAM und 2 GB Flash-Speicher verfügt, der sich aber mittels Micro-SD-Kartenleser deutlich ausbauen lässt.
Es gibt außerdem einen normalen USB-2.0-Anschluss und einen 3,5mm-Kopfhöreranschluss und ein eingebautes Mikrofon. Der Zugriff auf das Internet erfolgt per WLAN. Der Akku hat eine Kapazität von immerhin 3200mAh, so dass die Käufer auf eine Laufzeit von maximal sechs bis acht Stunden hoffen können. Durch den großen Akku wird das CherryPad aber auch nicht unbedingt zu Leichtgewichten gehören, bringt es doch trotz Aluminiumrückseite immerhin 500 Gramm.Beim chinesischen Computerkonzern Lenovo lotet man derzeit die Optionen für eine Einführung eines Business-orientierten Tablets der ThinkPad-Serie aus. Dabei geht es vor allem darum, wie Tablets von Enterprise-Kunden angenommen werden und ob tatsächlich ein Bedarf für ein solches Produkt bestehen würde, so Peter Hortensius, Senior Vice President der Think Product Group bei Lenovo gegenüber PCWorld.


Sollte sich herausstellen, dass ein ThinkPad-Tablet (Think-Pad!) sinnvoll ist, werde man natürlich in diesen Markt einsteigen, sagte er weiter. Lenovo verfüge über eine gute Grundlage für die Entwicklung derartiger Geräte, auf die man aufbauen könne, so der Manager. Damit Tablets von Firmenkunden gut eingesetzt werden können, müssten sie aber eine Reihe von Voraussetzungen erfüllen. Wichtig sind laut Hortensius vor allem lange Akkulaufzeit, gute Usability und zusätzliche Möglichkeiten der Eingabe zur Erstellung von Inhalten.Ein Tablet wäre eine Ergänzung der ThinkPad-Produktlinie, die bisher vor allem aus Notebooks für große und kleine Unternehmen besteht. Lenovo hat mit dem LePad bereits ein Tablet auf Android-Basis angekündigt und im Januar war mit dem IdeaPad U1 ein Hybrid-Laptop mit abnehmbaren Tablet als Display vorgestellt worden. Die Einführung des U1 wurde von Lenovo allerdings mittlerweile auf unbestimmte Zeit verschoben und generell handelt es sich bei den bisher von dem Unternehmen angekündigten Tablets ausschließlich um Geräte für den Privatkundenmarkt.


Auch von uns übrigens einen Herzlichen Glückwunsch an Lenovo, denn die Marke ThinkPad feiert in diesen Tagen ihren 18. Geburtstag!Gestern ging das HP Zeen C510 7-inch Android Tablet offiziell in der Verkauf und wenn man sich die reinen Eckdaten anschaut, dann scheint es ja zum Preis von $399 ein richtiger Deal zu sein, denn immerhin gibt es ja noch den PhotoSmart eSatation C510 Drucker mit dazu. Das Tablet selbst ist mit Android 2.1, einer Freescale i.MX51 CPU und 4-6 h Akku ausgestattet, was sich ja erstmal durchaus spannend anhoert.
Unsere Freunde von Laptopmag haben nun ein erstes Exemplar erhalten und sind leider alles andere als angetan von der Nummer. Nicht nur, dass es richtig dick ist, das vorinstallierte Android ist auch komplett zugesperrt, sprich ihr koennt keine weiteren Apps installieren und seid somit auf die von HP angewiesen. Das ist aber leider auch nur die halbe Wahrheit, denn saemtliche vorinstallierten Apps sind…. na wer weiss es, wer weiss es? richtig! Drucker-Apps! Hey, immerhin wird das Tablet angedockt am Drucker zu einem Fotoframe…. Wer es braucht…



Der umtriebige Hersteller ViewSonic wird neben seinem ViewPad 7 und dem ViewPad 10 offenbar in Kürze zusätzlich ein 10-Zoll-Tablet mit Android 2.2 und Nvidia Tegra 2 Plattform auf den Markt werfen. Das so genannte ViewSonic G-Tablet dürfte mit einer solchen Konfiguration reichlich Leistung in Verbindung mit einer ordentlichen Akkulaufzeit bieten.Dank Tegra 2 ARM-Basis dürfte das System gute 3D-Fähigkeiten besitzen und problemlos in der Lage sein 1080p HD-Videos wiederzugeben. Dank Android 2.2 ist zudem Unterstützung für Flash 10.1 gegeben. Der Hersteller gibt einen empfohlenen Endkundenpreis von 529 US-Dollar an, womit man etwas über dem günstigsten iPad mit WLAN liegt, das in den USA für 499 Dollar angeboten wird. Allerdings dürfte es letztlich auf einen Straßenpreis um die 400 Dollar hinauslaufen.Das recht dünne ViewSonic G-Tablet hat neben der Nvidia Tegra 2 Plattform einiges zu bieten. Das 10-Zoll-Display hat eine kapazitive Touchscreen-Oberfläche mit einer Auflösung von 1024×600 Pixeln und Multitouch-Unterstützung. Es gibt eine auf den Nutzer gerichtete 1,3-Megapixel-Kamera sowie USB- und MicroSD-Unterstützung. Das Gerät hat 1 GB RAM und 16 GB Flash-Speicher integriert und verfügt über Bluetooth 2.1 und N-WLAN.


ViewSonic verspricht bis zu 10 Stunden Laufzeit und eine sehr ordentliche Spieleleistung. Die Einführung ist für Mitte bzw. Ende 2010 geplant.Update: Alle Daten, Preise, Fotos nach dem Break! Voellig ueberraschend stellte Samsung heute 3 neue Netbooks vor und bezeichnet diese als NF-Serie. Samsung NF110, Samsung NF210 und Samsung NF310 scheinen die Basis der zukuenftigen Netbook-Strategie der Koreaner zu bilden und wenn die heute veroeffentlichten Details stimmen, dann legt Samsung die Latte fuer die Konkurrenz eine ganze Ecke hoeher.
Zum Samsung NF110 gibt es zur Zeit nicht viel zu sagen, bzw. haben wir noch keine technischen Details vorliegen. Unsere Freunde von Akihabaranews sprechen einfach nur von „affordable“ und somit duerfte es sich dabei um das neue Einstiegs-Netbook a‘ la Samsung N150 handeln.
Das Samsung NF210 wird mit einem 8850mAh 6-Zellen Akku ausgeliefert (sorry, die Spannung ist leider nicht bekannt)und soll 14h Akkulaufzeit bieten. Wer sich die immer sehr konservativen Angaben von Samsung (im Gegensatz zu ASUS und MSI uebertreiben die Koreaner sehr ungern)in Erinnerung ruft, der darf sich schon einmal auf einen neuen Langlaeufer freuen. Update: Der NF210 wird mit dem Aton N455 ausgestattet sein und ab $379 kosten.Kommen wir letztendlich zum Topmodell, dem Samsung NF310. Intel Atom N550, DDR3 RAM und vor allen Dingen das erste HD-Display (Aufloesung 1366 x 768)in einem Samsung Netbook, duerfte den Topmodellen der Konkurrenz ordentlich einheizen. Update: DDR4 RAM ist angesagt (nein, das ist kein Typo jetzt!), Surround Sound und das alles soll es ab $399 im Oktober geben.


Ob all diese Modelle so aussehen, wie auf dem obrigen Bild… Keine Ahnung! Ich bin mir aber sicher, dass wir auf der IFA alle 3 neuen „Sammies“ zu Gesicht bekommen werden.ASUS hat offenbar die NDAs für die ersten Tester des ASUS Eee PC 1215N auslaufen lassen, so dass gestern und heute eine ganze Ladung von Testberichten zu dem neuen 12,1-Zoll-„Netbook“ mit Intel Atom D525 Dual-Core Prozessor und Nvidia ION „2“ Zusatzgrafik inklusive Optimus-Grafikumschaltung veröffentlicht wurden. Neben unserer Freundin Joanna von Engadget haben auch Cnet, LaptopMag und NotebookReview ihre Tests herausgegeben.Der ASUS Eee PC 1215N bietet im Vergleich zu seinem Vorgänger 1201N eine immerhin doppelt so lange Akkulaufzeit von fast 6 Stunden, was angesichts der Leistungsfähigkeit doch überrascht. Auch in Sachen Grafikleistung packt die neue ION-Version gegenüber dem Vorgänger eine ordentliche Schippe drauf, so dass der 1215N bei 3DMark06 auf recht ordentliche 2480 Gummipunkte kam, was einer Steigerung um fast 1000 Punkte entspricht.



  1. (cliquez ici pour suivre le lien)

  2. (cliquez ici pour suivre le lien)

  3. (cliquez ici pour suivre le lien)


Message déposé le 30.09.2017 à 07:04 - Commentaires (0)


Battery for Acer Aspire one 532

Although detailed pricing has not been announced, the company said that the Idol 4 series will be available from April 2016, at prices from €279 to €449.Alcatel Plus 10
Next up from Alcatel is a Windows 10 2-in-1 tablet/laptop. The Plus 10 is a 10.1 device with a quad-core 1.92GHz Intel Atom x5-Z8350 chipset. The keyboard is detachable and includes a SIM slot for LTE (4G wireless) connectivity so you can use it as a wifi hotspot for up to 15 users.You also get basic cameras front and rear, 32GB internal storage, 2GB RAM, MicroSD slot, USB and HDMI ports. The Plus 10 is not the slimmest of devices but weighs only 850g, and battery life of 8 hours light usage is claimed. The model on display in Barcelona felt a bit plasticky but its light weight is a benefit.The Plus 10 will be available from June 2016, priced from €379, according to the presentation in Barcelona.


The company is very bullish on Windows, according to VP and chief marketing officer Dan Dery. The Plus 10 joins the Fierce XL Windows 10 smartphone, released earlier this year in the US, and the Pixi 3 8-inch Windows 10 tablet announced at CES in January and set for availability in April 2016. The Pixi 3 is an ARM-based device running Windows 10 Mobile, whereas the Plus 10 runs full Windows and is the first Alcatel device with an Intel chipset.Why do a Windows 10 device? There is a business market but there is also a very good consumer market, Dery told El Reg. A market that is very familiar with Windows. Having a laptop at home that can be detached as a tablet makes a lot of sense.MWC16 HP Inc has unveiled a big bet re-entry into the handheld device market, banking on enterprise’s attachment to the Windows ecosystem to blur the memory of its previous forays and retreats into the space.The vendor will unveil its Elite x3 phablet at MWC, a six inch-high, 7.8mm thick phablet, along with a desktop dock to connect with a big screen and proper corporate networks, and a mobile extender with full size keyboard and 12.5 inch screen.The device cops a Qualcomm Snapdragon 820 processor, meaning it will not be a true Wintel device, but it will run on Windows 10. It packs 4GB of RAM, 64GB of internal memory and will take SD cards of up to 2TB - once they actually hit the market.And how much will all this cost? We don't know yet, with pricing due to be released shortly before its expected summer release.Michael Park, VP and GM for mobility and retail solutions at HP Inc, claimed the x3 is “the one device that is every device...we are basically covering desktop, notebook and phablet use cases with one product”.



He said that while most mobile/handheld vendors were pushing into the enterprise as “a marketing continuum” of their consumer product lines the X3 was an unapologetically commercial enterprise product “designed for a commercial lifecycle which is two to three years.”This industrial grade ethos extends to dual SIM support, claimed all-day battery life, dual biometrics, 8MP front facing camera, active noise cancellation and B&O optimised audio so that you can really appreciate the hold music while waiting for your conference call to start.The x3 is IP67 tested, meaning it can take a four-foot fall, and will operate under water for 30 minutes before failing. (Though if that latter use case is relevant, perhaps you need to reconsider who you’re doing business with.)Needless to say, Park also describes the device as “beautiful”. Nevertheless, despite all this status symbol box ticking, HP’s key selling point will likely be its compatibility with existing enterprise legacy systems.Park said the world doesn’t quite seem to have twigged that with Windows 10 for “the first time in the history of Microsoft that all devices have converged to the common Windows kernel.”While he had no illusions that the consumer world is unlikely to shift ecosystems any time soon, “In the world of commercial though when you go talk to a CIO and ask ‘what you do you use to drive productivity in your enterprise, to secure your back-end or to run your servers,' Microsoft is still the name in the game.”


“The average Fortune 500 company has 3,500 bespoke apps that they’ve written over the last 20 to 30 years, all on .Net, all for PCs, and those have to be moved to a mobile world if that is how people are going to work.”“I think what the market doesn’t see that’s going to happen is the ability to use Continuum in Windows 10 to now drive a new type of application where you write it once and it runs on a desktop, a phone, a Surface hub, a workstation without having to re-write code will present a massive TCO and value proposition for IT moving forward.”If enterprises opted for iOS and Android for their sub-notebook needs, he added, “you have to maintain all that code separately from everything you’ve done in the last 20 years and you have to carry it forward in terms of integrating those things as the underlying OSes change.The TCO implications for this “will become more evident once Windows 10 gains more adoption,” he said.Needless to say, HP has gained vocal support from Microsoft for the launch. The devices will also come bundled with the Salesforce One - when it is docked, it will kick into the full Salesforce One dashboard. Park said it was working with other ISVs on vertical apps, while HP will provide its own app catalog, dubbed Workspace.



What will really underpin the device’s success after its summer launch is whether HP can persuade corporates to buck their users' consumer-based prejudices, and overlook HP's own form in this sector.The company’s false starts in handheld devices and phones include mid-noughties Windows Mobile devices under the iPaq brand it inherited from Compaq. Yes, we're not sure what happened to them either.The company bought the seminal handheld firm Palm in 2010 for $1.2bn, then said it was only after the operating system, WebOS, before losing interest altogether during its minor meltdown under its short-lived CEO Leo Apotheker the following year. Much of the former Palm, and iPaq, IP was sold off in 2014 to... Qualcomm. Runtime Readers' tales of very old computers keep rolling in, so we'll keep rolling them out at you. We even gave ourselves a name for this silliness: Runtime.The last week's most interesting inbox insertion was news of a Tandy 102 that's still alive and kicking and helping reader “Ed” to stay alive and kicking too.The 102 is a member of the TRS-80 family, the PC that Tandy Corporation introduced in 1977. The TRS-80, known as the “Trash Eighty” by snooty Commodore 64 fanbois, started life as a desktop computer. Several models adopted the all-in-one shape made popular by the Commodore Pet and a “luggable” even made it into the range.

Message déposé le 13.07.2017 à 08:19 - Commentaires (0)


Battery for Dell Inspiron Mini 1012

This can only get worse so I plead to event organisers: get your Wi-Fi act in gear, because even software that doesn’t need to be online will try to go online anyway. It’s bad enough leaving it all to chance without actively inviting the internet devils to dance around your motherboards.Mark Shuttleworth, founder of Ubuntu, told The Register that converged devices – phones that can also be PCs – are the future of personal computing.Shuttleworth was at Mobile World Congress (MWC) in Barcelona last week, where Ubuntu exhibited to show off its phones, tablets, and IoT (Internet of Things) initiatives.Among the displays was BQ's Ubuntu tablet, which has both a tablet mode and a windowed mode that can be enabled when attached to an external display, keyboard and mouse.We’re showcasing Ubuntu as a converged OS, said mobile product manager Richard Collins. It’s one codebase that can go onto any device that has some kind of need for a display, one SDK that developers can use. We’ll do the magic to make sure that apps scale for the display. All of that has been engineered into our first tablet product. If you connect a mouse and keyboard, it is running a full Ubuntu PC.


Ubuntu smartphones were also on display, destined for the Chinese market, from brands well-known in China, such as Meizu. Collins said that Chinese vendors wanted to build their own ecosystem, and that Ubuntu gave them freedom to do that.At MWC Microsoft, along with partners such as HP and Acer, were pushing the idea of Windows 10 Mobile as a converged phone and PC, using the feature called Continuum. Shuttleworth said he was delighted.“We’re quite lucky because HP made this big announcement that they were going to do a convergent device, a phone that could be a PC, and we’ve already got it. It really shifted people’s mood. We’ve been saying that we could build, as an open source project, a single device that could run across all these form factors. People have said that’s a little crazy, and now suddenly we’ve got some of the biggest companies in the world saying that’s a great idea,” he said.There’s stuff coming down the pike in terms of changes to personal computing form factors which I think will take this and make it the standard way everybody works. It’s hard to see now, but I’m convinced that’s the future, he added.



Shuttleworth also talked up Ubuntu's Internet of Things credentials. Running Ubuntu Core on devices improves security, he said, thanks to easy updates.We’re just a common operating system, but the way we’ve structured that solves one of the key problems for the world, which is the security of the internet of things. That means for example that last week’s major global compromise of Linux libc, which affects pretty much every home router in the world, all the carriers in the world could have fixed that problem if they were using this mechanism, because they would just have pushed the update, and they wouldn’t have to wait for the device manufacturers or do it independently, he said.If you imagine a world where everything has a little bit of Linux in it, this is a much healthier world because the core Linux piece can be updated independently of the piece running the fridge, or the piece running the home router.What are the advantages of Ubuntu over Google's Android, which is also Linux-based?In the devices space the key question is, is that a small server running that Uavia drone, or is that a phone? If you think of it as a server, then people’s natural inclination is to use a server operating system. If you are the developer thinking, I’m going to write that software on my laptop running Ubuntu and I’m going to test it on the cloud with Ubuntu, so the natural place to run it on the drone is Ubuntu, he said.


In phones Android has a phenomenal position. We serve the needs of people who want a very secure personal computing platform, and that’s enough for me. If personal computing gets reinvented again, who knows, we could be in front of that next wave.We are certainly at the front of this [IoT] wave. The Google car, the Tesla car, the Audi car, all of those self-driving cars, they all run Ubuntu. A bunch of the leading drone manufacturers, they all run Ubuntu. Robots run Ubuntu, and so on. In the Internet of Things, Ubuntu is the Android. In phones? We’re small but feisty, he told me.In tablets and phones, Ubuntu has the same issues as any mobile OS that is not iOS or Android, which is lack of applications. In this respect, even Windows 10 Mobile is ahead. Libre Office is no fun on a tablet, because it is not designed for touch.We have a new generation of apps that have been designed for touch and convergence, Shuttleworth assured me, but added, You’re right, we do need to create a new set of apps.The convergence idea is also an open question. While smartphones now have the computing power to equal basic desktop computers, the difficulty again is whether converged apps, that run seamlessly both as mobile and desktop software, really make sense.


HP's solution is that you use Windows Mobile as a client for cloud-hosted remote applications when docked to an external display. At MWC, Intel showcased another idea, with Android and Linux stacks side by side, running different sets of applications.A WordPress site? I ask Configured with every plugin under the sun? Loosely 'administered' by the PR team? Hosted on a cloud server in who-knows-where, chosen with the same care and attention you'd use in picking a toilet to use after seven pints and a bad curry and a half hour tube ride which only gets you half-way home.So it's not secure?Never updated, never vetted, protected by what's probably a one-bit self signed SSL key?So it IS secure? he asksWith content that was just sucked out of our old web server and sports massaged into the new server by someone who left their A-Z of IT night course just before C, when Butchery came up?So it's not secure?Nah, it's safe as houses, I say.The Boss has his sarcasm-proof hearing aids in so I'll have to spell it out plainly.It's insecure, I say.How insecure are we talking?



It is so insecure that the hosting company remirrors it every hour.So... it takes an hour to be compromised? he asks, using a word he must have recently heard at an IT Manager's round table somewhere.No, it takes about 30 seconds to compromise, but on average it takes about an hour for the robots to find it. I reply.Well what are the vulnerabilities? he asks – again with the technical words. (It's possible he's had a stack upgrade somewhere along the line)I could tell you – but the quantum rule of insecurity applies.The what?The quantum rule of insecurity – which states that the act of observing how vulnerable a host or service is changes the insecurity level of the service. Have you not heard of Schrödinger's Laptop?Schrödinger's Laptop?There's a laptop, in a box, with a bomb. The bomb is actually timed to explode at some unknown time in the future – BUT if you lift the lid there's a switch connected to the lid which will make the bomb go off immediately. So the question is, is the laptop working or not?Is it powered on? Is it open? the Boss asks, like a helpdesk savant.You're missing the point – the point is that you might not KNOW if the laptop was working or not, but as soon as you open the lid it will DEFINITELY not be working.


Message déposé le 11.07.2017 à 05:38 - Commentaires (0)


Battery for Apple MacBook Pro 15 inch

Mandiant's open source platform is fit for enterprises requiring incident response at scale, and can run off a laptop for many investigations.ANZ bank security analysts Daniel Eden and Roshan Maskey published their work to GitHubThe custom asynchronous forensic tool depends on Mandiant Redline and operates on ElasticSearch backend.The application was born out of the inability to control multiple investigations or hundreds of endpoints in a single pane of glass, the pair say.Eden steps through the application's features in a demonstration video adding that the platform is available as a dependancy-preloaded CentOS ISO install.The application can return about 1000 large documents without load strain after which point server-side processing is required.Their work sports a slick user interface with process trees that allow forensics types to view variables including arguments, paths, and start times.The bank boffins are continuing to work on the tool including real-time tagging and commenting which can be viewable by other incident responders within nightHawk, and features that will improve reporting. According to the US Securities and Exchange Commission (SEC), that error [PDF] resulted in the financial regulator being sent incomplete blue sheet information for a remarkable 15 years – from May 1999 to April 2014.


The mistake was discovered by Citigroup itself when it was asked to send a large but precise chunk of trading data to the SEC in April 2014 and asked its technical support team to help identify which internal ID numbers they should run a request on.That team quickly noticed that some branches' trades were not being included in the automated system and alerted those above them. Four days later a patch was in place, but it wasn't until eight months later that the company received a formal report noting that the error had affected SEC reports going back more than a decade. The next month, January 2015, Citigroup fessed up to the SEC.It turned out that the error was a result of how the company introduced new alphanumeric branch codes.When the system was introduced in the mid-1990s, the program code filtered out any transactions that were given three-digit branch codes from 089 to 100 and used those prefixes for testing purposes.But in 1998, the company started using alphanumeric branch codes as it expanded its business. Among them were the codes 10B, 10C and so on, which the system treated as being within the excluded range, and so their transactions were removed from any reports sent to the SEC.



The SEC routinely sends requests to financial institutions asking them to send all details on transactions between specific dates as a way of checking that nothing untoward is going on. The coding error had resulted in Citigroup failing to send information on 26,810 transactions in over 2,300 such requests.The SEC was not impressed and said in a statement announcing the fine that the failure to discover the coding error and to produce the missing data for many years potentially impacted numerous Commission investigations.Broker-dealers have a core responsibility to promptly provide the SEC with accurate and complete trading data for us to analyze during enforcement investigations, said Robert Cohen, co-chief of the SEC enforcement division’s market abuse unit. Citigroup did not live up to that responsibility for an inexcusably long period of time, and it must pay the largest penalty to date for blue sheet violations. The APT notification ran rate was disclosed by Google senior vice president and Alphabet board member Diane Greene during a Fortune magazine tech conference in Aspen, Colorado, Reuters reports.Google began notifying users about suspected incidents of government-backed hacking attempts since 2012, in response to hacking attacks against it and other tech giants subsequently blamed on China. Other household names in tech including Facebook and Twitter followed suit with state-sponsored hack alerts for customers late last year.


The chief of the monopoly music royalties society PRS for Music earned almost £1m last year. Company house filings show that CEO Robert Ashcroft took home a salary of £989,000, up from £765,000.The remuneration package includes a deferred bonus of £257,000, according to Companies House filings. That means the chief has almost doubled his income in four years.The society holds the monopoly on the collection of royalties for both songwriters and publishers from the public performance of music, and the mechanical royalties owed to songwriters from recorded music sales. (The PPL collects royalties from public performance to the owners of recordings). Overall, royalties collected by PRS rose 4.7 per cent to £537.4m, of which £472.5m was net distributable income.Researchers at the University of Washington (UW) and Microsoft have managed to write data directly onto DNA, a format with dramatic storage densities and a very long life.The team wrote 200MB onto strands of synthetic DNA, including video footage of the band OK Go, the Universal Declaration of Human Rights in more than 100 languages, the top 100 books of Project Gutenberg and the Crop Trust's seed database. They were then able to successfully read back the data using error correction code developed by Microsoft, and could do so again long in the future.



We've seen evidence that this could last intact for thousands of years, Karin Strauss, Microsoft's lead researcher on the project, told The Register on Thursday. Synthetic encapsulation is very temperature-dependent, but at 10 degrees Celsius the DNA won't degrade for around 2,000 years, and at -18 degrees it could last for millions.The technique uses a DNA synthesizer that encodes information onto the four bases in DNA – adenine, guanine, cytosine and thymine – allowing large volumes of data to be stored at microscopic detail. The 200MB archive was stored on a piece of DNA the size of a couple of grains of sugar. The synthetic material was encapsulated to protect it and to prevent degradation.Previous research by UW and Microsoft has estimated that the raw storage limit of DNA is an exabyte per cubic millimeter. That said, it takes a long time to actually read the data – hours at a time – so this isn't going to replace Flash any time soon.


