Le Blog de On recommence et On est trop heureux !

J+252

Parents d'une super petite fille de 2 ans et demi, nous avons galéré pour l'avoir. En effet, pour nous ça a été 2 ans d'espoirs, de déceptions puis vint l'incommensurable joie, notre Fille.

Nous nous sommes mariés le 3 septembre 2016.

Puis nous relançons les essais pour le petit frère ou la petite soeur... tous seuls, comme des grands... on se laisse une année avant de repartir en FIV.

RDV PMA fixé le 7 juillet 2017... finalement je ne tiendrai pas une année complète !

...MAIS...

Un beau "plus" inattendu le 29 juin 2017.

Je rêvais d'écrire ces lignes... voici l'histoire de notre 2ème grossesse (spontannée cette fois ;-) ) !



Votre réglette en signature pour les forums et vos emails




Mon quotidien
Préparation de son arrivée.
Grosse fatigue
Le sexe... La surprise !
Un peu perdue...
L'annonce faite à Mounette
Annonce de la grossesse aux proches
Bientôt l'écho de datation
Intuition des enfants ?
L'annonce à Loulou
B-HCG de contrôle
Dosage
Quand l'inattendu te fait une surprise

Les Présentations
Notre histoire... Replantons le décor !

Mes rendez-vous
Echo T2 et arrêt maladie

Les échographies
Echo T3
Echo du premier trimestre
8 SA + 1

Le jour J
Le Jour où tout a basculé (Partie 6)
Le Jour où tout a basculé (Partie 5)
Le Jour où tout a basculé (Partie 4)
Le Jour où tout a basculé (Partie 3)
Le Jour où tout a basculé (Partie 2)
Le Jour où tout a basculé (Partie 1)
Notre Deuxième Bonheur


Le Jour où tout a basculé (Partie 6)
Je pousse alors, et sens que mon bébé descend dans mon bassin, mais la douleur est telle que je me rends compte que le fait de pousser va me faire extrêmement souffrir. Je sens que mes entrailles vont se déchirer... du moins c'est la sensation que j'ai.

Et je stoppe ma poussée. L'instant d'une seconde je refuse de pousser, mais l'envie est plus forte que tout et je sais que c'est la seule solution afin que cette douleur insurmontable cesse. Mais je sais que je vais subir une douleur atroce qui est induite par ma "faute"... par ma poussée.

Alors je pousse à nouveau, tellement fort ! Je sens mes os, mon bassin s'écarter. La douleur est telle que j'ai la sensation d'être projetée au moyen-âge sur la roue d'écartèlement. A cet instant j'ai la même sensation que de subir une séance de torture !

Je hurle... littéralement, et j'avoue que dans l'instant je ne suis pas polie du tout ! Loulou me dit qu'on voit la tête. Je lui hurle dessus que je sais, que c'est la tête puisque "JE SENS TOUT" !!!

Je pousse une seconde fois, je peux visualiser le passage de bébé comme si on avait placé une caméra et que je regardais sur un écran. Toutes les sensations, la plongée de bébé dans le bassin, la rotation des épaules, son gabarit, ... bref je "vois" tout.

La sage femme me crie de pousser en soufflant sinon je vais me déchirer mon périnée, et clairement ça ne sera pas beau à voir ! Alors, je prends sur moi, je pousse en soufflant. La poussée est efficace, je sens que bébé progresse mais vraiment pas assez vite à mon goût !

Alors je m'écrie, "Nan, je suis désolée, il faut que je le dégage !!! " et termine enfin par une troisième poussée puissante.

C'est alors qu'on me dit d'aller chercher mon bébé qui est sorti jusqu'à l'abdomen. Dans l'instant je refuse... je suis choquée !
On me le redit une deuxième fois, mais je suis toujours choquée et je veux qu'on me laisse "juste" respirer. Je dis à Loulou de prendre le bébé.
Et la troisième fois "Prenez votre bébé madame"... Bon, ok, je le prends. Je suis en état de choc. La douleur atroce s'est envolée et je n'arrive pas à croire que je respire à nouveau.

Dans les premiers temps j'ai le sentiment d'être une biche encerclée par des chasseurs, l'adrénaline est tellement présente, je suis comme apeurée. Et lorsque j'atterri doucement, j'ai la sensation d'être une carpe hors de l'eau. Je n'arrive pas à croire que la douleur s'est envolée... je reprends mon souffle mais je mettrai bien quelques minute à me rendre compte que je tiens mon petit bébé dans les bras.

Le gabarit que je tenais dans les bras correspondait tout à fait à ce que j'avais visualisé lors du passage dans le bassin. J'avais senti que c'était un petit bébé.

Les sage femme me félicitent et savent qu'il était moins une pour que je n'accouche dans la voiture puisque bébé est arrivé à 4h12... soit exactement 12 minutes après mon arrivée en salle de naissance !

Loulou et moi ne savions toujours pas si bébé était un garçon ou une fille. Moi j'aurais voulu respirer encore un peu mais je comprenais l'impatience de Loulou. De visage nous étions d'accord pour dire que c'était un garçon. Alors à sa demande nous avons regardé et SURPRISE : Une petite fille ! Ma première pensée a été pour Sahel, elle qui voulait tellement une petite sœur !

Malia ressemblait beaucoup à sa sœur, c'était impressionnant !

La sage femme m'a annoncée que malgré trois poussées impressionnantes je n'avais pas un seul point, le top du top !

S'en est suivi 2h de tétée géniallissimes où Malia a prit comme une chef.

J'ai remercié du fond du cœur ces sage femmes plus qu'opérationnelles et réactives !

Nous pouvions commencer notre vie à quatre, cette vie qui a commencée sur les chapeaux de roues !
Message déposé le 22.08.2018 à 22:08 - Commentaires (0)




 Ajouter un commentaire

Votre nom


Votre e-mail


Votre commentaire


 Livre d'Or

 Contact



Tous les messages
Le Jour où tout a basculé (Partie 6)
Le Jour où tout a basculé (Partie 5)
Le Jour où tout a basculé (Partie 4)
Le Jour où tout a basculé (Partie 3)
Le Jour où tout a basculé (Partie 2)
Le Jour où tout a basculé (Partie 1)
Notre Deuxième Bonheur
Préparation de son arrivée.
Echo T3
Echo T2 et arrêt maladie
Grosse fatigue
Le sexe... La surprise !
Un peu perdue...
L'annonce faite à Mounette
Annonce de la grossesse aux proches
Echo du premier trimestre
8 SA + 1
Bientôt l'écho de datation
Intuition des enfants ?
L'annonce à Loulou
B-HCG de contrôle
Dosage
Quand l'inattendu te fait une surprise
Notre histoire... Replantons le décor !


Créez votre blog sur Blog-grossesse.com