Given a medium so delicate, getting the data read again means dealing with error rates, and so Microsoft's coders came up with an error correction system that allows the data to be taken off the DNA storage system in a usable format.Don't expect this type of technology in your laptop for a good few years yet – the machinery needed to synthesize DNA to write data, and then sequence it to read the information back – is still massively expensive. But that is changing.DNA sequencing costs are lowering way faster than Moore's Law has cut the cost of computing, Luis Ceze, the UW's Torode Family Career Development professor of computer science, told The Reg.The technology for reading DNA is also improving fast. We don't see any reason why it can't be fast and cheap enough for commercial storage – particularly as by showing DNA storage is viable will create a greater incentive to use it.


Message déposé le 08.07.2017 à 06:53 - Commentaires (0)


Battery for Lenovo ThinkPad Edge E120

We had actually forecasted a pause in [data center] purchasing based on what we knew of the big cloud players' ordering patterns, Intel's chief financial officer Stacy Smith said on a conference call on Wednesday. And based on the signals we're seeing from them, we do expect a re-acceleration in the back of the year to something more consistent with what we're seeing through the last couple years.The cloud that we have today is really built on the backs of people. It's your Facebook data, it's your Salesforce data, it's your Twitter data. The current estimates are, if you look out into 2020, that average person will generate about 1.5GB a day of data off those devices, and those are going to be all your posts and pictures and all that kind of information.If you take a look at the average autonomous car in 2020, the estimates right now are it will throw off about 40GB a minute of data. If you take a look at the average autonomous drone doing some kind of scan, looking for somebody lost in the forest or scanning a mine, it's going to throw off about 20GB a minute.So it's that growth in data and the need to both process it at the edge and then through the data center and into the cloud, to be able to store it, to be able to apply machine learning to all of those applications. Those all tell me that the cloud is going to continue to grow.


It's going to be lumpy, he admitted. These guys [the big public cloud providers] don't build out their data centers in a linear fashion. They build out a big chunk of overcapacity so that they can go and then sell that and have expansion space, and they don't build for a while.And so I know people worry, 'is it slowing down?' But these trends in data that tell me no, it's not slowing down over the long term, and what you're really going to see is just the buying patterns and the build-outs of the various structures that are going up.Interestingly, the big boss was coy about Intel's modem chips. Apple is said to be considering using Chipzilla's radio chipsets for future iPhones as well as the Qualcomm silicon it's been using to date. Krzanich was asked if he could talk a little about the future of that business. Let's not get ahead of ourselves, the chief executive seemed to say: the x86 goliath first wants to prove it can make a go of modems with the XMM 7360 and then start thinking big.I'm more concerned about getting the leading-edge momentum going for us with the 7360 and then the follow-on in 2017 and really showing that we are a world-class modem company, he said.



Patrick Moorhead, a tech industry veteran and principal analyst at Moor Insights & Strategy, said everyone expected the hit from the restructuring – but not the slowing Data Center Group growth.The biggest area of concern and the reason why Intel's stock price is down is due to the Data Center Group: they had planned in double-digit growth and they came in at single-digit growth, Moorhead told The Register.I will give Intel the benefit of the doubt in that it will hit that growth for the year. For one thing, there's the market size to consider, and the availability of new Broadwell processors.Intel tracks at a micron level its enterprise and public cloud customers. It knows exactly what's going on right down to their hardware purchasing and rollouts, hence its confidence for the rest of the year.On the consumer side, it's not entirely doom and gloom, either: demand is growing for two-in-one laptop-tablet convertible PCs, which Intel can supply the chips for, while smartphone sales stall and tablets remain in free fall.


Intel wins whether it's Apple or HP that sells a computer, Moorhead noted.The consumer market has turned into a bookend market: people buy either the cheapest or the best they can get. But they still need devices with large screens, even the kids who start off with smartphones: they need a keyboard and monitor to do their work and research online. In three to four years, there will still be a need for a device with a keyboard and a large display, that's fundamentally not going to change.The tablet market has declined 30 to 40 per cent. We piled on PCs because smartphones were doing so well, and the tablet market got as big as the PC market with about 300 million units a year. Now the PC market is looking better than the tablet market and growth has stopped in smartphones. In a few years from now we're see an attitudinal resurgence in PCs. The department entrusted with the protection of corporate data is seemingly somewhat less bothered when it comes to guarding personal info.The Intellectual Property Office yesterday made the classic schoolboy error of sending out an email containing hundreds of recipients in the 'to' field.



Realising its blunder minutes later, the body recalled its missive only to send the message with the same email addresses contained in the 'to' field.It does beg the question why a government department is relying on someone to manually send out e-mails like this from their mail client rather than using a proper CRM/mailer daemon, noted one Reg reader who was included in the gaffe.We apologise for any inconvenience caused, we've taken appropriate steps to ensure this doesn't happen again.Ironically, more information was displayed in the 'to' field than in the body of the email itself, which simply included a link to the IP Connect newsletter. Among promises that the IPO will continue to uphold an outstanding environment for intellectual property post Brexit, the newsletter said:“We remain committed to working with industry to ensure that producers, workers and the public are protected from fraudsters.Security boffins at ANZ, one of Australia's largest banks, have offered their nightHawk incident response tools for organisations running free Mandiant tools.


Message déposé le 08.07.2017 à 06:44 - Commentaires (0)


Battery for Acer Aspire 4736

It introduced its first helium drive, the 7-platter 10TB Enterprise Capacity disk drive, in January. Now there are three more, plus the re-branding to understand.You'll need to concentrate so pay attention; there is a topline Guardian Series brand with three component brands; a resurrected BarraCuda with IronWolf and SkyHawk. Each of these branded product ranges is topped by one of the new 10TB helium-filled drives.The BarraCuda desktop/laptop/gaming drive range comes in 2.5-inch and 3.5-inch versions. It has a FireCuda sub-brand featuring go-faster flash caches. The BarraCuda and IronWolf brands have higher-spec Pro sub-brands as well.A Wi-Fi hack experiment conducted at various locations at or near the Republican National Convention site in Cleveland, US, underlines how risky it can be to connect to public Wi-Fi without protection from a VPN.The exercise, carried out by security researchers at Avast, an anti-virus firm, revealed that more than 1,000 delegates were careless when connecting to public Wi-Fi.Attendees risked the possibility of being spied on and hacked by cybercriminals or perhaps even spies while they checked their emails, banked online, used chat and dating apps, and even while they accessed Pokemon Go.Avast researchers set up fake Wi-Fi networks at various locations around the Quicken Loans Arena and at Cleveland Hopkins International Airport with fake network names (SSIDs) such as “Google Starbucks”, “Xfinitywifi”, “Attwifi”, “I vote Trump! free Internet” and “I vote Hillary! free Internet” that were either commonplace across the US or looked like they were set up for convention attendees.Of the people connecting to the fake candidate name Wi-Fi in Cleveland, 70 per cent connected to the Trump-related Wi-Fi, 30 per cent to the Clinton-related Wi-Fi.


With mobile devices often set to connect to known SSIDs automatically, users can overlook the networks to which they are connecting. Although convenient, this feature is eminently easy to exploit by cybercriminals who set up a false Wi-Fi network with a common SSID. Moreover, web traffic can be visible to anyone on any Wi-Fi network that is unencrypted. Any Wi-Fi that does not require a password is a risk.In its day-long experiment Avast saw more than 1.6Gbps transferred from more than 1,200 users. Some 68.3 per cent of users‘ identities were exposed when they connected, and 44.5 per cent of Wi-Fi users checked their emails or chatted via messenger apps. The researchers scanned the data, but did not store it or collect personal information.Avast learned the following about the Republican National Convention attendees:55.9 per cent had an Apple device, 28.4 per cent had an Android device, 1.5 per cent had a Windows Phone device, 3.4 per cent had a MacBook laptop and 10.9 per cent had a different device
13.1 per cent accessed Yahoo Mail, 17.6 per cent checked their Gmail inbox, and 13.8 per cent used chat apps such as WhatsApp, WeChat and Skype
6.5 per cent shopped on Amazon, and 1.2 per cent accessed a banking app or banking websites like bankofamerica.com, usbank.com, or wellsfargo.com

“With Washington heatedly discussing cybersecurity issues virtually every week, we thought it would be interesting to test how many people actually practice secure habits,” said Gagan Singh, president of mobile at Avast.



“Understanding the talking points behind these privacy issues is very different from implementing secure habits on a daily basis. Though it is not surprising to see how many people connect to free Wi-Fi, especially in a location with large crowds such as this, it is important to know how to stay safe when connecting. When joining public Wi-Fi, consumers should utilize a VPN service that anonymizes their data while connecting to public hotspots to ensure that their connection is secure.” Analysis Intel's stock price fell on Wednesday after it became clear the processor maker is not selling quite as many server processor chips as investors had hoped.The Silicon Valley giant reckons its CPU sales into data centers will hit double-digit growth by the end of the year. So far, with half the year gone, we're staring at mid-single-digit growth. This is not great. Data center processors were supposed to be strong. In reality, revenues in that sector are slowing down for Intel.Chipzilla blamed this deceleration on enterprises and the big public cloud players – like Google and Amazon – which apparently paused their hardware spending until the time comes to build new server farms to meet demand. They've finished constructing their latest data centers and have more than enough workload capacity available for now, hence a cut in spending on Intel's x86 Xeon chips which investors didn't expect.


This slowdown has left Intel's sales book looking a little leaner than anticipated, although the biz is confident server chip orders will start flowing in again over the next six months. Another piece in the puzzle is that Intel CPUs power 99 per cent of the world's data centers, according to industry estimates. There really isn't that much more room for growth in such a monopoly position especially when customers keep their wallets in their pockets.Meanwhile, the company took a $1.4bn blow after announcing in April it will literally decimate its workforce in a massive restructuring. That effort has turned out to be rather expensive.And its non-volatile memory sales have been knocked for six by rivals – particularly Samsung – driving down their prices, virtually pricing Intel out of the flash storage market.Intel's stock price was down 3.25 per cent to $34.53 (£26.08) at time of publication.
Here's a summary of Intel's Q2 2016 financial results [PDF] for the three months to July 2, published on Wednesday:Overall revenue was $13.5bn, up three per cent year-on-year. This just missed analysts' expectations of $13.54bn.
Gross margin was 58.9 per cent, down 3.6 points.
Net income was $1.3bn, down 51 per cent from $2.7bn a year-ago, mainly due to the restructuring costs.
Earnings per share was 27 cents, down 51 per cent from 55 cents a year-ago. This was somewhat lower than the 53 cents analysts were expecting earlier.
Tax rate was 20.4 per cent, up from last year's 9.3 per cent.
The Client Computing Group (desktop PC chips, etc) booked sales of $7.3bn, down three per cent year-on-year. Operating income for the group was up 19 per cent to $1.9bn from last year's $1.6bn.



Overall volumes were down 15 per cent although the average selling prices were up 13 per cent. Desktop volumes were down seven per cent and the average selling prices were up one per cent. Notebook volumes were down five per cent and the average selling prices were up two per cent. Tablet volumes were down 49 per cent and the average selling prices were up "significantly."
The Data Center Group (CPUs for servers, cloud providers, etc) booked sales of $4bn, up five per cent. Operating income for the group was down four per cent to $1.77bn from last year's $1.8bn, due to increased costs in ramping up 14nm chip production.
Volumes were up five per cent and the average selling prices were down one per cent, "as a result of strong unit growth in networking and storage."
The Internet of Things Group booked sales of $572m, up two per cent. Operating income for the group was down to $89m from last year's $145m.
The Non-Volatile Memory Solutions Group booked sales of $554m, down 20 per cent. The group made an operating loss of $224m versus a $92m operating profit in Q2 2015.
The Intel Security Group had revenues of $537m, up 10 per cent. Operating income for the group was up to $97m from last year's $22m.
The Programmable Solutions Group (basically, Altera that Intel bought last year) booked sales of $465m, up 12 percent year over year when compared to Altera’s results from a year ago. The group made an operating loss of $62m.
That data center sales growth of five per cent is less than the eight or more per cent analysts were expecting, and is down on the 11 per cent growth seen this time last year. So it's slowing down when it should be picking up to offset the falling desktop PC chip sales. What's going on?


Message déposé le 07.07.2017 à 06:42 - Commentaires (0)


Akku für ASUS Eee PC 1225B

Der zweite große IT-Marktforscher Gartner kam auf ein Minus von 9,6 Prozent im Jahresvergleich. Mit 64,8 Millionen verkauften PCs sei der Absatz erstmals seit 2007 unter die Marke von 65 Millionen Geräte gefallen, betonte Gartner.Alle Regionen seien von dem Abschwung betroffen gewesen, aber am härtesten habe es Lateinamerika getroffen, wo die Verkäufe um fast ein Drittel eingebrochen seien. Auslöser seien die wirtschaftlichen und politischen Turbulenzen in Brasilien gewesen, erklärte Gartner-Analystin Mikako Kitagawa. Insgesamt bremse der starke Dollar, der die Preise für Computer in vielen Ländern hochtreibe, weiterhin das Geschäft.Die Industrie hoffte zuletzt, mit dem Microsoft-System Windows 10 und im Herbst eingeführten neuen leistungsstarken Chips von Intel den Trend umzukehren. Die PC-Verkäufe sind seit Jahren unter Druck, weil Verbraucher und Unternehmen lieber zu Smartphones und auch Tablets greifen. Zugleich gibt es Wachstum bei extrem dünnen Notebooks und Kombi-Geräten, die als Tablet und Laptop benutzt werden können.


Die fünf großen Anbieter konnten auch bei Absatzrückgängen ihre Marktanteile allesamt steigern - dafür waren die Einbrüche bei kleineren Herstellern umso stärker. Branchenexperten warnen schon lange, dass der teure Dollar sie viel stärker unter Druck setze, weil sie schwerer gegensteuern könnten.Der chinesische Konzern Lenovo blieb an der Spitze als größter Anbieter. Sein Marktanteil wuchs laut Gartner von 18,8 auf 19,3 Prozent - weil der Absatzrückgang mit 7,2 Prozent zwar hoch ausfiel, aber das gesamte Geschäft noch schneller schrumpfte. Hewlett-Packard folge mit dem kaum veränderten Marktanteil von 17,6 Prozent. IDC kam auf 20,1 Prozent für Lenovo und 19,2 Prozent für Hewlett-Packard.Dell liegt demnach bei über 14 Prozent. Laut IDC überholte Dell im US-Markt erstmals seit Mitte 2009 Hewlett-Packard, wenn auch nur knapp. Dell kam demnach auf 25,6 Prozent und Hewlett-Packard auf 25,3 Prozent.Bei der Einschätzung zu Asus und Apple gehen die Marktforscher auseinander. Laut Gartner konnten als einzige in der Top 5 die Verkäufe steigern, Asus komme jetzt auf 8,3 Prozent des Marktes und Apple auf 7,1 Prozent. IDC hingegen errechnete für beide Rückgänge im Jahresvergleich und sieht Apple knapp vor Asus mit Marktanteilen von jeweils 7,4 und 7,2 Prozent.Berlin (dpa/tmn) - Scharfe wie helle HD-Displays, gute Verarbeitung und meist sogar ein gefälliges Design: Das alles bekommt man bei vielen Smartphones in der Preisklasse von 100 bis 150 Euro, berichtet das "c't"-Fachmagazin, das sechs LTE-Geräte dieser Liga getestet hat (Ausgabe 8/16).



Praktische Ausstattungsmerkmale wie ein wechselbarer Akku oder Platz für eine zweite SIM-Karte haben viele der günstigen Smartphones den Top-Geräten der Hersteller sogar voraus.Für eine gute Kamera muss man den Experten zufolge aber tiefer in die Tasche greifen und besser 170 bis 200 Euro investieren - auch wenn die Bildqualität in der Preisklasse zwischen 100 und 150 Euro im Schnitt längst nicht mehr so lausig sei wie noch vor ein paar Jahren. Die Kameras fast aller Testgeräte reichten zumindest für Schnappschüsse im Freien.Käufer tun also gut daran, sich im Vorfeld genauer über ihr Wunschmodell zu informieren. So kann man etwa auch sicherstellen, dass das Gerät das Auslagern von Apps auf SD-Karte erlaubt - ein wichtiges Detail bei den oft nur 8 Gigabyte (GB) kleinen internen Speichern in der Preisklasse der Testgeräte.Während die Helligkeit der hochauflösenden IPS-Displays im Test meist nichts zu wünschen übrig ließ, gab es aber größere Unterschiede bei Kontrast und Farbwiedergabe. Sowohl ein Gerät für knapp 100 Euro, aber auch das mit 150 Euro teuerste Smartphone im Test unterstützen den sRGB-Farbraum, können also mehr Farben wiedergeben. Einen negativen Ausreißer gab es bei der Blickwinkelstabilität eines Displays: Schon leichtes Kippen verfälschte den Bildeindruck extrem. Wer sein Wunschgerät in die Hand nehmen kann, sollte deshalb auch den Kipptest machen.


Die in den Testgeräten verbauten Vierkernprozessoren lassen sowohl Android als auch Windows 10 Mobile ruckelfrei laufen. Die Bedienung läuft den Experten zufolge die meiste Zeit geschmeidig, und mit der Ausnahme von Spielen genüge die Performance auch den Apps. Direkt positiv bemerkbar, etwa bei der Startgeschwindigkeit von Anwendungen, macht es sich, wenn ein Smartphone nicht nur - wie in der Preisklasse üblich - 1 GB Arbeitsspeicher (RAM) bietet, sondern 2 GB.Weitestgehend keine Blöße gaben sich die Günstig-Smartphones beim WLAN-Empfang. Das nWLAN-Modul eines Gerätes unterstützte sogar das im Gegensatz zum 2,4- weniger belegte 5-GHz-Funkband. Die Sprachqualität ließ bei einigen Geräten zu wünschen übrig. Entweder war einer der Teilnehmer zu leise oder gleich beide. Am Preis lässt sich das aber nicht festmachen: Die besten Gespräche brachte das mit 95 Euro günstigste Gerät zustande, filterte Umgebungsgeräusche sauber heraus und überzeugte sogar beim Freisprechen.Wer nun denkt, dass er auch in der absoluten Einstiegsklasse im Preisbereich um die 50 Euro anständige Smartphones bekommt, wird enttäuscht: Hier setzen die Hersteller den Experten zufolge extrem den Rotstift an. Für den Käufer bedeute das schwer abzulesende, pixelige TN-Displays, viel zu wenige Speicher und "grottige" Kameras. Wer für wenig Geld nur telefonieren und Nachrichten schreiben möchte, sei mit einem klassischen Handy besser bedient als mit einem Smartphone.



Berlin (dpa/tmn) - Grundsätzlich existieren bei elektrischen Fahrrädern drei Typen: Pedelecs, schnelle Pedelecs und E-Bikes. Wo liegen die Unterschiede und Besonderheiten der Modelle? Der Allgemeine Deutsche Fahrrad-Club (ADFC) und der Pressedienst Fahrrad nennen die wichtigsten Merkmale:Pedelec: Das steht für Pedal Electric Cycle. Tritt der Radler in die Pedale, unterstützt ein Elektromotor mit bis zu 250 Watt den Vorgang. Allerdings nur bis 25 km/h. Für diese Fahrräder braucht man weder Helm noch ein Versicherungskennzeichen. Diese Gattung macht den Löwenanteil der elektrischen Fahrräder aus.Schnelle Pedelecs/S-Klasse:Diese Kleinkrafträder mit bis zu 500 Watt - auch Schnelle Klasse genannt - sind für den Gesetzgeber keine Fahrräder mehr. Man braucht einen entsprechenden Führerschein (Klasse AM), Helm und eine Versicherung. Hier darf nur in die Pedale treten, wer mindestens 16 Jahre alt ist. Radwege sind tabu. Der Motor unterstützt beim Treten bis zu einem Tempo von 45 km/h. Fünf Prozent aller verkauften Elektroräder gehören laut Pressedienst Fahrrad (pd-f) zur Schnellen Klasse. Bei diesem Pedelec-Prinzip lässt sich in der Regel der Grad der Unterstützung in mehreren Modi einstellen. Den Strom zieht der Motor aus einem Akku. "Entweder kann ich den direkt über eine Buchse am Rad laden oder herausnehmen und in einem Ladegerät laden", sagt Gunnar Fehlau vom pd-f. Bei manchen geht beides.


Message déposé le 07.07.2017 à 05:51 - Commentaires (0)


Battery for Acer Aspire 4736

So now three out of four of our PCs are suddenly obsolete in the Windows world. But what about the fourth? That's a different story. Hydra hasn't had a bios update in years, but it still took Windows 10 without a problem – even without a Windows 10-specific version of the bios.Admittedly, all of these systems are fairly old, so I wouldn't necessarily expect the manufacturers to spend time/money to build new bios versions for these boards.But Microsoft could fix these problems by putting more backward compatibility into the Windows 10 code base. They did it with other versions of the venerable OS – why not now? From using Windows 10 on Hydra, it seems more of an evolution of Windows 7 than something completely new and different.Sure, there could be different, non-Windows 7-like things happening under the hood that I don't see, but that stuff can be translated via software routines in order to make it run on older hardware.I predict that legions of users are facing the same problems as I saw today, and that they won't be happy to see their free upgrade hopes dashed.


Analysis Intel's non-volatile memory product revenues are diving as it converts to 3D NAND and waits for XPoint to deliver the goods.Intel’s second quarter 2016 flash revenues of $554m were down 20 per cent year-on-year and one per cent sequentially.Analyst haus Stifel Nicolaus' MD, Aaron Rakers, charted Intel’s quarterly flash product revenues and we can immediately see a four quarter decline.The company talks about a challenging price environment and we would point out it, and flash foundry partner Micron, are late into 3D NAND, which is being popularised by Samsung, with its 48-layer technology.This means, in general, that Samsung can supply flash capacity more cheaply than Intel/Micron as its flash wafers have three bits per cell whereas Intel/Micron’s have two bits per cell.



The client computing 850 EVO SSD from Samsung now has up to 4TB of capacity using 48-layer 3D TLC NAND for the 4TB model. Its the first 4TB PC/laptop SSD. Lenovo is now also shipping its own Atsani* M.2 NVMe SSDs. Both these data points indicates how flash drive supply is broadening and competition intensifying.Intel is also facing the winding down of an SSD supply contract to WDC’s HGST unit which sold Intel-based SSDs. As WDC has bought SanDisk and has acquired its foundry partnership with and output from Toshiba NAND fabs then it will change the Intel/Micron flash componentry to SanDisk/Toshiba NAND and save itself cost.Chipzilla is converting its Dalian fab in China to build 3D NAND and initial wafer production has started. Rakers writes that “Intel/Micron expects it will have cost effective pricing on 3D-NAND in 2HC2016” but whether this translates into increased non-volatile product revenues for Intel depends upon market dynamics. In general, in the flash product market you have to run to stand still, and Intel has fallen behind – so it has to catch up before it can run ahead of the pack.


Intel is looking to bulk up its non-volatile product revenues with the coming Optane 3D XPoint drives. Intel might launch Optane either at the Flash Memory Summit in Santa Clara, Aug 89-11, or the Intel Developer Forum in San Francisco, Aug 16-18. Optane SSDs should start sampling before the end of the year.But Optane revenues will start in 2017. So we could see continued declines in Intel flash revenues in the third and even fourth 2016 calendar quarters. * See Atsani drives lusted on the recent NVMe plugfest which also listed Intel’s Optane 3D XPoint SSDs.World exclusive Dell's ingenious strategy for financing its audacious $67bn acquisition of EMC is a secret no more.Now a crack Reg investigative team can reveal that the Round Rock computing giant has an ambitious plan in place to raise the cash necessary for the deal – and it involves kicking out a line of portable PCs that are so powerful they shatter conventional price structure. Behold, the $650,000 Precision 7700-series laptop, available from dell.com.Throw out your MacBooks and take a second mortgage, because the game just changed (click to enlarge)
These revolutionary notebooks, touted as the world's most powerful, will almost certainly turn the IT market on its head. Given the price, the only logical explanation we can find is that Dell has advanced the field of computing by such amazing leaps and bounds that all other electronics will now be obsolete.



The $652,000 superbooks – on sale, down from a million dollars – will sport a state-of-the-art Windows 7 operating systems, the software that Microsoft doesn't want you to have. It is also packed with a Core i5 processor from Intel, and a full 500GB of storage space.For those who may not be able to splash out the $650k up front, Dell is offering a generous financing program with payments as low as $19,565 per month, well within the spending range of even the most junior of Oracle VPs.While the cost of the systems may seem steep, Dell doesn't need them to sell far and wide. Just 102,631 units sold would scare up the necessary money for the EMC buyout. Sure, Dell's PC business is going through a rough patch, but cracking the 100,000 mark should still be doable.So only about three months of rent of a one bedroom apartment in San Francisco
When confronted with El Reg's findings, Dell predictably went silent, as if it were treating today's startling revelation as a mere website programming error. More on this breaking story as it develops. After we contacted Dell, the US tech titan tore down the pages for its Precision 17 laptops (normal RRP: $1500). Good thing we took screenshots, huh?Seagate has added three new 10TB helium drives, simultaneously re-branding its desktop/laptop disk and SSHDs, NAS and surveillance drive products in a complicated scheme involving disparate drive technologies.


Message déposé le 06.07.2017 à 09:48 - Commentaires (0)


Battery for Fujitsu FPCBP282

Delegates need not. The Black Hat NoC will again be housed in The Fish Bowl, a glass den housing the crew and mascots Lyle the stuffed ape and Helga the inflatable sheep. Delegates are welcome to gawk.The Black Hat NoC operators need to check their defensive reflexes at the door in part to allow a user base consisting almost entirely of hackers to pull pranks and spar, and in part to allow presenters to legitimately demonstrate the black arts of malware."When you see traffic like that, you immediately go into mitigation mode to respond to that threat," Wyler says. "Black Hat is a very interesting network because you can't do that – we have to ask if we are about to ruin some guy's demonstration on stage in front of 4,000 people."Stump recalls intruding on a training session to claim the scalp of a Black Hat black hat slinging around the infamous Zeus banking trojan on the network: "The presenter says 'it's all good, we are just sending it up to AWS for our labs' and we had a laugh; I couldn't take the normal security approach and simply block crazy shit like this."Flipping malware will get you noticed and monitored by one of the Black Hat NoC's eager operators who will watch to see if things escalate beyond what's expected of a normal demonstration.If legitimate attacks are seeping out of a training room, the sight of Wyler, Stump, or any other NoC cop wordlessly entering with a walkie-talkie clipped to hip and a laptop under arm is enough for the Black Hat activity to cease. "It is part of the fun for us," Wyler says. "Being able to track attacks to a location and have a chat."


Targeting the Black Hat network itself will immediately anger the NoC, however.The team has found all manner of malware pinging command and control servers over its network, some intentional, and some from unwittingly infected delegates. "We'll burst in and say anyone who's MAC address ends with this, clean up your machine," Stump says.Training is by far the most expensive part of a hacker conference. Of the 71 training sessions running over the weekend past ahead of the Black Hat main conference, each cost between US$2500 (£1887, A$3287) and US$5300 (£4000, A$6966) with many students having the charge covered by generous bosses.So it was to this writer's initial incredulity that most of the sea of "weird porn" flowing through the Black Hat pipes stems from randy training students. "It is more than it should ever be," Wyler says of the Vegas con's porn obsession. "While you are at a training class – I mean it's not even during lunch."The titillating tidbit was noticed when one Black Hat NoC cop hacked together a script to pull and project random images from the network traffic on Fish Bowl monitors. A barrage of flesh sent the shocked operators into laughing fits of alt-tab. Another moment was captured when Stump was filmed for on CNN Money and a shopper's blowup doll appeared with perfect timing.



Black Hat's NoC started as an effective but hacked-together effort by a group of friends just ahead of the conference. Think Security Onion, intrusion detection running on Kali, and Openbsd boxes.Now they have brought on security and network muscle, some recruited from a cruise through the expo floor, including two one-gigabit pipes from CenturyLink with both running about 600Mbps on each. "We were used to being a group of friends hanging out where a lot of stuff happened on site, and now we've brought in outsiders," Stump says.Ruckus Wireless, Fortinet, RSA and CenturyLink are now some of the vendors that help cater to Black Hat's more than 70 independent networks. "It's shenanigans," Wyler says. "But we love it."The pair do not and cannot work on the DEF CON networks since they are still being built during Black Hat, but they volunteer nonetheless leading and helping out with events, parties, and demo labs. "I feel a responsibility to give back to the community which feeds me," Wyler says. "That's why we put in the late nights." Comment As your humble HPC correspondent for The Register, I should probably be running Linux on the array of systems here at the home office suite. But I don't. I've been a Microsoft guy since I bought my first computer way back in 1984.


You, dear readers, can rip me for being a MStard, but it works worked well for my business and personal needs.I've had my ups and downs with the company, but I think I've received good value for my money and I've managed to solve every problem I've had over the years.Yesterday was the day that I marked on my calendar as "Upgrade to Windows 10 Day." We currently have four systems in our arsenal here, two laptops and two desktops.The laptops are Lenovo R61 and W510 systems, and the desktops are a garden variety box based on an Asus P7P55D Pro motherboard. The other desktop is my beloved Hydra 2.0 liquid cooled, dual-processor, monster system based on the EVGA Classified SR-2 motherboard. These details turn out to be important in our story.The first problem arose with the Asus desktop. Windows 10 was supposedly choking on trying to upgrade while Acronis backup was installed. Even though we removed Acronis, removed all registry entries, used a cleanup utility, and even performed a quick exorcism – Windows 10 still said it was there. Same problem on the Lenovo laptops.



This prompted us to bring Microsoft tech support into the loop. We quickly got past first line support and were promoted to second line – now we'll get the answers we need.Well, yes and no. We got some answers, just not the answers we wanted. According to Microsoft, since there weren't specific Windows 10 drivers out there for the Asus board and R61 laptop, it would be impossible to upgrade them to Windows 10.(This didn't explain the Acronis error, I repeatedly pointed out, but this was never addressed in our text chain, and later, in our phone call.)"Impossible? What the hell?" was my response. Travel faster than the speed of light is impossible, sure, but doing this upgrade certainly doesn't fall into the impossible category.The bottom line from Microsoft tech support is that if there isn't a Windows 10-specific version of the bios for your particular PC, you're sh*t out of luck when it comes to Windows 10.It's the drivers, according to the third-level support person I managed to get on the phone. But what about the generic drivers that every version of Windows includes? "Microsoft doesn't write drivers" was the response from him. Huh? Of course they do.


Message déposé le 05.07.2017 à 07:10 - Commentaires (0)


Batterie pour Toshiba PA3356U-3BAS

Nintendo n’a pas officiellement confirmé à quoi va ressembler la manette, et encore moins le nom de la nouvelle console. La seule information concrète que nous avons vient de la bouche de Satoru Iwata, PDG du groupe de jeux vidéo Nintendo. Il a affirmé que le nom de code interne de la console est « NX », et qu’il doutait qu’elle soit prête en 2015. Son intuition était la bonne.Il est attendu que Nintendo montre sa dernière console lors de l’Electronics Entertainment Expo de cette année, mais ses nouvelles fuites, Nintendo pourrait revoir ses plans, et annoncer la console plus tôt que prévu.En prenant exemple sur sa maison mère, Facebook, Instagram vient de pousser une mise à jour sur son site Web en affichant les notifications des utilisateurs dans une nouvelle zone accessible depuis une liste déroulante. La boîte montre les différents « j’aime », les gens qui vous ont suivi, et les amis qui ont récemment lancé leur compte Instagram.La mise à jour est d’ores et déjà disponible pour tous, comme vous pourrez le constater une fois connecté à votre compte Instagram sur le Web. Le changement est intéressant, puisque jusqu’ici Instagram a uniquement conservé ses fonctionnalités de retouche et de partage photo à son application mobile. Instagram a lancé la gestion des profils utilisateurs sur le Web en 2012, suivi par une refonte graphique en 2013 afin de commenter et aimer les photos, et a poussé la recherche l’année dernière.


Comme on peut le voir, l’application Web est reléguée au second plan, mais la mise à jour améliore réellement la présence d’Instagram sur le Web. Elle pourrait conduire à une plus grande utilisation de la plate-forme sur un ordinateur de bureau, laissant penser que d’autres améliorations pourraient être poussées à l’avenir.
Permettre aux utilisateurs de publier des photos à partir du Web est l’une des caractéristiques les plus demandées par les utilisateurs d’Instagram, mais Facebook est timide quant à son activation, craignant les abus de robots — ce qui arrive de toute façon sur l’application mobile, mais à un degré moindre.WhatsApp, appartenant également à Facebook, est arrivé sur le Web l’année dernière, tout comme le service de messagerie du géant bleu, Messenger, qui a également fait son apparition sur la toile l’année dernière.Personnellement, je pense que je vais rester sur l’application mobile. Je ne vois pas le besoin d’être constamment le nez dans le service, mais j’imagine que des gens célèbres, des responsables de marque, et d’autres gens qui passent leurs journées sur Instagram apprécieront la mise à jour. En effet, Instagram pour le Web commence à ressembler à une application entièrement fonctionnelle, et n’est plus seulement l’endroit où les gens vont aller regarder les clichés sur un plus grand écran.



Si vous cherchez à acheter un MacBook Retina de 12 pouces, vous aurez peut-être envie d’attendre le mois prochain parce que, comme une source l’a confirmé à 9to5Mac, une nouvelle version de la collection d’ordinateurs portables d’Apple est sur le point d’être annoncée. La source a découvert cette information en creusant dans les applications OS X Server et l’utilitaire de système d’imagerie.Dans l’utilitaire, le MacBook Retina 2015 est répertorié comme un modèle d’ordinateur pris en charge, mais de façon surprenante, un modèle début 2016 a également été ajouté, avant sa sortie. Compte tenu de la définition d’Apple pour le terme « early » (« début »), qui signifie dans les quatre premiers mois de l’année, nous pouvons nous attendre à voir le successeur du MacBook de 12 pouces présenté l’année dernière, le prochain mois.Alors que les MacBook de l’an dernier sont tous arrivés en avril 2015, une date de sortie en avril 2016 ne serait pas impossible, surtout compte tenu de l’adhésion d’Apple à une routine annuelle. Toutes les nouveautés appliquées au MacBook seront probablement marginales, bien que l’on puisse espérer que la cinquième génération de processeur Intel Core M soit remplacée par quelque chose d’un peu plus puissant. Croisons les doigts que cette année nous allons voir la mise en œuvre de puces Intel Skylake.L’introduction d’un MacBook de 12 pouces plus puissant ne serait pas injustifiée. En fait, la sixième génération de processeurs Intel Core M est disponible depuis l’année dernière, bénéficiant de la même autonomie de 10 heures que son prédécesseur, mais avec une augmentation des performances du processeur de 10 à 20 %, et un gain de 40 % pour le GPU.


Curieusement, il n’y a rien indiquant un MacBook Air Retina ou un MacBook Pro Retina pour le début de l’année 2016. Bien que cette information puisse facilement être considérée comme sans intérêt, elle pourrait indiquer un rafraîchissement du MacBook de 12 pouces un peu plus tôt que ses homologues plus puissants. Il a été rapporté qu’Apple préparait des variantes « ultra-minces » de ses MacBook de 13 et 15 pouces, avec un possible lancement en juin ou juillet de cette année, bien que la famille de produits exacte reste incertaine.Certes, Deezer a élargi son service au monde entier l’année dernière, mais beaucoup de gens ont été si solidement ancrée dans les services de streaming qu’ils ont déjà connu et aimé, qu’ils ne voient aucune raison de changer, même si Deezer avait offert une meilleure fidélité audio. La société ne va pas rattraper Spotify ou Apple Music de sitôt, mais aujourd’hui, un peu plus de gens pourraient avoir une raison de lui porter une attention toute particulière.Dans une publication sur ​​son blog, Deezer a annoncé que son service est maintenant disponible sur l’Apple Watch. De nombreuses applications de streaming, y compris Pandora et le propre service de musique d’Apple, Apple Music, sont disponibles sur l’Apple Watch. Mais, Spotify est le grand absent, laissant une petite, mais importante, ouverture pour Deezer d’attirer une poignée de nouveaux utilisateurs, en plus d’apporter une nouvelle fonctionnalité pour ses clients.Toutes les fonctionnalités attendues sont là, y compris les playlists, les hits, et Ma musique, qui permettent aux utilisateurs de synchroniser leur Apple Watch et leur smartphone, afin d’accéder à leurs morceaux, artistes et albums préférés, et plus encore. Le support de la technologie Force Touch est inclus, permettant le contrôle de la répétition d’une piste ou encore d’activer le mode de lecture aléatoire. De plus, il y a la possibilité pour un utilisateur de voir rapidement la file de lecture. La musique enregistrée pour une lecture hors ligne sur l’iPhone de l’utilisateur est également disponible depuis la nouvelle application.



Bien que les caractéristiques ci-dessus puissent être attendues de près pour toute application musicale, la fonctionnalité « Flow » de Deezer est également prise en charge sur l’Apple Watch. Flow agit comme un DJ personnel, que la société utilise comme étant « le meilleur de l’homme et de la machine » permettant de jouer intuitivement la bonne musique au bon moment.‘I love my classic watch, but when I want to listen to Flow on-the-go, it’s my Deezer on Apple Watch that lets me listen to all my favourite tracks on hand – anytime, anywhere’, a déclaré dans un communiqué, Alexander Holland, Directeur du contenu et produit de Deezer.Toutes les smartwatches créées ne sont pas égales. Soyons honnêtes, certaines ont un look plutôt horrible sur notre poignet. Si vous êtes dans les montres plus classiques et à la mode, une start-up voudrait vous convaincre que le mieux est de garder votre montre traditionnelle, et la transformer en un appareil intelligent, sans que personne d’autre ait besoin de le savoir, et surtout le voir.La start-up derrière ce nouveau concept est MainTool, et son bracelet remplace celui de votre montre traditionnelle pour l’un de ces choix, vous offrant beaucoup plus de fonctionnalité que juste la capacité d’afficher l’heure. Il permet à la montre de surveiller votre rythme cardiaque, de recevoir des notifications par des vibrations personnalisées, de suivre le nombre de pas, de jeter un œil sur votre sommeil, et de rejeter les appels téléphoniques.


Message déposé le 05.07.2017 à 06:46 - Commentaires (0)


Batterie pour ASUS N51A

Apple a finalement poussé iOS 9.3 à ses utilisateurs. Comme vous l’avez certainement lu ici et là, c’est une mise à jour qui apporte un certain nombre de fonctionnalités intéressantes, comme la possibilité de protéger par mot de passe individuellement des notes dans l’application Notes d’Apple.Bien sûr, au premier abord ce n’est probablement pas une bonne idée de stocker des informations telles que les noms d’utilisateur et des mots de passe dans l’application Notes, mais beaucoup de gens utilisent l’application pour stocker des informations sensibles. S’il y a des informations privées dans vos notes que vous ne voulez pas que quelqu’un voie quand il prend votre smartphone, la nouvelle fonctionnalité sera idéale.Voici comment activer l’option de mot de passe et du Touch ID dans Notes. L’ajout d’un mot de passe à une nouvelle note ou une existante est extrêmement facile à faire, et il y a deux façons d’y parvenir.


C’est un peu ironique que, pour protéger des notes, on doive aller dans le menu de partage – néanmoins, c’est la façon qui est proposée à l’heure actuelle. Une fois que vous avez défini le mot de passe, ce dernier sera automatiquement appliqué aux nouvelles notes que vous souhaitez protéger par mot de passe. Le mot de passe doit être différent de celui que vous utilisez avec l’option Touch ID.Après que les mots de passe aient été mis en place pour les notes que vous voulez protéger, vous serez en mesure de voir quelles notes sont verrouillées par l’icône d’un cadenas qui apparaît en haut de la note. Une fois que vous l’avez déverrouillée, elle le restera jusqu’à ce que vous fermiez l’application ou que vous sélectionniez à nouveau le cadenas.Il est important de noter que la première ligne d’une note apparaîtra toujours dans votre liste de notes. Autrement dit, si la note contient des informations sensibles, il faudra éviter de mettre cette information sur sa première ligne. Après l’avoir déverrouillé, vous pouvez faire tout ce que vous seriez en mesure de faire si la note n’avait pas été protégée par un mot de passe, telle que la partager et l’éditer.L’industrie horlogère suisse porte une plus grande attention à la popularité croissante des smartwatches. Néanmoins, celle-ci ne va pas se presser à entrer dans la compétition. TAG Heuer, l’un des premiers grands noms de fabricants de montres suisses à avoir libéré une smartwatch ne prévoit pas de lancer une suite à la Carrera Connected avant 2017.
Et, tandis que la partie intelligente de la montre va faire partie de la gamme Hublot à l’avenir, cela n’arrivera pas avant l’année prochaine. Quant à la marque Zenith, son introduction pourrait même arriver plus tard.



Ces indications proviennent de différentes sources. Un analyste de CCS Insight, Ben Wood, a tweeté que TAG Heuer va lancer un nouveau modèle de smartwatch en 2017 lors du Baselworld, le plus important salon horloger au monde. Il s’agirait d’un lancement similaire à ce que l’horloger suisse a fait avec la sortie de la Carrera Connected. Même si elle coûte 1 500 dollars, la Carrera Connected a été couronnée de succès, et l’homme en charge de TAG Heuer, Jean Claude Bivet, a déclaré à Reuters que l’entreprise a sous-estimé la demande : « nous étions trop prudents ». Il a déclaré que la société prévoit que 50 000 smartwatches soient vendues cette année.Cependant, et malgré cela, il n’est pas tout à fait convaincu que les smartwatches soient là pour perdurer. « Personne ne sait ce qui se passera avec les smartwatches. Bien sûr, nous pourrions regarder de loin où va ce marché, mais je préfère être là ». Les messages discordants continuent, puisqu’il a affirmé que les montes connectées pourraient éventuellement correspondre à la moitié des ventes totales de TAG Heuer.Dans une interview accordée à Bloomberg, Biver a mentionné que la gamme Hublot était potentiellement la prochaine montre de luxe à « ajouter des fonctions intelligentes », et que la gamme Zenith pourrait la rejoindre prochainement. Il ne divulgue aucun détail, en dehors de mentionner que certaines caractéristiques pourrait être liées aux amateurs de sport. Mais avec une date de lancement prévue pour le courant de l’année 2017, il est peu probable que tout soit définitif. Il est également difficile de savoir si les montres arriveront sous Android Wear, ou si la Hublot et la Zenith seront des modèles « moins connectés ».


Les sites des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter sont constamment en train de tester, expérimenter et breveter de nouvelles fonctionnalités. Du plus étrange, au plus banal et au plus exaspérant, les outils ne sont pas toujours ce qu’ils devraient être, et peuvent se révéler être d’une quelconque utilité pour le grand public.Cependant, le dernier test de Facebook peut conduire à une fonctionnalité de support véritablement utile. Facebook teste une caractéristique qui va automatiquement vous alerter si elle découvre qu’un autre utilisateur usurpe votre compte en utilisant votre nom et votre photo, rapporte Mashable.Voilà comment cela fonctionne. Quand Facebook détecte qu’un autre profil correspond au vôtre, le réseau social vous enverra une notification du présumé imposteur. Vous serez alors invité à identifier si le profil sélectionné s’est fait passer pour vous en utilisant vos renseignements personnels, ou s’il appartient réellement à un autre utilisateur qui n’est en fait pas un imposteur.
Bien qu’automatisée, la fonctionnalité verra une équipe d’assistance dédiée examiner manuellement les faux comptes identifiés. Selon Facebook, la caractéristique a été à l’étude depuis le mois de novembre, et a été étendue à 75 % du monde. Facebook prévoit d’étendre sa disponibilité dans un proche avenir.
La fonctionnalité prend tout son sens dans le cadre de l’augmentation des efforts de support de Facebook pour ses diverses communautés mondiales. Plus récemment, la plate-forme a introduit un nouveau système de « faux nom » visant à répondre aux questions des utilisateurs LGBTQ, les individus non occidentaux, et les personnes victimes de harcèlement et d’abus. Cette dernière fonctionnalité tombe probablement dans ce dernier cas, puisque la politique d’inscrire un véritable nom sur le réseau social oblige les gens à utiliser un nom authentique.



Bien que l’usurpation d’identité ne soit pas nécessairement un problème répandu sur Facebook, il est une source de harcèlement sur ​​la plate-forme, en dépit de la politique de longue date que la société a contre elle. Ce nouvel outil va aider à l’endiguer.
Facebook teste également deux autres fonctions de sécurité : de nouvelles façons de rapporter des images à caractère sexuel ciblées, et un bilan du partage des photos. La première permettra de générer des liens vers des ressources externes — comme des groupes de soutien pour les victimes, ainsi que des informations sur d’éventuelles options juridiques, en plus de déclencher le processus d’examen qui se produit lorsqu’une telle image est signalée. La seconde fonctionnalité est similaire à l’assistant de confidentialité de Facebook, qui aide les utilisateurs à vérifier leurs paramètres de confidentialité. La fonctionnalité centrée sur les photos est destinée à aider à éduquer les utilisateurs sur qui peut voir leurs photos.Microsoft a annoncé qu’elle publiera prochainement la version preview de son application universelle de Skype, Skype Universal Windows Platform (UWP), pour tous les membres du programme Windows Insider.Autrement dit, tous les testeurs de Windows 10 sur PC et tablettes seront en mesure de mettre la main sur la nouvelle application de messagerie dans les « prochaines semaines », indique la firme de Redmond. L’application ne va pas être immédiatement utilisable sur Windows 10 Mobile, mais elle suivra sur les appareils fonctionnant sur ce système d’exploitation sous peu.


Alors, que pouvez-vous attendre de la nouvelle application Skype ? Microsoft affirme avoir beaucoup appris sur la rétroaction donnée de la version preview de Skype intégrée à Windows 10 à l’automne dernier. Celle-ci a reçu un certain nombre de plaintes de la part des consommateurs.Une des premières problématiques a été d’améliorer l’utilisation sur des écrans plus grands, que ce soit les tablettes ou les périphériques hybrides, mais aussi les écrans de bureau. Et bien sûr, c’est en grande partie ce que l’application Skype UWP va aborder. La firme de Redmond promet une interface plus simple, et un look simplifié, dépouillant les menus inutiles et les fonctionnalités dupliquées.Au fond, ce sera un nettoyage de printemps, et les menus globaux sont maintenant dans un nouveau menu affichant de simples réglages, avec des menus contextuels par la suite.Dans l’incarnation initiale de cette application, vous serez en mesure de vous connecter avec votre compte Microsoft, lier un identifiant Skype, puis voir votre liste de contacts Skype avec la capacité d’initier une conversation, passer des appels, envoyer des photos, et prendre part à des discussions de groupe existantes. Les émoticônes et les émojis seront disponibles, et les utilisateurs seront également en mesure de voir quand l’autre personne tape dans une fenêtre de chat.



Message déposé le 03.07.2017 à 07:38 - Commentaires (0)


Battery for SONY VGP-BPL26

Apps included Signal, Skype, WeChat, Gmail, Facebook, WhatsApp, and Telegram running on a Samsung S4, LG G3, and HTC One.It is a "new paradigm in smartphone forensics", according to the team of Brendan Saltaformaggio, Rohit Bhatia, Xiangyu Zhang, and Dongyan Xu of Purdue University, and Golden G. Richard III of the University of New Orleans."We feel without exaggeration that this technology really represents a new paradigm in smartphone forensics," Saltaformaggio says."It is very different from all the existing methodologies for analyzing both hard drives and volatile memories."The lead author says he was "amazed" by the lack of in-memory app data protection reckoning that information should be "shredded" after it is displayed.Writing over expired screens will impact smartphone performance however and the team did not find an easy way to counter their forensic data extraction methods.


The team's work builds extends early research which recovered the last screen displayed by an Android application.Retroscope is described in the paper Screen after Previous Screens: Spatial-Temporal Recreation of Android App Displays from Memory Images [PDF] and in a proof-of-concept video as a tool for police to pull new information from smartphones that have not been locked or shut down.
Retroscope is inspired by the observations that app-internal data on previous screens exists much longer in memory than the GUI data structures that 'package' them and each app is able to perform context-free redrawing of its screens upon command from the Android framework.
Based on these, RetroScope employs a novel interleaved re-execution engine to selectively reanimate an app’s screen redrawing functionality from within a memory image. Our evaluation shows that RetroScope is able to recover full temporally-ordered sets of screens (each with 3 to 11 screens) for a variety of popular apps on a number of different Android devices.Police have methods for preserving machines that have been left on in a bid to capture decrypted information and data stored in memory.Jailed Silk Road kingpin Ross Ulbricht was nabbed in a public library with his laptop still running, securing police additional crucial evidence.



Security researchers will demonstrate how crooks can break into cars at will using wireless signals that can unlock millions of vulnerable vehicles.The eggheads, led by University of Birmingham computer scientist Flavio Garcia alongside colleagues from German engineering firm Kasper & Oswald, have managed to clone a VW Group remote control key fob after eavesdropping on the gizmos' radio transmissions.The hack can be used by thieves to wirelessly unlock as many as 100 million VW cars, each at the press of a button. Almost every vehicle the Volkswagen group has sold for the past 20 years – including cars badged under the Audi and Skoda brands – is potentially vulnerable, say the researchers. The problem stems from VW’s reliance on a “few, global master keys.”El Reg asked Volkswagen to comment on the findings, but we didn’t hear back at the time of going to press. We’ll update this story as and when we hear anything more.During an upcoming presentation, titled Lock It and Still Lose It — on the (In)Security of Automotive Remote Keyless Entry Systems at the Usenix security conference (abstract below) – the researchers are also due to outline a different set of cryptographic flaws in keyless entry systems as used by car manufacturers including Ford, Mitsubishi, Nissan and Peugeot.


The two examples are designed to raise awareness and show that keyless entry systems are insecure and ought to be re-engineered in much the same way that car immobilisers were previously shown to provide less than adequate protection.While most automotive immobiliser systems have been shown to be insecure in the last few years, the security of remote keyless entry systems (to lock and unlock a car) based on rolling codes has received less attention. In this paper, we close this gap and present vulnerabilities in keyless entry schemes used by major manufacturers.
In our first case study, we show that the security of the keyless entry systems of most VW Group vehicles manufactured between 1995 and today relies on a few, global master keys. We show that by recovering the cryptographic algorithms and keys from electronic control units, an adversary is able to clone a VW Group remote control and gain unauthorised access to a vehicle by eavesdropping a single signal sent by the original remote.Secondly, we describe the Hitag2 rolling code scheme (used in vehicles made by Alfa Romeo, Chevrolet, Peugeot, Lancia, Opel, Renault, and Ford among others) in full detail. We present a novel correlation-based attack on Hitag2, which allows recovery of the cryptographic key and thus cloning of the remote control with four to eight rolling codes and a few minutes of computation on a laptop. Our findings affect millions of vehicles worldwide and could explain unsolved insurance cases of theft from allegedly locked vehicles.



Garcia was previously blocked from giving a talk about weaknesses in car immobilisers following a successful application to a British court by Volkswagen. This earlier research on how the ignition key used to start cars might be subverted was eventually presented last year, following a two year legally enforced postponement.The latest research shows how tech-savvy thieves might be able to unlock cars locked by the vehicles' owners without covering how their engines might subsequently be turned on.WiReD reports that both attacks might be carried out using a cheap $40 piece of radio hardware to intercept signals from a victim’s key fob. Alternatively, a software defined radio rig connected to a laptop might be employed. Either way, captured data can be used to make counterfeit kit.Jason Hart, CTO data protection at Gemalto, said: “The security of connected cars is one of the biggest issues that manufacturers are faced with today as it has the potential to be one of the most dangerous connected ecosystems. While no car, or device for that matter, can ever be 100% unhackable, there are some key security precautions that original equipment manufacturers must incorporate.


Message déposé le 01.07.2017 à 07:24 - Commentaires (0)


Battery for DELL Alienware M17x R3

It seems that no good deal can go unpunished, whatever it is – and if it offends the slacktivists' idea of internet purity, then it must be forbidden.T‑Mobile US' problems with its ambitious new all-you-can-eat deal aren't oddball activists, but economics and physics. All-you-can-eat internet plans are never really all you can eat – nor can you reasonably expect them to be, given finite resources and cost constraints. And not one, anywhere, has lasted very long.Deutsche Telekom-owned T‑Mobile US is the third largest of the four national mobile networks in America, and so it likes to make splashy pronouncements. It even pretends not to be a mobile network at all. But fair play to them, under CEO John Legere, T‑Mobile US has tried to simplify pricing, improve customer service, and innovate where it can, surpassing Sprint in the process.The odd thing about T‑Mob's One plan is the echo of H3UK's One plan, launched in 2010. Back then, Hutchison's 3 was the fifth largest out of five operators and also liked to make splashy announcements. The One plan was a great way to entice new customers, and 3 shifted a lot of iPhones. But after four years it scaled 3 back, as it repositioned itself more upmarket. The One Plan became "unlimited data plus tethering," and you can still buy an unlimited bucket from 3. Now called the "Advanced Plan," it costs 33 quid and 30GB of hotspot data is thrown in, when you commit for a year.


T-Mobile US's One plan introduces a new pricing structure that rewards multi-SIM family packages but makes the on-ramp quite a bit steeper. It's $70 for one SIM, the second is $50, and each additional line is $20. So a family of four pays $40 a head for unlimited LTE. If you're Octomom, the price goes down to $20 per line.(T-Mo says lower-priced plans will continue, starting at $50 for 2GB, but this is clearly a push to volume users and away from bargain hunters.)T-Mobile US says the highest three per cent of users – those using more than 26GB of high-speed data per month – "may see their data traffic prioritized behind other users once they cross that threshold during their billing month."CCS Insight notes that "in general, plans have adjusted to reasonable modern-day data use," meaning that you get what you pay for.The biggest complaint about the small print that comes with AYCE plans is tethering. Laptop users expect broadband quality, not downsampled video streams. And they burn through a lot of data. T‑Mobile US has put tethering outside the One plan, as a $15 bolt-on, and that buys you 5GB of data.It seems a sensible precaution. Full high-def video will also require an extra $25 a month per SIM. Ouch. Experience suggests that as long as operators put the caveats up front, people don't care. It's the bill shock that they really do mind.



For connoisseurs of net neutrality nuttiness, the Witchfinder General Barbara van Schewick offered the most far-fetched reasons for why T‑Mobile US's Binge On was eeeevil, here [PDF]."A customer who has used almost all of her data could still binge on HBO, but would be unable to make an important video call with her doctor," she wrote. And best of all: "Binge On harms free expression by favoring commercial entertainment over other forms of video content." Like watching lectures by law professors on net neutrality, I suppose, or Albanian folk-dancing. So-called artificial intelligence reader performs reality check Email is a fundamental format for modern life, but one that many of us have yet to fully understand.While a concise/firm response may seem perfect to you, others may see it as, shall we say, a little rude. Likewise, your careful and accurate rundown can often result in people's eyes glazing over and failing to respond with the information you asked for (at the end of the 800-word exposition).Boomerang says it hopes to change all this with an artificial intelligence reader that plugs into your Gmail and will let you know if your email is going off the rails in terms of length, subjectivity, politeness and so on. And it breaks each part down, providing you with the overall likelihood of you receiving a response to the email you are about to send.


Hands On Microsoft’s Continuum is one of the spookiest computing experiences you can have. Either plug a phone into a dock, or turn on a nearby wireless display and keyboard, and the phone doubles up as an ersatz Windows PC. No more lugging a laptop around.Back in January, we described Continuum reviewers as sharing the surprise and disdain that Samuel Johnson had for women preachers. So has much changed? Is Continuum still a limited use novelty or a transformative feature, allowing you to shed multiple devices for one very powerful, pocketable one?HP is betting on the latter. HP has put a lot of thought and work into making Continuum usable, and so finding a profitable business niche. It’s about to debut not just a powerful Continuum-capable phone, but a static and mobile dock and a streaming app service that plugs the gaps left by lack of native x86 support.So as a prelude to our rundown of HP’s work, we took Continuum for a work out with the latest cut of Windows 10 Mobile (this week’s, in fact) and the most powerful Continuum-capable Lumia, the 950 XL.You can see why people dismiss Continuum as a novelty. It’s a pretty damn novel experience. First impressions are unsettling: yes, your phone really is a PC. It isn’t just projecting. Look! The same start menu. Look! The same wallpaper. Fire up Outlook Email and it’s really the same software!



In the latest builds of Windows 10 mobile, Edge really shines in Continuum. I kept trying to trip it up, but came back surprised. It’s just a pity that the latest Edge won’t run the handy extensions (ad blocker, Evernote clipper, Last Pass) that the desktop Edge can now run. Hmmph.Plug in, detach, and go: this basic part of the Continuum experience is really fundamental and should work perfectly. You shouldn’t get BSODs or catatonic screen flickering. And by and large it does. That wasn’t true a earlier this year, when the phone could have random seizures (and, yes, BSODs too).Getting going with Continuum has obviously been a major focus for Microsoft this year, so much so it’s brushed aside niceties. It's really now plug it in and go. For example, I noticed every time I un-docked, there was a polite dialog box on the phone asking me whether I’d want to connect via a cable or wirelessly - a box that had been displayed back when I plugged the phone in. It’s just that Continuum is in such a rush to turn your phone’s display into a touchpad, you don’t see this request until you undock.I found I could plug in a random, ancient USB headset and Continuum picked up the audio output stream nicely. (But wouldn’t take audio input.)I’ve been trying Continuum with two Lumias, the 950XL and 950. The former has the notorious (for overheating) Qualcomm Snapdragon 810, last year’s flagship SoC. The latter runs the more modest Snapdragon 808. And you know what? It doesn’t really matter which you use. There’s a fraction more lag switching between apps, but not much. There’s a fraction of a second Alt-Tabbing, which brings up the expected thumbnails.


Message déposé le 30.06.2017 à 14:21 - Commentaires (0)


Batterie pour Acer AS09A90

L’hystérie de masse entourant Instagram qui a agité les réseaux sociaux ce lundi, est attribué à la récente révélation que l’application prévoit de modifier son flux d’actualité affiché par ordre chronologique inverse, à une chronologie basée sur un algorithme. Selon Instagram, le nouveau flux afficherait de « meilleures » photos et vidéos en tout premier lieu, fournissant aux utilisateurs un contenu pour lequel ils sont plus susceptibles d’être intéressés. Pour ce faire, la plate-forme sociale prendrait en compte le nombre de « j’aime », les recherches et les interactions entre les utilisateurs.Ceci est naturellement un sujet de préoccupation pour les utilisateurs les plus populaires de Instagram, qui ont peur que leurs publications ne se retrouvent plus aux yeux de leurs abonnés à la suite des changements. Par conséquent, dans la crainte d’une mise à jour imminente, l’application a été inondée avec des images invitant les utilisateurs à activer les notifications pour leurs publications, assortis du message : « Instagram change sa politique de notifications. Activez les notifications si vous voulez continuer à suivre mes posts ».En réalité, personne ne sait vraiment quand Instagram prévoit de déployer la mise à jour de son flux d’actualité. L’application n’a pas détaillé les changements ou annoncé une date de lancement pour sa nouvelle timeline basée sur un algorithme. Instagram a répondu aux messages — dont beaucoup sont accompagnés de hashtags, tels que #turnmeon et #letsstaytogether — en rassurant les utilisateurs que « rien ne change » avec le flux « à l’heure actuelle ». La firme a également ajouté que les changements sont encore dans les cartons, et qu’elle indiquera à sa communauté quand elle décidera de « pousser » la mise à jour « au sens large ».


We’re listening and we assure you nothing is changing with your feed right now. We promise to let you know when changes roll out broadly.Le sentiment assez vague ne va probablement pas endiguer la vague d’inquiétude parmi les nombreux utilisateurs de la populaire application. Afin d’apaiser à nouveau les tensions, Instagram a publié une déclaration sur ABC News, fournissant un peu plus en détail. « Nous avons encore des semaines, voire des mois, de tests à faire. Actuellement, les groupes de testeurs sont très faibles. Lorsque nous pousserons globalement cette mise à jour, nous avertirons la communauté », a déclaré le porte-parole d’Instagram.Avec au moins quelques « semaines » avant que l’algorithme soit mis en œuvre, il semble que la crise sur Instagram soit un peu prématurée. Néanmoins, il est compréhensible que les gens soient inquiets au sujet d’un changement qui pourrait reléguer leurs selfies au second plan…Il semble que Facebook travaille sur un tas de nouvelles fonctionnalités pour son application Messenger, y compris la capacité de payer en boutique à travers l’application. Alors que Messenger vous permet déjà d’envoyer de l’argent à des amis, le code source décortiqué par The Information montre la preuve d’une nouvelle fonctionnalité de paiement mobile qui peut autoriser les transactions par une carte de crédit dans des boutiques.



Les détails de la façon dont la fonctionnalité fonctionnera restent un mystère pour l’instant. Facebook pourrait avoir l’intention de collaborer avec des solutions de paiement mobile déjà établies, comme Apple Pay, Android Pay, Samsung Pay et bien d’autres, ou mettre en place son propre système.Bien sûr, vous pourrez simplement utiliser l’une des possibilités déjà offertes sur le marché, au lieu de ce que Facebook mijote. En effet, Messenger pourrait s’appuyer sur ce que les concurrents font, sans apporter une réelle nouveauté.Le code source iOS de Facebook révèle également que la firme travaille sur d’autres fonctionnalités pour Messenger, y compris ce qui est considéré comme un outil « de conversations secrètes ». Encore une fois, on ne sait pas ce que cette fonctionnalité entraînera, mais cela pourrait signifier quelque chose de similaire à une navigation incognito, ou des conversations cryptées ou même des fils de discussions qui ne vont pas être historisés (à la Snapchat).Il y a aussi des références à la synchronisation et l’ajout d’éléments à des agendas, au partage de publications à un groupe restreint d’amis, et aussi le partage de citations d’articles.


Étant donné que toutes ces caractéristiques ont seulement été mentionnées dans le code source de l’application Messenger, il se peut que Facebook les teste juste pour l’instant. Cela peut prendre des mois avant qu’elles ne soient officiellement annoncées, et seulement si la société décide de les libérer.Cependant, une chose est claire : Facebook ne veut pas vous faire quitter l’application Messenger, même pas pour acheter des choses IRL. La société a poussé Messenger comme une plate-forme il y a un an maintenant, et alors qu’elle n’est pas devenue la plaque tournante sur mobile, elle est néanmoins devenue un outil de plus en plus utile.L’iPad Pro d’Apple est maintenant disponible en deux tailles : il y a le modèle de 12,9 pouces qui a été lancé l’année dernière, et la nouvelle version de 9,7 pouces qui a été annoncée la semaine dernière. Alors que le nouveau modèle est plus petit et a une batterie plus petite, Apple indique qu’il devrait fournir une autonomie similaire, tout en offrant le support pour son stylet sensible à la pression, Apple Pencil, et a même quelques caractéristiques légèrement supérieures, comme de meilleures caméras, et un écran « True Tone », qui, à l’aide de capteurs de luminosité ambiante à quatre canaux, adapte automatiquement la couleur et l’intensité de l’écran au niveau de clarté du lieu dans lequel vous vous trouvez.



Mais, il se trouve que si le nouvel iPad Pro de 9,7 pouces est non seulement plus petit et moins cher que la version de 12,9 pouces, il est également moins puissant.D’une part, alors que les deux tablettes ont des processeurs Apple A9X, Matthew Panzarino, rédacteur en chef chez TechCrunch, a réalisé un benchmark Geekbench sur chaque tablette et a découvert que l’iPad Pro avec un écran de 9,7 pouces a un processeur avec une vitesse d’horloge de 2,16 GHz, tandis que le plus grand modèle est cadencé à 2,24 GHz. Autrement dit, malgré que la puce soit identique Apple semble avoir ralenti la cadence de celle-ci, très certainement pour rester avec une autonomie décente.D’autre part, le modèle de 12,9 pouces dispose de 4 Go de mémoire vive (RAM), alors que la version plus petite a juste 2 Go de RAM.Bien que cela puisse passer inaperçu pour de nombreux consommateurs, sachez que cela pourrait affecter les performances du multitâche, en particulier en utilisant la fonctionnalité de partage d’écran intégré dans les versions récentes d’iOS. Et, l’effet combiné du processeur plus lent et d’une quantité de mémoire vive réduite fournit des scores différents dans les benchmarks.
Panzarino a partagé des images montrant que le modèle de 12,9 pouces obtient un score sur Geekbench de 3 231 points en simple-cœur, et de 5 482 points en multicœurs, tandis que l’iPad Pro de 9,7 pouces a obtenu des scores de 3 022 et 5 107 points pour les mêmes tests.


Message déposé le 30.06.2017 à 13:20 - Commentaires (0)


Akku für HP COMPAQ 2740p Tablet PC

Akku wärmen: Wer ein Pedelec hat, sollte sich im Winter um seinen Akku kümmern. Denn in Pedelecs werden in der Regel Lithium­Ionen-Batterien verbaut, erklärt die Stiftung Warentest. Und die sind frostempfindlich. Touren bei strengem Frost machen den Stromspeichern aber in der Regel nichts aus. Der Fahrstrom sorgt unterwegs für warme Akkuzellen. Nur sollten die Batterien bei einer Fahrpause nicht auskühlen. Eine Möglichkeit, das zu verhindern, sind Schutzhüllen aus Neopren.Bahnhofskneipen können schön sein. Absolut unverständlich: Es gibt bei den Emojis vier Lautsprecher, zwei Megafone, vier Vorhängeschlösser und zwei (!) Lupen – aber keinen anständigen Vogel. Dinkel-Toast aus dem Bioladen entzieht sogar Nutella die Geilheit.
1047126
ANZEIGE


Spätestens ab Mitte Oktober gibt es nichts Schöneres als eine heiße Badewanne am Abend. In einer Stadt, in der man früher einmal gelebt hat, stolpert man an jeder Ecke über Erinnerungen. Plastikhaargummis sind die Rainbow Looms der Erwachsenen. Der erste Eindruck ist nicht immer richtig. Zu 95 Prozent aber schon. Irgendwann kommt der Freundeskreis in ein Alter, in dem die Frage Hast du was dabei? Wickelutensilien meint. Dinge zu tun, die man nicht tun soll, macht am meisten Spaß. Bis man sich wieder erinnert, warum man sie nicht tun soll. Amerikaner lieben Zäune. Und amerikanischer Poetry Slam ist Sozialkritik von Freaks und Geeks (deutscher Poetry Slam ist Witze und Gedichte von Geisteswissenschaftlern). Der Soundtrack in einem landenden Flugzeug ist fast immer ein schreiendes Baby. Komisch: Menschen mit fremdenfeindlichen Ansichten oder sehr patriotischer Gesinnung sind erstaunlich oft extrem tierlieb. (Jetzt sagt sicher jemand: Hitler war ja auch Vegetarier!) Niemand, wirklich niemand kann den Namen Matthew McConag..., nein, Matthew McConneg... nein, Matthew McConnaugy, NEIN, richtig schreiben. Matthew McConaughey, man schreibt es McConaughey. Wie man das richtig ausspricht, weiß übrigens auch keiner. Wer seinen Schrott loswerden will, ohne ihn zum Wertstoffhof bringen zu müssen, muss ihn einfach nur mit dem Label Zu verschenken bei Ebay Kleinanzeigen anbieten. Spätestens wenn man versucht, das Wasserglas statt des Handys an das Akku-Ladegerät anzustöpseln, sollte man dringend ins Bett gehen. Man sollte sich immer gemeinsam mit den Mitbewohnern betrinken. Sonst macht man in ihrem Beisein krakenhafte Bewegungen, schreit: Ich bin das Monster vom Titisee! und wird dabei gefilmt. Gabeln mit drei Zacken können einem das Essen versauen.

Berlin (dpa/tmn) - Haustür auf, Ohrstöpsel raus, ein Fingertipp aufs Smartphone, und schon läuft der Song im ganzen Haus weiter. Und zwar nicht, weil die Anlage im Wohnzimmer den Sound auf maximaler Lautstärke in alle Winkel des Zuhauses pumpt.



Funklautsprecher in jedem Raum empfangen die Musik drahtlos, so dass der Pegel die Nachbarn nicht verschreckt - Audio-Streaming macht es möglich. Die Technik ist ausgereifter denn je und boomt. Vernetztes Musikhören ist einer der absoluten Wachstumsmärkte der Heimelektronik, sagt Timm Lutter vom IT-Verband Bitkom. Dieser Trend wird dadurch befeuert, dass immer mehr Menschen Musik aus dem Internet streamen. 37 Prozent der Internetnutzer in Deutschland nutzten Bitkom-Zahlen zufolge etwa Audio-Streamingdienste.Und wer eine Festplatte an seinen dafür ausgerüsteten WLAN-Router hängt, eine Netzwerkspeicher-Festplatte (NAS) ins Heimnetzwerk einbindet oder seinen Rechner als Medienserver arbeiten lässt, kann überall im Haus drahtlos auf seine Musiksammlung zugreifen.Zuhause Musik streamen geht bei einfachen Boxen mit Bluetooth-Schnittstelle los und endet bei WLAN-Multiroom-Systemen, bei denen sich Komponenten über mehrere Stockwerke verteilen. Bleibt die Frage: Was ist für die eigenen vier Wände das Richtige?


Wer Musik vor allem über Handy oder Tablet hört und daheim nur in einem Zimmer einen etwas satteren Sound möchte, wird vielleicht schon mit einem Bluetooth-Lautsprecher zufrieden sein. Für diese Bedürfnisse ist es das ideale Einstiegsgerät, sagt Sven Hansen vom c't-Magazin. Die kleinen Boxen starten preislich schon bei rund 20 Euro, guten Klang kann man laut Hansen ab 80 Euro erwarten. Der günstige Preis ist nicht ihr einziger Vorzug. Meist ist ein kleiner Akku an Bord, so dass die Boxen auch unterwegs für Stimmung sorgen.Allerdings stoßen Bluetooth-Boxen im Eigenheim rasch an Grenzen. Die Reichweite des Funkstandards beträgt nur einige Meter, und die verwendeten Codecs sind in der Regel verlustbehaftet. Gerade bei teureren Boxen kann das ärgerlich sein. Je besser der Lautsprecher ist, desto stärker treten Störungen durch die stark komprimierenden Codecs hervor, erklärt Hansen.Sollen verschiedene Musikquellen und Boxen über mehrere Räume vernetzt werden, landet man bei Multiroom-Systemen. Die Signale werden dort per WLAN oder über ein eigenes Streaming-Netzwerk verteilt, erläutert gfu-Sprecher Roland Stehle. Die Systeme können beliebig erweitert werden - je nach Bedarf und Budget.


WLAN hat gegenüber Bluetooth nicht nur Reichweitenvorteile: Per WLAN lässt sich Musik auch verlustfrei übertragen. Selbst wenn es mal Probleme mit der Bandbreite gibt, bietet der Standard genug Reserven, sagt Hansen. Das ist wichtig, da ein Streaming-Trend High-Res (High Resolution) heißt. So werden meist Musikdateien bezeichnet, deren Bandbreite und Dynamik CD-Qualität übertreffen.Im Prinzip können heutzutage alle funkenden Musikgeräte per WLAN zu einem System vernetzt werden. Eine gute Orientierung bietet hier der Standard DLNA. Damit können die Geräte herstellerunabhängig untereinander streamen, erklärt Timm Lutter. Allerdings gibt es im Einzelfall Marken, die nicht miteinander funktionieren, warnt er.Soll die Musik in verschiedenen Räumen gleichzeitig laufen, setzt man lieber auf Produkte von nur einem Hersteller, empfiehlt Hansen. Damit wird die Steuerung zeitgenauer. Beim Kombinieren verschiedener Fabrikate komme es oft zu leichten Übertragungsverzögerungen, die zu unschönen Halleffekten führen. Und wer alles aus einer Hand hat, kann alle Komponenten bequem über Hersteller-Fernbedienungen oder über eine App für Smartphone und Tablet ansteuern.



Wem ein bestimmter Audio-Streamingdienst wichtig ist, sollte vor dem Kauf prüfen, welche Anbieter die WLAN-Box oder das Multiroom-System direkt unterstützt, rät Stehle. Zahllose Internetradios können die meisten Drahtloslautsprecher und Systeme ohnehin wiedergeben.Selbst der Plattenspieler kann zur digitalen Musikquelle werden: Es gibt Netzwerk-Verstärker, die sein Signal digitalisieren und drahtlos an die WLAN-Boxen im System schicken, erklärt Hansen. Alte Hi-Fi-Anlagen könnten oft mit Funkadaptern ins neue Musiknetz geholt werden. Und wer Probleme mit der WLAN-Reichweite hat, findet auf dem Markt Systeme mit sogenannter Mesh-Technologie: Jede Abspielstation arbeitet da als autonome Funkzelle und verteilt das Signal bei Bedarf unabhängig vom WLAN-Router an umliegende Komponenten weiter.Meerbusch (dpa-infocom) - Wer Microsofts neues Betriebssystem Windows 10 nutzt, kann nicht nur klassische PC-Programme ausführen, sondern auch Apps. Auf Wunsch können Nutzer die Programme auch im Hintergrund weiterlaufen lassen oder auch nicht.In den Einstellungen lässt sich festlegen, welche Apps im Hintergrund laufen dürfen - und welche nicht. Denn je weniger Apps im Hintergrund laufen, desto länger hält der Akku. Um festzulegen, für welche Apps die Ausführung im Hintergrund-Modus gestattet ist, im Menü Start die Einstellungen suchen. Hier zum Bereich Datenschutz wechseln. In der Liste der Unterpunkte nun nach ganz nach unten scrollen, bis die Option Hintergrund-Apps sichtbar wird. Hier lässt sich nun für jede App separat konfigurieren, ob sie im Hintergrund ausgeführt werden darf oder nicht.


Message déposé le 30.06.2017 à 05:53 - Commentaires (0)


Battery for SONY VGP-BPL26

That's generation on generation, though. These figures are only of use to snarks like us who want to see what Intel engineers have achieved in the past year, and for geeks who upgrade their machines every 12 months.Intel really hopes Kaby Lake prizes punters off their 2011-era PCs; anyone tempted to replace their computer will be blown away by the improvements in the past five years and crack out their credit card. At least, that's the dream."Most people who are going to buy a new PC are not buying to replace last year's – well, maybe we wish they were but they are not, they are replacing devices that are five or more years old," said Intel spokeswoman Karen Regis. "There are 400 million users who are using PCs that are five or more years old."Intel reckons today's seventh-gen Core i5 7200U is 70 per cent faster than its five-year-old Core i5 2467M equivalent in SYSmark benchmarks, can convert a 4K video to 1080p H.264 6.8 times faster, and score three times better in the 3Dmark gaming benchmark.More information on the individual chips, and their speeds and feeds, will appear, as always, on Intel's ARK closer to launch.Finally, there's an addition to Kaby Lake: a new media-processing engine. This performs VP9 and 10-bit HEVC/H.265 decoding in hardware, as well as the usual 1080p HEVC, to reduce power usage even when viewing high-res video – meaning more internet streaming before your battery runs out. Intel calls this "All Day 4K" where "all day" means "nine and a half hours."


Kaby Lake chips are able to decode up to eight 4Kp30 AVC and HEVC streams at a time – useful for signs and surveillance gear – and decode 4Kp60 HEVC at up to 120Mbps, which is handy for watching high-quality films and TV on the internet.This video engine also enforces anti-piracy DRM protections as required by the major studios. Hollywood bosses didn't want to stream 4K ultra high-def content from online clouds without mechanisms in place to thwart casual rippers, and so Intel gave the entertainment giants what they wanted."There are hardware-based protection mechanisms to make the studios comfortable with sharing high-quality content to PCs for the first time," said Regis. The son of a Russian member of parliament has been found guilty of stealing and selling millions of US credit card numbers using point of sales malware.Roman Seleznev, 32, is the son of ultra-nationalist Liberal Democratic Party MP Valery Seleznev. He was arrested in 2014 while attempting to board a plane in the Maldives, sparking anger from Russian authorities.Seleznev said at the time the arrest was a "monstrous lie and a provocative act".Roman Seleznev was convicted in a Washington court on Thursday, on 10 counts of wire fraud, nine of obtaining information from a protected computer, nine of possession of 15 unauthorised devices, eight of intentional damage to a protected computer, and two of aggravated identity theft.He faces a minimum of four years and a maximum of 34 years in prison when he is sentenced 2 December.



Seleznev, who used the handle Track2, scanned for vulnerable retailers across Washington and infected point of sales terminals with malware, prosecutors said.He stole some 2.9 million credit cards, according to prosecutors, wreaking some US$169 million in damages across 3700 financial institutions.The Yakkety Yak Beta 1 has images for Kubuntu, Lubuntu, Ubuntu GNOME, Ubuntu Kylin, Ubuntu MATE and Ubuntu Studio.In the release announcement, Set Hallstrom notes that this isn't yet a prime time release: these images are for Ubuntu flavour developers and “those who want to help in testing, reporting, and fixing bugs”. Plugging a Kindle Paperwhite into a PC running Windows 10 with the Anniversary Update installed sparks a full system meltdown, it is claimed.Connecting the Amazon e-reader to a fully up-to-date W10 machine via USB triggers an immediate Blue Screen of Death, according to complaints on Microsoft's support forum. All the trouble started when people downloaded and installed the Anniversary Update, which arrived at the turn of the month. That's the same upgrade that has knackered millions of webcams and caused some systems to freeze up.


The crash kicks off in the storage partition driver partmgr.sys, with a bugcheck code 0x7E (SYSTEM_THREAD_EXCEPTION_NOT_HANDLED) and cause code 0xC0000005 (STATUS_ACCESS_VIOLATION) – in other words, a kernel-level thread in the driver touched memory it shouldn't have, and blew away the environment. It sounds like Windows is trying to mount the filesystem on the Kindle as a removable storage device and getting completely confused.Some people say the BSOD only happens when they plug their Kindle into a USB 3.0 port, others say inserting it into a USB 2 interface triggers the crash too. Some people always get a crash, some most of the time, and others have reported experiencing no problems at all.I recently [installed] the summer Anniversary Update for Windows 10 on both my laptop and my desktop which went without any errors. Today I plugged in a Kindle Paperwhite and it immediately crashed my laptop to a blue screen.


I figured it might be a driver issue even though my laptop is fairly new, so I plugged it into my desktop and got the exact same thing. A Blue Screen of Death. Just for more info, it is a Kindle Paperwhite being plugged into USB 3.0 ports on a HP laptop and Dell desktop both running the latest Windows. It's pretty frustrating because I need to transfer some PDFs to the Kindle for my son's school classes.I have the same problem with my Asus K53SV laptop and my Lenovo 100S netbook after [installing the] Anniversary Update for Windows 10. I plug in the Kindle Paperwhite and both laptops almost always crash to a blue screen and then reboot. After they reboot, the Kindle is visible and usable as a USB device as if nothing happened. I can browse files on the Kindle and I can use Calibre with Kindle. After the crash and reboot, I can even eject the Kindle and plug it back in without any problems – at least during that session. If I then shut down my laptop, plugging in my Kindle the next time will crash my laptop again and reboot it, and then I can normally use Kindle again. Needless to say, this is annoying.



Same issue with two desktops and two Kindles: one PC is home built with Win10 Pro. The other, a Dell with Windows 10 Home. Both fail with a BSOD when I plug the Kindle into a USB 3 port. Both work fine when I plug the Kindle into a USB 2 port. Both worked with USB 3 ports prior to the Anniversary Update. Oddly, my Surface Pro3 which has only one USB3 port works fine.
All very mysterious. So far, there is no mention of any fix, and no word from Microsoft. One workaround is to plug the Kindle into the machine during boot-up or while the computer is sleeping. That seems to avoid crashing the operating system.Analysis Sprint and T-Mobile US are introducing "all you can eat" internet plans, and as you might expect, someone at the Electronic Frontier Foundation in San Francisco is horrified. Somebody always is.The EFF tut-tutted at dirt-poor Indian farmers getting Ceefax pages on their mobiles for free – and the Indians obligingly banned it. The EFF tut-tutted at Netflix peering directly with big ISPs to remove stutter from its movie streams, a much more efficient delivery arrangement that actually saved Netflix some money. The EFF tut-tutted at T‑Mobile US for working with video providers so videos wouldn't count against your bandwidth cap. But the Binge On deal proved so popular with customers, the EFF looked silly, and even sillier after Google joined Binge On.


Message déposé le 29.06.2017 à 06:31 - Commentaires (0)


Battery for Lenovo FRU 42T4783

Next, by writing sequences of '0' and '1', we're told you can create a carrier wave from the rapid voltage changes on the interface's data pins. You can then use binary frequency shift keying (B-FSK) to encode useful information into the wave.Guri reckons you can beam 80 bytes per second over the air using this technique, which is fast enough to send a 4,096-bit crypto key to a nearby receiver in less than 10 seconds.You then write the resulting buffer to, say, a mounted removable storage device to generate the signal. You don't need to be root or an administrator to do this; you just need permission to write to a file on the device."The actual data transmission is done by writing the byte pattern generated by fill_buffer_freq() to an arbitrary data block or stream in the USB device," Guri and his team said in a research paper that surfaced this week."The transmission process doesn't require special privileges (e.g., root or admin). It only requires permission to create a file on the removable device."In a video the team showed how the data can be picked up by a laptop with a $30 radio antenna from around 15 feet away. That's certainly enough to spy on someone working in the next hotel room, or in a crowded office.


It's an interesting hack, and one that could have some utility. Of course, to pull this off, you first have to get malware onto the air-gapped computer that then writes to a USB device, and you have to be nearby to pick up the signal – and hope no one notices. That's not outside the realms of possibility if you grease the right palms, threaten the right people, or exploit OPSEC screw-ups to get your espionage code onto the target machine. Obituary The creator of the world's first laptop, the GRiD Compass, has died at the age of 75 at his home in California.John Ellenby was born in the North of England in 1941 and educated at University College London, where he showed an early interest in computers. After a career designing mainframes he moved to the US, where he ended up joining the Xerox PARC brains trust that gave the world the PC, the graphical user interface (GUI), laser printing and the Ethernet.Ellenby was one of the team working on the Alto personal computer – which inspired Steve Jobs to rework Apple around the GUI – and also worked on the Alto II, which was a PC designed to be much cheaper to manufacture. While at PARC, he also worked on portable computers but had the idea for a clamshell laptop that would replace the portable model.



He and some PARC friends left the company in 1979 to set up GRiD Systems Corporation. The company initially designed portable computers but saw little success, thanks to competing companies like Osbourne and Compaq selling similar kit for less.But in 1985, the firm released the GRiD Compass 1101, an $8,150 laptop in a form factor that's now commonplace. The laptop ran an Intel 8086 processor, a 320×240-pixel electroluminescent display, had 340 kilobytes of magnetic bubble memory, and a 1,200 bit/s modem, all contained in a mag-alloy case.The Compass wasn't a perfect machine by any means. The power requirements were so high that the device had to be plugged in for use but, despite the high price, it was a hit among the well-heeled or government-funded buyer.Despite the high price, and the weight of the 5-kg (11-lb) machine, it sold very well in the military and government. NASA used the Compass as a backup computer for the space shuttle and one of the firm's laptops reportedly survived the 1986 Challenger disaster in working order.Hollywood also loved the futuristic look of the device – it was featured in numerous films, including the 1986 classic Aliens, where two Compass machines controlled the robotic sentry guns that briefly held off the savage beasts.Ellenby sold the company in 1988 to Tandy and started a portable tablet business, but never enjoyed the success he found with GRiD. He also founded GeoVector, an early pioneer in virtual reality systems.


He made his home in San Francisco and remained a tech tinkerer until his death earlier this month. He is survived by two sons and a grandchild. Intel's stop-gap Kaby Lake processors – aka the seventh-generation Core family – will ship in laptops starting from September, we're told.According to Chipzilla, the first wave of the new Cores will appear in 10mm-thick notebooks and two-in-one convertible tablets aimed at small businesses and normal folk. The CPUs will consume 4.5W to 15W, depending on the model, and go on sale in more than 100 laptop designs by the end-of-year shopping rush. They'll include Intel's usual integrated HD Graphics chipset.Come January, enterprise PCs, workstations and beefier notebooks and desktop systems will ship with the chips, some with Intel's Iris graphics chipset. Presumably that's when you'll be able to get your hands on individual processors to build you own rigs by hand.The processors are powered by the 14nm Kaby Lake microarchitecture. This is the Skylake microarchitecture – as used in 2015's 14nm sixth-generation Core family – with some tweaks and optimizations.Intel inserted Kaby Lake into its lineup after its tick-tock product cycle missed a beat. Usually, Intel shrinks a microarchitecture to a new process size and ships it (that's the tick), and later rolls out a new microarchitecture using that process size (that's the tock). There's a 12 to 18-month gap between the ticks and tocks.



The latest tock was the introduction of Skylake on 14nm. The next tick was going to be Cannonlake, aka Skylake on 10nm, but that was delayed to 2017 because Intel couldn't perfect the shrink in time. So in the meantime, we've been lumped with Kaby Lake, an optimized Skylake redux on 14nm. (Intel has now given up on the tick-tock approach, for what it's worth.)What do we mean by optimized? Well, for one thing, better physical manufacturing techniques. Intel says it has improved the fin design and the channel strain in its FinFETs. The shape of the fin has a massive effect on the operation of the transistor, potentially reducing the leakage current significantly. Increasing the strain in the channel increases performance and lowers power consumption by cutting the atomic forces that interfere with electron flow.
Intel's seventh-generation dual-core die with builtin GPU ... Click to enlarge any pics
According to Intel, these fabrication improvements from Skylake to Kaby Lake, plus some CPU enhancements, give seventh-generation Cores up to a 12 per cent performance boost over the sixth-generation – well, when running the SYSmark benchmark on a seventh-gen 15W 3.5GHz Core i7 7500U versus a sixth-gen 15W 3.1GHz Core i7 6500U. When running the WebXPRT benchmark on the same chips, the performance boost from Skylake to Kaby Lake can reach up to 19 per cent, we're told.
Generation debate ... How 2015 and 2016's Cores compare (Source: Intel)
So in other words, changing up from a 2015 Core i7 to the equivalent 2016 part can speed up web browsing by up to a fifth, in theory. Chipzilla also says its seventh-generation Cores are more power friendly when streaming vids: the new Core i7 7500U can play 4K VP9 video for seven hours on a 66Whr battery that a sixth-gen Core i7 6500U chomps through in just four hours when streaming the same material.


Message déposé le 29.06.2017 à 06:24 - Commentaires (4)


Battery for HP HSTNN-CB0X

From our Continuum hands-on – here – we concluded that some virtualization is mandatory to get any work done, given the dearth of UWP apps. Continuum also needs to mature to support overlapping windows, we found. Selling a computer with pre-installed software is not an unfair commercial practice and there is no requirement to list the costs of the software, the Court of Justice of the European Union (CJEU) has ruled.The CJEU, Europe's highest court, was ruling on a case between Vincent Deroo-Blanquart and Sony. Deroo-Blanquart bought a Sony laptop in 2008, but refused to subscribe to the operating system's end-user licence agreement, arguing that he wanted to be reimbursed for the cost of the pre-installed software.Sony refused to do so, but offered a refund if Deroo-Blanquart returned the computer.Deroo-Blanquart brought legal proceedings against Sony, looking for €450 for the pre-installed software, and €2,500 in damages.The French Cour de cassation, which is hearing the case on appeal, had asked the CJEU whether supplying a computer with pre-installed software, with no option to choose a version without it, constitutes an unfair commercial practice. It also asked whether it is a misleading commercial practice to fail to indicate the price of each item of software.


The CJEU said that it is not necessarily an unfair commercial practice to bundle computers with pre-installed software, so long as "such an offer is not contrary to the requirements of professional diligence and does not distort the economic behaviour of consumers".The national court will have to decide whether, when a consumer has been informed before the sale "that the model of computer is not marketed without pre-installed software and that he is therefore free to choose another model of computer, of another brand, with similar technical specifications and sold without software, the ability of that consumer to make an informed transactional decision was appreciably impaired," the CJEU said.As to whether Sony should have given individual pricing for the software, the CJEU said this was not necessary."A commercial practice is to be regarded as misleading if it omits material information that the average consumer needs in order to make an informed transactional decision," the CJEU said.Failure to indicate the price of each item of software is not "likely to cause the average consumer to make a transactional decision that he would not have taken otherwise", the court said, and so does not constitute a misleading commercial practice, it said.



It's been a number of years since an Apple PR staffer secretly admitted to one of our reporters that The Register was on a blacklist.We also learned that they were under strict instructions never to admit to the blacklist – presumably because it would make one of the world's largest companies look, you know, pathetically petty.And so, for a decade now, we have played a game where we ask Apple's US office for review products or to attend launches or go to events and they respond with silly expressions like "I'm sorry, but we cannot accommodate your request" or "all the seats are taken" or the current favorite "you are on our media waitlist."Back in June, I decided it was time to stop playing the game. Or, more accurately, play a different, more persistent game in which we encourage Apple to either get over itself and kill our blacklisting or simply admit it and stop the pretense.


Amid the Kaby Lake noise this week, Intel slipped out six processors, codenamed Apollo Lake, for cheapo netbooks, tablet-laptop mutants and small PC boxes.These are 14nm low-power system-on-chips that use the x86 Goldmont architecture, and are branded Pentiums and Celerons.In April, Intel axed its Goldmont-based Broxton Atoms that were due to go into smartphones, and separately canned the Goldmont-powered Willow Trail Atom line that was aimed at tablets – but it allowed the netbook-friendly Apollo Lake family to live on.The Pentium J4205, Celeron J3455 and Celeron J3355 are aimed at desktops, while the Pentium N4200, Celeron N3450 and Celeron N3350 are aimed at slabtops and netbooks.All of them have 2MB of cache, six PCIe 2 lanes, 12 to 18 GPU execution units depending on the model, LPDDR3 and LPDDR4 interfaces, and hardware decoding for H.264, HEVC, VP9, VC-1 and WMV9. The SoCs also have the usual builtin USB 2 and 3 controller, SATA ports, and so on.The kicker really is the included VP9 and HEVC/H.265 acceleration, allowing your battery-reliant device to stream high-def video from YouTube et al for longer before your charge runs out.Intel has had to down-clock its Apollo Lake CPU cores from the previous generation Braswell, also 14nm, to keep the power usage at a sensible level while integrating ninth-generation HD Graphics, the beefier video decoding, and other bits and pieces. Apollo Lake's max power consumption is 10W versus the 6.5W by Braswell, which uses eighth-gen HD Graphics.



To make up for this reduction in frequency – down from the Braswell's 1.6GHz base – Chipzilla has had to pack various optimizations into the Goldmont architecture. According to SYSmark 2014 benchmark figures seen by Anandtech, the Apollo Lake N4200 is 30 per cent faster than the top-end Braswell N3710 in terms of CPU performance, and 45 per cent faster in terms of GPU performance. Given that there's a decent improvement, Goldmont is obviously doing something right to offset the drop in clock speed.Our sister site The Next Platform has just published loads of interesting details on 64-bit ARMv8-compatible desktop, laptop and server processors designed by Chinese upstart Phytium.The first engineering samples for three 28nm CPUs – the Earth architecture FT-1500A/4 and the FT-1500A/16 and the Mars architecture FT-2000/64 – are back from TSMC's fab and were seen running Kylin Linux at California's Hot Chips conference last week. China's Google Baidu is among organizations testing them. We're probably going to see this in volume production in the final quarter of the year, or shortly after.


Message déposé le 27.06.2017 à 11:36 - Commentaires (0)


Battery for Lenovo Thinkpad R61

We all knew it was coming. In a conference call with investment analysts in April, Qualcomm CEO Steven Mollenkopf said he was "assuming" that a major customer – cough, cough, Apple – would use a second supplier. And in July, Intel CEO Brian Krzanich said he was "concerned about getting the leading-edge momentum going for us with the 7360" – that's the XMM 7360 modem that launched in 2015.And true enough, the XMM 7360 has turned up in some iPhone 7 and 7 Plus handsets. There's a catch: this chip doesn't support CDMA networks. So if you buy an Intel-modem phone, and you want to switch to a CDMA network, such as Sprint or Verizon in the US, you'll be out of luck. Qualcomm's X12 radio modems support CDMA so iPhones using those chips will work universally.Luckily, there's a handy guide on Apple's website listing the two variants of the iPhone 7/7 Plus. The A1660/A1661 works with GSM and CDMA networks, sports a Qualcomm MDM9645M X12 modem chipset, and works with Verizon and Sprint in the US. The A1778/A1784 supports GSM, sports an Intel modem chipset, and works with AT&T and T-Mobile US in America.


What the Apple website doesn't mention is that if you carrier unlock an A1660/A1661, you'll be able to use it on AT&T and T-Mobile US because the Qualcomm modem inside will support those networks. But if you carrier unlock an A1778/A1784, you won't be able to use it on CDMA networks.Basically, if you want a phone that works everywhere, get the A1660/A1661. If in doubt, check the model number against the aforementioned webpage for carrier compatibility. For what it's worth, in the UK, Apple will sell you an A1778/A1784 that supports 3, EE, O2 and Vodafone.Intel isn't insane for leaving out CDMA support, by the way: the standard is dying, and Qualcomm owns a load of CDMA patents, so Chipzilla decided to skip it.To further complicate things, potentially, Apple can switch out Intel's XMM 7360 in its GSM-only A1778/A1784 for the tried-and-tested Qualcomm X12 but use firmware to limit the phone to non-CDMA networks. This could happen if something goes wrong with the Intel supply – such as if the XMM 7360 isn't up to the X12's performance.One final thought: the new iPhone 7 and 7 Plus won't support the expensive AWS-3 radio bands, aka LTE band 66, which were cleared to make way for greater mobile broadband coverage in the US.



Episode 11 So I'm in the office by myself while the PFY is out doing... something... I guess... when one of our atypical difficult users comes in."Just one question," he starts, interrupting the thought I started when he walked in on potential loopholes in the gun laws. "My browser has an icon which is red.""What's the icon?" I ask, feigning... well everything. Interest, professionalism, the will to live, you name it.There are three very broad categories of user in my vast experience:a. People who think they know what they're doing but realise they don't - and eventually admit it,
and b. People who will never admit they don't know what they're doing. Ever. Because they have a degree and are much smarter than you. And computers. And the people on The Chase. And everyone they socialise with.
The only people worse than a 2b is a 1b - People who don't know what they are doing but don't want to take any risks - who will come and ask you about EVERY BLOODY MESSAGE BOX, WINDOW, WARNING, UNUSUAL BROWSER PAGE, TASKBAR BALLOON, ETC that comes their way.


"Did you take a picture of it?" I ask, trying to buy myself some time to send a text message to the PFY telling him the Swedish Volleyball Team is in Mission Control looking for him before making myself scarce..."Yes I did!" he says, showing me a blurred picture on his phone."That's just an icon to tell you your browser needs updating," I say. “Nothing to be worried about at all.""Well yes, but the internet has been running a bit slowly recently.""Nothing. When we update your browser it'll go away.""Oh. And when can you do that? I've got a meeting in 5 minutes so I'll be away from my desk for an hour or so.""Oh I'm sorry, I have some other installs that have become urgent," I lie."Hmmm, I'll just check the Helpdesk Queue and see if there's anything else urgent.""Oh, look," I say, pointing at the screen. “There’s about 100 urgent jobs stacked up in there.""That one's from 2008!" he gasps, almost discovering the secret of my outstanding urgent-job queue - Never, EVER close a job."Partly this is my own fault for isolating him from the update cycle as he did tend to go heavily 1b every time an automatic update was rolled out and his box told him it had rebooted to complete the install - Because it's probably a virus. Or a "hacker".


The other vexing thing about 1bs - and this guy in particular - is that he'll dash up to tell you that the Google picture has changed and "it's probably a website virus" yet he'll still spend his lunchtimes browsing an obscure hobby discussion board which is about 95 per cent zero-day exploits and 5 per cent content on his work desktop.I realise that it's probably time to update the image that gets flashed to his box every Monday and maybe verify that the scanning software that filters his file-sharing is up to date. Meantime, though, I just need him out of the office.“You say the internet was slow – was it faster or slower than your personal laptop?” I ask, putting a crowbar in the lid of Pandora’s Box and pushing real hard.I recall he once asked me to give his personal laptop a once-over to see if it needed more memory and I recall that the memory and cpu consumption was about 30 per cent browser toolbars, 30 per cent malware and 40 per cent virus scanners, all playing a massive game of Last Man Standing.He asked if we could plug it into our work network to do some updates because his home network seemed rather slow, but I didn’t want our mail gateway to implode from the influx of IPS warnings so accidentally nudged his machine out the office window that hadn’t been open about 30 seconds earlier.



The Cabinet Office is failing to coordinate the UK's government departments' efforts to protect their information according to a damning report by the National Audit Office.The NAO found that the Cabinet Office failed in its duty and ambition to coordinate and lead government departments’ efforts in protecting such information.The Cabinet Office has “tried to take a more strategic role in offering support and guidance to central government departments,” the NAO report found. “However, senior-level governance remains complex and unclear and, until recently, a wide array of central teams have been involved in information assurance and protecting information, sometimes offering overlapping and contradictory advice.”Reporting personal data breaches is chaotic, with different mechanisms making departmental comparisons meaningless. In addition, the Cabinet Office does not have access to robust expenditure and benefits data from departments, in part because they do not always collect or share such data. The Cabinet Office has recently collected some data on security costs, though it believes that actual costs are "several times" the reported figure of £300 million.As a result, NAO stated that GCHQ dealt with 200 “cyber national security incidents” per month in 2015, double the number of attacks it had addressed in 2014, though the result of these attacks has not been reported.The report certainly suggests that departments need to get their own houses in order before they start opening up access to even more of citizens' data, as per the porn-blocking Digital Economy Bill, with 8,995 data breaches in the 17 largest government departments in 2014-15.



Message déposé le 26.06.2017 à 07:46 - Commentaires (0)


Batterie pour Dell Latitude E6510

Alors que la fonctionnalité a été dévoilée pour tous les principaux navigateurs sur iOS et Android au mois de décembre de l’année dernière, maintenant, trois mois plus tard, elle est enfin disponible sur votre ordinateur de bureau.Elle fonctionne comme ceci. Disons que vous recherchez des « chats ». Après avoir trouvé une photo que vous aimez, tout ce que vous avez à faire est de cliquer dessus, et de cliquer sur l’étoile matérialisant la mise en favori de l’image. Dès lors, la photo sera ajoutée à vos collections. La prochaine fois que vous en avez besoin, il suffit de vous rendre sur google.com/save (cela fonctionne également sur mobile) et vous trouverez toutes vos images enregistrées afin d’y accéder très facilement.Comme vous l’imaginez, vous devez être connecté à un compte Google pour enregistrer les images afin d’y accéder depuis vos collections. Cette exigence peut également conduire la société à coupler cette fonctionnalité avec Collections, un service qui a été lancé pour Google+ plus tôt dans l’année, à une date ultérieure. Collections permet aux utilisateurs de consacrer une page Google+ au sujet de leur choix, et permet aux gens de le suivre, grâce à des vidéos, des photos, et d’autres types de contenus qui peuvent être ajoutés.


Google permet de marquer des images et les ajouter aux collections
« Par exemple, si votre jardin a besoin d’une petite replantation, il suffit d’aller à votre bureau, de rechercher une image et d’appuyer sur l’étoile pour ajouter vos potentielles nouvelles fleurs, vos buissons, ou même une piscine », a déclaré Mark Colbert, ingénieur logiciel chez Google Search, dans la publication sur le blog. « Quand vous êtes dans un magasin prêt à acheter, vous serez en mesure de récupérer vos images enregistrées sur votre smartphone et commencer à concevoir votre jardin ».Malheureusement, la fonctionnalité est disponible uniquement aux États-Unis, et l’on ne sait pas quand le géant de la recherche va la rendre disponible dans le monde entier.Alors que nous sommes à quelques heures du début de la conférence BUILD de Microsoft, la dernière rumeur à apparaître au sujet de la prochaine version Redstone de Windows 10 est centrée sur les cartes interactives qui feraient leur apparition dans centre de notifications et Cortana. L’information statique est censée être visible par une nouvelle interface utilisateur sous la forme de cartes, qui permettront d’afficher et de partager des informations entre Cortana et le centre de notifications, selon WinBeta.



Les nouvelles cartes devraient offrir une présentation plus propre que les affichages statiques actuellement utilisés par les deux services. Cortana et le centre de notifications vont partager un ensemble commun d’actions qui sont accessibles de plusieurs façons. Par conséquent, le centre de notifications et Cortana auront la possibilité de communiquer à travers ces cartes, et fournir une expérience plus personnalisée à l’utilisateur.D’autres applications pourraient également avoir accès à cette nouvelle fonctionnalité, afin de présenter des informations et des actions à l’utilisateur. Par exemple, WinBeta affirme que l’application Calendrier aurait la possibilité d’épingler des cartes de rappel pour des anniversaires dans le centre de notifications. Des fiches individuelles pour les réunions pourraient également être épinglées au centre de notifications, fournissant à l’utilisateur une indication visuelle s’il est possible de planifier une réunion.La publication poursuit en citant des sources anonymes qui prétendent que Microsoft expérimente des filtres dans le centre de notifications. Cela permettrait à l’utilisateur de choisir les notifications qui peuvent être vues dans le centre de notifications. Les notifications pourraient également être affichées en fonction des types d’applications, leur permettant d’être mieux organisées. Un bon exemple serait Facebook : toutes les notifications connexes seraient placées sous un en-tête spécifique. Ainsi, l’utilisateur pourrait filtrer le centre de notifications pour afficher seulement les notifications de l’application sociale.


La dernière rumeur provient d’une fuite interne, affirmant que la conception finale de l’interface des cartes pourrait changer ou non une partie ou tout de Windows 10. L’image obtenue dans la publication montre une carte représentant Foursquare, qui affiche plusieurs restaurants et leurs avis. Une autre carte est l’application Calendrier qui montre une réunion qui aura lieu à un moment précis. Une autre carte ressemble vraiment à une fenêtre de chat.La mise à jour Redstone est prévue d’être scindée en deux : Redstone 1 (RS1) qui arriverait au mois de juin, et Redstone 2 (RS2) qui serait disponible au cours du premier trimestre de l’année 2017. La RS1 devrait être révélée lors de la conférence BUILD ce jour, tandis que la RS2 devrait embarquer les caractéristiques qui ne seront pas présentes dans la première itération, et qui devrait arriver avec de nouveaux périphériques (Surface Pro 5 et Surface Book 2).Quoi qu’il en soit, je serais présent dans les locaux de Microsoft pour suivre la conférence BUILD, où l’on s’attend à avoir des informations sur Windows 10 Redstone.Comme prévu, le nouveau Chromebook 14 d’Acer peut être la combinaison parfaite entre des caractéristiques intéressantes, et un prix abordable, capable d’attirer les acheteurs d’ordinateurs portables Windows et Apple. Certes, la fidélité des consommateurs d’ordinateurs est généralement liée à autre chose que les fonctionnalités et les euros dépensés, mais un nombre suffisant d’éléments attractifs pourraient convaincre certaines personnes d’opter pour une autre plate-forme très attrayante. Si vous êtes prêt à tester quelque chose de nouveau, et que vous passez votre temps sur Chrome, le nouveau Acer pourrait vous faire de l’œil.



La nouvelle gamme Chromebook 14 d’Acer est maintenant disponible en précommande sur Amazon, et devrait arriver dans nos foyers à partir du mois d’avril. Malheureusement, ce devrait être le cas uniquement outre-Atlantique pour le moment.Pour ce qui est des spécifications, le Chromebook 14 a un écran IPS LCD de 14 pouces soit avec une résolution full HD (1 920 x 1 080 pixels) ou HD (1 366 x 768 pixels), et offre des angles de vision jusqu’à 170 degrés. Une webcam HD 720p (résolution 1 280 x 720 pixels) avec un microphone enregistre à la fois l’audio et la vidéo en HD, et s’avère être parfaite pour les selfies et la vidéoconférence.Le Chromebook 14 est le premier modèle d’Acer à avoir un châssis tout en aluminium, et le premier à avoir deux ports USB 3.1. Le châssis en aluminium a des coins arrondis et une finition brossée. Le Chromebook 14 est relativement léger, 1,55 kg, soit légèrement plus lourd que les modèles 11 pouces d’Acer. Non seulement il est léger, mais il est également assez mince, avec une épaisseur de seulement 1,7 cm — semblable au MacBook Air. La portabilité et la robustesse du Chromebook sont réellement intéressantes.



Message déposé le 26.06.2017 à 07:20 - Commentaires (0)


Akku für Apple A1079

Hürth (dpa) - Langsam rollt der vierrädrige Roboter über die zerklüftete Landschaft aus Geröll. Plötzlich hat er sich in einer leichten Vertiefung festgefahren. Minutenlang passiert gar nichts. Junge Männer tippen hektisch auf Computern herum, bis der Rover schließlich wieder losruckelt.Zehn Hochschul-Teams aus ganz Deutschland simulierten am Freitag in Hürth bei Köln die Erkundung eines fremden Planeten mit Robotern. Ein Jahr lang hatten die Teilnehmer Zeit, sich auf das sogenannte SpaceBot-Camp des Deutschen Zentrums für Luft- und Raumfahrt (DLR) vorzubereiten.Die Aufgaben sind anspruchsvoll: Der Roboter muss sich auf einer holprigen Planetenoberfläche orientieren, dort Gegenstände finden und greifen. Er muss einen Becher mit einer Bodenprobe zur Basisstation transportieren und einen Akku in einen Schacht stecken. Das alles soll der Roboter möglichst autonom machen, also ohne direkte Steuerung - zumal der Funkkontakt "zur Erde" verzögert ist und wie bei einer richtigen Weltraummission zwischendurch auch mal abbrechen kann."Das ist alles sehr schwierig", sagt Georg Heppner vom Team "Laurope" des Karlsruher FZI Forschungszentrums Informatik, dessen sechsbeiniger Roboter an eine grüne Heuschrecke erinnert. Wenn das Technikmonster an ein Hindernis stößt, kann es ein Bein heben, um darüberzusteigen. Unfassbare Datenmengen seien erforderlich, damit der Roboter solche Handlungen selbstständig ausführt, erklärt Heppner.


Der orangefarbene Roboter des Teams "Nimbro" der Uni Bonn ist mit zwei Greifarmen, acht Kameras und einem rotierenden 3D-Laserscanner ausgestattet. Das Wunderteil könne auch Türen öffnen, Treppen steigen und einen Kreis aussägen, erläutert der Teamleiter, Prof. Sven Behnke. Wenn die Technik hakt und der Rover nicht von alleine macht, was er soll, greifen Menschen aus der Ferne ein. Mit einer Spezialbrille können die Studenten die Perspektive des Roboters einnehmen und sehen dann das, was er sieht: Farbige Punkte, die unterschiedliche Geländehöhen kennzeichnen, und die Greifarme, die wie die eigenen Arme erscheinen.Das Bundeswirtschaftsministerium hat jedes der zehn Teams mit 50 000 Euro unterstützt. Ziel sei es, die Forschung im Bereich der Weltraumrobotik zu fördern, erläutert DLR-Projektleiter Thilo Kaupisch. Dass die in Hürth gezeigten Roboter eines Tages tatsächlich auf einem fremden Planeten zum Einsatz kommen, ist indes eher unwahrscheinlich. "Aber die Veranstaltung soll zeigen, dass in Deutschland die Fähigkeit da ist, sich an internationalen Erkundungsmissionen zu beteiligen."



Der Krypto-Messenger Signal für verschlüsselte Chats und Anrufe ist nun auch für Android verfügbar. Das kostenlose Open Source Programm ersetzt die bereits vorhandenen Messenger TextSecure und RedPhone. TextSecure wird beim nächsten installierten Update automatisch durch Signal ersetzt, RedPhone wird nach Angaben der Entwickler nicht mehr als unabhängige App weitergeführt.Signal verwendet die Telefonnummer des Nutzers und verzichtet auf ein eigenes Log-in mit Benutzername und Passwort. Alle mit Hilfe der App übertragenen Textnachrichten und Anrufe sind Ende-zu-Ende-verschlüsselt. Das vom nichtkommerziellen Unternehmen Open Whisper Systems herausgegebene Programm wird nach eigenen Angaben auch von Whistleblower Edward Snowden benutzt. Für Apples iOS ist die App schon länger verfügbar.Gekaufte Games, Items und gespeicherte Spielfortschritte machen einen Account bei der Spiele-Plattform Steam unter Umständen sehr wertvoll. Das alles können Hacker via Phishing oder mit Hilfe von Trojanern zunichtemachen, wenn sie ans Passwort für das Konto gelangen, warnt der Verband der Internetwirtschaft (Eco). Nutzer sollten deshalb die Kontosicherheit erhöhen, indem sie einen zweiten Faktor zur Authentifizierung beim Einloggen aktivieren.


Diese Möglichkeit bietet die Plattform in den Einstellungen unter "Account/Steam-Guard-Accountsicherheit verwalten". Dort kann man einstellen, dass man zum Einloggen einen zusätzlichen Code per E-Mail geschickt bekommt oder diesen mit Hilfe der Steam-App auf seinem Smartphone oder Tablet erzeugt. Nur wenn Code und Passwort richtig eingegeben werden, bekommt man Zugriff auf den Account.Abstürzen und Fehlermeldungen beim neuen Tablet Surface Pro 4 und beim neuen Convertible-Notebook Surface Book begegnet Microsoft mit aktualisierter Firmware. Die Updates sollen nicht nur die Systemstabilität verbessern, sondern auch Probleme mit dem Grafiktreiber beheben, die sich den Angaben zufolge teils in Bildschirmflackern geäußert hatten. Das Surface Book ist in Deutschland noch nicht erhältlich.Mobile LTE-Router sind nicht größer und schwerer als ein Smartphone. Dank integriertem Akku können sie überall ein WLAN-Netz aufspannen und so beliebige Geräte ins Internet bringen.Beim Kauf eines solchen Routers sollten Verbraucher auf die Gerätekategorie (Cat) achten, berichtet das "c't"-Magazin (Ausgabe 25/15). Wer etwa auf sehr hohe Datendurchsatzraten angewiesen ist, wählt laut den Experten am besten einen Cat-6-Router, der im Gegensatz zu einem Cat-4-Gerät auch das 2600-MHz-LTE-Frequenzband unterstützt: Das übliche 1800-MHz-Band sei bereits gut ausgelastet.


Cat-5 ist den Angaben zufolge bisher weltweit kaum bei Mobilgeräten gebräuchlich, weil dafür vier Antennen und mehr Strom erforderlich sind. Beides bieten nur stationäre Router.Die Telekom will künftig verstärkt auf die integrierte SIM-Karte (eSIM) setzen. Statt einer auswechselbaren Chipkarte, mit deren Hilfe sich Mobilfunkgeräte seit rund 26 Jahren ins Netz einbuchen, kommt bei der eSIM ein fest eingebautes Modul zum Einsatz. Es kann von außerhalb programmiert werden, damit man etwa beim Anbieterwechsel nicht gleich eine neue SIM-Karte braucht. Laut der Telekom können mit der neuen Technologie auch einfacher mehrere Geräte unter einem Mobilfunkvertrag betrieben werden.Aktuell arbeiten Anbieter und der Mobilfunkverband GSMA an einem offenen Standard für die eSIM. Gegen Ende 2016 sollen erste Geräte auf den Markt kommen. Die SIM-Karte aus Plastik wird aber damit nicht sofort ausrangiert. In der Anfangsphase dürften laut Telekom Hybridlösungen mit eSIM und klassischer SIM-Karte zum Einsatz kommen. In rund zehn Jahren soll der Übergang abgeschlossen sein.



Berlin (dpa/tmn) - Jeder Akku erreicht eines Tages die Grenzen seiner optimalen Funktion. Die Hersteller geben in der Regel an, wie viele sogenannte Ladezyklen ihre Energiespeicher durchhalten.Apple gibt die Haltbarkeit der Akkus seiner neueren MacBook-Pro- und MacBook-Air-Modelle etwa mit rund 1000 vollständigen Entladungen und anschließendem Wiederaufladen an. Ältere Modelle kommen nur auf rund 300 bis 500 Zyklen. Wer nun wissen will, wie viele Ladezyklen noch übrig sind, kann das im Systembericht des Macs nachlesen. So lässt sich herausfinden, ob der Akku am Ende seiner Laufzeit angekommen ist, oder ob er eventuell einen Defekt hat, der vom Hersteller oder Händler behoben werden kann.Der Systembericht wird über einen Klick auf den Apfel oben links in der Menüleiste aufgerufen. Dort wird auf "Über diesen Mac" geklickt, anschließend auf "Weitere Informationen" und "Systembericht". Hier findet sich die Information im Unterpunkt "Stromversorgung", gemeinsam mit weiteren Informationen über Zustand und Kapazität des Energiespeichers.


Message déposé le 26.06.2017 à 06:55 - Commentaires (0)


Battery for Compaq 233343-001

Impala is an incubatory native analytic database on Apache Hadoop that runs in the cloud. It claims Impala offers elastic scalability, better flexibility, and direct Amazon S3 query-ability that are unavailable from traditionally-architected systems, such as Redshift, Amazon’s analytics database.Using TPC-DS benchmark queries Cloudera found Impala is over 200 per cent less costly and over 10x faster on S3 compared to a general purpose tuned Redshift. It also claimed Impala is eight per cent less costly and 90 per cent faster on S3 compared to a pre-tuned Redshift for specific fixed reporting queries. Something for the Weekend, Sir? The man on stage is baffled. It was his big moment, a chance to show off his company’s proficiency and expertise, but now he’s being made to look useless.Two huge screens on either side of the stage are supposed to be displaying his presentation. They remain resolutely blank.A 200-strong audience of paying conference attendees stare on impassively in disinterested silence.There used to be a time when an occasion like this would cause spectators to squirm in empathetic embarrassment, the shuffling of audience arses in their seats helping distract general attention from the presenter’s temporary discomfort.


Not this time. If anything, the conference room gets quieter. Fed on a diet of reality TV, the audience wastes not a second thinking about what it might be like to share the unfortunate man’s predicament.No, they want to watch what he is going to do next. Some members of the audience have even begun to lean forward for a better view of his emotional discomfort. Will he get angry? Will he burst into tears?The poor sod on stage is at a loss. While his grumbling colleagues back at the office were forced to work for their living, he spent the best part of the previous day dicking around in Powerpoint. Now that he’s in a position to demonstrate very publicly that this was not a misuse of his employer’s money, the Slide Transition Gods have thrown a spanner in his bullet points.Moments earlier, he had been observed head held high and striding confidently towards the podium where the AV team had already connected his laptop. Now with rapidly paling face, his eyes wide and his teeth bared in a terrified smile, the former strider was visibly shrivelling into a kind of besuited Gollum.



Taking a deep breath, the presenter summons all the technical skills acquired over his years of training and experience to diagnose the problem.He taps some keys on his laptop. He waggles the video cable. He pokes the trackpad. He rattles the spacebar like Humphrey Bogart trying to get a line to the operator.He looks up and mumbles something in a squeaky voice. One of the words sounded a bit like “help”.His call – or strictly speaking, a squeak – for help is eventually answered by a 5ft hobgoblin from the venue’s AV team.We know he’s from the AV team because he’s wearing a black polo shirt and a wireless earpiece. Either that or a lost polo player with a hearing aid has stumbled into the conference and thinks his horse might be hiding on stage among the autoprompts.Ah no, it’s definitely an AV man because he is applying recognisable technical skills to the situation: after some thoughtful chin-rubbing, he is now hammering on the laptop’s spacebar and waggling the cables.A joker at the back of the audience shouts: “Have you tried turning it off and back on again?”Charitable laughter followed by even deeper silence. Did the AV man hear that? Will he oblige? The suspense is broken 30 seconds later as we hear the familiar tones of the Windows startup bongs. Yes he did. Still nothing on the screens, though.


Still, it’s a welcome break for the audience, giving us an opportunity to try connecting to the venue’s Wi-Fi again. We’ve been trying all morning to no avail.The event hosts proudly gave us the SSID and password but when we try to connect, it insists on asking for a username too. No complaints about this little extra layer of security but when I ask any of the venue staff for a Wi-Fi username, they stare at me as if I’m speaking a foreign language.Actually, from their point of view, I am speaking a foreign language: they’re all Polish. But I don’t recall this being a documented root cause of Wi-Fi issues at central London conference venues.I’m reminded of a recent smartphone app launch to which I was invited, only to discover upon my arrival that nobody there knew how I might connect to the internet. Worse, they seemed utterly taken by surprise that anyone might need this.The event was held in the depths of a hotel beyond the reaches of any phone signal, so the lack of any type of cable-free internet access somewhat took the shine of the ability to do anything with the app, other than to admire its splash screen. Hmm, splashy.Back at the conference, another tech hobgoblin has accompanied the first on-stage, soon to be joined by a third.All three are stroking their chins, looking pensively at the presenter’s stubborn laptop. At one point, they stop and look at each other, and for a thrilling few seconds I think they are about to stroke each other’s chins.


Hobgoblin 2 trots off-stage and returns with a MacBook, plugs it in and – hey presto – the massive screens spring into life, revealing all the kind of crap that hobgoblins tend to keep on their Mac Desktops.Very audibly, he accuses the presenter: “It’s your laptop that’s the problem!”The accused does not take this well. “My laptop is fine!” he squeaks. “It was working earlier!”Defusing what we had hoped might develop into fisticuffs, one of the event hosts belatedly grabs a mic and suggests we take an early tea-break and watch the presentation afterwards.Foolishly, he suggests we use this time to check our emails. Members of the audience begin shouting out that they can’t because no-one can access the Wi-Fi without a username. It is turning ugly.Near the entrance to the tea-break area, a passing cleaner carrying a mop and bucket is able to inform me of the Wi-Fi username, and I pass it on through the crowd.Half an hour later, emails checked and refreshed with tea, we sit down to watch a much-relieved but still quite sweaty man on-stage deliver his presentation from his restarted Windows 10 laptop.“Thank you for attending Data Communications for the Future 2016. I have a few slides to show you…”Analysis Love rat Apple two-times its long-suffering squeeze Qualcomm with dishy Intel – and it's going to keep the baby but only let some of us see it.



Over a cheap bottle of chardonnay one dark night in Cupertino, Intel wooed Apple with flimsy promises. The pair felt a connection (around the 1.9GHz mark) after the iPhone maker opened up about its long-distance relationship with San Diego's Qualcomm."I don't want to get too tied down," Apple sighed. "I'm not ready for the commitment."Apple's heart melted like a Galaxy Note 7 in a child's hand. Now, thought Intel, if only it could scheme its way further into the MacBook maker's life to wreck any plans to move from x86 to ARM.I just can't understand why my screenwriting career hasn't taken off.A peek inside the iPhone 7 has confirmed that Apple is using a mix of Intel and Qualcomm radio modems in the new handsets. Typically, Qualcomm provides these communications chips, which are used to connect the device wirelessly to the cellular network for calls, texts and mobile internet. Apple hates being tied down to a single component source, so it decided to give Intel a shot.There's also the interesting dynamic of Qualcomm providing Snapdragon system-on-chips and modems to Apple's arch-rival Samsung. Couple that with Intel's desire to get its radio modem business a slice of the massive mobile world – while Intel's traditional PC world diminishes – and that Apple relies on Intel x86 processors for its desktop and laptop products, you can see why Apple let Intel in through the backdoor to its iPhone production.


Message déposé le 24.06.2017 à 08:08 - Commentaires (0)


Battery for ASUS G75

On Thursday, the 30-year-old marched into the Apple store located in Toison d'Or shopping Centre in Dijon carrying the steel ball in a gloved hand. He was accompanied by someone videoing the scene, which suggests premeditation.He then proceeded to pick up iPhones, place them flat on the counter, and smash their screens in using the ball.While doing so he rails against the staff, claiming that he had bought a shiny new laptop from them that had failed and he wanted his money back.While this was going on, staff stood around doing nothing and keeping clear. He then moved on to some MacBooks and carried on his smashing activities before a security guard finally turned up and escorted him from the store.
Once outside, more security guards appeared and surrounded the man. After a full and frank exchange of views, the attacker put his hands around the throat of one of the guards and the others piled in to restrain him.The man has since been detained by police and is currently facing criminal charges. Dijon prosecutor Marie-Christine Tarrare said that the man had caused €50,000 worth of damage to the shop's stock.


Getting stiffed on a new purchase is never fun, but the gentleman involved should have taken a lead from we rosbifs and shown some sang froid. A disgraced former Territorial Army sergeant convicted of making indecent images of children has pleaded guilty to using private browsing mode on his iPhone and iPad.Paul Martin McGarrity, a 56-year-old of Mirabel House, Wandsworth Bridge Road, Fulham, appeared at Hammersmith Magistrates’ Court this morning to be sentenced, following his earlier plea at the same court.The former Royal Signals SNCO was ordered “not to use any device capable of accessing the internet unless it has the capacity to retain and display the history of internet use and he makes such device available on request to a police officer”, as part of a sexual offences prevention order (SOPO) made by a court martial at Bulford Camp in 2011.The SOPO was made after McGarrity, who was on full-time attachment to a regular Royal Signals unit, pleaded guilty to two counts of making an indecent photograph of a child. The order also said he "cannot take any photograph of a child under 18 unless authorised, expressed or implied, by a parent or legal guardian."



He pleaded guilty to breaching the SOPO, contrary to sections 103I(1) and (3) of the Sexual Offences Act 2003, in August. Sentencing was then adjourned for pre-sentence reports to be completed.According to the Crown at today's hearing, police were empowered to make spot checks on McGarrity to check his compliance with the SOPO. When they arrived unannounced at his flat on 19 February this year, they found him using a laptop and an iPad. McGarrity agreed to allow the police to inspect the devices “and within a couple of minutes it was noticed” that he was using the iPad in private browsing mode.Police took away the iPad, his iPhone and his laptop. The iPhone was found to also have been used in private browsing mode and the history had been “switched off”, the court heard.Three search capabilities were said to have been present on his devices: Safari, Chrome and DuckDuckGo, the anonymous search engine. DuckDuckGo, a web-based search engine that does not track your internet searches, is available as an iOS app.


Police interviewed McGarrity and it was said that he “didn't understand what was meant by private browsing”. He maintained that he hadn't altered the device settings, though the court heard this morning that he was warned in 2014 about using private browsing.Shaven-headed McGarrity, wearing a plain grey t-shirt with a small Union Flag at the back of the neck and blue Adidas tracksuit bottoms, leaned on the rail of the dock as his solicitor made his plea in mitigation to the judge.His solicitor, from London firm Dalton Holmes Gray – who refused to confirm his name after the hearing – said in McGarrity's defence that he “suffered from clinical depression” and was undergoing cognitive behavioural therapy, as well as receiving employment support allowance."No substantive offending has resulted from the breach," asserted McGarrity's solicitor.District Judge Susan Bayne, sitting alone, adjourned the sentencing hearing to a later date. Indicating that she wanted to make a new sexual harm prevention order against McGarrity, she said the court had insufficient information to do so this morning. A disgraced former Territorial Army sergeant convicted of making indecent images of children has pleaded guilty to using private browsing mode on his iPhone and iPad.Paul Martin McGarrity, a 56-year-old of Mirabel House, Wandsworth Bridge Road, Fulham, appeared at Hammersmith Magistrates’ Court this morning to be sentenced, following his earlier plea at the same court.



The former Royal Signals SNCO was ordered “not to use any device capable of accessing the internet unless it has the capacity to retain and display the history of internet use and he makes such device available on request to a police officer”, as part of a sexual offences prevention order (SOPO) made by a court martial at Bulford Camp in 2011.The SOPO was made after McGarrity, who was on full-time attachment to a regular Royal Signals unit, pleaded guilty to two counts of making an indecent photograph of a child. The order also said he "cannot take any photograph of a child under 18 unless authorised, expressed or implied, by a parent or legal guardian."He pleaded guilty to breaching the SOPO, contrary to sections 103I(1) and (3) of the Sexual Offences Act 2003, in August. Sentencing was then adjourned for pre-sentence reports to be completed.According to the Crown at today's hearing, police were empowered to make spot checks on McGarrity to check his compliance with the SOPO. When they arrived unannounced at his flat on 19 February this year, they found him using a laptop and an iPad. McGarrity agreed to allow the police to inspect the devices “and within a couple of minutes it was noticed” that he was using the iPad in private browsing mode.


Message déposé le 23.06.2017 à 07:39 - Commentaires (0)


Battery for Acer Aspire 5820T

One of customer got in touch to report that BT customers are currently being locked into their BT Yahoo email service.A recent screengrab of a customer attempting to use this function seen by The Register reads: “Sorry the delete feature is currently unavailable. This feature will become available by the end of September."The customer said BT/Yahoo! had also made it impossible for BT customers to configure the forwarding of emails to a third party address from their BT Yahoo addresses.He said: "BT is being about as communicative as Trappist monks about this."He added: "BT refuse to acknowledge any contractual responsibilities to customers with regard to email as they see email as a freebie add-on to the broadband service."Other customers have also complained on BT's forum. One said: "Help! I have tried to delete email sub accounts but unable to do so. Any help and or advice will be greatly appreciated."Another complained: "It's October BTYahoo get it sorted or did you mean September 2020?"Apparently these problems also affect customers who have migrated to the new BTMail email provider Critical Path/Openwave.


A BT spokesman told The Register: “We apologise to customers who have been unable to delete their Yahoo! account. We are working quickly to sort this out and expect to have this fixed soon.” US trade watchdog the FTC has terminated second-hand electronics reseller Laptop & Desktop Repair in Sparks, Nevada – after the biz shafted people out of millions of dollars.The company, operating under such names as cashforiphones.com, cashforlaptops.com, ecyclebest.com, smartphonetraders.com and sell-your-cell.com, offered online quotes for used smartphones and laptops.Once the quote had been calculated, people sent in their hardware for assessment and were given a much lower revised quote – typically between 3 and 10 per cent of the original amount offered.They had three to five days to request that their hardware be returned, but the FTC found that the company seldom answered its phones and was closed on weekends, even though the firm counted Saturdays and Sundays in its time limits."This is a classic case of bait-and-switch updated for the 21st century," said Jessica Rich, director of the FTC's Bureau of Consumer Protection."The defendants in this case lure consumers with false promises of generous payments, then hold consumers hostage once they have mailed their devices to the company."After an investigation by the FTC and the US state of Georgia, the biz has now been shut down and had its assets seized. The FTC said it had received thousands of complaints about the firm, which kind of makes you wonder what took them so long.



A pair of cybercriminals responsible for laundering millions of pounds stolen using a banking trojan have been sentenced to a combined total of 12 years in prison.Pavel Gincota, 32, and Ion Turcan, 35, are Moldovan nationals with Romanian citizenship. The duo made over £2.5m in criminal profits using the banking trojan Dridex, the National Crime Agency and London's Metropolitan Police Service revealed.The pair were charged with conspiracy to possess false identification and conspiracy to launder money, while Gincota was also charged with a separate money laundering offence in relation to a cyber fraud in Germany in 2012, in which the victim lost €25,000.Gincota and Turcan pleaded guilty to all of the charges against them and were sentenced yesterday at the Old Bailey to five years and eight months and seven years respectively.Over two years the pair “funded a luxury lifestyle” with their ill-gotten gains, garnered from more than 220 bank accounts which they had accessed after infecting their victims' machines.According to Court News UK (behind paywall), the investigation into the pair began in June 2015 "after more than half a million pounds was stolen from a medical research company and laundered through a series of Barclays accounts".


They were reportedly already under investigation by the National Crime Agency when they were arrested by the Met in February 2015 for being in possession of multiple false identity documents. During a search of their home in Yiewsley, West Drayton, the cops seized further fraudulent documents and several electronic devices.Forensic examination of these devices by the NCA's National Cyber Crime Unit (NCCU) confirmed that a laptop belonging to Gincota had been used to control the bank accounts through which the money was laundered.Steve Brown, senior investigating officer at the NCCU, said: “Pavel Gincota and Ion Turcan were serial money launderers who processed millions of pounds worth of stolen money through hundreds of bank accounts to fund their lifestyles.“Those involved in the most serious types of organised crime depend on the services provided by money launderers like Gincota and Turcan to hide their criminal profits."He continued: “The NCA will continue to work closely with our partners to prevent organised criminals from accessing the proceeds of their crimes and to bring them to justice.”


Google today announced new phones, VR kit and home gadgetry. But it didn't announce a tablet. And nobody cared.We've known for ages that tablet sales are declining. The most recent tablet sales data we've covered has the market at about 150m units a year. Apple has a quarter of the market and Samsung has about 15 per cent. Vendors in third through fifth place – Lenovo, Huawei and Amazon – won't sell ten million units a year.The tablet market's sliding even faster than the PC market – by about 12 per cent a year compared to five per cent for PCs.We can also see that it takes more and more effort to get a tablet off the shelf: Apple has teamed with Deloitte to point out how an iPad might make sense at work, having already allied itself with IBM. Microsoft, meanwhile, has bundled training with its Surface-as-a-service pay-by-the-month plan for its hybrid laptop/fondleslab Surface products. Those hybrids, by the way, are considered the sole bright spot in the PC market.



And now Google's act of omission shows us that the company's assault on our personal space does not include a frontline role for a tablet computer.Which is not to say that tablets are doomed. They are clearly very handy devices in many applications. But the lack of a Google tab clearly shows us the fondleslab's not a core component of the evolving connected home. And that their omission won't be mourned. Roundtable On the afternoon of Oct 12, in central London, we’ll be gathering a select group of senior IT leaders together to discuss the changing nature of end user computing.We'll kic off by exploring the digital workplace of the future and the likely shift from devices to users and infrastructure. We’ll touch on the realities of making the shift happen - not just the technology to create a modern and open environment, but also how to manage all the stakeholders and budgets.Fundamentally we'll explore how the increasingly heterogeneous world of multiple operating systems, devices and clouds are changing the way we think about end user computing.It promises to be both a lively and useful discussion. If you'd like to join us, please register your interest here and we'll be in touch to confirm your attendance.A French man has been charged after he stormed into an Apple store and smashed up iPhones and MacBooks using a metal ball that is more commonly used for the traditional game of pétanque.


Message déposé le 23.06.2017 à 07:25 - Commentaires (0)


Battery for SONY VGP-BPS21

The problem was that it had got to the point where he and his team were spending hours listening to stories from users and managers within the business justifying why they, or even their whole department, should be an exception. Some were adamant that the latest Apple MacBook, Microsoft Surface or some other clever convertible was the only thing that would solve their productivity needs.Others said it was essential to have an iPad with all the accessories, which would meet all of their requirements - though of course they would have to hang onto their Windows laptop “just in case”.Add to this the usual sob stories about how 18-month-old laptops really had to be replaced because they didn’t support the latest Wi-Fi standard, only had 4GB of memory, had a disk rather than an SSD installed, etc, and the process was getting wearisome. And with IT in control of the equipment budget, and users not giving up easily when told they couldn’t have what they wanted (even though it would cost twice what was in the plan), there was no escaping the wrangling.Fortunately, the IT department had been quietly investing behind the scenes in a VDI and digital workspace management environment.It hadn’t taken much working out that most employees were almost completely desk-based; even so-called "mobile" users were actually more "nomadic" in their working patterns - they were usually sitting on a company LAN in one office or another, or on their home Wi-Fi network.


This opened the door to switching many of them to server-hosted virtual desktops, and where this wouldn’t work (for genuine connectivity reasons) you could still centralise and "stream" a lot of what they needed. The workspace management software then allowed most essential resources to be accessed through tablets and smartphones.The pilot had been going well (despite some initial technical glitches and suspicion on the part of users), so our brave IT manager went for it. He got his guys to put together a service catalogue detailing what was available in terms of virtual desktops and application services.Guidelines were then issued highlighting the experience a user could expect given a particular type of device of a particular class. He then transferred the bulk of the desktop uipment budget to business unit managers, which most gleefully accepted – “Free from those killjoys in IT at last!”You can imagine the kind of conversations that took place from there on in.IT Manager: “Well it’s not a Windows machine, so there are some limitations in some areas, and access to some things will depend whether or not they are on the network. But it’s all written down in the guidelines we circulated. It’s basically up to you to decide whether your team can live with the constraints.”



Dept head: “Yeah, I saw that document, but it says the iPad won’t run some of the things we use, and they’ll have trouble directly accessing some of our document shares. So, I think they’ll still have to have laptops as well, and some of those machines are pretty old and need replacing.”Dept head: “But there isn’t enough allocated to give everyone an iPad and upgrade the laptops.”IT Manager: “Then go and talk to the FD make the case to him for more budget.”Apparently, some of these conversations got pretty heated, but they did succeed in getting business managers to start to appreciate the difference between "want" and "need".During the subsequent discussion at our roundtable, we agreed that what our hero had done was a pretty good start, but that the real point of all this was a need to rethink how we tackle the whole end user computing need.Some of the pushback received during the above type of conversations was around why the IT department couldn’t make the same capability available regardless of whether the user chose a Windows machine, Mac, iPad, iPhone, android device or whatever.While the obvious response to this is that they are all different, and run different flavours of software, if we consider the question from a business perspective, particularly if we look forward over the next five to 10 years, it’s pretty clear that we need to drive towards making IT systems in general as device-agnostic as possible.


In practical terms, this essentially means that end user computing is rapidly becoming less about devices per se (which will come and go over time), and more about the infrastructure that enables the application services delivered to them. Obvious when you say it, perhaps, but the truth is that the infrastructure options we ideally need are still a big work in progress from an industry perspective.Mobile application frameworks and middleware are becoming more enterprise ready, and digital workspace solutions are now getting pretty good at presenting services and resources coherently to users across a range of devices. But if vendors are honest, they’ll own up to some aspects of the technology still being a work in progress.The possible exception is VDI, which has matured quite nicely over the last couple of years. Today you can get a hyperconverged platform from pretty much any mainstream vendor, or cartridge-based system (such as Hewlett Packard Enterprise Moonshot), that comes out of the box designed for virtual desktop serving. It’s no longer the black magic art it used to be.



Specific technology to one side, though, the main takeaway from all of this is that things need to change. Right now, too many organisations have one thread of activity around Windows desktops, and another totally different thread around mobile devices and applications. Meanwhile, they just muddle through on things like Macs and possibly Linux machines as best they can. Then to cap it all, the IT team is too often left in the untenable position of having to referee on the conflicting wants and needs of users within the business.Against this background, separating device decisions and budgets from those relating to the infrastructure and back-end systems may be something for more IT teams to aim for. It might not be the answer for everyone, and you certainly wouldn’t want to go down that route before you get your act together on some infrastructure basics, but users are constantly pushing for device freedom, so it’s something to consider as you transform the way things work in your environment.If you have tried any of this yourself, or have other ideas on how best to deal with the increasing complex problem of delivering services into a heterogeneous device estate, we’d love to hear from you.


Message déposé le 22.06.2017 à 12:37 - Commentaires (0)


Battery for Apple A1495

Besides, there’s little chance of Siri being able to hear me over the noisy racket of my MacBook’s fans going apeshit crazy so as to prevent my keycaps from melting. This must be what it feels like for Ontarian hipsters teleworking from a cafe at Niagara Falls, except with less humidity and better tea.Honestly, if the fans blew any harder, my MacBook could technically be classified as a drone.If only I could do something about its 2kg payload, I could hire my aluminium Apple drone out to run errands, delivering lightweight goods such as paperbacks and condoms. I could even get it to spy on my dickhead neighbour who has spent the last 12 years of weekends in his back garden noisily assembling a gigantic rotting wooden shed that looks like Santa’s chalet shitehouse.So, great. I’ve updated my laptop to an operating system that guzzles a full battery charge in less than half an hour. To my horror, I discovered that it does this even when asleep. Perhaps Sierra gives it nightmares.This not a good thing for a computer supposedly designed to be used away from a mains power source. Need. Solution. Now.I checked the user forms at Apple and elsewhere, but found only the same old suggestions that never work such as zapping SMC and NVRAM.


Oh for the love of gaaahd. Who are these helpful souls who go around the forums insisting that every Mac issue ever encountered can be solved by restarting the computer with your fingers held down on keys at opposite ends of the keyboard like a double-jointed cellist? You may as well hold another finger in the wind and thrust one up your arse for all the good it’ll do.Indeed, on my forum visits, offers of solutions were far outweighed by posts by people like me, asking why their MacBooks have suddenly begun blowing sheets of paper off their desks. Some of them didn’t even know that laptops had fans until now, and boy do they know now.Another suggestion is that the updated OS is indexing itself, as if my MacBook was constructed by Heath Robinson and that the indexing process isn’t done in software at all but by fans, and probably a host of cogs, string and spoons holding eggs.Look, if it hasn’t finished indexing my 14 photographs by now after a week, it never will. Time to take the solution into my own hands.A quick peek into Activity Monitor and there it is: the culprit is my old friend, the Safari web browser.Safari is apparently chomping its way through “99%” of my CPU resources. Er, and open web pages are eating up another “105%”... each.Something tells me that either Safari is a jolly demanding mistress or Activity Monitor doesn’t quite understand the concept of percentages.I close a web tab. The fans become quieter. I close all my web tabs. The fans are quieter still. I quit Safari. The fan noise fades away to silence.



Uh-oh, later in the day, the fans are back with a whoosh! What’s up, Activity Monitor? I see, this time it’s iTunes, which launched automatically when I began recharging my phone, and is now taking up “103%” of the CPU. Within seconds of me quitting iTunes, the fans die away again.So I’ve discovered the fix all by myself: under macOS Sierra, make sure you don’t launch any Apple software and you’ll be fine. Bang, solved.Last month’s Mr Chow ransomware attacks serve as a timely reminder that security should be at the top of any business IT strategy. Ransomware is on the increase, at least according to the FBI and while it is not all email borne, it is an example of how sophisticated hackers and criminals are getting with technology.Certainly the recent spear phishing attack at sports anti-doping agency WADA was a clear indication of the lengths attackers will go to creating detailed and personal emails to hoodwink targets. Clearly, email is still one of the biggest threats to business security and will continue to be so for a very long time.In some ways it’s no surprise. Email use is as healthy as ever. According to research company Radicati Group’s Email Statistics Report (PDF) 2015-2019, over 205 billion emails were sent and received every day last year. A six percent increase is expected this year and although numbers vary dramatically from report to report, it seems to average out that around one billion of those emails are spam or malicious emails.In security terms email is of course just the delivery vehicle but it has history. Computer viruses date back to the days of the mainframe and early IBM PCs in the 70s and 80s but it wasn’t until the increased proliferation of email in the late 90s and 2000s that email started to really kick off as a security threat. The Michelangelo virus, Melissa worm and Anna Kournikova virus all became synonymous with computer security threats during the internet boom and dotcom years. Spam email was rocketing too.


In fact, according to Professor Alan Woodward from the Department of Computer Science at the University of Surrey, all that we see on email is exactly what has happened on regular snail mail. The big difference is that it can be done on a massive scale, and you can deliver electronic payloads that once opened are harmful, unlike the normal spam mail you get through the letterbox.“I have to say I think things have become a great deal better. In many ways junk mail filters on corporate mail servers like Exchange are something of an unsung success story,” he says. “Sadly it takes only a few to get through to cause problems but these servers are routinely blocking vast amounts of junk, spam, phishing and malware.”It’s a good point. We often forget about the good work and how quickly security firms react to new threats. Of course, email is not about to disappear from business either. It’s too useful and is a good way of storing a messaging dialogue but as Woodward points out, it’s not the only messaging form that can be open to abuse.“I’ve seen scams only this week using WhatsApp, and phishing using SMS,” he says. “If anything I suspect people who have learned about the dangers of email will end up learning all over again (probably the hard way) that other messaging vehicles can be used to deliver a variety of attacks as well.”


For businesses this is a perennial problem. Threats from email are as old as, well email and keeping pace with any technology change is a constant challenge. Security is however a unique challenge with increased remote working, a variety of devices with an ability to roam networks and an increasingly sophisticated cybercriminal.Prevention, as security firms have been saying for years, is better than cure. Ask US presidential candidate Hillary Clinton. She is something of an email security expert now, especially when it comes to understanding the consequences of not taking email security seriously. After being caught using a personal email server for official communications while acting as the US Secretary of State, Clinton has also been hacked, supposedly by the Russians.She is not alone of course. Large businesses and government departments, as well as well-known names, are consistent targets for hackers.Consequently, says Joe Diamond, Director of Cybersecurity Strategy at Proofpoint, “Customers demand more from their security solutions today more than ever before. That’s why we see security in board level conversations. Visibility about who is attacking you, what they are using, who in the organization they are targeting… and even understanding whether your organization is being singled out or caught in the crossfires of a broad attack campaign, are all insights to help organizations respond.”“I think companies can do only more of what they are already doing,” says Woodward. “Use of up to date mail servers, anti-virus and so on is an obvious point. Education is equally important, especially with BYOD muddying the waters. One has to be careful to educate users that not all mail clients are the same.”



Education or lack of it has of course led to human error enabling threats to sneak through cyber defences. Interestingly the number of security breaches reported to the Information Commissioner’s Office (ICO) has doubled this year, up to 2,048 from 1,089 in 2015. Around 70 per cent of these reports were due to human error.“It does suggest that the protection is best done at the server but that is not always possible,” adds Woodward. “Plus if one person is hacked their system can send emails that will appear perfectly valid to any automated system, so the human in the loop has to be on guard. I don’t think any technology is leading the charge but what you are seeing is a more sophisticated scoring system for spam emerging and some of that is being supplemented by heuristics. The systems are learning from what you delete, what is junk.”“Giving away budget never felt so good." Those were the words of an IT manager attending one of our roundtables recently. But why was he so happy about losing control of a chunk of his IT funding?The topic of the roundtable was end user computing, and he was explaining how the annual budget negotiations around desktop equipment were becoming so miserable. For many years, his IT department had defined a range of standard desktop and laptop machines to meet the needs of different types of user, refreshing a subset of kit on an annual basis. It’s a familiar model that many will recognise, and from an IT perspective it’s not a bad way of making sure everything stays manageable.



Message déposé le 21.06.2017 à 07:49 - Commentaires (0)


Battery for Samsung NP-R460

Both M-Series and S-Series have a serious amount of processing power.Capacity can be expanded with E-Series expansion trays or by adding S-Series boxes.There have been hundreds of Swarm software deployments on PowerEdge servers, so Caringo is confident the hardware will do the business. We're told enterprise-class 24x7 on-site hardware support is provided by the Caringo and Dell support organizations working as one team.Swarm 9 is available now. Pricing for the M1000 is $20,000, and the S3000 is $48,000. Both include 3 years of hardware and software support and maintenance.Swarm Servers will be available from Caringo, its global channel, Dell Direct or Dell's channel. That means one more object storage product is available from Dell EMC on top of the EMC products, such as the long-standing Centera, Atmos, and ECS. Let a million object flowers bloom seems to be the idea here, for the time being anyway.


Of all the agile practices out there, “pair programming” is the one that elicits the most heckles, confusion, and head-scratching. The idea is that rather than having one person sitting at a screen, coding, you have two who program together. Those who practice it speak of it like most people do of their first time at Burning Man, while those who have never had the “experience” just can’t see what the big deal is.While finding them are hard, over the years studies of pair programming have consistently shown that it’s an effective way to keep bugs out, write code faster, manage the risk of developer churn, and actually raise morale.But – really? Looking at surveys, I’d estimate that somewhere south of 20 per cent of people do pair programming. If pair programming was so great, why do people find it so odious? I mean, who wants to work so close to someone that you can smell the effects of coding?And as if it wasn’t enough to keep that foetidly in the developer cubes, it’s been wafting into the server room despite those cyclopean fans in there: operators are starting to pair as well.The theory behind pair programming is straightforward: programming is difficult and error prone. It’s much better to have a buddy helping along. In addition to actually coding together, it sometimes means having one developer write code and the other write tests right next to each other, in co-ordination. With two heads together, the thinking is that you write less bugs and get better test coverage.



Indeed pairs in studies over the past 20+ years have consistently written higher quality code and written it faster than solo coders. So, while it feels like there’s a “halving” of developers by pairing them up, as one of the original pair programming studies put it: “The defect removal savings should more than offset the development cost increase.”If the pairs rotate frequently, the theory says you’ll get better diffusion of knowledge across the team: no one person builds up a fief of knowledge around, say, builds, or how the “Print Invoice” function works. This means there’s a lower “bus factor,” helping protect against team churn and brain-drain.Large organisations I talk with - who’re all trying to figure out the footwork for that “digital transformation” dance - use rotating pairing as a way to spread new technical knowledge, but also change that oh so mysterious “culture” in their organisation.Much like alcohol and black coffee, pairing tastes awful at first... until you start imbibing of it repeatedly. In most of the studies, and the feedback I hear from organisations doing it nowadays, pairing practitioners end up liking it after just a few weeks. At first, true, the usually solitary programmer has to, you know, talk to someone else. They even have to get used to be corrected by someone else – horrors of all horrors!


But, with a rigorous enough schedule that allows for breaks and bounds the programming time to normal 9-to-5 schedules, most people end up liking pairing after a while. It only takes a few pints to dedicate your life to it.It’s hard to say why people like it more, but I suspect it has something to do with the fact that humans, fundamentally, like being social, so long as it feels safe. Also, most programmers and operations people take pride in their craft: they want to do good work (despite what those overflowing tickets queues are doing to them). If pair programming increased quality, there’s more to be proud of.Managers of these programmers should also like the quality, speed, and predictability of pairing.That predictability comes from an interesting side effect of how exhausting pair programming is. For one, it’s harder to goof off – er, “check email” – and attend meetings when you’re pair programming. As the man from downtown said: “Always Be Coding.”And, on that kind of schedule, developers are straight up pudding-headed after seven or eight hours of pair programming. As one practitioner put it: “This makes pair programming intense, especially at the beginning. At the end of the first day, I couldn't go home. Before I could face humans again, I put my phone on airplane mode, ignored my usual online accounts, and went to the gym for two hours of self-imposed isolation.”Developers can only pair so long. They have to stop, so you just close up shop at 5. No more playing Doom until 10pm and then coding – er, I mean “working late".



It can come off as sounding a bit like nanny-management, but pair programming seems to induce developers to actually do the work.While the research is sparse (and, really, when it’s “n=whatever students enrolled in my CS class” it’s a little fishy), from where I sit and what people keep telling me, pair programming works. Should you be doing it all the time, though?I’ve heard practitioners say that you should at least do it for complex, difficult tasks. If it’s some routine coding or operations tasks, then pairing may not be the nitro-charge you’re expecting. Indeed, one of the studies suggests that pairing is the most beneficial for “challenging programming problems".Put another way, if the task is “boring,” maybe it’s better to solo it. Still, I can’t help but think that it’ll be the boring tasks that end up biting you, especially when it comes to pair sysadmining. After all, how many systems have come down because of the boredom of DNS configurations? "Open is always going to win," states Ed Hemphill, CEO of WigWag, a company that hopes to make sense of the ever-expanding and ever-more-complex Internet of Things market.WigWag is named after the traditional flags used by the US military's Signal Corps to communicate messages. Hemphill and his cofounder Travis McCollum both served in the Signal Corps before starting up their company in Austin, Texas.


Message déposé le 20.06.2017 à 07:11 - Commentaires (0)


Battery for Acer Aspire 5820T

You may not need HP Workspace at all to make use of the Elite x3, it runs some UWP surprisingly well. It’s just that many applications are missing in UWA format – as we found when we tried to use Continuum for real work.HP has built a comprehensive hardware and software package around the promise of Windows 10 – including a laptop dock (basically a shell of a laptop with a 12.5 inch HD display – pdf), and a desk dock. Orders can be placed with HP for the phone but Microsoft has yet to fulfil its side of the bargain, as Continuum remains resolutely single window for now.Comment Red Hat is the biggest – and one of the oldest – companies in the Linux world, but despite the difficulty of accurately measuring Linux usage figures, Ubuntu and its relatives seem to be the most popular Linux distributions. Red Hat isn’t sitting idle, though. Despite its focus on enterprise software, including virtualisation, storage and Java tools, it’s still aggressively developing its family of distros: RHEL, CentOS and Fedora.Fedora is the freebie community-supported version, with a short six-month release cycle, but it’s still important. Although RHEL is the flagship, it’s built from components developed and tested in Fedora. According to Fedora Project Lead Matthew Miller told this year’s Flock to Fedora conference this summer its future looks bright.After the major "Fedora.next" re-focus in early 2014, Fedora's numbers are up. Both new downloads and updates to installed systems are rising. External involvement – that is, from non-Red Hat staffers – is sharply up: two-thirds of Fedora's contributors are from outside the company these days. And yes, that's counting 'Hatters using non-company email addresses.


It's getting better as a distro, too, benefitting from the improving fit-and-finish of Linux and its manifold supporting components: desktops, applications and their less-obvious underpinnings. Fedora 24 is significantly more usable than it was five or six releases ago. Rather than just being the testbed for future RHEL releases, the project now has wider aspirations – Miller identified the project's primary target as developers.I must confess, I lean more towards Ubuntu, only periodically dipping a toe into the waters of the RPM world. So when looking at Fedora, it’s sometimes irresistible to draw comparisons with the more orangey-purple side of the fence.And these days it's a family rather than a single distro. The old structure of Fedora Core plus additional rings of functionality has been discarded in favour of multiple "flavours", "spins" and "labs"."Flavours" are akin to Ubuntu's editions: as well as the standard GNOME 3 desktop, there's Fedora Server plus the ultra-minimal Fedora Cloud. Fedora's "spins" resemble Ubuntu's remixes, offering KDE, Xfce, LXDE, Maté-Compiz and Cinnamon. An interesting addition is SOAS, a live USB drive with the One Laptop Per Child's Sugar environment.Fedora's Labs are a more versatile equivalent to Ubuntu's handful of special-purpose editions. Labs are pre-assembled bundles of functionally related software, which can be installed as standalone distros or added into existing installations. Finally, COPRs are directly analogous to Ubuntu's PPAs: ad-hoc supplementary repositories to facilitate adding new software that isn't part of the main distro.The overall structure of the software is changing, too. Platform Architect Langdon White’s talk at the conference introduced the Modularity initiative, an attempt to restructure the entire project down into functional modules which can be installed and updated independently, in different ways – for instance as classic RPM packages or container images.Atomic Workstation represents another possible future direction – a smartphone-like OS, with a read-only root partition, installed and updated via OSTree, with all applications in Docker containers.



As of the version 25, standard Fedora will support the Raspberry Pi 2 and 3. Fedora is an all-FOSS distro, with no proprietary drivers, firmware or plugins, so it doesn't support the Pi 3's Wi-Fi and Bluetooth, as these require binary blobs. (We're told there are efforts underway to help people install closed-source components, such as Chrome, by the way.)There are still downsides to Fedora relative to Ubuntu. There are no long-term support releases, as that's the role of the technologically much more conservative CentOS. Ubuntu's more pragmatic attitude to including proprietary binaries means more hardware works out of the box, and installing the "restricted extras" package enables Flash, MP3 and so on in one easy operation. But the Red Hat family has come a long way. The 7mm 2.5-inch drives are for standard laptop drive bays, while the 15mm ones are for desktops. We're led to believe that these thicker, higher-capacity 2.5‑inch drives will feature in upcoming external storage products.Seagate says all disk drives in the BarraCuda family have Multi-Tier Caching Technology (MTC) to speed data reads and writes. This uses a hierarchy of NAND Flash, DRAM and media cache technologies to optimise the data flow.


Apparently the drives have new firmware that checks how data accesses are operating and spins the platters down when it can, to reduce power consumption without affecting performance. This might seem of not that much consequence to consumers and small businesses, but it matters more to larger businesses with bigger electricity bills.The 2.5‑inch BarraCudas spin at 5,400rpm, have a 6Gbit/s SATA interface, transfer data at up to 140MB/sec and come with a 2‑year limited warranty. Get a PDF data sheet here. The 7mm thick 2.5‑inch drive has two platters, and the 15mm model has five 1TB platters.The 3.5-inch BarraCudas and BarraCuda Pros are faster, spinning at 7,200rpm, and have a longer, 5‑year warranty. Seagate claims the BarraCuda Pro is the fastest 10TB desktop drive available.The 500GB – 4TB BarraCudas have 1, 2 or 3 1TB platters, a 64MB cache and 55TB/year workload rate limit. The highest sustained transfer rate is 210MB/sec (180MB/sec for the 4TB model). Get a PDF data sheet here.BarraCuda Pros have either 6 platters (6TB and 8TB) or 7 (10TB). Their maximum sustained transfer rate from the data sheet [PDF] is 210MB/sec, while the workload rate limit is 300TB/year.The FireCuda 2.5-inch accelerated drives can be viewed as 7mm BarraCudas with added 8GB cache. Their sustained transfer rate is the same as the BarraCuda; 140MB/sec, though. Seagate isn't revealing the spin speed in the data sheet [PDF], but we figure it's 5,400rpm again.


Sticking these FireCudas in a 3.5‑inch case gets you a 7,200rpm spin speed and a 210MB/sec sustained transfer rate.FireCudas have a 5‑year warranty and, like the BarraCudas, use MTC to speed their operation. They are not given a workload rate limit by Seagate.FireCuda drives operate in the performance gap between basic disk drives and SSDs. We can't expect them to get significantly faster, particularly as the per‑GB cost of flash is dropping with 3D TLC NAND. Caringo has updated its Swarm object storage software and will flog the code on appliances based on Dell PowerEdge servers.Deployments of Caringo's object storage is used for applications such as bulk storage, analytics, archiving, backup, cloud storage and content distribution. The software provides NFS, SMB, S3, HDFS and Rest APIs for native object storage access methods to data.Swarm 9 is the latest release of Caringo's software. It has an NFS protocol converter and the OEM hardware platform in addition to its availability in software-only form. The software features:Data is managed through creation to expiration via administrator-defined policies called Lifepoints, which are stored as metadata that automatically manages the number of replicas, erasure-coding scheme, and deletion.



There can be metadata annotations, made without modifying the reference object, and these are searchable through the SCSP API.The company says Swarm Servers are a fully-supported hardware and software system starting at 288TB and scaling linearly in 96TB increments (just add another S-Series server) to hundreds of petabytes of capacity with a pay-as-you-grow pricing scheme.The system includes M-Series Management Servers and S-Series Storage Servers. The M-Series is a 1U, rack-mountable appliance with a Dell PowerEdge R630 inside it. It has a Xeon E5-2695v4 processor with 18 cores, 128GB DDR4 DRAM, 8 x 1TB, 7,200rpm SAS disk drives, 2 x 10GbitE data access ports and a 1GbitE management port. VMware's ESXi is booted off an internal SD module.The management software is Swarm VMware APP, with a vCenter Server Appliance and ESXi 6.0U2. There is a scale-out, stateless NFS protocol converter for high performance and high availability.The 2U, rackmount, S-3000 Storage Servers use a PowerEdge R730xd platform, with CPU, memory and network resources, plus 96TB capacity. The CPU resource is 2 x Xeon E5-2640v4 10 core processors; 20 cores total, plus 128GB DDR4 DRAM and 12 x 8TB, 7,200rpm SAS disk drives. There are 2 ports of 10GbitE (Intel x540) for data access and a 1GbitE management port.


Message déposé le 19.06.2017 à 08:05 - Commentaires (0)


Batterie pour Compaq Presario CQ40

Pour ceux qui ont encore de l’argent à dépenser, Acer fournit un kit sans fil HD en option. Cela permet un flux en 1080p sans fil et sans perte, de sorte que les utilisateurs peuvent projeter du contenu sans le tracas des fils gênants et disgracieux.Le Predator Z850 sera disponible dans le courant du mois d’avril, au prix de 5 999 euros. Ce sera donc un achat où il faudra réfléchir avant de passer à la caisse…Besoin d’un peu de jus pour votre Apple Watch ? Ou peut-être voulez-vous un peu plus de mémoire ? Bientôt, vous pourriez être en mesure d’obtenir ce dont vous avez besoin, simplement en échangeant le bracelet de la montre.L’Apple Watch dispose d’un petit port caché sous le bracelet, qui sert de « port de diagnostic ». Apple a uniquement utilisé ce port pour la vérification des problématiques sur l’appareil, mais il peut également être utilisé pour le transfert de données et même pour charger la montre connectée. Un nouveau brevet indique que les futures versions de l’Apple Watch peuvent en effet utiliser ce port pour ajouter des fonctionnalités supplémentaires.Le brevet intitulé « modular functional band links for wearable devices », découvert par Apple Insider, suggère qu’Apple lui-même pourrait offrir différents « bracelets intelligents » pour l’Apple Watch par le port diagnostic. Ces bracelets pourraient embarquer des batteries supplémentaires, des caractéristiques liées à votre activité physique, tels que des capteurs de pression artérielle, et même des processeurs supplémentaires pour accélérer le dispositif.


Les bracelets intelligents pour les smartwatches pourraient servir à plusieurs fins. Comme indiqué dans le brevet d’Apple, ils pourraient étendre les fonctionnalités d’un dispositif déjà fonctionnel. Cependant, ils pourraient aussi inclure des parties intégrantes de la montre. Par exemple, au lieu d’avoir une batterie à l’intérieur du châssis de la montre, la batterie pourrait être située à l’intérieur du bracelet, permettant au fabricant de rendre le dispositif plus mince. L’une des principales critiques pour les smartwatches est qu’elles sont trop épaisses par rapport à leurs homologues analogiques.Les bracelets intelligents pourraient également vous donner plus de chance de personnaliser votre appareil. Dans le cas de l’Apple Watch, vous pourriez échanger le bracelet pour répondre à vos besoins en fonction de l’utilisation que vous en faites. Si vous allez à une séance d’entraînement, l’idée serait de prendre le bracelet capable de prendre votre pression artérielle, mais pour le reste de la journée, vous pouvez inclure un bracelet avec une batterie supplémentaire pour prolonger l’autonomie de la montre.Tout le monde sait que les écrans flexibles pour les smartphones sont sur le point d’être la prochaine grande caractéristique des futurs flagships. Cependant, ils n’ont toujours pas fait une apparition sur le marché du grand public, en dépit d’avoir fait tourner les têtes en 2011 à divers salons sur la planète. Néanmoins, à cette époque, il n’y avait rien de plus que des rumeurs sur leur lancement, ce qui a été à peine suffisant pour convaincre les consommateurs que la technologie était prête à entrer en production.



Mais en 2016, il y a déjà eu des preuves d’une production de masse. Pourtant, aucun produit n’a encore été poussé au grand public. Mais, selon une récente publication relayée par ETNews, tout cela pourrait changer l’année prochaine.Le dispositif actuellement en test va être une tablette de 7 pouces une fois dépliée, qui va devenir un smartphone de 5 pouces une fois les bords repliés. Si de tels dispositifs ont déjà existé par le passé, mais le résultat était très maladroit. En effet, les utilisateurs avaient deux écrans distincts, qui pouvaient être conjointement pliés pour afficher qu’un seul écran. Dépliée, une bande de métal sépare les deux écrans, offrant une expérience visuelle plutôt désagréable. Parmi les modèles commercialisés, on peut citer la Kyocera Echo ou la Sony Tablet P de Sony.La source indique également qu’un prototype est déjà terminé. Samsung aurait des plans pour produire en masse l’écran pliable à la fin de cette année, et le commercialiser l’année prochaine.Samsung Electronics et Samsung Display, la division responsable de la production et le développement des écrans de Samsung, auraient établi un partenariat avec les entreprises nationales et étrangères pour développer l’appareil.


Même compte tenu de l’incertitude qui entoure les informations fournies par une source anonyme, il y a encore des raisons de croire que ces écrans peuvent être commercialisés l’année prochaine. Le plus évident de tous est que Samsung a davantage investi dans des installations de production d’écrans OLED flexibles. Et, LG a exprimé son désir de lancer ses propres écrans flexibles sur le marché en 2017. Nul doute que Samsung ne veut pas subir la concurrence.L’industrie de la technologie mobile est arrivée à un seuil où les fabricants optent pour des résolutions 1080p. À ce jour, seule une sélection limitée de smartphones disposent d’un écran Quad HD, et encore moins ciblent le 4K. Alors que l’industrie du smartphone connaît quelques ralentissements dans les ventes, on peut supposer que les écrans pliables offriront aux consommateurs une raison suffisante pour aller de l’avant et faire des achats.Avec une épaisseur de 6,9 mm, vous seriez pardonné de penser qu’Apple est allé aussi loin que possible dans le fait d’amincir son flagship, l’iPhone 6, mais apparemment non selon les dernières rumeurs entourant son futur smartphone phare, l’iPhone 7.Apple a même légèrement augmenté l’épaisseur du châssis avec son iPhone 6S, passant celle-ci à une très respectable épaisseur de 7,1 mm. Mais, des sources de l’industrie évoquant le sujet à ETNews, et relayées par Apple Insider affirment que le rétrécissement du châssis de l’iPhone 7 est l’une des principales priorités de l’entreprise.



Néanmoins, bien que cela puisse être bénéfique, la principale crainte en ce qui concerne l’amincissement de l’épaisseur d’un smartphone est la capacité de la batterie qui s’en voit diminuée. Mais, toujours selon ces mêmes sources, l’iPhone 7 va embarquer une batterie d’une meilleure capacité.Comment est-ce possible vous dîtes-vous ? Le raisonnement fourni est l’utilisation d’une nouvelle technologie « fan out packaging », qui permet de réduire la taille et l’espace qu’occupent les composants. ETNews prétend qu’aucun autre fabricant de smartphones n’a utilisé cette technologie jusqu’ici. C’est très bien, mais pourquoi ne pas garder l’épaisseur actuelle, qui est plus que raisonnable, et augmenter davantage l’autonomie d’un iPhone qui souffre de quelques lacunes sur ce secteur ?ETNews précise également que le développement va même améliorer la force du signal, en rendant certaines puces plus puissantes et efficaces.


Message déposé le 16.06.2017 à 09:35 - Commentaires (0)


Battery for DELL Alienware M17x

But whereas Motorola's Atrix was a fling-it-against-the-wall-and-see caper from a company in turmoil, HP has put quite a lot of wood behind this arrow. It’s narrowcasting it at the businesses where it's appropriate, rather than splurging, though.
The selling point is not cost of hardware – the full kit is a quid short of a grand. It partly comes from convenience, with less material to lug about:
But mainly from back-office savings. From dispensing with the BOFHs. There's a lower TCO, HP reckons, from a phone that's a VDI hub, as it doesn't require an employer to hire so many highly trained IT staff and manage them, Daniel Barham, Mobility Business Development Manager for HP, told us.
It's not going to replace every device, but within multiple verticals it's going to be a strong proposition. Such as? Healthcare, it can enable nurses and doctors to access patient records. Field services sectors, such as engineers; logistics for packing and shipping and inventory tracking. And public sector: law enforcement and blue light (first responders) staff.Not everyone will need or be sold HP Workspace, the VDI service, said Barham. HP Workspace was for SMBs and lower mid-market businesses, in practice meaning companies with 20 to 200 staff. That's because larger enterprises have generally got their own VDI setup established, such as Citrix or VMWare.


HP argues that Windows 10's desperate app gap doesn't really matter so much in the enterprise. Most important apps are covered.There's a range of subscription models, but if you require the Win32 apps and don't have your own VDI setup, the most attractive route is striking a long-term deal with HP Financial Services. If you do, then magically, the headline price plummets. The headline price tag for a HP Workspace offering getting you 40 hours of Win32 app time a month is £603 per year. But that falls to £19 per user per month for 40 hours (the 80-hour tier is £679 a year, which falls to £25 per month per user via HPFS).The x3 deal will be sold through traditional IT reseller channels primarily, although some system integrators are working with HP.A 21 year-old Dutch man has been jailed for one month with another year suspended for infecting more than 2,000 computers to spy on minors via webcams.The man known as Jair M was arrested in October 2013 after he infected the machines with remote access trojans and recorded and captured footage of minors in compromising positions.Court documents reveal he identified vulnerabilities in target computers using the infamous Black Shades remote access trojan (RAT), along with DarkEye, Dark Comet, Cammy, and Cyber ​​Gate.Prosecutors revealed M, who suffers a form of autism, had built phishing sites since the age of 11 and was expelled from high school at 15 for hacking a teacher's computer.


In 2013 the hacker published online a variant of the Dutch national secondary school exam taken by about one fifth of the student population before it was available. Worse still, he posted the exam using another student's laptop.His deception led to the student spending a night in jail and remaining a suspect for months.At the end of April my home was broken into by a professional who silently and systematically looted my residence of all my portable wealth while I slept.In the morning, as I looked around for a phone to call the cops (there wasn’t one, so I had to Skype them from a desktop machine), I saw he’d used an entrance that offered just enough space to enable someone bold and flexible to gain entry.After the police had come, dusted for fingerprints (we found his gloveprints everywhere, but no fingerprints), filled out their reports, and left me to deal with the intricate process of rebooting the credentials of my existence, I had a good think about how I’d overlooked the obvious.A few months earlier the cops had rung my bell and told me my neighbour had been robbed. If I was wise, they advised, I’d keep my place locked up tight.I took their advice, when I was away from home. That was my big mistake, because I refused to believe that I could sleep through a robbery. Until it happened.



For the first few nights after the robbery, I slept uneasily. But fairly quickly I fell into a nightly pattern of walking the perimeter of my home, checking and securing each of the windows and doors before I retired to bed. Rob me once, shame on you. Rob me twice...?Which brings me to last night when friends invited me over for dinner and to revel in their new ultra-high-speed broadband connection. By fits and starts, Australia’s National Broadband Network has finally made it to their residence, and they signed up the day it became available. A hundred megabits of downstream goodness - enough, even, for a few Netflix 4K streams.When I arrived all was in chaos, as one of my friends - who had been a sysadmin in an earlier career - worked to reconfigure the router installed by the ISP. The router had booted with default username and password settings – the same default username and password settings used for every other connection in their apartment buildings. We could see all their remarkably similar SSIDs beaming through the walls of their flat.“Wow, my friend said, “I wonder if any of those folks changed their default username and passwords. Or if they even know they need to.


It’s not hard to be a paranoid in a world that seems to be insecure by design. It isn’t terribly difficult to load up factory firmware that generates a random password, assigns it to a device, then prints a label with that information to go into the box with the gadget. It’s more work than just slapping a default username and password into the software - but not much. And the cost, amortised against tens of thousands of units, can’t be more than a penny or two.Or we can rely on users - who expect, in the era of Apple, that things will ‘just work’ with minimal intervention. Where ‘it just works’ means ‘opens your network to attack’, that’s a sure sign we’ve missed the point, that we’ve grown too lazy, that it’s been too long since the last time we woke up to find ourselves robbed by a thief in the night.Every device - every desktop and laptop and smartphone and connected widget of any sort - must be secure enough against attack that we never need worry that we’re doing enough if we do nothing at all.Is that hard? Maybe. Making devices that are secure by design requires more forethought than we currently allow in product development. That’s the first thing we need to change.


Message déposé le 15.06.2017 à 08:15 - Commentaires (0)


 Livre d'Or

 Contact



Tous les messages
Acer Aspire 1825ptz Battery
Batería para ordenador Asus K43JM
Akku SAMSUNG NP-P430
Accu PANASONIC EY7201GQKW
SONY VGP-BPS21/B Battery
Batería para ordenador Asus A43BY
Akku SAMSUNG NP-RV420I
Accu BOSCH CRS180K
Fujitsu Siemen Esprimo Mobile v5535 Battery
Batería para ordenador Asus F80Cr
Akku Samsung NP-N310-KA04ES
Accu BOSCH GSB 18V LIN
TOSHIBA Satellite C645 Battery
Batería para ordenador ASUS UX31 Ultrabook
Akku Samsung NC10-14GBK
Accu BOSCH RHS181 01
Acer Aspire Timeline 4810T Battery
Akku Samsung N143 Plus
HP COMPAQ 381374-001 Battery
Batterie Lenovo ideapad b550a
Accu ASUS B50A-AQ013D
Batterie Samsung R428
Batería para ordenador ASUS P53F
Akku Samsung np-r70
Accu BOSCH GDR 14.4 V LI MF
Accu ASUS Eee PC 1001PX-BLK014X
Batterie ASUS N76 Series
Batería Acer Aspire 5612WLMi
Akku TOSHIBA Dynabook CX
Accu BOSCH BAT011
Battery for Samsung AA-PL2NC9W
Akku für Toshiba PA3816U-1BAS
HP Compaq HSTNN-FB05 Battery
Batterie Lenovo thinkpad x301
Accu BOSCH BH1214MH
Batterie pour Dell Inspiron Mini 9
Apple M8416G/A Battery
Batería DELL 86HGX HCJWT
Accu HITACHI DS 12DVB2KS
Batterie pour Lenovo ThinkPad W530
Batería para ordenador ASUS L7000H
Akku LENOVO 0A36279
Accu BOSCH GSB 12 VSE 2
Batterie pour Samsung AA-PB2NC6B/E
Batería Acer Aspire 7741G-374G64Mn
Akku Toshiba Satellite Pro P100
Accu Acer Aspire AS5740
Batterie pour Samsung AA-PL2VC6W/E
Batería para ordenador ASUS F3E-AP073C
Akku Lenovo 42T4814
Accu HITACHI G 14DSL
Battery for Dell Latitude E5420 ATG
Akku für Acer Aspire 5951G-9816
Sony VGP-BPS2C/S/E Battery
Batterie Lenovo thinkpad sl410-2874
Accu Toshiba PA3356U-3BRS
Batterie pour Lenovo ThinkPad T420i
Batería para ordenador ASUS Z9400RP
Akku LENOVO 42T4844
Accu BOSCH 2 607 335 709
Battery for Toshiba PA5027U-1BRS
Batterie pour Acer AS10B73
Akku Dell Inspiron N5010R
Accu MAKITA 6010DL
Battery for HP ProBook 4413s
Akku für Dell J70W7 JWPHF
Akku DELL Alienware M14x
Accu MAKITA 6916D
Battery for Toshiba Satellite L670D
Akku für ACER AP13D7F
Battery for Amilo Pi 1505
Battery for Acer Aspire one 532
Battery for DELL XPS L321X
Batterie pour HP Probook 4431s
Akku für ASUS UX42A Ultrabook
Battery for Acer TravelMate 8572G
Battery for Dell Inspiron Mini 1012
Battery for Acer AL10BW
Batterie pour ASUS N75SV
Akku für Dell Inspiron 9200
Battery for Apple MacBook Pro 15 inch
Battery for Lenovo ThinkPad Edge E120
Battery for Acer Aspire 4736
Batterie pour Samsung AA-PB9NC6W/E
Akku für ASUS Eee PC 1225B
Battery for ASUS G73S
Battery for Acer Aspire 4736
Battery for Fujitsu FPCBP282
Batterie pour Toshiba PA3356U-3BAS
Akku für Samsung AA-PB4NC6W
Battery for ASUS G73S
Battery for Apple 13 inch MacBook Air
Battery for Acer Aspire One 531
Batterie pour ASUS N51A
Akku für Lenovo ThinkPad X201
Battery for SONY VGP-BPL26
Battery for Samsung AA-PB9NS6W
Battery for DELL Alienware M17x R3
Batterie pour Acer AS09A90
Akku für HP COMPAQ 2740p Tablet PC
Battery for SONY VGP-BPL26
Battery for Lenovo FRU 42T4783
Battery for Apple PowerBook G4 15 inch
Batterie pour LENOVO ThinkPad X220T
Akku für Dell XPS M1330
Battery for HP HSTNN-CB0X
Battery for ASUS A32-K53
Battery for Lenovo Thinkpad R61
Batterie pour Dell Latitude E6510
Akku für Apple A1079
Battery for Compaq 233343-001
Battery for HP COMPAQ 6830s
Battery for ASUS G75
Battery for Acer Aspire 5820T
Battery for Toshiba Satellite L650
Battery for SONY VGP-BPS21
Battery for Apple A1495
Batterie pour Samsung AA-PB2VC6W
Akku für Dell Alienware M14x R2
Battery for Dell 7FJ92
Battery for Samsung NP-R460
Battery for Acer Aspire 5820T
Battery for Acer Aspire 5820T
Batterie pour Compaq Presario CQ72
Akku für Samsung AA-PL9NC6B
Battery for Acer TravelMate 6592G
Battery for Asus G74
Battery for Samsung NP-R520
Batterie pour Compaq Presario CQ40
Akku für Acer Aspire 4S820TG
Battery for DELL Alienware M17x
Battery for HP Compaq 6515b
Battery for Dell Inspiron 1525
Batterie pour FPCBP281
Batterie pour Sony VGP-BPS13
Akku für ASUS A32-K55
Battery for lenovo IdeaPad Z575
Akku für IBM ThinkPad T60
Batterie pour Toshiba PA3817U-1BRS
Batterie HP COMPAQ NX9040
Akku für Dell Inspiron N7010
Akku Dell Latitude D830
Akku Dell Latitude D430 kaufen-akku.com


Créez votre blog sur Blog-grossesse.com